• Newscenter

News Filter



News

20.05.2022 Amweg dans la March de Siffert
Amweg Thomas Siffert Urs Gehrig Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Amweg sur la March 701 de Jo Siffert © Urs Gehrig

Pour Thomas Amweg, c'était déjà Noël cette semaine. L'Argovien de 37 ans a pu effectuer un roll-out à Roggwil dans l'ancienne Siffert-March de 1970.

Thomas Amweg n'a pas eu à réfléchir longtemps. Lorsque Hans Peter, fondateur et propriétaire de Phimmo, le sponsor principal d'Amweg, lui a demandé s'il avait du temps cette semaine pour un roulage dans l'ancienne March 701 de Jo Siffert, le pilote de course de côte suisse a bien sûr accepté spontanément.

«J'ai déjà piloté quelques anciennes voitures de Formule 2», dit Amweg. «Elles sont très similaires. Mais conduire une ancienne voiture de Formule 1 de Siffert – c'est alors encore autre chose! C'était tout simplement cool!»

Pour Amweg, c'est un rêve d'enfant qui s'est réalisé. La voiture appartient depuis deux ans à Peter, le patron de Phimmo. Cela fait 16 ans qu'il s'efforce d'acheter cette voiture. Au cours des deux dernières années, il l'a restaurée de fond en comble. Le résultat ne fait pas seulement rêver les fans de Formule 1. La March 701, en fait la première voiture Groundeffect, est tout simplement une beauté. «Le fait que j'ai pu faire mes premiers mètres avec cette voiture m'honore beaucoup», déclare Amweg.

Mais la voiture de Grand Prix de Siffert de 1970 n'a pas été reconstruite uniquement à des fins privées. Lors de la course du Kerenzerberg du 17 au 19 juin, la March sera présentée au public. Amweg sera également sur place ce week-end-là. Dans une Chevron F2 de Xavier Perrot.

Une semaine avant, Amweg sera au départ de la course de côte de Hemberg. Mais pas dans l'ex-Volluz Formule 3000 comme prévu, mais dans la Lola T94 que conduisait son père Fredy Amweg. «La voiture de Volluz ne sera malheureusement pas prête», explique Amweg. «Nous ne pouvons pas obtenir de pistons. C'est pourquoi je vais concourir dans la Lola. Nous avons également reconstruit cette voiture à l'état neuf.»

Thomas Amweg Lola 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La Lola T94 laquelle Amweg pilotera à Hemberg © Archives Amberg

Lien permanent

19.05.2022 Sur le podium dès la deuxième course
Jannis Jeremias 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jannis Jeremias a terminé troisième au slalom de Frauenfeld © Millet/Archives Jeremias

Jannis Jeremias est monté sur la troisième marche du podium lors du slalom de Frauenfeld. Et ce, lors de sa deuxième course nationale seulement! Le mentor Yves Hängärtner peut être fier.

Jannis Jeremias (25 ans) de Gerolfingen, au bord du lac de Bienne, est monté pour la première fois sur le podium du slalom de Frauenfeld dimanche dernier. Et ce, lors de sa deuxième participation nationale. Pour le voisin du pilote GP3 Yves Hängärtner, cette troisième place a été une surprise. Mais comme Lukas Eugster a pu oublier toutes ses ambitions de podium après avoir commis des fautes de portes dans les deux manches, la voie était libre pour Jannis. Le fait que Jeremias n'ait pu participer qu'à une seule manche n'a finalement pas pesé lourd dans la balance.

«Mon mécanicien s'est malheureusement accroché à un lampadaire avec l'aileron avant», raconte Jeremias. «Et comme la réparation du carbone sur place est une chose délicate, nous avons décidé de renoncer à la deuxième manche. C'était dommage. Car je pense que j'aurais certainement pu améliorer mon temps de la première manche.»

Si Jeremias est déjà sur le podium lors de sa deuxième participation après Frauenfeld en 2021 (à l'époque dans une Formule 4), c'est aussi grâce à Yves Hängärtner. Le deuxième au classement général du slalom de cette année en Thurgovie a pris Jeremias sous son aile il y a des années. Ce dernier n'avait en effet que peu, voire aucune idée du sport automobile. «Cela m'intéressait certes», dit Jeremias. «Mais je n'ai jamais piloté moi-même.» Ce n'est que lorsque Hängärtner l'a emmené faire du karting que la passion s'est réveillée. «Yves pensait que j'avais du talent. J'ai donc commencé à faire de la course en achetant une Suzuki et en participant à des courses LOC avec.»

Ce week-end, Jeremias disputera les deux prochaines manches du championnat suisse de slalom à Ambri. Pour y participer, il a parcouru près de 2000 kilomètres cette semaine... «Nous avons eu un problème de boîte de vitesses», explique le pilote de l'Ecurie Biennoise. «L'ancien propriétaire de la Tatuus Formule Renault a dû économiser de l'huile à un moment donné. J'ai dû aller en France chercher des pignons et des couronnes neufs. Mais qu'est-ce qu'on ne fait pas pour la course!»

Jannis Jeremias 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jannis Jeremias et sa Tatuus Formel Renault 2.0 © PvA/Archives Jeremias

Lien permanent

19.05.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 13: Gruyère Racing Team
Logo Gruyere Racing Team Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Gruyère Racing Team a été fondé en 1976

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la treizième partie, nous nous rendons au canton Fribourg chez le Gruyère Racing Team.

Le Gruyère Racing Team existe depuis 1976. Le lieu d'origine du club est Bulle, le chef-lieu de la Gruyère, dans le canton de Fribourg. Le club compte aujourd'hui 49 membres. Son exécutif se compose d'un comité de cinq personnes, élues chaque année. En font partie le président (actuellement Frédéric Grand), le vice-président, un caissier, un responsable des médias et un secrétaire.

L'objectif du GRT est de promouvoir le sport automobile au niveau régional et national, et notamment de soutenir les pilotes qui en font partie. Mais l'association est également à l'origine de la course de côte La Roche – La Berra, une manche du championnat suisse de la montagne, qui aura lieu cette année les 18 et 19 juin. Ne pouvant plus assumer seul l'organisation, le GRT l'a confiée il y a des années à la commission sportive fribourgeoise de l'ACS, puis à l'ACAF (Association course automobile Fribourg). «Actuellement et à l'avenir, la course de côte est organisée par l'association Course La Berra, à l'organisation de laquelle nous participons», explique Yves Bracelli, responsable des médias du Gruyère Racing Team.

Comme les clubs présentés jusqu'à présent, le GRT possède une licence de candidat qui permet à ses pilotes (par exemple Hervé Villoz, Dylan Zanni ou Yann Schorderet) de participer à des courses sous les couleurs du club.

Pour se financer, le GRT dépend des cotisations de ses membres. La cotisation annuelle pour les membres est de 50 francs; qu'ils soient actifs ou passifs. Les couples paient 70 francs. Comme le club ne poursuit pas de but lucratif pour lui-même, il distribue la majeure partie de ses recettes à ses pilotes à la fin de la saison.

Le GRT organise également plusieurs événements pour ses membres: week-ends de ski, pique-niques, sorties karting etc. Et bien sûr, il se déplace pour les compétitions auxquelles ses pilotes participent. Bracelli estime que les moments passés ensemble sur «les terrains de campings» d'Ayent-Anzère et de St-Ursanne – Les Rangiers sont particulièrement inoubliables.

Pour plus d'informations sur le Gruyère Racing Team, rendez-vous sur www.gruyere-racing.ch et sur les chaînes sociaux.

Lien permanent

18.05.2022 Lukas Eugster: «J'attendais ce duel avec impatience!»
Eugster Lukas Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lukas Eugster compte parmi les favoris pour les victoires du jour à Ambri © Eichenberger

Le week-end prochain, les manches 3 et 4 du Championnat suisse des slaloms auront lieu à Ambri. L'un des favoris pour la victoire du jour s'appelle Lukas Eugster. Aussi ou parce que Philip Egli sera absent.

Philip Egli a annoncé aujourd'hui qu'il ne serait pas au départ à Ambri en raison d'un problème technique. Qu'est-ce que cela signifie pour toi?
Lukas Eugster:
En premier lieu, je trouve très dommage que Philip ne puisse pas être présent. Je me réjouissais beaucoup de ce duel à Ambri. Bien que je pense que mon plus grand adversaire sera de toute façon Yves Hängärtner dans la Dallara GP3. Je pense que Philip aurait eu du mal à s'imposer sur ce circuit.

Sans Egli et Marcel Maurer, qui fait une pause cette année, il y aura de nouveaux vainqueurs du jour à Ambri pour la première fois depuis Bière 2017 (Jean-Marc Salomon).
C'est ainsi. Et j'espère bien sûr pouvoir fêter ma première victoire du jour au Tessin. Mais comme je l'ai dit: Yves a certainement un avantage PS sur moi.

As-tu fait le deuil de ton week-end complètement raté à Frauenfeld?
Plus ou moins.

Tu as fait la même faute dans les deux manches et tu as été pénalisé de dix secondes chaque fois. Tu en as trop voulu?
Non, pas vraiment. Mais ce genre de choses peut arriver. Et cela montre aussi que je ne suis pas encore aussi expérimenté qu'Egli ou Maurer.

Comment as-tu vécu ces erreurs de porte?
Lors de la première manche, j'ai été surpris par la force avec laquelle la voiture tournait à cet endroit. Lors de la deuxième manche, je le savais. Mais l'effet psychologique a dû s'en mêler et je voulais absolument faire mieux. Malheureusement, cela a tourné au vinaigre.

Pour cette saison, tu es passé par la CN dans le groupe E2-SC. Qu'est-ce qui se cache derrière cela?
Avec le nouveau moteur et la nouvelle configuration des ailerons, je ne pouvais plus prendre le départ dans le groupe CN. Lorsque nous sommes revenus au moteur d'origine avant Bière, j'aurais également dû faire modifier l'aileron pour pouvoir à nouveau prendre le départ en CN. Mais je ne voulais pas le faire. Pour moi, cela ne joue pas un grand rôle. J'ai de toute façon trop peu d'adversaires pour gagner le championnat. Ce qui m'importe avant tout, c'est de remporter des victoires de jours.

Lukas Eugster Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lukas Eugster sur sa Ligier JS53 lors du slalom de Frauenfeld © Eichenberger

Lien permanent

16.05.2022 Slalom de Frauenfeld: Egli, qui d'autre?
Philip Egli Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli a gagné de manière souveraine – et cette fois encore devant le public © Eichenberger

Philip Egli n'a rien lâché lors de la deuxième manche du Championnat suisse de slalom 2022 à Frauenfeld et a fêté sa 40e victoire du jour, à savoir la septième consécutive lors des journées de courses d'autos.

Philip Egli n'a pas réussi à passer en dessous de la barre des deux minutes lors des 22e journées de course d'autos à Frauenfeld. Le Glaronais, qui habite dans le canton de Zurich, a également perdu 19 centièmes de seconde par rapport à son temps de l'année dernière. Pourtant, cela lui a suffi largement pour remporter sa 40e victoire du jour et, en même temps, sa septième victoire consécutive à Frauenfeld.

«J'ai réalisé le temps le plus rapide lors de la première manche», explique Egli. «Et celle-ci n'était pas non plus exempte de fautes. Lors de la deuxième manche, j'ai freiné une fois fortement, si bien que je me suis presque arrêté. Ce n'est qu'avec beaucoup de difficultés que j'ai pu encore prendre le virage proprement. C'est bien dommage, car les conditions auraient été encore meilleures lors de la deuxième manche. Mais je pense que je n'aurais quand même pas réussi à passer en dessous de la barre des deux minutes.»

La deuxième place derrière Egli est revenue à Yves Hängärtner, qui avait terminé troisième à Bière lors du coup d'envoi de la saison. Il ne manquait au Bernois, au volant de la Dallara GP3 de Jenzer, que 1,7 seconde sur Egli. Il a interrompu prématurément la deuxième manche. «J'ai dû jouer le tout pour le tout», explique Hängärtner. «Je me suis retrouvé passablement en travers d'une porte, puis j'ai interrompu le tour pour rouler tranquillement jusqu'à l'arrivée.»

La troisième place du podium n'est pas revenue à Lukas Eugster comme prévu, mais de manière inattendue au jeune Jannis Jeremias dans la Formule Renault 2.0 de Tatuus. Eugster avait certes de grandes ambitions, mais «ce n'était sans doute pas mon jour», explique le pilote d'Herisau. «Le fait que j'ai renversé le même pylône lors des deux manches était tout simplement stupide de ma part. Après le premier entraînement, j'avais déjà pressenti que ce serait très compliqué contre Philip. Ce tracé avec ses nombreux passages étroits est un pur cauchemar pour ma large Ligier.» Bien qu'amèrement déçu par sa 9e place au classement général, Eugster, a conclu en sportif loyal, après la course: «Aujourd'hui, je n’ai rien pu faire contre Philip. Il a largement mérité aujourd'hui sa victoire du jour!»

Christia Darani Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christian Darani s'est assuré une nouvelle victoire de classe © Eichenberger

La quatrième place du scratch a été remportée, grâce au faux pas d'Eugster, par Antonino Scolaro de Jona sur un junior Osella. Cinquième au classement général derrière Scolaro et pilote le plus rapide avec une voiture de course fermée, Patrick Drack pilotait une Porsche 991-II GT3 Cup du groupe E1. Lors des deux manches, l'Argovien a battu de trois et deux centièmes de seconde le record des voitures de tourisme établi en 2022 par Christian Darani (Fiat X1/9). Le Tessinois, qui n'a été que 24 centièmes de seconde moins rapide a pris la 6e place et s'est assuré une nouvelle victoire de classe dans la catégorie E1 jusqu'à 2000 cm3 – devant les deux pilotes Porsche Christoph Zwahlen (le plus rapide dans la catégorie Interswiss) et Danny Krieg.

Manuel Santonastaso sur BMW 320 et Marco Geering sur Opel Kadett se sont également livrés un duel passionnant. Après la première manche, Geering était en tête, alors que Santonastaso a dû arrêter sa BMW après seulement quelques mètres à cause d'une batterie défectueuse. Lors de la deuxième manche, le matador local a inversé la tendance. Au final, seuls six centièmes de secondes séparaient les deux hommes.

Le champion en série Martin Bürki a lui aussi réalisé deux manches remarquables. Dans les deux cas, il est passé sous la barre des 2:15 min, laissant ainsi toutes les autres voitures deux litres derrière lui avec sa Polo 1,6 litre (à l'exception de celle de Darani)!

Patrick Drack Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Patrick Drack a été le plus rapide chez les véhicules avec toit © Eichenberger

Dans la Renault Clio Classic Cup, Michael Schläpfer a bouclé la boucle dès le premier tour. Une erreur de porte dans la deuxième manche n'a rien changé à l'ordre des choses. Schläpfer s'est imposé devant Denis Wolf et Marc Beyeler. Thomas Zürcher n'a pas pu prendre le départ. Le champion de l'année dernière se déplace actuellement avec des béquilles après une opération du ménisque, mais il espère être rétabli pour Ambri.

La victoire de la Suzuki Swiss Racing Cup, qui a déjà eu lieu le samedi, est cette fois clairement revenue à Fabian Eggenberger. Le vainqueur de Bière, Marcel Muzzarelli, a pris la deuxième place. Patrick Flammer a pris la troisième place de cette coupe de marque disputée avec des modèles hybrides. Sandro Fehr et Rico Thomann ont manqué le podium de peu.

Vous trouverez plus d'informations sur le slalom de Frauenfeld (ainsi que tous les résultats) sur Internet en cliquant sur le lien suivant.

Les champions suisses de slalom n'auront pas une longue pause. Le week-end prochain déjà, les deux prochaines courses se dérouleront à Ambri (samedi et dimanche). Le concept de deux courses en un week-end a fait ses preuves en 2021. L'organisateur, l'équipe bernoise, espère un vif engouement de la part des spectateurs. La liste de départ et le plan du parcours sont annexés ci-dessous.

Reste à savoir si Egli triomphera également à Ambri. L'athlète de 37 ans, qui semble être abonné aux victoires au classement général, est sceptique. Sur le circuit rapide de la Léventine, Eugster et Hängärtner pourraient profiter de leur avantage en termes de puissance et d'aérodynamisme. Eugster est en tout cas impatient de participer aux courses d'Ambri. «C'est ma chance!» – surtout après le week-end raté de Frauenfeld!

Et voici la suite des événements:
21/22 mai, Ambri (double évènement)
28/29 mai, Bure
25/26 juin, Chamblon

Michael Schlaepfer Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Michael Schläpfer a remporté la Renault Classic Cup © Eichenberger

Lien permanent

16.05.2022 Rapport du week-end 08/2022
Mortara 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Edoardo Mortara était dans une classe à part lors de la Formule E à Berlin

Grande Mortara! Le pilote de Formule E de Genève a fait jubiler ses fans suisses ce week-end. Et il n'était pas le seul Suisse à monter sur la plus haute marche du podium.

Quel week-end suisse sur la scène internationale! À commencer par Edoardo Mortara. Le Genevois a réalisé une performance grandiose lors du doubleheader de Berlin. Sa première pole position a été suivie de la quatrième victoire en course de Mortara en Formule E. Et le dimanche, lors de la deuxième course sur le Tempelhof de Berlin, le pilote Venturi a été pratiquement impossible à arrêter. La deuxième place, et donc à nouveau la deuxième place au championnat, est la récompense méritée d'un week-end presque parfait. «C'était un week-end inoubliable», a déclaré Mortara. «Après deux courses infructueuses, c'était exactement ce dont nous avions besoin pour le championnat.»

Sébastien Buemi, quant à lui, n'est toujours pas sorti de l'auberge. Le deuxième Suisse en Formule E a dû se contenter à deux reprises de la 14e place.

Deletraz 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le champion ELMS Louis Delétraz s'est imposé à Imola après Le Castellet

En revanche, un autre Romand a exulté. Louis Delétraz est en passe de défendre son titre dans l'European Le Mans Series. Après sa victoire d'ouverture au Castellet, le pilote LMP2 genevois a également remporté la course d'Imola. Également sur le podium: L'équipe Cool Racing avec Nicolas Lapierre, Niklas Krütten et Yifei Ye (comme troisième). Fabio Scherer n'a pas eu de chance. Le pilote d'Engelberg a terminé neuvième lors de la répétition générale pour les 24 heures du Mans, une place devant Mathias Beche.

Un Suisse est également monté sur le podium en LMP3. Nicolas Maulini s'est classé deuxième dans la deuxième catégorie la plus élevée de l'ELMS et a ainsi permis au Cool Racing, qui a terminé troisième avec la deuxième voiture, de marquer des points supplémentaires.

Il y a eu encore plus de podiums suisses à Magny-Cours lors du GT World Challenge. Le Tessinois Raffaele Marciello a remporté sa deuxième victoire de la saison après avoir terminé deuxième lors de la première manche. Le pilote d'usine Audi Patric Niederhauser est lui aussi monté sur le podium en terminant troisième de la deuxième course.

Samir Ben a également fait ses premiers pas dans le cadre du championnat allemand de la Formule 4. Son meilleur résultat lors des trois premières courses à Hockenheim a été une 13e place. L'autre suisse, Michael Sauter, l'a devancé de peu (11e place).

Et pour finir, l'Euronascar: Giorgio Maggi y a obtenu une septième place finale à Valence (E). Et pour l'Allemand Lucas Luhr, dans la nouvelle équipe de Racingfuel Motorsport, une huitième place comme meilleur résultat.

Marciello 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello, une valeur sûre en GT World Challenge

Lien permanent

13.05.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 12: Autersa Racing Team
Autersa Racing Team Logo Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'association Autersa Racing Team existe depuis 2010

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la douzième partie, nous nous rendons au canton Berne chez l’Autersa Racing Team.

L'association Autersa Racing Team est l'un des clubs les plus jeunes de la scène suisse des associations de sport automobile. Il a été fondé en 2010 par quelques personnes partageant les mêmes idées et qui avaient déjà participé à des manifestations dans le canton de Berne (slalom d'Interlaken, slalom de Saanen ou course de côte au Gurnigel). Le nom provient de l'entreprise de pièces détachées automobiles de l'ancien pilote de course et préparateur Martin Howald.

L'association compte aujourd'hui environ 60 membres. La majorité d'entre eux sont des membres passifs. Une bonne douzaine d'entre eux participent activement aux courses du championnat suisse de slalom ou de montagne. Le plus connu d'entre eux est Marcel Maurer, qui prend cette année un «congé sabbatique». Mais il y a d'autres noms de l'Autersa Racing Team qui sont connus sur la scène suisse. C'est le cas par exemple du champion 2018 de l'IS Trophy, Stephan Burri, qui sera au départ le week-end prochain à Frauenfeld, tout comme Joël Werthmüller, qui court en E1 jusqu'à 1600 cm3.

L'Autersa Racing Team veut en premier lieu offrir aux pilotes intéressés une possibilité peu coûteuse d'obtenir une licence de course. Le prix de l'adhésion active est de 65 francs, celui de l'adhésion passive de 35 francs. Il n'y a pas de programme chargé d'activités de l'association. Le président de l'association Martin Bürki, qui n'a aucun lien de parenté avec le champion de slalom en série d'Uetendorf du même nom, explique: «Nous renonçons volontairement aux rendez-vous dits obligatoires. S'il nous arrive d'aller faire du karting ou de la luge, c'est généralement une affaire spontanée.»

Néanmoins, Autersa propose également un championnat interne. Les vainqueurs de ce championnat de l'association sont récompensés chaque année en novembre lors d'une «soirée vidéo et fondue». «Et bien sûr, nous avons aussi, comme il est prévu pour une association, une assemblée générale», précise Bürki.

Il n'existe pas, ou pas encore, de site Internet de l'association. «C'est une question de temps», explique Bürki. «Jusqu'à présent, nous n'avons trouvé personne qui puisse faire ce travail consciencieusement.» Toute personne souhaitant devenir membre d'Autersa doit donc s'adresser directement à Autersa AG (www.autersa.ch) ou à Martin Bürki (mail: mk77_racing@hotmail.com).

Lien permanent

11.05.2022 Aperçu du Slalom de Frauenfeld: Egli va-t-il pouvoir résister à la pression?
Lukas Eugster 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lukas Eugster veut enfin remporter sa première victoire du jour © Cornevaux

Le Championnat suisse des slaloms 2022 va aborder sa deuxième manche ce week-end. Avec la 22e édition des «Journées de course automobile de Frauenfeld» se pose la question suivante: Philip Egli s'assurera-t-il une septième victoire consécutive au classement général sur l'Allmend?

Philip Egli a déjà triomphé six fois lors des «Journées de course automobile de Frauenfeld», ce qui est un record! Le dimanche 15 mai, le Glaronais qui vit à Zurich pourrait bien fêter son septième triomphe sur l'Allmend et son 40e au total dans le cadre du Championnat suisse de slalom. Ses chances d’y parvenir sont excellentes. Lors du coup d'envoi à Bière, Egli a prouvé que lui et sa Dallara de Formule 3 sont toujours la mesure de toute chose.

L'année dernière, Egli avait mis 2:00,96 min pour parcourir les 3,2 kilomètres du parcours. A l'époque, la course n'avait pas été parfaite, estime Egli qui pense pouvoir cette année encore faire mieux. Les spectateurs, qui seront à nouveau admis cette année et bénéficieront d'une entrée gratuite, pourraient y apporter leur contribution, mais aussi la concurrence. Mais avec Lukas Eugster (Ligier-Honda JS53) et Yves Hängärtner (GP3-Dallara), deux pilotes qui rendront la vie d'Egli aussi difficile que possible seront au départ, comme à Bière.

Pour Eugster, les Journées de course automobile de Frauenfeld sont un match à domicile. Le pilote d'Herisau est impatient de remporter sa première victoire du jour, alors qu’il est déjà monté huit fois sur le podium, en deuxième ou troisième position. Seul handicap pour Eugster: il devra se contenter de «l'ancien» moteur, qui ne développe qu'environ 255 chevaux. «Mais je vais faire l'impossible pour remporter ma première victoire du jour», annonce Eugster. «J'ai déjà talonné Philip à Bière et je sais où je peux encore m'améliorer.»

Philip Egli 2022 Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli peut fêter sa 40e victoire du jour à Frauenfeld © Kaufmann

Hängärtner a lui aussi laissé entrevoir son potentiel lors de l'ouverture de la saison à Bière. Après la première manche, il était encore deuxième – derrière Egli – avec sa Dallara GP3 remise à neuf par Jenzer Motorsport. Puis il a manqué une porte lors de la deuxième manche. S’il ne commet pas de faute à Frauenfeld, ce pilote âgé de 46 ans de Gerolfingen comptera également parmi les candidats à la victoire finale.

Joël Burgermeister ne sera pas au départ. Le Thurgovien aurait certes bien aimé prendre le départ à Frauenfeld, mais il a dû se retirer après un test en Italie avec sa Tatuus de Formule 4. «Nous devons réviser le moteur», dit Burgermeister. «Je ne veux pas me présenter à Frauenfeld avec une voiture qui n’est pas à son top. Je préfère y renoncer et tout mettre en œuvre pour être prêt le jour J pour la saison des courses de côte.»

Dans la catégorie des voitures de tourisme, tous les regards sont tournés vers Christian Darani et sa Fiat X1/9. Le Tessinois a été le plus rapide à Bière avec une voiture de tourisme et il mettra tout en œuvre pour remporter à nouveau sa catégorie E1 jusqu'à 2000 cm3 à Frauenfeld, où il a déjà gagné le classement des voitures de tourisme en 2021. En ce qui concerne le championnat, Darani est également bien placé par rapport à ses adversaires de classe. 16 pilotes prendront le départ dans la catégorie E1 jusqu'à 2000 cm3, ce qui fait qu’elle comporte le plus grand nombre de participants.

Aeberhardt biere Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
René Aeberhardt dans l'Opel Kadett est l'un des pilotes dans la catégroie IS © Kaufmann

Dans la catégorie de plus faible cylindrée, la E1 jusqu'à 1600 cm3, Martin Bürki est incontestablement le favori. Toutefois, le champion de slalom en série n'a que douze adversaires, ce qui peut être un facteur déterminant pour le championnat au moment du décompte final.

L'Interswiss (jusqu'à 2000 cm3), avec le matador local Manuel Santonastaso (BMW 320), compte également un plus grand nombre de participants que l'E1 de Bürki. 15 pilotes y prendront le départ dimanche.

Parmi les autres stars des voitures de tourisme, on compte Christoph Zwahlen (Porsche 911, troisième aux voitures de tourisme de Bière), René Aeberhardt (Opel Kadett), Hermann Bollhalder (Opel Speedster), Simon Wüthrich (VW Golf), Bruno Ianniello (Lancia Delta) ainsi que le pilote BMW Martin Bürki, qui participe à la E1 jusqu'à 3000 cm3, mais qui n'a aucun lien de parenté avec le champion de slalom en titre du même nom.

La Renault Classic Cup s'annonce elle aussi passionnante, notamment dans le groupe des Clio 3. Sept pilotes y prendront le départ. Outre le vainqueur de l'année dernière Thomas Zürcher, Denis Wolf et Michael Schläpfer comptent parmi les meilleurs.

La Suzuki Swiss Racing Cup, qui se déroulera le samedi, va comporter elle aussi des courses passionnantes. 19 pilotes seront au départ de la première course, 17 de la deuxième. A Bière, Marcel Muzzarelli était de loin le pilote le plus rapide de la première coupe de marque de Suisse avec technologie hybride. L'avenir nous dira si le matador local arrivera de nouveau à distancer ses concurrents. Fabian Eggenberger, Sandro Fehr et Patrick Flammer vont certainement lui donner du fil à retordre.

Le coup d'envoi de la 22e édition des Journées de courses automobiles de Frauenfeld sera donné le samedi 14 mai par les catégories locales et la Suzuki Swiss Racing Cup. Les premières courses auront lieu à partir de 8h30. La dernière remise des prix est prévue à 18h00. Le dimanche 15 mai, les courses nationales débuteront à 9 heures et dureront jusqu'à 17 heures environ. Le parcours mesure 3,2 kilomètres (comme l'année dernière) et compte 49 portes.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Dates du Championnat suisse des slaloms 2022
30 avril/1er mai, Bière
14/15 mai, Frauenfeld
21/22 mai, Ambri (double manifestation)
28/29 mai, Bure
25/26 juin, Chamblon

Simon Wuethrich 2021 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Un autre avec lequel il faut toujours compter: Simon Wüthrich © Eichenberger

Lien permanent

11.05.2022 Jeffrey Schmidt met un terme à sa carrière en sport automobile
Schmidt Jeffrey Karriereende 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jeffrey Schmidt arrête après 20 ans de carrière

Jeffrey Schmidt (28) met un terme à sa carrière active dans le sport automobile. Le Bâlois ne prendra pas le départ d'une série de courses cette année. «Le temps est venu de me consacrer à d'autres défis.»

Ce qui se dessinait clairement depuis quelques semaines est désormais officiel. Jeffrey Schmidt va se retirer du sport automobile après plus de 20 ans et raccroche son casque au fameux clou.

Schmidt a commencé sa carrière en 2001 en karting, puis à partir de 2007 sur la scène internationale. En 2011, il a fait le saut dans la course de formule en prenant le départ de l'ADAC Formel Masters. Dès sa deuxième année, il a su convaincre sur toute la ligne et a terminé troisième au classement général. Bien que Schmidt ait réussi son test de Formule 3 avec le meilleur temps, il s'est tourné vers le sport GT en 2013.

Jusqu'en 2016, Schmidt a participé à des courses de la Porsche Carrera Cup Deutschland, dans laquelle il a fêté la troisième place du classement général des pilotes en 2015. Parallèlement, Schmidt a également couru dans son équivalent international, la Porsche Mobil 1 Supercup. Avec plusieurs pole positions, 20 podiums et plusieurs victoires, ainsi que le titre de champion de la Porsche Middle East Cup en 2016, Jeffrey Schmidt a prouvé son talent parmi les meilleurs pilotes de course du monde.

Dès sa première année en GT, Schmidt s'est aventuré sur la légendaire Nordschleife. En 2013, il a disputé sa première course d'endurance aux 24 heures du Nürburgring au volant d'une Porsche 997 GT3 Cup de l'équipe Haribo Porsche Racing. Une panne de moteur après plus de 23 heures l'a empêché dans les derniers mètres d'obtenir un résultat de premier plan pour ses débuts en endurance alors qu'il n'avait que 19 ans.

De 2017 à 2021, Schmidt a participé à l'ADAC GT Masters. Au total, il a réussi à monter dix fois sur le podium, dont trois fois en tant que vainqueur. Il a remporté la plupart de ses victoires lors de son dernier passage en GT avec Callaway Competition sur une Corvette C7 GT3-R. La finale de l'ADAC GT Masters en novembre dernier sur le Nürburgring avec la Callaway Corvette a été sa dernière course.

C'est toutefois en endurance que Jeffrey Schmidt a probablement remporté ses plus grands succès. Une deuxième place aux 24h de Daytona en 2017 a été suivie d'une troisième place à la classique des 24h de Spa et d'une deuxième place au VLN en 2018.

La décision d'aller voir ailleurs a été prise fin 2021, explique Schmidt. Une décision qui n'a pas été prise facilement.

Un retour sportif n'est pas totalement exclu. Mais pour l'instant, Schmidt souhaite se consacrer plus intensément à sa propre entreprise, qu'il a fondée en 2017 après avoir terminé ses études d'économie à l'université de Bâle et qu'il dirige depuis avec beaucoup d'engagement vers le succès. Par conséquent, même s'il ne court pas après le dernier millième, il s'acquittera toujours de ses tâches avec perfection et engagement.

Schmidt Jeffrey Karriereende 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'un de ses plus grands succès: 2e place à Daytona en 2017

Lien permanent

10.05.2022 Slalom Bure: délai d'inscription prolongé jusqu'au 17 mai 2022
Bure 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le slalom de Bure a été disputé pour la dernière fois en 2019 © Eichenberger

Etant donné qu'au 9 mai 2022, seulement 69 pilotes LOC et 82 pilotes NATionaux se sont inscrits pour l'événement Slalom de Bure du 28/29 mai 2022, l'organisateur prolonge sa période d'inscription jusqu'au mardi 17 mai 2022 à 24h00.

Les pilotes sont invités à s'inscrire sur le portail en ligne de https://gvi-timing.ch/events/bure22/

Lien permanent

10.05.2022 Marcel Steiner: «J'ai cru que c'était fini!»
Steiner Marcel Feuer Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ce n'est pas ainsi que Marcel Steiner s'imaginait la préparation de la saison © Steiner

Marcel Steiner s'en est apparemment tiré à bon compte après l'incendie de son véhicule la semaine dernière à l'Anneau du Rhin. Le Bernois est en tout cas confiant quant à sa présence au départ de l'ouverture de la saison à Hemberg (12 juin).

On commence par ne pas avoir de chance, puis la malchance s'en mêle. Depuis que Marcel Steiner a décidé de passer d'un V8 Mugen de 3 litres à un moteur Honda turbo de 1,7 litre, la malchance lui colle aux pieds. Outre la crise Corona, qui n'a pas été la seule à lui jouer des tours, le projet «moteur turbo» a déjà bégayé trois fois. Cela a commencé par des soupapes trop souples. Ensuite, il y a eu une panne de piston et maintenant, lors d'un test à l'Anneau du Rhin, le LobArt du quintuple champion suisse de la montagne a même pris feu.

«Peu avant de freiner dans le virage devant le paddock, tous les voyants rouges s'allument sur l'écran – alarme de pression d'huile!», raconte Steiner. «J'ai freiné la voiture aussi vite que possible pour que l'embrayage centrifuge sépare le moteur de la boîte de vitesses (il n'est malheureusement pas possible de débrayer en cours de route). Lorsque je me suis arrêté, j'étais déjà assis dans une épaisse fumée. J'ai d'abord pensé à une fuite d'huile sans gravité. Mais en sortant de la voiture, la fumée s'est révélée être un incendie. Malheureusement, je n'avais déjà plus accès à l'extincteur. Je n'ai donc pu que regarder brûler le LobArt, construit avec beaucoup de dévouement au cours d'innombrables heures.»

Après des secondes qui semblaient interminables, les secours sont arrivés du paddock. Le pilote d'Opel cadet Jürg Ochsner, qui se trouvait également sur place, s'est emparé d'un extincteur, a accouru et a éteint la voiture de course de Steiner. Immédiatement après, le véhicule de sécurité du circuit est également arrivé sur place avec un autre extincteur.

La cause de l'incendie est un joint qui s'est détaché de la pompe à huile. «Sur le moment, je me suis dit: c'est fini. Pas seulement avec cette saison, mais avec toute ma carrière», dit Steiner. Mais le pilote d'Oberdiessenbach semble avoir eu encore une fois de la chance dans son malheur. «Après le nettoyage sommaire et la première analyse des dégâts, il semble que nous nous en soyons sortis avec un œil au beurre noir», estime Steiner. «L'important, c'est que le moteur ne semble pas avoir été touché. Le faisceau de câbles qui passe sous la plaque d'aluminium du moteur est lui aussi intact.»

Steiner est confiant dans le fait qu'il pourra remettre sa voiture de course en état de marche d'ici la première course de côte à Hemberg (12 juin). Il espère en outre que la sorcière des pannes et le démon du feu ne se manifesteront plus à l'avenir. Car jusqu'à l'incendie, la voiture fonctionnait parfaitement. «J'ai pu tester et ressentir tous les niveaux de puissance sur le circuit», explique Steiner. «Dans les niveaux de puissance supérieurs, le moteur pousse déjà de manière imposante.»

Steiner Marcel 2022 04 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le quintuple champion suisse de la montagne Marcel Steiner © rk-photography.ch

Lien permanent

09.05.2022 Attribution des points Critérium Jurassien 2022
2 crite coppens 2 2 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
48,55 km ont été supprimés lors du Critérium Jurassien © Cornevaux

Lors du Critérium Jurassien 2022, deux des neuf épreuves ont dû être annulées en raison des conditions météorologiques. Cela a maintenant des conséquences sur l'attribution des points.

Suite à l'annulation de plusieurs épreuves spéciales en raison des conditions météorologiques (notamment des routes fermées), le Rallye Critérium Jurassien 2022 n'a pas atteint le nombre minimum de kilomètres requis pour l'attribution des points selon le Rallye «Type I» (longueur minimale des épreuves spéciales: 140 km). Cela a donné lieu à diverses discussions concernant l'attribution des points pour le championnat suisse, car le nombre minimum de kilomètres des épreuves spéciales n'a pas pu être atteint en raison de circonstances particulières. Le règlement particulier prévoyait également un classement pour un rallye de «type I».

La Commission sportive nationale (CSN) d'Auto Sport Suisse a pris la décision suivante concernant l'attribution des points pour le championnat suisse pour le Rallye «Critétrium Jurassien»:

Le nombre minimum de kilomètres dans le cadre des épreuves spéciales n'ayant pas été atteint pour un classement selon le «Rallye de type I» en raison de circonstances particulières, la CSN a décidé à la majorité d'attribuer les points selon le «Rallye de type II» (épreuves spéciales de 80 à 139 km).

Cette décision de la CSN est définitive et ne peut pas être contestée. Elle ne peut pas non plus servir de précédent pour les décisions futures concernant l'attribution des points pour les championnats suisses. Dans de telles circonstances particulières, des décisions individuelles seront prises au cas par cas.

Lien permanent

09.05.2022 Rapport du week-end 08/2022
Sebastien Buemi Spa 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi espère faire mieux aux 24 Heures du Mans après son abandon à Spa

Pour les Suisses engagés au niveau international, il n'y a pas eu beaucoup de raisons de se réjouir ce week-end. C'est surtout le week-end WEC à Spa qui a été décevant du point de vue suisse.

Pour Sébastien Buemi, la répétition générale en vue des 24 heures du Mans (11/12 juin) s'est terminée par un abandon. La course s'est terminée après seulement une heure et demie pour la Toyota GR010 Hybrid #8. Un problème fondamental sur le système hybride a stoppé la course de Buemi. Si ce dernier s'est ensuite réjoui de la victoire de sa voiture sœur, le Vaudois n'a pas pu cacher sa déception. «Nous devons maintenant découvrir ce qui a exactement causé la panne de notre voiture et espérer être en mesure de nous battre pour la victoire au Mans.»

D'autres Suisses du WEC n'ont pas non plus eu la chance de leur côté lors de la course de 6 heures à Spa, parfois très chaotique. En LMP2, Louis Delétraz et Nico Müller se sont classés respectivement 10e et 16e, et Thomas Flohr (4e en LMGTE AM), Niki Leutwyler (5e) et Rahel Frey (11e) ont également manqué le podium dans leur catégorie.

Alexander Fach Spa 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Deux fois meilleur rookie: Alexander Fach jr.

Alexander Fach a fait mieux. L'ancien champion de la GT3 Cup en Porsche Sports Cup Suisse a été le meilleur rookie lors de l'ouverture de la saison de la Porsche Carrera Cup dans le cadre du WEC, terminant respectivement 13e et 12e des deux manches.

Dans les catégories juniors les Suisses n'ont pas non plus obtenu de résultats supérieurs au milieu du tableau. En Formule 3 régionale, Joshua Dufek s'est classé 12e et 10e, Axel Gnos 18e et 29e. Lors de l'ouverture de la Formule 4 italienne (également à Imola), les deux novices Ethan Ischer (Jenzer Motorsport) et Elia Sperandio (Maffi Racing) ont marqué leurs premiers points dans le classement des rookies. Le meilleur résultat a été une 15e place (pour Ischer) et une 17e place (pour Sperandio).

Pour Fabienne Wohlwend, le début de la saison des W Series à Miami ne s'est pas non plus déroulé comme prévu. Alors qu'elle était sur une bonne route vers le podium, elle a été éliminée lors de la première manche après une collision. Lors de la deuxième manche, la Liechtensteinoise s'est classée onzième.

Ischer Ethan Imola 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ethan Ischer est l'un des deux Suisses en Formule 4 italienne

Lien permanent

04.05.2022 Philip Egli: «Ambri sera serré!»
Egli Frauenfeld 2021 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli a la concurrence dans son rétroviseur © Eichenberger

Philip Egli a fêté sa 39e victoire générale lors du coup d'envoi du Championnat suisse des slaloms 2022 à Bière. A Frauenfeld, lors de la prochaine rencontre, l'exilé glaronais veut atteindre les «40».

Philip Egli continue d'être la référence. Le Glaronais, qui vit depuis des années à Zurich, a remporté pour la 39e fois la victoire du jour lors du début de la saison du Championnat suisse des slaloms à Bière. Dans les deux manches, l’homme de 37 ans a réalisé le meilleur temps. A l'arrivée, il avait 1,33 seconde d'avance sur le deuxième, Lukas Eugster, et 1,51 seconde sur Yves Hängärtner. Le fait que la concurrence le talonne n'a pas échappé à Egli. Malgré tout, il croit fermement qu'il pourra atteindre les «40» lors de sa course à domicile à Frauenfeld le 15 mai.

Félicitations pour ta 39e victoire du jour. Le prochain coup suivra-t-il à Frauenfeld?
Philip Egli:
C'est l'objectif. Mais ce ne sera certainement pas facile. Lukas (Eugster) a déjà laissé entendre à Bière qu'il était très rapide. Et Yves (Hängärtner) a lui aussi été très bon dès le début. De plus, Joël Burgermeister est de retour. Et il était déjà très fort l'année dernière à Frauenfeld.

Est-ce que c’est ton concept éprouvé qui te permet de garder la concurrence derrière toi?
Je roule depuis longtemps. C'est certainement l'une des raisons pour lesquelles cela s'est bien passé à Bière également. La combinaison «pilote/voiture» fonctionne. Dès que je prends place dans la voiture, cela me convient et je me sens très à l'aise.

Le package «Formule 3 Dallara/Philip Egli» n'a-t-il pas encore atteint son but?
Ce n'est pas comme si je me contentais de m'asseoir et d'accélérer. Je travaille constamment sur moi et sur la voiture. Le plus grand saut, je l'ai fait il y a des années avec le nouveau moteur. Je ne réussirai plus de tels sauts – c'est certain. Mais on peut toujours améliorer des choses dans les détails. De plus, on ne réussit jamais la course parfaite. On peut donc toujours faire mieux.

Egli Philip Biere 2022 Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
A Bière, Egli a fêté sa 39e victoire du jour au total © Kaufmann

Tu as participé à quelques courses l'année dernière et tu as également profité des journées de test à Ambri pour te préparer. Penses-tu que cela t'a donné un avantage sur tous ceux qui n'ont pas ou peu couru ces deux dernières années?
Si quelqu'un n'a effectivement pas parcouru un mètre au cours des deux dernières années, c'est certainement un désavantage. Mais si tu as déjà couru à ce niveau auparavant, tu retrouves très vite la forme.

Pour la prochaine course à Frauenfeld, tu sembles plutôt confiant. Qu’est-ce que tu en penses de la double épreuve d'Ambri, qui a lieu seulement une semaine après le slalom de Frauenfeld?
Ce sera certainement plus serré. Je pense que Lukas sera très fort à Ambri. C'est un circuit aéro. Cela devrait convenir à sa voiture.

A quel point ton concurrent et collègue de longue date Marcel Maurer te manque-t-il?
C'est dommage que Marcel ne court pas cette année. Il me manque donc une référence dans ma catégorie. Nous nous sommes poussés mutuellement.

Comment as-tu ressenti le parcours de Bière du point de vue d’un pilote? C'était la première fois que l'on roulait dans le sens inverse.
J'ai trouvé le tracé très intéressant. Le placement des portes était également bon. Le parcours était fluide et rapide. Nous avons atteint une vitesse de pointe de plus de 200 km/h.

Maurer Egli Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ils se sont poussés pendant des années: Marcel Maurer (à gauche) et Philip Egli © Eichenberger

Lien permanent

04.05.2022 Résultats du Slalom de Bière

Après l'évaluation des classements signés par le jury le dimanche 01 mai 2022 à 19h50, les classements du championnat suisse Slalom ont été retravaillées et adaptées là où cela était nécessaire.

Vous les trouverez ici :

https://motorsport.ch/fr/automobile/championnat-suisse

Lien permanent

03.05.2022 Porsche Sports Cup Suisse: Forte performance de Ferati
PSCS Ferati 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Coup d'envoi du PSCS au Red Bull Ring avec le leader Jasin Ferati #13

Lors du coup d'envoi de la Porsche Sports Cup Suisse au Red Bull Ring (A), Jürg Aeberhard et le nouveau pilote de promotion Porsche Jasin Ferati se sont partagés les victoires en GT3 Cup.

Pour l’ouverture de la saison en Porsche Sports Cup Suisse, Jasin Ferati a fait une entrée en matière convaincante sur le Red Bull Ring, en Autriche: le pilote parrainé par le Porsche Motorsport Club Suisse et par Porsche Schweiz AG a défendue sa position au premier manche jusqu’au 13e des 17 tours du circuit du Grand Prix, dont le parcours mesure 4,319 km. Mais une erreur de conduite l’a ensuite contraint à céder le pas à Jürg Aeberhard. Ce pilote de 35 ans originaire de Biglen, champion de la Porsche Super Sports Cup Allemagne en 2014, a mis fin à sa pause pour faire un comeback à sa mesure en sport automobile.

Dans la première manche, la troisième place est elle aussi allée à un éminent pilote qui fête son retour, Ernst Keller, champion de la GT3 Cup 2018. Au septième tour, le pilote de Regensdorf a réussi à passer devant Gregor Burkard, dépassé au même moment par Alexander Schwarzer et Jan Klingelnberg. Schwarzer avait pris le départ en neuvième position et non en troisième, car il s’était équipé de nouveaux pneus de course Michelin. Au terme d’une course héroïque, il aura quand même réussi à se hisser à la quatrième place.

Dans la seconde course de la GT3 Cup, Jasin Ferati a montré qu’il apprenait vite : le poids plume a poursuivi Jürg Aeberhard sur 13 tours. Après un léger contact, il a pris la tête de la course peu avant la fin et a engrangé sa première victoire avec 1,7 s d’avance. Dans le duel pour la troisième place, Alexander Schwarzer s’est imposé face à Ernst Keller. La cinquième place est revenue à Mike Knutzon. Le Suédois avait déjà gagné trois places au premier tour et avait vaillamment défendu sa position face à Gregor Burkard.

«Ce week-end, je suis monté pour la première fois à bord de la Porsche 911 GT3 Cup et ça a été une expérience formidable», a déclaré Jasin Ferati. «Malheureusement, dans la première course, je n’ai obtenu que la deuxième place, car j’ai fait une petite erreur. Mais cela fait sans doute partie de mon apprentissage, il me manque encore beaucoup d’expérience. Ensuite, j’ai réussi à gagner la deuxième course.»

Dans le groupe GT4 Clubsport, « Gioga » et Antonio Spavone se sont partagé les victoires dans la catégorie des 718 Cayman GT4 équipées du pack MR. Dans celle des voitures de sport à moteur central sans pack MR, c’est d’abord la favorite locale Lena Knötzl qui est montée en haut du podium. La deuxième manche a été remportée par Jens Richter. Le vainqueur du classement général a été Valerio Presezzi, qui pilotait la nouvelle Porsche 718 Cayman GT4 RS Clubsport. En Open GT, c’est d’abord Enzo Calderari, légende schwytzoise du sport automobile, qui est sorti vainqueur avec sa 911 GT3 R, puis le pilote de la 911 GT3 Cup Johannes Kapfinger. Dans la Porsche Drivers Competition, le tenant du titre Nicolas Garski a poursuivi sa success-story en remportant deux nouvelles premières places.

Pour plus d'informations sur la Porsche Sports Cup Suisse, cliquez sur le lien suivant.

PSCS Aeberhard 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jürg Aeberhard vainqueur de la première course de la GT3 Cup

Lien permanent

02.05.2022 Slalom de Bière: Egli fête de justesse un triomphe
Egli Philip Biere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli a fêté sa 39e victoire du jour à Bière © Cornevaux

Le coup d'envoi du Championnat suisse des slaloms 2022 à Bière s'est déroulé comme on avait pu s’y attendre. Mais le vainqueur du jour, Philip Egli, est désormais talonné par ses concurrents.

Philip Egli a fêté à Bière sa 39e victoire du jour dans le cadre du Championnat suisse des slaloms. Le natif de Glaris, qui vit depuis des années à Zurich, n'a rien lâché sur le parcours (4,1 kilomètres et 71 portes) emprunté pour la première fois dans le sens inverse. Egli a réalisé le meilleur temps dans les deux manches et a été par ailleurs été le seul coureur à rester en dessous de 2h19 min. Mais le pilote de la Dallara F393 n’a plus été devancé de beaucoup ses concurrents comme cela avait été le cas lors de certains slaloms en 2019. La concurrence s'est rapprochée dangereusement du vainqueur en série dès la première manche sur les bords du lac Léman. À commencer par Lukas Eugster dans sa Ligier-Honda ainsi que par Yves Hängärtner dans l'ex-Jenzer-Dallara GP3 dotée d'un moteur turbo nouvellement développé par Eggenberger Motorenbau.

Pour Eugster, la course s'est terminée à la deuxième place du classement général. Son retard sur Egli a été de 1,33 seconde. Selon le pilote de Suisse orientale, qui n'a plus couru depuis deux ans, il aurait été tout à fait possible de faire mieux encore. «Mais j'ai malheureusement dû rouler à nouveau avec le moteur d'origine, qui ne développe qu'environ 255 CV. Le nouveau moteur, qui a plus de puissance, doit retourner chez le préparateur. Étant donné ces conditions, je suis très satisfait de ma performance.»

Hängärtner aurait peut-être lui aussi pu faire un peu mieux lors de sa première participation avec la GP3. Mais le Bernois, qui se trouvait encore en deuxième position devant Eugster après la première course, a commis une erreur de portail dans le premier kilomètre. «Je suis content d’avoir pu rouler pour la première fois avec ma nouvelle voiture sur une piste sèche», a déclaré Hängärtner, à qui il a manqué 1,51 seconde sur Egli et 18 centièmes de seconde sur Eugster au classement final.

Haengartner Yves Biere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Yves Hängärtner a terminé troisième pour sa première en GP3 © Kaufmann

La quatrième place du Scratch est revenue à un autre revenant: Joël Volluz. Le Valaisan n'avait pas parcouru un seul kilomètre en voiture de course depuis Les Rangiers en 2019 et il a considéré le slalom de Bière comme une préparation à la saison des courses de côte de cette année. «Ça s'est plutôt bien passé», a déclaré Volluz, satisfait. «Il s'agissait pour moi en priorité de retrouver à nouveau peu à peu ma vitesse.»

Le sextuple champion suisse de la montagne Éric Berguerand et le pilote de Formule 4 Thomas Zürcher n'ont pas été au départ. Pour Berguerand, le boîtier du moteur était bloqué à la douane. Le Valaisan l'a pris avec philosophie. «Il sera probablement livré ce lundi...» Zürcher a renoncé à participer à la course parce qu'il n'a pas pu effectuer de test de performance avant Bière. «Le risque de casser à nouveau quelque chose a été trop élevé à mes yeux», a déclaré le pilote de Thierachern (BE).

Volluz Joel Biere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le revenant Joël Volluz au volant de l'Osella a terminé quatrième au classement général © Cornevaux

Le temps de 2:27,53 min que Bernhard Mühlemann est censé avoir réalisé en tant que vainqueur chez les voitures de tourisme est encore en cours de vérification et on peut supposer que le meilleur pilote de voiture de tourisme était, comme la dernière fois à Ambri en 2021, le Tessinois Christian Darani sur sa Fiat X1/9 blanche. Lors des deux manches, ce pilote de 52 ans de Mairengo a réalisé le meilleur temps des voitures de tourisme et a ainsi été le vainqueur incontesté de la catégorie E1 jusqu'à 2000 cm3. Juste derrière lui, Martin Bürki a réalisé le deuxième meilleur temps au volant de sa VW Polo (E1 jusqu'à 1600 cm3). Le champion de slalom en titre aurait pu être une menace pour Darani lors de la deuxième manche. Mais Bürki a écopé de dix secondes de pénalité pour avoir touché un pylône.

Dans la catégorie Interswiss, Christoph Zwahlen s'est imposé dans sa Porsche 997 GT3 face à Manuel Santonastaso (BMW 320) et René Aeberhardt (Opel Kadett GTE).

Dans la Suzuki Swiss Racing Cup, qui s'est disputée déjà le samedi, la victoire a été remportée haut la main par Marcel Muzzarelli. Fabian Eggenberger a pris la deuxième place. La troisième place est revenue à Sandro Fehr. 17 pilotes, répartis sur 13 nouvelles Suzuki Swift Sport 48V Hybrid, ont pris le départ.

Pour de plus amples informations sur le slalom de Bière, prière de consulter le lien suivant: https://slalom-de-biere.ch

Et voici la suite des événements:
14/15 mai, Frauenfeld
21/22 mai, Ambri (double évènement)
28/29 mai, Bure
25/26 juin, Chamblon

Darani biere Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christian Darani en action avec sa Fiat X1/9 © Kaufmann

Lien permanent

02.05.2022 Rapport du week-end 07/2022
Mueller Nico Portimao 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller a enfin pu jubiler à Portimào

Le week-end dernier, Nico Müller n'a pas été le seul Suisse à monter sur la plus haute marche du podium. Notre rapport du week-end fait le point sur les autres succès.

Nico Müller, pilote d'usine Audi, a retrouvé sa forme lors du coup d'envoi de la saison DTM 2022. Après être resté sans victoire l'année dernière et avoir terminé le championnat à une décevante dixième place, le Bernois a enfin pu jubiler lors de la première course à Portimão. Mais seulement lors de la deuxième course: lors de la première, Müller a abandonné au troisième tour à cause d'une crevaison.

Le vice-champion 2019 et 2020 s'est réjoui de sa première victoire en DTM depuis novembre 2020 à Hockenheim: «Je suis simplement très heureux, nous avons travaillé si dur pour cela. Nous savons à quel point ce championnat est difficile cette année, nous sommes d'autant plus heureux d'avoir réussi à remporter cette victoire.»

Son collègue de marque Ricardo Feller peut lui aussi être satisfait de son premier week-end en DTM. Lors de la première course, il est passé de la 13e place sur la grille de départ à la 6e place. Dans la deuxième, il est parti de la 9e place et a défendu cette position jusqu'à l'arrivée. Rolf Ineichen n'a pas pris le meilleur départ. Le Lucernois de l’équipe GRT est reparti sans points du Portugal pour sa première en DTM.

Deletraz Louis L Aguna Seca 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz (à droite) a remporté sa première victoire aux Etats-Unis

Raffaele Marciello a assuré un autre triomphe suisse. Le Tessinois a remporté à Brands Hatch, avec son coéquipier Tim Boguslavskiy, la deuxième course de la série de sprints du GT World Challenge. Marciello était déjà monté sur la troisième marche du podium lors de la première manche. Patric Niederhauser, qui partage le cockpit avec Aurélin Panis dans la série de sprints, s'est classé 5e et 6e.

Louis Delétraz s'est également hissé au sommet de l'IMSA à Laguna Seca. Le Genevois a remporté la catégorie LMP2 avec son coéquipier John Farano. C'était la première victoire de Delétraz aux États-Unis.

Les deux pilotes suisses de Formule E ont eu moins de succès. Sébastien Buemi a pris le départ du e-Prix de Monaco depuis la dernière ligne et a tout de même marqué quatre points en se classant huitième. Edoardo Mortara a pris le départ en 16e position et se trouvait en sixième position lorsque son coéquipier Lucas di Grassi l'a mis hors course. La frustration de Mortara était compréhensible. «Mon coéquipier m'a mis hors course. Il a crevé mon pneu et j'ai dû abandonner. Honnêtement, c'est difficile à comprendre pour moi.»

Mortara Edo Monaco 2022 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Edoardo Mortara s'est énervé contre son coéquipier au e-Prix de Monaco

Lien permanent

29.04.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 11: Renault Classic Club
Logo RCC Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La Renault Classic Cup fête ses 30 ans cette année

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. La onzième partie est consacrée au Renault Classic Club, que nous avons également présenté récemment dans le magazine.

On a l'impression que c'était hier. Et pourtant, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis. Le 19 novembre 1991, la plus ancienne coupe de marque de Suisse était créée. À l'époque, elle s'appelait R5CC, Renault 5 Classic Cup. Les premières courses furent disputées en 1992.

Renault Suisse avait créé la première coupe en 1978. Au début des années nonante, faire courir les nouveaux modèles et les anciens dans la même série a commencé à poser problème. «Outre le fait que la volonté de changement est venue de Paris, cela n'avait plus de sens en termes de marketing», se souvient André Hefti, un vétéran de Renault Suisse. «Néanmoins, de nombreux clients voulaient continuer de courir avec leurs anciens modèles. C’est ainsi que naquit la Renault 5 Classic Cup.»

À ses débuts, la R5CC n'était pas une coupe de marque officielle. Les R5 couraient en Interswiss jusqu'à 2 litres, «ce qui ne faisait pas que des heureux», explique Hubert Wenger, l'un des pères fondateurs de la R5CC avec Thury Knobel et Kari Baumgartner, et son premier président.

La Renault Classic Cup ne fut considérée comme une série à part entière qu'à partir de 2007. «À l'époque, nous recevions encore beaucoup de matériel et de pièces de rechange de Renault. Le mérite en revient à André Hefti, toujours bien disposé à notre égard», explique Stephan Zbinden.

Zbinden, qui pilote encore aujourd'hui à l’âge de 58 ans, décrocha le titre en 1994. À l'époque, c'est Alain Menu qui lui remit la coupe en fin de saison. Il en est encore fier aujourd'hui. En 1995, le Bernois de Zimmerwald présida pour la première fois cette série qui fut disputée par des R5 GTE pendant encore deux ans. La première Renault Clio entra en scène en 1997. Hormis un bref intermède avec la Mégane (2000-2006), les pilotes de la RCC ont toujours couru avec des Clio depuis lors.

Ce n'est pas tout à fait évident, car le club est tributaire des voitures de course de Renault. Et si les Français arrêtaient leur département course, la RCC serait directement touchée. Mais cela ne semble pas être le cas pour le moment. La Clio en est déjà à sa quatrième génération. Et la Clio V a fait ses débuts en course en 2020. «La poursuite de l'histoire de la Clio en course est donc garantie pour nous aussi», confie Stephan Zbinden.

Après une année 2020 privée de compétitions, la Renault Classic Cup a connu une saison (presque) normale l'année dernière, malgré la pandémie. Quatre manifestations, plus le double événement d'Ambri, ont donné lieu à une année variée. «Nous sommes allés une fois au Nürburgring et à Hockenheim», explique Stephan Zbinden. «Il y a eu aussi les slaloms de Frauenfeld et d’Ambri, ainsi que la course de côte d’Oberhallau.»

La Renault Classic Cup a toujours misé sur le mélange des disciplines. C'est pour cela que tant de pilotes l’apprécient. «On sait pourquoi il n'y a eu qu’onze voitures en lice en 2021», constate le président. Mais la grille devrait à nouveau s'agrandir en 2022: «Je compte sur une quinzaine de voitures», poursuit-il.

Une autre particularité de la série de courses organisée par le club privé des propriétaires et pilotes de différents modèles de Clio est le calendrier. Il est déterminé par les concurrents eux-mêmes, sauf quand la pandémie annule toutes les règles.

L'année dernière, c’est Thomas Zürcher qui s'est imposé en Renault Classic Cup. Le sextuple champion a même pu se permettre d’«aller voir ailleurs» en alignant sa monoplace de Formule 4 à Oberhallau. Il s'est démarqué de la concurrence très tôt dans la saison. Notamment parce qu'en tant que pilote de Clio III, il a toujours pu faire le plein de points dans sa catégorie à l'exception des courses du Nürburgring, alors que les pilotes de Clio II et IV ne marquaient que des demi-points par manque de concurrence.

Zürcher a remporté le championnat 2021 devant Denis Wolf, qui s’était adjugé le titre en 2017 et 2018. La troisième place est revenue à Michael Schläpfer, passé d'une Clio 2 à une Clio 3 la saison dernière et vainqueur de sa classe à Oberhallau.

En termes de coûts, disputer la Renault Classic Cup est gérable. Les Clio sont considérées comme des voitures très solides. Une Clio 3 d'occasion s’achète pour environ 25'000 francs et il faut compter 35'000 francs pour une Clio IV. Lors d'une course sur circuit, les frais d'inscription s'élèvent à 700 euros pour le week-end, essais, qualifications et course inclus. Abstraction faite du coût d'acquisition de la voiture, Stephan Zbinden estime qu’une saison revient entre 10'000 et 15'000 francs.

Les prix en espèces promis pour cette saison anniversaire semblent également prometteurs. Le président ne veut pas donner de montant exact, mais il serait considérable: «Nous n’en avions jamais eu autant à disposition que cette année», lâche-t-il. Un vrai cadeau d'anniversaire pour la Renault Classic Cup!

Pour plus d'informations, consultez le site Internet www.renault-classic.ch

Lien permanent

27.04.2022 Aperçu du Slalom de Bière: nouveau tracé et beaucoup de points d'interrogation
Egli Philip Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli est l'un des favoris pour la victoire du jour à Bière

Le Championnat suisse des slaloms 2022 débutera ce week-end à Bière. Quelque 300 compétiteurs et compétitrices se sont inscrits. Parmi eux, on trouve même le champion en titre de la montagne, Eric Berguerand.

Après une année de pause forcée en 2020 et une mini-saison en 2021, le Championnat suisse des slaloms reprend cette année dans des conditions normales. Ça commencera ce week-end avec la 55e édition du slalom de Bière, sur le site de la caserne de Bière, à 30 kilomètres à l'ouest de Lausanne, au pied du col du Marchairuz, où se déroulaient autrefois des courses de côte.

Contrairement à la dernière édition de 2019, le comité d'organisation autour du président Nicolas Genoux a choisi de modifier le parcours. «Nous souhaitions proposer quelque chose de nouveau aux coureurs après une pause de deux ans», explique Genoux. «C'est pourquoi, cette année, nous roulons dans le sens inverse. Donc là où se trouvait le départ en 2019, se trouve cette année l'arrivée – et inversement.»

Dans la lutte pour la victoire finale, Philip Egli, le vainqueur de la dernière édition, devra relever un défi de taille. Marcel Maurer, le concurrent de longue date d'Egli et double vainqueur de Bière, sera certes absent, car il fait une pause cette année, mais avec Thomas Zürcher (Formule 4, troisième à Bière en 2019) et Yves Hängärtner (GP3), deux autres pilotes de Formule redoutablement rapides y prendront le départ et mettront tout en oeuvre pour réaliser un bon résultat. Toutefois, Zürcher et Hängärtner ne se bercent pas trop d'illusions. Faute d'occasions de conduire et de tester leur véhicule ces derniers mois, tous deux considèrent le slalom de Bière comme un «test fonctionnel». «Si la voiture est fonctionnelle, une place dans le top 5 serait souhaitable», dit Zürcher. «Mais la concurrence est forte.» Avant la première course, Hängärtner estime lui aussi que d'autres coureurs sont avantagés, notamment Egli. «Il a le privilège d'avoir un concept qui a fait ses preuves. Il se place dans sa voiture et s’y sent à l'aise en très peu de temps.»

Eric Berguerand est un autre pilote qui mise sur un concept éprouvé, mais il n'a pas couru ces deux dernières années. Le sextuple champion suisse de la montagne se servira du slalom de Bière comme une mise en jambe en vue de la saison de montagne à venir, qui débutera les 11 et 12 juin à Hemberg. Jusqu'à présent, Berguerand n'a fait subir à sa Lola FA99 qu'un test de fonctionnement sur le circuit de karting de Château-Gaillard. «Je voulais savoir si j’ai encore le feu sacré», explique l'homme de Martigny (VS). Comme Egli, il a déjà gagné une fois à Bière: c’était en 2014. Et sur certaines lignes droites, il peut assurément prendre les devants avec sa puissante Formule 3000.

Eric Berguerand Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand s'échauffe pour les course de côte © Eichenberger

Lukas Eugster fera également son retour. Le Suisse oriental a récemment participé aux journées d'essai de l'équipe bernoise à Ambri et est impatient de débuter la nouvelle saison. «Nous avions encore rencontré un problème d'embrayage à Ambri. Mais nous avons pu le résoudre. C’est pourquoi je pense que nous sommes prêts», déclare Eugster. L'objectif déclaré du pilote de Ligier pour cette année est de parvenir à remporter pour la première fois le classement général d'un slalom. «Je m'en suis déjà approché une ou deux fois en 2019, mais cela n'a pas été suffisant jusqu'à présent.»

Joël Volluz sera également au départ avec son Osella FA30. Le Valaisan a gagné à Bière en 2012 et 2015, mais il n'est pas forcément considéré comme le favori du coup d’envoi de la saison du Championnat suisse de slalom 2022. «Ces deux dernières années, j'ai roulé zéro kilomètre avec mon Osella», explique Volluz. «Pour retrouver petit à petit les bonnes pratiques, prendre le départ d'un slalom n'est certainement pas déraisonnable.» Comme Berguerand, Volluz lorgne également sur l'une ou l'autre course de côte. Toutefois, comme Volluz l'a expliqué à ASS, le véloce Valaisan n'entrera en lice qu'à La Roche, les 18 et 19 juin.

Dans la catégorie des voitures de tourisme, la dernière édition de 2019 a été marquée par un duel entre Martin Bürki dans sa VW Polo et le Tessinois Christian Darani dans sa Fiat X1/9. Le Bernois qui est champion de slalom en série a devancé son adversaire de 1,1 seconde. Cette année encore, Bürki est considéré comme le favori pour le titre suisse de slalom. Il l'a déjà remporté huit fois et est invaincu depuis 2014.

Outre Bürki et Darani, Christoph Zwahlen, Jürg Ochsner et Manuel Santonastaso peuvent également prétendre à un résultat de premier plan lors du slalom de Bière, disputé pour la première fois en 1966. Le suspense sera donc assurément au rendez-vous!

Eugster Lukas free Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Après deux ans de pause, Lukas Eugster fait lui aussi son retour © free

Il en va de même pour la Suzuki Swiss Racing Cup, qui se déroulera le samedi. Tous les participants seront nouvellement au volant d'un modèle hybride Suzuki Swift Sport 48V. La Suzuki Swiss Racing Cup est ainsi la première coupe de marque en Suisse avec des voitures dotées d’une propulsion à assistance électrique. Nous avons déjà pu constater en 2021 que le modèle hybride n'est pas forcément plus lent que son prédécesseur. Lors de la troisième épreuve à Ambri, Patrick Flammer s'était imposé comme le plus rapide de tous les participants.

Le coup d'envoi de la 55e édition du Slalom de Bière sera donné le samedi 30 avril. Il comportera comme de coutume les catégories locales ainsi que la Suzuki Swiss Racing Cup. Le coup d'envoi sera donné à 7 heures avec les manches d'entraînement. À partir de 13h15 auront lieu les épreuves. Important de savoir : les catégories LOC seront ralenties par des chicanes supplémentaires le samedi. Cela portera à 77 le nombre de portes sur le circuit de 4,1 kilomètres. Le dimanche, les courses des catégories NAT figurent au programme. Dans ces catégories, 71 portes doivent être franchies le plus rapidement possible et sans erreur. Les premières manches d'entraînement commenceront à 7 heures et les choses sérieuses commenceront à 13h15. Les cérémonies de remise des prix se dérouleront à partir de 18 heures.

Il n'y aura d’ailleurs définitivement pas de nouveau détenteur du record à Bière. Jean-Daniel Murisier est le leader incontesté de cette liste. Le Valaisan a remporté le slalom de Bière à cinq reprises : en 1990, 1992, 1998, 1999 et 2004.

Dates du championnat suisse des slaloms 2022
30 avril/1er mai, Bière

14/15 mai, Frauenfeld
21/22 mai, Ambri (double événement)
28/29 mai, Bure
25/26 juin, Chamblon

Strecke Biere Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Voici à quoi ressemble le nouveau parcours du slalom de Bière

Lien permanent

26.04.2022 Nouvelle saison de la Porsche Sports Cup Suisse
Ferati Jasin PSCS 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jasin Ferati est le nouveau junior au Porsche Sports Cup Suisse

Nouveau modèle de voiture de course en GT3 Cup, nouveau pilote junior et calendrier de saison modifié: la Porsche Sports Cup Suisse (PSCS) aborde une nouvelle saison aux perspectives très prometteuses.

La saison débutera comme l’année dernière sur le Red Bull Ring de Spielberg et se poursuivra fin mai sur le circuit Paul Ricard, près de la Côte d’Azur. Une nouveauté, l’Autodromo di Franciacorta, à Bargnana, près de Brescia, entre au calendrier. Ce circuit de 2,519 km situé en Lombardie, dans le nord de l’Italie, fait partie du Porsche Experience Center local, en service depuis 2021. Le circuit bourguignon de Dijon-Prenois sera de nouveau suivi de deux étapes en Italie, le circuit de Mugello et le World Circuit Marco Simoncelli de Misano.

Le Porsche Sprint Challenge Suisse se divise en trois groupes: GT3 Cup, GT4 Clubsport et Open GT. Au sein de ces groupes, le classement se fait par catégorie. Les catégories dépendent de la génération des véhicules et de leurs spécifications. Les courses de sprint sont disputées séparément pour chaque groupe, tandis que les courses d’endurance sont communes aux GT3 Cup, GT4 Clubsport et Open GT, les points étant attribués pour toutes les manches en fonction du classement dans chaque catégorie.

Ce que l’on sait déjà: le prochain champion de la GT3 Cup pilotera une Porsche 911 GT3 Cup de la nouvelle génération 992. Jusque-là, cette voiture de course, dont la puissance atteint désormais 510 ch, a surtout été engagée dans certains championnats nationaux et régionaux de la Porsche Carrera Cup ainsi que dans la Porsche Mobil 1 Supercup. Le nouveau modèle courra dans la catégorie 1, la seule à entrer en ligne de compte pour l’attribution du titre GT3 Cup. Le champion sera lui aussi nouveau: Alexander Fach, tenant du titre, ne prendra plus sur le départ. En 2022, le jeune homme de 19 ans originaire de Sattel franchit une nouvelle étape de sa carrière en intégrant la Porsche Carrera Cup Allemagne et la Porsche Mobil 1 Supercup. Son plus grand rival au sein de la PSCS entame lui aussi une ascension vers le sport GT international: Dominik Fischli, de sept ans son aîné, participera sur une Porsche 911 GT3 R au championnat européen GT World Challenge Endurance Cup. Il y a peu encore, les deux talents suisses étaient parrainés comme pilotes juniors au sein de la PSCS par Porsche Suisse SA et par le Porsche Motorsport Club Suisse. Fach a remporté deux fois le titre en GT3 Cup. Le nouveau pilote junior est Jasin Ferati, 18 ans, originaire de Winterthour. Comme Alexander Fach avant lui, il courra pour l’écurie schwytzoise Fach Auto Tech.

En 2022, la catégorie 2 restera réservée à la devancière de la nouvelle 911 GT3 Cup, la génération 991.2, d’une puissance de 485 ch. Quant aux modèles de 911 GT3 Cup construits de 2013 à 2016 (991.1), ils seront désormais accueillis dans la catégorie 40 de l’Open GT.

Calendrier de la Porsche Sports Cup Suisse 2022
28-30. avril, Spielberg (A), double sprint
26-28. may, Le Castellet (F), sprint et endurance
8-10. juillet, Franciacorta (I), double sprint
18-20. aôut, Dijon (F), double sprint
22-24. septembre, Mugello (I), sprint et endurance
27-29. octobre, Misano (I), double sprint et nocturne

PCH22 0281 fine Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Franciacorta fait son entrée au calendrier de la Porsche Sports Cup Suisse

Lien permanent

24.04.2022 Rapport du week-end 06/2022
Feller Ricardo Oschersleben 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller, champion du GT-Masters, a remporté la victoire à Oschersleben © ADAC

Le coup d'envoi de l'ADAC GT Masters a été plus que réussi du point de vue suisse. Les trois Suisses et la seule équipe suisse sont montés sur le podium à Oschersleben.

Cela peut continuer ainsi. Les trois pilotes suisses et la seule équipe suisse ont réalisé une belle performance lors de l'ouverture de l'ADAC GT Masters 2022 à Oschersleben. En tête, le champion en titre Ricardo Feller, qui a non seulement remporté d'emblée la première course avec son nouveau coéquipier Jusuf Owega, mais qui est également en tête du classement général après le premier week-end grâce à sa 6e place lors de la deuxième manche.

«Jusuf a réalisé une performance de haut niveau et a même ménagé ses pneus», explique Feller. «Je m'attendais à un long combat avec la Lamborghini, mais j'ai pu le dépasser assez rapidement et terminer la course en tête.»

Dans la deuxième course, Patric Niederhauser a été le meilleur Suisse. Le poleman a pris la deuxième place avec son coéquipier Luca Engstler: «Bien sûr, je voulais absolument défendre la tête au départ, mais malheureusement, cela n'a pas tout à fait fonctionné et j'ai perdu une position. Mais je suis quand même très content.»

Raffaele Marciello s'est lui aussi acquitté de sa tâche avec brio (avec son coéquipier Jonathan Aberdein). Après avoir manqué de peu le podium lors de la première manche en terminant quatrième, le Tessinois s'est rattrapé en terminant troisième lors de la deuxième. Grâce à ces deux excellents résultats, Marciello est le premier poursuivant de Feller au classement général. Niederhauser occupe la troisième place.

La seule équipe suisse, Emil Frey Racing, a également réalisé une belle performance pour son entrée en scène. Lors de la première course, Franck Perera/Arthur Rougier ont pris la deuxième place pour l'équipe Lamborghini de Safenwil après avoir décroché la pole position. Lors de la deuxième manche, ce sont Jack Aitken et Albert Costa Balboa qui ont tiré les marrons du feu pour Emil Frey Racing en se classant cinquièmes. Au passage, l'Espagnol a établi un nouveau record du tour en GT à Oschersleben avec 1:24,060 min.

Ralph Boschung a également fêté son premier podium en 2022 dans le cadre de la Formule 2 à Imola. Après un problème technique lors de la première course, le Valaisan a terminé troisième lors de la deuxième manche et occupe la sixième place du classement général après trois courses. Aucun point n'a été attribué cette fois à Grégoire Saucy. Après un DNF lors de la première course, le Jurassien a eu l’occasion de marquer un podium lors de la deuxième course lorsqu'un concurrent l'a éliminé dans l'avant-dernier virage.

Alexander Fach a également fait des débuts remarquables en Porsche Supercup. En se classant 16e de sa première course dans le cadre de la Formule 1, il a été le cinquième meilleur rookie.

En plus de leurs succès à Oschersleben et Imola, les Suisses se sont également illustrés lors de la NLS au Nürburgring. Mauro Calamia et Ivan Jacoma ont remporté la victoire de classe dans la catégorie Cup 3, Martin Kroll, Michael Kroll et Chantal Prinz se sont imposés dans la catégorie H4. Ranko Mijatovic (en VT2-R+4WD) et la Liechtensteinoise Fabienne Wolhwend (en SP8T) sont également montés sur le podium de leur catégorie dans l'Eifel.

Boschung 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ralph Boschung a fêté son premier podium de la saison à Imola

Lien permanent

22.04.2022 Sperandio: «Pas tout devant, pas tout derrière!»
Sperandio Elia Franciacorta 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Elia Sperandio a rendu visite à ses anciens collègues à Franciacorta © Eichenberger

Après des essais à Monza, le pilote de formule 4 Elia Sperandio n'a pas manqué de faire un détour par Franciacorta pour le coup d'envoi du championnat suisse de karting autobau.

L'ancien champion suisse de karting Elia Sperandio a rendu visite à ses ex-collègues à Franciacorta, avec sa voiture de Formule 4. La veille, le Saint-Gallois était encore en action à Monza lors de tests de Formule 4 pour son équipe Maffi Racing. Il participera à ses premières courses automobiles les 7 et 8 mai.

Sperandio a jusqu'à présent effectué huit jours d'essais avec son écurie genevoise. Selon lui, il est difficile de dire où il se situe exactement. «Nous ne sommes pas tout à fait devant, mais pas tout à fait derrière non plus», dit Sperandio. «A Monza, nous voulions vérifier ce qui était possible à un quart d'heure de la fin. Mais la séance s'est terminée prématurément à cause des drapeaux rouges et nous avions monté les nouveaux pneus en vain.»

Pour Sperandio, le passage à la Formule 4 italienne est comme un saut dans l'eau froide. Certes, l'ancien pilote junior OK a déjà effectué des essais pour Jenzer Motorsport début 2021. Mais comme il ne pouvait pas assumer le budget d'une saison dans la série italienne pour jeunes talents, il a dû faire une pause et faire un deuxième essai. Celui-ci a réussi avec le nouveau venu en Formule 4, Maffi Racing. Mais comme les deux parties sont inexpérimentées, Sperandio aura fort à faire pour se mettre en valeur dès le début.

Un avantage dont dispose Sperandio est le fait que toutes les équipes roulent avec de nouveaux châssis Tatuus. Les valeurs comparatives de l'année précédente n'ont pas la même signification que lors d'une saison où l'on roule avec le même matériel que l'année précédente. Néanmoins, la tâche de Sperandio sera loin d'être facile. Car jusqu'à présent, il n'a pas de coéquipier. Comment le pourrait-il? Les pièces de rechange sont toujours aussi rares. Et Maffi Racing n'a reçu qu'un seul châssis jusqu'à présent.

De plus, la concurrence est rude. Le premier de la classe, Prema, a au moins cinq pilotes au départ. Et les écuries de R-ace, US Racing, Van Amersfoort et Jenzer ont nettement plus d'expérience en Formule 4 que la petite écurie de Genève.

Mais ce qui n'est pas encore fait peut encore l'être. Sperandio a laissé une impression très solide lors de ses essais précédents. «Je veux progresser continuellement et j'essaie de donner le meilleur de moi-même. J'espère que nous entrerons de temps en temps dans les points et que nous pourrons marquer des points chez les rookies.»

Sperandio Elia 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sperandio dispute cette année la Formule 4 italienne pour Maffi Racing

Lien permanent

20.04.2022 Coup d'envoi avec trois Suisses chacun
Masters Piloten 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les pilotes suisses au GT-Masters: Feller, Niederhauser et Marciello

Ce week-end aura lieu le coup d'envoi de la saison des ADAC GT Masters. Une semaine plus tard, le DTM débutera lui aussi la nouvelle saison. Trois Suisses seront au départ de chacun des deux championnats.

Seulement trois Suisses dans l'ADAC GT Masters? La dernière fois que cela était le cas, c'était en 2015, où ils n'étaient même que deux (Rahel Frey et Remo Lips). Depuis lors, de nombreux Suisses ont toujours pris le départ de l'une des séries de voitures de tourisme les plus populaires d'Allemagne. En 2020, ils étaient encore neuf. L'année précédente, ils étaient encore six. Avec Ricardo Feller, Patric Niederhauser et Raffaele Marciello, ils ne sont donc plus que trois. Jeffrey Schmidt et Simona De Silvestro n'ont plus pu décrocher de cockpit. Rolf Ineichen est parti en DTM.

En revanche, les fans suisses peuvent à nouveau encourager une équipe locale pour la première fois depuis 2012 (à l'époque Fach Auto Tech). Emil Frey Racing se présente cette année avec trois Lamborghini. Mais sans pilote suisse.

Les chances de succès des trois pilotes suisses sont bonnes. Feller partira en tant que champion en titre et partagera un cockpit Audi avec Jusuf Owega chez Montaplast. Le coéquipier d’Owega l'an dernier, Patric Niederhauser, sait également comment remporter le titre. En 2019, le Bernois a été le premier Suisse à remporter le GT Masters. Pour cette saison, il est retourné dans son ancienne équipe championne, Rutronik. Avec son coéquipier Luca Engstler, il forme un duo extrêmement solide. Et Raffaele Marciello est lui aussi un candidat au titre. Le pilote d'usine Mercedes partagera sa voiture avec Jonathan Aberdein.

Cette année, les pneus font l'objet d'une attention particulière. Pirelli mise sur une nouvelle génération qui, en attendant que les équipes s'y habituent, va certainement apporter de la variété.

Une semaine après le coup d'envoi de l'ADAC GT Masters à Oschersleben, ce sera au tour du DTM. Sa première course aura lieu fin avril/début mai à Portimão. Trois Suisses seront au départ – un nombre jamais atteint auparavant! Outre le vétéran Nico Müller et le débutant Ricardo Feller (tous deux Audi), Rolf Ineichen s'est également assuré un cockpit, comme nous l'avons mentionné au début. Le Lucernois conduit une Lamborghini de Grasser Racing et devrait, grâce à son expérience en GT3, faire partie dès le départ des pilotes qui peuvent se placer devant. Il sera intéressant de voir comment Ineichen se débrouille en solo. Ses derniers engagements seul dans le cockpit (Porsche Carrera Cup) remontent déjà à quelques années...

Pour plus d'informations sur les deux championnats, consultez les sites www.dtm.com et www.adac-motorsport.de

DTM Piloten 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les pilotes suisses au DTM: Müller, Ineichen und Feller

Lien permanent

20.04.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 10: Auto Moto Club Schwyz
Logo AMCS Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'Auto Moto Club Schwyz existe depuis 1926

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la dixième partie, nous nous rendons au canton Schwyz chez le Auto Moto Club Schwyz.

L'Auto Moto Club Schwyz est définitivement l'un des plus anciens clubs de sport automobile de Suisse. Il a été fondé en 1926 au restaurant Rössli à Ibach (SZ). Au début, ce sont surtout des passionnés de moto qui ont adhéré à ce club. Dans les années 30, l'AMCS a engagé de nombreux participants à la course du Klausen. Plus tard, le club a organisé des épreuves dites d'adresse. Le premier slalom automobile organisé par l'AMCS s’est déroulé en 1977. Jusqu'en 1987, il s'est disputé sur le parking du Mythen Center. Depuis 1989, le slalom automobile de Seewen a lieu sur le terrain de Senn Transporte AG, situé sous l'autoroute A4.

Actuellement, l'Auto Moto Club Schwyz compte environ 160 membres et a pour but (conformément aux statuts), outre la défense des intérêts de ses membres en tant qu'usagers de la route, d'organiser et de participer à des manifestations sportives motorisées de toutes sortes, de promouvoir et d'entretenir une bonne ambiance de camaraderie ainsi que de contribuer à la prévention des accidents par le biais de cours.

Comme nous l'avons dit, le slalom de Seewen est le point culminant de la saison pour l’AMCS. Cette année, il aura lieu le 1er mai, après une pause de deux ans due au coronavirus. La date limite d'inscription est fixée au 20 avril 2022 (aujourd’hui !). Les véhicules des catégories L1, L2, L3, L4 et les Roadsters qui répondent au règlement technique de la CSN pour les manifestations LOCales y seront admis.

Un échauffement pour le slalom a déjà été organisé début mars. L'AMCS avait alors organisé un slalom sur glace dans la patinoire de Seewen. Vous trouverez des photos de cet événement glissant sur le site de l'association www.amc-schwyz.ch.

En dehors des slaloms (sur glace ou sur un terrain adéquat), l'AMCS propose d'autres activités à ses membres. À commencer par le stage de conduite à l'Anneau du Rhin, la journée de ski, un barbecue et l'«Uslumpete», «un voyage de deux jours avec hébergement», explique Daniele Gatani, président du sport automobile à l'AMCS.

Pour devenir membre de l'AMCS, il faut débourser 30 francs par an, plus une taxe unique de 10 francs pour l'insigne (obligatoire) du club. Comme pour d'autres associations suisses de sport automobile, les personnes intéressées en provenance de l'extérieur des frontières cantonales sont également les bienvenues. «Nous nous réjouissons d’accueillir tout nouveau membre», annonce Gatani. «Nous sommes un club sain avec une longue tradition. Pour s’en convaincre, il n’y a qu'à voir le slalom de Seewen, que nous organisons cette année pour la 39e fois.»

Lien permanent

19.04.2022 Delétraz s'impose au Castellet
Louis Deletraz Castellet 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz après sa victoire au Castellet © ELMS

La mission de défense du titre n'aurait pas pu mieux commencer pour Louis Delétraz. Le Genevois a remporté au Castellet le coup d'envoi de l'European Le Mans Series.

Ce n'était pas la première victoire de Louis Delétraz en European Le Mans Series. Mais c'était tout de même un triomphe très spécial. Le dimanche de Pâques, le Genevois a remporté l'ouverture de l'ELMS – avec sa nouvelle équipe Prema Motorsport. Pour les Italiens, habitués au succès dans de nombreuses catégories de formule, c'était la première victoire en LMP2. Les précédentes victoires de Delétraz en ELMS étaient à mettre sur le compte de WRT. Avec les Belges, l'ancien pilote d'essai de Formule 1 a remporté le championnat en 2021 grâce à trois victoires en six courses.

«La concurrence dans l'ELMS est grande et nous étions sous pression», explique Delétraz. «Mais nous n'avons pas fait d'erreurs. Pendant toute la course, nous avons dû ménager les pneus avant gauche, mais nous nous en sommes bien sortis. A la fin, la voiture était rapide et nous avons pu prendre un peu d'avance, ce qui nous a donné un peu plus de sécurité. De l'extérieur, cela semble toujours facile, mais ça ne l'est jamais. Je suis fier que nous ayons gagné et je me réjouis de la prochaine course à Imola.»

Les résultats des autres Suisses: Matthias Kaiser (Liechtenstein) a terminé neuvième, le poleman Mathias Beche dixième et Fabio Scherer onzième. En LMP3, c'est l'équipe Cool Racing qui s'est imposée. En LMGTE, Rahel Frey a manqué de peu le podium en se classant quatrième.

Lien permanent

14.04.2022 Heures d’ouverture pendant les journées de Pâques
Ostern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Dans les jours à venir, vous pourrez joindre le secrétariat d’Auto Sport Suisse comme suit :

Jeudi, 14.04.2022 jusqu’à 15.00 heures
Vendredi, 15.04.2022 fermé
Lundi, 18.04.2022 fermé

A partir du mardi, 19.04.2022, nous nous tiendrons à nouveau avec plaisir à votre disposition pendant les heures de bureau normales.

Nous vous souhaitons de joyeuses Pâques!

Auto Sport Suisse

Lien permanent

12.04.2022 Jonathan Hirschi: «Je n'étais pas encore à la limite!»
Hirschi Jonathan Crit 04 Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jonathan Hirschi a réalisé cinq meilleurs temps dans les spéciales du Critérium © Cornevaux

Le retour de Jonathan Hirschi au Critérium jurassien a été impressionnant. La déclaration du pilote polyvalent de 36 ans est encore plus impressionnante: «Je n'étais pas encore à la limite!»

Le retour de Jonathan Hirschi est un enrichissement pour le Championnat suisse des rallyes. Lors du Critérium jurassien, le pilote de la VW Polo ne s'est pas seulement fait remarquer par sa deuxième place au classement du CS. Il a réalisé cinq fois le meilleur temps sur sept épreuves spéciales. Auto Sport Suisse s'est entretenu avec le rapide Neuchâtelois.

La deuxième place pour ton retour après six ans d'absence en rallye est très impressionnante. Est-ce que tu avais prévu et attendu cela?
Jonathan Hirschi:
J'étais sûr qu'il n'y aurait pas de catastrophe. Et – il faut bien l'avouer – j'avais déjà rêvé d'une place sur le podium. Mais je ne pensais pas que cela se passerait aussi bien. J'étais spectateur au Rallye du Valais l'année dernière et j'y ai suivi le duel entre Michaël Burri et Mike Coppens. Je ne pensais pas que je serais plus rapide qu'eux dans cinq des sept étapes de la prochaine manche du championnat suisse des rallyes.

Est-ce que tu t’es rapidement habitué au rallye?
C'est allé assez vite en fait. Nous avons participé à un rallye en France pour nous préparer. Mais nous avons été éliminés dès la cinquième étape. Je pense qu'il y a encore beaucoup de marge de progression. Je n'ai pas encore atteint mes limites dans le Jura.

Cette saison pourrait donc être encore passionnante...
Oui, je le pense aussi. J'ai aussi fait deux erreurs qui m'ont coûté beaucoup de temps. Il y a encore un manque d'expérience. Mais j'ai pris du plaisir. Et je pense que nous pouvons nous réjouir du reste de la saison.

Le prochain rallye, le Rallye du Chablais, tu ne le connais que de nom.
C'est vrai. Je n'y ai encore jamais roulé. Mais quelques personnes m'ont assuré que ce rallye me conviendrait. Les parcours auraient un caractère similaire à celui des courses de côte ou de circuit.

Les VW Polo ont-elles été avantagées par les conditions difficiles du week-end?
Je ne pense pas. Je pense que nous avons fait un bon choix de pneus. En principe, la Polo n'est pas facile à conduire. La Skoda Fabia pardonne davantage et est plus simple.

Qu'est-ce que ça a fait d'avoir à nouveau un copilote à côté de toi?
Très agréable! Michaël (Volluz) est un jeune copilote très motivé. Nous nous entendons très bien.

Que peut-on encore attendre de toi cette saison?
On verra les prochains rallyes…

Hirschi Jonathan Crit 05 Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jonathan Hirschi au volant de sa VW Polo Rally2 © Kaufmann

Lien permanent

11.04.2022 Burri s'impose au Critérium – maximum des points pour Coppens
Michael Burri Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Michaël Burri a été le plus rapide au Jura © Cornevaux

Michaël Burri a remporté la victoire au classement général du Critérium jurassien qui a donné le coup d'envoi du Championnat suisse des rallyes. Comme il roule sous licence française, la victoire et l'intégralité des points du CS reviennent toutefois à son dauphin, Mike Coppens.

Le Critérium jurassien, première manche du Championnat suisse des rallyes 2022, a été une réédition du duel entre Michaël Burri et Mike Coppens. Quatre secondes les séparaient lors de leur confrontation au Rallye du Valais. Le héros local Coppens avait alors remporté la victoire. Cette fois-ci, Burri a renversé la vapeur. Avec une avance de 20,2 secondes, le pilote de la VW Polo et son copilote Anderson Levratti se sont imposés pour la deuxième fois depuis 2018 à leur domicile.

Comme Burri roule avec une licence française et n'a donc pas droit aux points dans le championnat suisse, le champion suisse en titre Mike Coppens peut tout de même être heureux de l'issue du rallye. La deuxième place au classement du championnat suisse est allée à Jonathan Hirschi. La troisième place a été décrochée par Jonathan Michellod, troisième l'année dernière, et par son copilote Stéphane Fellay.

«Nous savions qu'il serait ardu de battre Michaël Burri lors de son rallye chez lui dans le Jura, car il y connaît chaque mètre par cœur», explique Coppens. «Mais je pense que nous avons fait un bon rallye et c'est pourquoi je suis très satisfait de ma deuxième place au classement général et de ma première place au CS.»

Coppens a été également très content de sa nouvelle voiture. Comme sa Skoda Fabia n'était pas fonctionnelle une semaine avant le rallye, le champion en titre a dû troquer au pied levé sa voiture contre une Citroën C3. «On m'a toujours dit que la C3 n'était pas forcément une très bonne voiture. Mais je dois dire que je me suis adapté très rapidement et je vais aussi courir avec la Citroën au Rallye du Chablais.»

Mike Coppens Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Mike Coppens s'est assuré la victoire au classement du CS © Cornevaux

Comme il a neigé pendant la nuit, le rallye n'a pas vraiment décollé samedi matin. La deuxième et la troisième étape ont été annulées, ce qui a réduit la longueur totale du rallye de 146,8 km à 98,31 km. Ivan Ballinari n'a même pas pris le départ. Le champion suisse des rallyes 2018 et 2019 a déclaré forfait, car son copilote Marco Menchini ne se sentait pas en forme.

Au départ, le revenant Jonathan Hirschi a pris les commandes avec son copilote Michaël Volluz. Le Neuchâtelois a continué à dominer le classement général après deux autres meilleurs temps dans l'ES4 et l'ES5. Ce n'est que dans l'ES6 que Burri s'est hissé en tête, après que Hirschi a eu enregistré un dérapage. Avant la dernière épreuve, Hirschi était à nouveau en deuxième position (derrière Burri). Mais une crevaison a stoppé net son retour fracassant. Sur les 19,43 derniers kilomètres entre Saint-Brais et La Combe, Hirschi a perdu 38,4 secondes sur Mike Coppens plus rapide. Ce dernier a de la sorte décroché – en dépassant Hirschi – sa troisième victoire en CS (après le Rallye National des Bornes et le Rallye du Valais 2021).

Derrière le top 3, Steeves Schneeberger (4e), Jean-Marc Salomon (5e), Sergio Pinto sur l'Alpine A110 (6e), Sébastien Berner (7e) et Alain Blaser (8e) se sont classés aux rangs suivants. La forte performance de Sacha Althaus n'a pas été récompensée. En course pour la première fois avec une voiture de Rally2, le Jurassien occupait la deuxième place intermédiaire après deux étapes. Mais deux crevaisons dans l'ES5 et l'ES9 ont fait perdre à ce jeune pilote de 25 ans sa place dans le top 10.

1 junior crite girolamo Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Guillaume Girolamo a remporté le classement junior avec brio © Cornevaux

Chez les juniors, Guillaume Girolamo et son copilote Benjamin Betrisey se sont imposés avec brio sur leur Renault Clio Rally5. La deuxième place est allée à Sarah Lattion.

Girolamo est également monté sur le podium du Clio Trophy Swiss. Il a terminé troisième derrière le vainqueur, le Français Styve Juif, et le rapide Valaisan Ismaël Vuistiner, à qui il a manqué 18,4 secondes à l'arrivée pour devancer Juif.

Les vainqueurs du Michelin Trophy Alps 2WD sont Nicolas Lathion/Marine Maye. La deuxième place est revenue au duo français Éméric Rey/Manon Hailloud. La troisième place est allée à Stan Vuillaume/Laurent Choulat. La victoire de la Coupe Rallye a été remportée par Philippe Noirat/Frank Lüthi.

Dans la classe historique VHC, c'est un ancien champion suisse, Florian Gonon, qui s'est imposé sur une Ford Escort RS 1600. À l'arrivée, Gonon a eu 13,9 secondes d'avance sur Erwin Keller, le pilote de la BMW M3. La troisième place est revenue au collègue de marque de Keller, Eddy Bérard.

Le Rallye du Chablais, deuxième manche du championnat suisse des rallyes, aura lieu du 2 au 4 juin. Vous trouverez tous les résultats du Critérium Jurassien sous ce lien.

Florian Gonon VHC Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'ex-champion suisse Florian Gonon a remporté la classe VHC © Cornevaux

Lien permanent

07.04.2022 Voici le calendrier de la Renault Classic Cup 2022
Renault Classic Cup 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La première course du RCC en 2022 aura lieu après Pâques à Hockenheim © Archives RCC

La Renault Classic Cup 2022 comprend onze dates de course. Le coup d'envoi sera donné par une course en circuit à Hockenheim du 22 au 24 avril.

L'année dernière, la Renault Classic Cup n'avait organisé que quatre épreuves, plus le double événement d'Ambri, en raison de la pandémie Corona. Cette année, la RCC revient à la normale. Onze dates de course sont au programme. En voici un aperçu:

22-24 avril, course sur circuit à Hockenheim (2 courses)
14-15 mai, slalom de Frauenfeld
21/22 mai, slalom d'Ambri (2 courses)
11/12 juin, course de côte Hemberg
18/19 juin, course de côte La Roche – La Berra
23/24 juillet, course de côte Ayent-Anzère
29-31 juillet, course sur circuit de Hockenheim (2 courses)
19-21 août, course de côte St-Ursanne – Les Rangiers
27/28 août, course de côte d'Oberhallau
10/11 septembre, course de montagne Gurnigel
17/18 septembre, course de côte Les Paccots

Un point fort particulier aura lieu le 2 juillet. En effet, le RCC va fêter ses 30 ans d'existence à la Gantrischhütte (BE).

Lien permanent

06.04.2022 Aperçu Critérium Jurassien: la traque de Coppens commence
Mike Coppens Citroen Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Mike Coppens participe au Critérium Jurassien avec cette Citroën C3

Ce samedi, le Critérium Jurassien lance le coup d’envoi de la saison du Championnat suisse des rallyes. L'organisateur peut être légitimement fier: 78 véhicules de rallye modernes et 25 véhicules de rallye historiques ainsi que 31 équipes «Slowly Sideways» prendront le départ.

La 43e édition du Critérium Jurassien aurait en réalité déjà dû avoir lieu il y a deux ans. Mais la pandémie de Corona a forcé l'organisateur à annuler le rallye en 2020 et 2021. À présent, après deux années de pause, le Critérium jurassien est de retour. Pour ce grand retour, l'organisateur mise sur une manifestation raccourcie. Le rallye se déroulera maintenant sur une seule journée (le samedi 9 avril) et pas sur deux jours comme d'habitude. Le vendredi, il n'y aura «que» le shakedown et les contrôles techniques et administratifs.

Le samedi, seul jour de course, commencera à l'aube par une spectaculaire épreuve spéciale dans la région d'Ajoie et se poursuivra par deux spéciales légendaires pour le Critérium Jurassien, avant de revenir dans les Franches-Montagnes. La longueur totale du parcours est d'un peu plus de 360 kilomètres, dont environ 147 kilomètres d'épreuves de vitesse. Le Critérium Jurassien 2022 comprend neuf épreuves spéciales. La longueur des épreuves spéciales varie entre 10 et 29 kilomètres.

La liste des participants au coup d'envoi du Championnat suisse des rallyes 2022 est impressionnante. Dans la classe des véhicules modernes, 78 équipes se sont inscrites. Dans la classe historique VHC, 17 véhicules sont au départ. Ajoutons à cela huit modèles de rallye plus anciens dans la catégorie «régularité» et 31 équipes «Slowly Sideways». L'utilisation d'une voiture entièrement électrique est également une première. L'Opel Corsa E-Rally sera pilotée par Didier Receveur, mais pas sur toute la distance.

Douze équipes sont inscrites dans la catégorie reine du Championnat suisse des rallyes, le Rally2. S'y ajoutent trois équipes qui prendront le départ dans la catégorie RGT avec une Alpine A110. Ces dernières ne disposent que de deux roues motrices (contre 4x4 pour la catégorie Rally2), mais si les conditions de piste sont sèches, elles pourraient fort bien elles aussi briguer une place sur le podium, à commencer par le Valaisan Sergio Pinto – cinquième au classement général en 2021.

Ivan Ballinari Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ivan Ballinari, champion 2018 et 2019, conduit une Skoda Fabia

Parmi les favoris pour la victoire du Critérium jurassien, on trouve normalement le champion suisse Mike Coppens, le troisième du championnat Jonathan Michellod ainsi qu'Ivan Ballinari, champion des années 2018 et 2019 et pour l'instant dernier vainqueur du Critérium (2019). Michaël Burri devrait également avoir de bonnes chances de remporter la victoire du jour, mais le fils d'Olivier Burri, grand nom du rallye suisse, prendra le départ avec une licence française et n'aura donc pas droit aux points du championnat suisse.

Pour le champion suisse en titre Mike Coppens, la situation de départ sera de toute façon passionnante. Ce pilote âgé de 42 ans de Verbier (VS) a dû changer de véhicule à la dernière minute. Au lieu d'une Skoda Fabia, Coppens prendra le départ avec une Citroën C3. «Ma Skoda Fabia a été endommagée», explique Coppens. «J'ai donc dû me mettre à la recherche d’une autre voiture», ajoute-t-il. «Comme aucune Skoda n'était disponible, j'ai opté pour la Citroën». Le champion de l'année dernière n'aura pas beaucoup de temps pour s'habituer à sa nouvelle voiture. Il teste sa nouvelle Citroën pour la première fois ce mercredi.

Parmi les autres pilotes de Rally2 prometteurs, signalons Cédric et Sacha Althaus. Tous deux misent sur des Skoda Fabia. Mais alors que Cédric veut participer à toutes les manches du championnat suisse dans la catégorie reine, son cousin Sacha ne prendra pour l'instant le départ que du Critérium dans la catégorie Rally2. On attend également avec impatience les résultats du revenant Jonathan Hirschi. Le Neuchâtelois a participé à de nombreux rallyes en 2014 et 2015 avant de passer au circuit. Pour lui, le Critérium jurassien est un point de référence. Il prévoit lui aussi de participer à tout le championnat suisse.

Jonathan Hirschi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La VW Polo GTI du revenant Jonathan Hirschi

Dans le championnat suisse junior, seules trois équipes seront au départ du Critérium. Guillaume Girolamo, Yoan Loeffler et Sarah Lattion se disputeront donc la victoire.

Onze équipes participent au Clio Trophy Swiss. Le duel entre Ismaël Vuistiner et le Français Mathieu Walter pourrait être particulièrement intéressant. La performance de Cédric Betschen sera également particulièrement passionnante à suivre. Le vainqueur de la Coupe des Rallyes 2019 revient après une pause et attaquera avec une Clio Rally5.

Sept véhicules sont inscrits au Michelin Trophy Alps 2WD. Le champion de France de l'année dernière, Thomas Battaglia, part favori. Du côté suisse, les espoirs reposent sur le trio valaisan Aurélien Devanthéry, Laurent Bérard et Nicolas Lathion.

Dans la catégorie VHC des véhicules historiques, le champion suisse Guy Trolliet sera le grand absent de ce coup d'envoi. En revanche, Claude-Alain Cornuz (Ford Escort RS2000), Jean-Romain Cretegny (Ford Escort) et Nicolas Jolidon (BMW 325i), les poursuivants directs de Trolliet de l'an dernier, seront au départ. De plus, Florian Gonon, un ancien champion suisse, sera également sur place. Ce champion de 2009 participera au Critérium avec une Ford Escort.

Vous trouverez de plus amples informations sur le coup d’envoi suisse de la saison sur le site Internet www.criterium-jurassien.ch

Dates du Championnat suisse des rallyes 2022
9 avril, Critérium Jurassien
3/4 juin Rallye du Chablais
24/25 juin, Rally Di Alba (I)
9/10 septembre, Rallye du Mont-Blanc Morzine (F)
30 septembre/1er octobre, Rally del Ticino
14/15 octobre, Rallye International du Valais

Ismael Vuistiner Christophe et Jean Baptiste Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ismaël Vuistiner est considéré comme un prétendant au titre dans le Clio Trophy Swiss © Cornevaux

Lien permanent

06.04.2022 Rallye du Valais: changement à la tête de l'organisation
Borboen Cedric Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le chef du marketing Lionel Muller avec le président sortant de la RIV Cédric Borboën (à droite) © Eichenberger

Cédric Borboën a quitté la direction du Rallye du Valais. Un comité de sept bénévoles reprend les rênes de l'une des plus importantes manifestations du sport automobile suisse.

Pendant six ans, Global Events Sàrl et son directeur général Cédric Borboën ont organisé le Rallye du Valais. Hier, l'organisateur a annoncé un changement à sa tête. Un nouveau comité, composé de sept bénévoles du canton du Valais, s'occupera désormais du RIV. De plus, un comité élargi d'une cinquantaine de personnes viendra renforcer l'organisation.

Ce comité de sept personnes comprend:

Patrick Borruat, directeur de course du RIV
Jean-Albert Ferrez, administrateur et président de plusieurs sociétés valaisannes
Lise Gaudin, spécialiste en relations publiques – présidente de l’Atelier de la Tzoumaz
Yannick Micheloud, propriétaire de plusieurs garages – copilote en rallye depuis 2003
Lionel Muller, responsable marketing – ancien pilote, speaker et membre du comité de l’Atelier de la Tzoumaz
Manu Portela, membre du comité de l’Atelier de la Tzoumaz
Yves Zappellaz, responsable sécurité du RIV

Pour rappel, la 62e édition du Rallye International du Valais aura lieu du 13 au 15 octobre 2022.

Lien permanent

04.04.2022 Rapport du week-end 05/2022
Marciello Raffaele Imola 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello était le meilleur Suisse à Imola lors du GT World Challenge

Lors du coup d'envoi du GT World Challenge à Imola, les Suisses ont pu se réjouir pas seulement d'une place sur le podium mais aussi des résultats magnifiques dans le programme-cadre.

Lors de l'ouverture du GT World Challenge à Imola, tous les regards étaient tournés vers l'équipe de Nico Müller. Le Bernois partageait avec la légende de la moto Valentino Rossi (et le Belge Frédéric Vervisch) une Audi R8 LMS GT3 de l'équipe WRT. Malgré un rythme remarquable, Rossi & Co. n'ont pas pu jouer un rôle prépondérant dans la course. Lors de l'arrêt au stand, «Vale» a manqué son équipage et a dû entrer une deuxième fois. Le trio Audi a ainsi perdu beaucoup de temps et a terminé la course à la 17e place.

Une autre Audi avec un équipage suisse s'est retrouvée un peu plus loin (dans les points): Patric Niederhauser et Lucas Légeret ont pris la 9e place du classement général après un faux pas du Suisse romand.

Le meilleur Suisse a été une fois de plus le Tessinois Raffaele Marciello. Le pilote Mercedes a terminé deuxième avec ses coéquipiers Jules Gounon et Daniel Juncadella après une course solide. La victoire est revenue à la deuxième WRT-Audi de Vanthhor/van der Linde/Weerts.

Emil Frey Racing n'a pas eu de chance lors de la première course. L'équipe de Safenwil a dû se contenter de la 13e place après des problèmes techniques sur deux des trois Lamborghini.

Les Suisses ont fait encore mieux dans la GT4 European Series, qui se déroulait dans le cadre de la GT World Challenge. Konstantin Lachenauer, pilote Aston Martin de 19 ans originaire de Gstaad, a pris la première place des deux manches avec son équipe Racing Spirit of Leman, tandis qu'Alex Fontana et Ivan Jacoma ont également été très rapides en GT4. Après avoir terminé sixième lors de la première manche, le duo tessinois a également réussi à monter sur le podium lors de la deuxième manche en terminant deuxième au classement général (derrière Lachenauer).

Jean-Luc D'Auria a également fêté une bonne entrée en matière lors des courses du Super Trofeo Lamborghini. L'Argovien, qui est passé depuis peu du motocross au sport automobile, a terminé deuxième des deux courses de manière sensationnelle.

D Auria Jean Luc Imola 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Deux fois deuxième au Lamborghini Super Trofeo: Jean-Luc D'Auria

Lien permanent

31.03.2022 Grand Prix Montreux – un petit air de Monaco sur le Lac Léman
S1 GP Montreux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Grand Prix de Montreux n'a eu lieu qu'une seule fois: en 1934

En termes d'ambiance, le Grand Prix de Montreux aurait facilement pu concurrencer le GP de Monaco. Malheureusement, il n'a eu lieu qu'une seule fois, en 1934. Auto Sport Suisse est parti à la recherche de ses origines.

Le premier Grand Prix a eu lieu à Monte-Carlo en 1929. Cinq ans plus tard, les moteurs vrombissaient également à Montreux. La similitude des deux manifestations est frappante. Les deux circuits routiers ont un caractère presque identique. Ils passent devant des casinos, des hôtels et des palmiers. Alors qu'à Monaco, c’est la Côte d'Azur qui offre un décor parfait, à Montreux, c'est le lac Léman.

S2 GP Montreux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le départ et les «garages» se trouvaient à la rue de Casino. Une banque se trouvait déjà en 1934 au croisement de la rue de la Paix, où se trouve aujourd'hui le Credit Suisse. A l'époque, les spectateurs suivaient la course depuis les nombreux balcons. © Archives Weiss/Eichenberger

La plus grande différence entre les deux lieux de compétition réside dans la tradition. Le Grand Prix de Monaco se déroule cette année pour la 79e fois alors qu’à Montreux, il s’agissait d’un évènement d'un jour. Le parcours urbain de 3,32 kilomètres n'a été emprunté qu'une seule fois, en 1934. Depuis, quelques résurrections ont certes eu lieu – en 1984 par exemple ou la dernière en 2018.

La course a été organisée en 1934 par la section vaudoise de l’ACS en collaboration avec l'office du tourisme de Montreux. Près de 100'000 francs ont, parait-il, été investis dans le parcours. Mais les organisateurs n'ont pas réussi à rentrer dans leurs frais malgré une forte affluence du public. C’est sans doute pourquoi le Grand Prix n'a pas été renouvelé après une seule édition.

S3 GP Montreux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'immeuble situé au 55 de l'avenue de Casino rappelle lui aussi l'époque où une course était organisée à Montreux. Les balcons et les fenêtres sont presque inchangés. Sur la photo de 1934, le Français Philippe Etancelin devance l'Américain Whitney Straight (tous deux sur Maserati 8CM) © Archives Weiss/Eichenberger

Le choix de la date de la course n'était pas non plus très judicieux. Le GP de Montreux a eu lieu le 3 juin 1934, alors que la course de l'Eifel s'est déroulée à la même date au Nürburgring. De nombreux pilotes/équipes ont dû choisir entre l'une des deux courses et ils ont été nombreux à opter pour la course dans l'Eifel. Seules douze voitures étaient au départ à Montreux. Parmi elles, trois Alfas d'usine de la Scuderia Ferrari.

Deux d'entre elles devaient ensuite aussi briguer la victoire. Pendant longtemps, on a cru à un triomphe de la Maserati du Français Philippe Etancelin. Mais les deux Italiens Conte Carlo Felice Trossi et Achille Varzi ont fait pression sur Etancelin. Dans le 88e des 90 tours, Trossi a réussi l'exploit de rattraper le leader et Varzi a dû se contenter de la troisième place. Aucun pilote suisse n'était au départ...

S4 GP Montreux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'Italien Achille Varzi a terminé troisième en 1934. Ici, il roule sur la Grande Rue en passant devant le Marché Couvert. A l'époque, la rue était encore partiellement pavée. De plus, il y avait encore les rails d'un tramway. Pour protéger les spectateurs, des sacs de sable étaient empilés les uns sur les autres le long du parcours © Archives Weiss/Eichenberger

Des parties entières du parcours existent encore à l’heure actuelle. Et dans certains passages, de vieux bâtiments rappellent l'époque des années trente. Dans la zone de départ/arrivée notamment, on trouve toujours des vestiges de l'avant-guerre et de la course de 1934. Au croisement de la rue de la Paix et de l'avenue du Casino se trouvait déjà une banque à l'époque. Aujourd'hui, le Crédit Suisse y a élu domicile. De nombreux balcons, qui ont subi en 1934 des tests de charge massifs de la part des nombreux spectateurs qui défilaient, sont encore intacts aujourd'hui.

L'étroitesse des rues est frappante. À l'exception de la Grande Rue, l'espace disponible à Montreux était très limité. Une partie de la voie, le quai de Vernex, est aujourd'hui une zone piétonne. De même, l'avenue des Alpes ne serait plus adaptée à la course aujourd'hui. Deux giratoires se trouveraient sur son chemin. Il est dommage qu'il n'existe guère de documents d'époque sur ces passages. Mais avec un peu d'imagination, il est possible de reconstituer les images dans sa tête. La montée vers la gare de Montreux devait en tout cas ressembler à celle vers le casino de Monaco, même si elle n'était pas aussi raide.

S5 GP Montreux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La maison située sur l'avenue Nestlé 10, juste avant le départ et l'arrivée, existe encore aujourd'hui (à droite). Sur la photo de l'époque, on voit le Français Philippe Etancelin sur sa Maserati 8CM. Il a décroché la pole position au Grand Prix de Montreux 1934 et a terminé deuxième derrière l'Italien Conte Carlo Felice Trossi sur Alfa Romeo B/P3 © Archives Inconnu/Eichenberger

Lien permanent

28.03.2022 Hommage à Rolf Ehrbar
Ehrbar Rolf Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Rolf Ehrbar 1954-2022

Le monde du sport automobile suisse est en deuil: avec Rolf Ehrbar un ancien champion Interswiss est décédé la semaine dernière à l'âge de 67 ans.

Ehrbar a remporté l'Interswiss Trophy en 2006 sur une Opel Kadett C, mais il avait déjà été actif pendant des années auparavant. Il a débuté sa carrière en 1980 lors de courses pour non-licenciés. Toujours présente: sa compagne Lis Buser, qui a elle-même pris le volant à partir de 1982 et avec laquelle Ehrbar a vécu 44 ans.

L'un des signes distinctifs du couple était le car postal transformé en camping-car, avec lequel Ehrbar et Buser se rendaient aux courses. A partir de 1990 environ, ils ont également participé en tant que licenciés à des courses sur circuit dans le cadre du championnat suisse. Ehrbar a participé à sa dernière course de côte en 2014. «Il y a quatre ans, il a vendu sa Kadett», explique Buser. «Pour des raisons de santé. Il ne pouvait plus faire de courses.»

Le marchand de pneus d'Herisau était considéré comme un type sociable. «C'était un homme au grand cœur, qui aimait manger et boire», se souvient Buser. «Cela se voyait aussi sur son visage. Grâce à notre passion commune, nous avons vécu beaucoup de choses.»

Auto Sport Suisse présente ses sincères condoléances à la famille, aux proches et aux amis du défunt, mais surtout à sa compagne Lis Buser. «Nous n'avions pas d'enfants», explique Buser. «Nos enfants étaient à quatre roues. Mais ils nous ont parfois causé des soucis!»

Lien permanent

28.03.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 9: Bödeli Racing Club
Boedeli Racing Club Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Bödeli Racing Club est originaire de l'Oberland bernois

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la neuvième partie, nous nous rendons au Berner Oberland chez le Bödeli Racing Club.

Pour tous qui ne sont pas Bernois: le Bödeli est la région située entre les lacs de Thoune et de Brienz et c'est la patrie du Bödeli Racing Club, issu en 2002 de l'ancien Karting Club Bödeli.

La course à domicile du club de sport automobile de l'Oberland bernois était le slalom d'Interlaken. Depuis que celui-ci n'a plus lieu, le club n'est plus aussi actif, estime Roger Mühlemann, président du BRC jusqu'à récemment et aujourd'hui assesseur au comité directeur. Certes, le club est en bonne santé financière, «mais les deux dernières années ont laissé leur empreinte ».

Cela va sans doute à nouveau changer à l'avenir. Lors de la première assemblée après la pandémie du coronavirus, le club s'est réorganisé. Patrizia Balmer, qui avait déjà été une fois présidente par le passé, a repris cette fonction. L'association compte aujourd'hui 17 membres actifs et 25 membres passifs. Parmi les coureurs les plus connus figurent le mari de Patrizia, Christian Balmer, et Marcel Maurer, ce dernier étant membre passif. Hanspeter Thöni, sensationnel deuxième du championnat suisse de slalom en 2019, court également sous le drapeau du BRC.

Le Bödeli Racing Club n'organise pas de réunion mensuelle comme le font la plupart des autres clubs de sport automobile. «Celle-ci a été mise en veilleuse», explique Mühlemann. De même, le BRC n'a pas non plus pris de licence de candidat pour 2022. Mais cela aussi devrait (ou pourrait) changer à l'avenir.

L'Oberland bernois tient toutefois à une tradition. Les «Jeux olympiques», qui se déroulent au sein du club, ont pour but de promouvoir la cohésion. Les jeux sont ouverts aux membres actifs et passifs. Les résultats des courses ne sont pas pris en compte dans le classement final. Le vainqueur est celui qui a la plus grande habileté au mini-golf ou au bowling.

Parallèlement, le BRC organise bien sûr aussi un championnat de club pour les actifs. Chaque participant reçoit, en complément de la coupe obligatoire, un prix en nature. Tu trouveras des informations sur le championnat du club sur le site Internet: boedeli-racing-club.jimdofree.com

Le prix de l'adhésion au Bödeli Racing Club est de 70 francs pour les actifs et de 20 francs pour les passifs.

Lien permanent

25.03.2022 Que fait donc Patrick Heintz?
Heintz 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Patrick Heintz: le champion de rallye est devenu le patron de House of Cars © Eichenberger

Comme dans les derniers numéros, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 1: Que fait donc Patrick Heintz, l’ancien champion des rallyes?

Aucun autre n’y est parvenu: Patrick Heintz est le seul Alémanique à avoir remporté le championnat suisse des rallyes, en 2004, sur Subaru Impreza. Grâce à une victoire, deux 2e places et trois 3e places, le Zurichois s'était imposé avec succès face à la concurrence, Paolo Sulmoni en tête.

La carrière de Patrick Heintz s'est déroulée en deux phases. La phase 1 a duré jusqu'en 1990 et fut marquée par des engagements dans les coupes Peugeot et Daihatsu (champion en 1988). «Je n’y connaissais rien en botanique. C'est lors de mon premier rallye que j'ai sauté le plus haut. Ce qui m’a aussi valu un amortisseur cassé et la roue de secours envolée...»

Après 1990, Patrick Heintz a moins de temps à cause de ses études. Il se concentre donc sur des coupes Porsche et VW Polo disputées sur circuit. La phase 2 commence en 2001, avec le retour en rallye. «J'avais alors 37 ans et j'étais responsable du marketing chez Emil Frey. La possibilité de piloter pour Subaru ne se refusait pas et le soutien fut fantastique.»

Patrick Heintz apprend vite. Dès la deuxième année suivant son retour, il fête une première victoire dans le groupe N avec son copilote Roland Scherrer, un ancien camarade de classe au gymnase. Après le coup de maître de 2004, le duo tente de défendre son titre sans y parvenir tout à fait. Patrick Heintz, aujourd'hui âgé de 58 ans, garde néanmoins de bons souvenirs. «En 2006, nous avons disputé le Rallye Monte-Carlo, le Rallye de Corse et le Rallye d'Allemagne. Au Monte, nous avions terminé 3e chez les privés. Le prince nous avait invités au dîner de gala. Mais je n'avais pas de smoking, j'ai préféré fêter avec l'équipe...»

En 2008, après les deux 3e places de 2005 et 2007, Patrick Heintz met un terme à sa carrière, du moins en compétition «moderne». Car dès 2009, il est de retour et remporte le titre de la classe historique nouvellement créée, la VHC, au volant d’une Ford Escort RS1800 MKII.

Abstraction faite de ses victoires de 2009 et 2010 à l'Arosa ClassicCar, Patrick Heintz s'attaque également à la classe historique au niveau international. Lors du «Sanremo Rally Storico», il remporte une sensationnelle 4e place derrière trois Porsche. Il dispute sa dernière saison de rallye en 2012, sur une Ferrari 308 GTB.

Ferrari a également joué un rôle dans la carrière professionnelle de Patrick Heintz. En 2010, après son passage chez Emil Frey, il prend la direction du garage Foitek d’Urdorf. Et en 2016, Patrick Heintz fonde l'entreprise «House of Cars», à laquelle il se consacre à 100 % depuis 2018. Sur deux sites, à Hünenberg (ZG) et Uitikon-Waldegg (ZH), il s’occupe de la vente de voitures classiques, de sport, de course et de luxe. Avec le même enthousiasme qu'en 2004, lorsqu'il avait montré à ses collègues romands qu’un Alémanique pouvait aussi marcher fort en rallye.

Heintz coppa doro 2004 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Patrick Heintz a été sacré champion suisse des rallyes en 2004 sur Subaru © Kaufmann

Lien permanent

23.03.2022 Journées des courses à Frauenfeld: accès libre pour le public
2022 03 22 04 Slalom Frauenfeld Suzuki Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les journées de courses automobiles à Frauenfeld auront lieu les 14 et 15 mai

Le slalom de Frauenfeld a été l'une des rares courses à avoir lieu en 2021. Malheureusement sans public. Il en sera autrement lors de la 22e édition, les 14 et 15 mai!

La date est correcte – exceptionnellement, les populaires journées de courses automobiles de Frauenfeld n'auront pas lieu en avril, mais à la mi-mai, comme c'était le cas de nombreuses années avant la pause forcée due à la Corona. Les participants et les spectateurs peuvent ainsi espérer vivre et apprécier les événements sportifs sur la Grosse Allmend par des températures plus chaudes et une lumière du jour plus longue.

Le clou du spectacle: le public aura libre accès aux deux courses! Les visiteurs pourront se déplacer librement dans les espaces réservés aux spectateurs et se restaurer comme d'habitude aux différents stands de restauration. Ils seront également informés en permanence par les deux speakers de parcours expérimentés, Christian Mettler et Marcel Muzzarelli, de tout ce qu'il faut savoir sur la course. Toutefois, cette année, il n'y aura pas de programme annexe ni de pitlane spécialement aménagé pour se concentrer sur la course.

Les pilotes pourront bientôt s'inscrire sur la plateforme en ligne www.go4race.ch. La date limite d'inscription est fixée au 18 avril à minuit. Le nombre de participants sur les deux jours est limité à 360. Les concurrents et les concurrentes peuvent se réjouir: comme de 2014 à 2016 ainsi qu'en juillet 2021, les courses se dérouleront sur un parcours rallongé de 500 mètres à l'arrivée, soit environ 3,2 kilomètres, avec 49 portes. La rapide ligne droite de départ et l'infield de la Grosse Allmend, très apprécié des spectateurs, restent inchangés.

La manifestation compte comme deuxième manche du championnat suisse de slalom 2022, et des points sont également en jeu pour la Suzuki Swiss Racing Cup et la Porsche Slalom Cup. Pour les deux coupes de marque, il y aura deux courses avec un classement séparé. Dans le cadre de la manifestation LOC du samedi, une épreuve de régularité pour véhicules historiques sera à nouveau organisée. Il ne s'agit pas de réaliser le meilleur temps, mais de réduire au maximum l'écart entre les deux temps de course. Le public peut se réjouir d'admirer de belles voitures anciennes roulant à vive allure. En outre, une classe d'initiation est à nouveau proposée aux débutants. Il n'y a pas de meilleure occasion de faire rouler sa voiture de tous les jours à la limite de la sécurité.

Vous trouverez de plus amples informations avant et après la manifestation sur le site Internet de l'ACS Thurgovie (www.autorenntage.ch).

Lien permanent

22.03.2022 Les préparatifs du rallye battent leur plein
FR COMTE SCHNEEBERGER Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Steeves Schneeberger est devenu troisième au Rallye Franche-Comté © Cornevaux

De nombreux pilotes de rallye suisses ont pris le départ à l'étranger ce week-end en vue de l'ouverture du rallye suisse le 9 avril. Certains d'entre eux y ont remporté de grands succès.

Dans un peu plus de 14 jours, le Critérium jurassien donnera le coup d'envoi du championnat suisse des rallyes de cette année. Certains pilotes ont profité de rallyes dans les pays voisins pour se préparer à l'ouverture du championnat.

Grégoire Hotz et son copilote de longue date Pietro Ravasi ont démontré l'importance de l'expérience en rallye lors du Rallye Pays du Gier. Dans un peloton de 117 véhicules, le duo Skoda s'est imposé avec une immense avance de 1:45,3 min. Le deuxième Suisse du peloton, Jonathan Scheidegger (sur Peugeot 208 T16), a terminé huitième au classement général.

Des pilotes de rallye suisses ont également pris le départ du Rally Vigneti Monferrini en Italie. La victoire n'a pas été au rendez-vous. Jonathan Michellod/Stéphane Fellay (Skoda Fabia Rally2) étaient en tête après deux étapes, mais ont ensuite subi une crevaison et ont dû se contenter de la 14e place. Olivier Burri (VW Polo) est lui aussi apparu en haut du classement scratch. Malheureusement, ce n'était pas lors de la dernière étape, mais déjà lors de la sixième. Le Jurassien était en route pour une place sur le podium qu'il pensait acquise lorsqu'il s'est cassé la suspension en touchant un mur à 600 mètres de l'arrivée. La troisième place est ainsi revenue à Ivan Ballinari/Marco Menchini.

Deux Suisses sont également montés sur le podium du 40e Rallye régional de Franche-Comté: Steeves Schneeberger et son copilote Aubry Gaëtan sur Ford Fiesta R5. Sacha Althaus et sa copilote Lisiane Zbinden ont également réalisé une belle performance en se classant 5e sur leurs Renault Clio Rally4. Jean-Marc Salomon a également fait son retour. Le Jurassien, qui avait dû être hospitalisé lors du Rallye du Valais en raison d'un caillot de sang, a pris la onzième place finale avec David Comment. En revanche, un triomphe suisse a eu lieu en France dans la catégorie des voitures de rallye historiques VHC. Eddy Bérard/Florence Bérard (Opel Ascona) ont remporté la victoire. La troisième place est revenue à Didier Galard/Luis Peralta (Ford Sierra Cosworth).

Lien permanent

22.03.2022 Rapport du week-end 04/2022
Jani Neel Sebring 2022 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Neel Jani (au centre) fait la fête avec Bamber, Lynn et Ganassi

Les pilotes de course suisses engagés sur le plan international ont remporté quelques succès ce week-end, à commencer par Neel Jani, qui a remporté la course de 12 heures à Sebring.

Les choses peuvent aller tellement vite: il y a dix jours, le Danois Kevin Magnussen espérait encore pouvoir courir pour Ganassi Racing lors des 12 heures de Sebring. Puis HaasF1 l'a fait revenir en Formule 1 et Neel Jani s'est donc retrouvé sur la brèche.

Il était évident que l'homme de 38 ans était un pilote de réserve plus que méritant. Mais que Jani gagne avec ses deux coéquipiers Alex Lynn et Earl Bamber a transformé cet événement en un véritable conte de fées. En effet, Jani n'est que le troisième suisse à avoir remporté Sebring, après Jo Siffert (1968) et Marcel Fässler (2013). Jani a déclaré: «L'équipe a fait un excellent travail et j'ai savouré chaque minute de ce week-end. Cette victoire me fait un grand effet!»

Parallèlement à la course de 12 heures, la course des 1000 miles, qui marque le début du WEC, s'est déroulée elle aussi à Sebring. Une victoire suisse a même failli y avoir lieu. Sébastien Buemi a terminé deuxième avec son équipe favorite Toyota. Le pressentiment de Buemi que cette fois-ci, la victoire ne serait pas au rendez-vous s'est donc avéré exact. La victoire est revenue à la voiture LMP2 d'Alpine, classée en hyperclasse.

Parmi les autres Suisses qui ont excellé à Sebring, on compte Louis Delétraz (quatrième en LMP2 aux 1000 miles) et Rahel Frey (cinquième en GTE-AM aux 12 heures).

Ralph Boschung a également réalisé un bon début de saison. Le Valaisan a terminé deux fois quatrième lors de l'ouverture de la Formule 2 à Bahreïn et se retrouve aujourd'hui quatrième du classement général. Grégoire Saucy a lui aussi réalisé une excellente performance. Le Jurassien, nouveau pilote de Formule 3 FIA, s'est battu vaillamment pour remonter après un abandon lors de la première course et a terminé troisième de la deuxième course ! Le meilleur pilote de Jenzer lors de la course de F3 à Bahreïn a été William Alatalo, qui s'est hissé aux 11e et 9e places.

Saucy Gregoire Bahrain 2022 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy troisième lors de la première course de F3 à Bahreïn

Lien permanent

16.03.2022 Plus de course de côte à Massongex!
Ronnie Bratschi à Massongex © Trusk Images Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La course de côte de Massongex: C'était autrefois... © Trusk Images

La course de côte Massongex-Vérossaz est annulée. Et elle n'aura plus lieu non plus à l'avenir. Les organisateurs s'efforcent toutefois de trouver un remplaçant chargé d'histoire.

La dernière course de côte à Massongex a eu lieu en 2019. A l'époque, personne ne se doutait qu'il s'agirait de la dernière édition. Il est désormais clair que non seulement aucune course n'aura lieu à Massongex en 2022, mais que le parcours de 3150 mètres au-dessus de Saint-Maurice ne figurera plus au calendrier du championnat suisse à l'avenir. C'est ce qu'a communiqué l'organisateur (Chablais Racing Team) à Auto Sport Suisse.

«Au nom du comité d'organisation Chablais Racing Team, je vous informe que nous renonçons à l'organisation de la course de côte Massongex-Vérossaz pour 2022 et les années à venir. L'urbanisation du village de Massongex et de ses environs ne permet plus le stationnement de plus de 100 voitures de course avec toutes les infrastructures y relative. Nous le regrettons vivement, mais après une étude minutieuse du terrain en question, nous devons nous rendre à l'évidence et constater l'impossibilité d'organiser une telle manifestation.»

Cette mauvaise nouvelle a toutefois un bon côté. Les organisateurs ont trouvé une solution en cherchant une éventuelle manifestation de remplacement. «Le comité ne baisse pas les bras et planche sur l'organisation d'une future course de côte Ollon-Villars, arrêtée après 1971, sur le parcours Ollon-Humémoz, pour début juillet 2023 », explique Yvan Gaiillard du CO Chablais Racing Team.

Auto Sport Suisse a pris connaissance de cette décision avec beaucoup de regret. «C'est un coup dur pour le championnat suisse de courses de côte 2022 et bien sûr pour le Chablais Racing Team», déclare son directeur Patrick Falk. «Nous comprenons parfaitement les explications données et sommes conscients que cette décision regrettable n'a pas été facile à prendre pour le comité. Nous espérons vivement que le projet Ollon-Humémoz pourra se concrétiser et profitons de l'occasion pour remercier les efforts et l'organisation de la course de côte Massongex-Vérossaz ces dernières années.»

Avec les annulations de Massongex et de Reitnau, le Championnat suisse de montagne 2022 se compose (à ce jour) de sept manifestations. Le début de la saison aura lieu les 11 et 12 juin à Hemberg.

Championnat suisse de montagne 2022
11/12 juin, Hemberg
18/19 juin, La Roche – La Berra
23/24 juillet, Ayent-Anzère
19-21 août, St-Ursanne – Les Rangiers
27/28 août, Oberhallau
10/11 septembre, Gurnigel
17/18 septembre, Les Paccots

Lien permanent

15.03.2022 Coup d'envoi du championnat du monde d'endurance avec neuf Suisses
Buemi Sebastien Prolog Sebring 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi entame sa 10e saison en WEC avec Toyota

Le championnat du monde d'endurance débute vendredi à Sebring/Floride. Neuf Suisses et Suissesses seront au départ.

Ce week-end, Sebring sera la Mecque des voitures de sport. Outre la course de 12 heures (départ samedi à 10h10 heure locale), le coup d'envoi du championnat du monde d'endurance 2022 sera donné vendredi (à partir de 12h heure locale). Neuf Suisses et Suissesses seront de la partie.

En premier lieu, Sébastien Buemi. Le Vaudois entame déjà sa dixième saison WEC avec Toyota. Après une année 2021 plutôt décevante, Buemi veut à nouveau se battre pour le titre cette saison et pour une quatrième victoire aux 24 Heures du Mans en juin. Les perspectives de succès sont bonnes, même si Buemi ne peut plus compter sur son coéquipier de longue date Kazuki Najaima au volant de la Toyota #8. Le Japonais a terminé sa carrière et est depuis cette année vice-président de Toyota Gazoo Racing Europe. Le troisième pilote, aux côtés de Buemi et Brendon Hartley, est désormais le Japonais Ryo Hirakawa.

Mais ce n'est pas la rotation des pilotes qui inquiète Buemi. Ce sont plutôt les 30 kilos supplémentaires (par rapport à l'année dernière) qui pourraient constituer un handicap. Les deux autres équipes classées dans l'hyperclasse, Alpine (1 voiture) et Glickenhaus (2 voitures), pourraient bien être la pierre d'achoppement de Toyota à Sebring, tout comme les 15 voitures LMP2. «Il semble qu'il sera difficile de se battre pour la victoire, car les LMP2 sont très rapides ici», a déclaré Buemi après le prologue à Sebring.

Deletraz Louis Prolog Sebring 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz est l'un des quatre Suisses en LMP2

Si Buemi a raison de dire cela, il devra affronter quatre Suisses en LMP2. Outre Louis Delétraz (Prema Orlen Team), Nico Müller (Vector Sport) et Mathias Beche (ARC Bratislava), Fabio Scherer (Inter Europol) participera également à la course WEC. Le Lucernois, qui habite à Engelberg, remplace Alex Brundle, atteint de la maladie de Corona, chez Euro Interpol, l’écurie avec qui Scherer va courir aussi en ELMS. Scherer est ainsi, avec Delétraz, l'un des deux Suisses à prendre le départ des deux courses à Sebring. En effet, après la course de 1000 kilomètres du vendredi, tous deux participeront également le lendemain à la course de 12 heures comptant pour l'IMSA.

Quatre autres Suisses seront au départ dans la catégorie amateure du LMGTE. Christoph Ulrich et Thomas Flohr prendront le départ pour AF Corse sur deux Ferrari 488 GTE différentes. Rahel Frey est également engagée sur Ferrari 488 GTE. La Soleuroise forme une équipe exclusivement féminine avec Michelle Gatting et Sarah Bovy chez Iron Dames. Le quatrième pilote est Niki Leutwyler, qui s'aligne sur une Porsche 911 RSR.

A propos des 12h de Sebring: outre Scherer et Delétraz, la Suisse a encore deux autres fers au feu: Neel Jani remplace Kevin Magnussen, parti en Formule 1, chez Cadillac. Et Philip Ellis est un candidat sérieux à la victoire de classe en GTD chez Winward Racing sur une Mercedes AMG GT3.

Beche Mathias Prolog Sebring 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Mathias Beche roule pour l'équipe ARC Bratislava

Lien permanent

14.03.2022 Feller: en plus du DTM, également l'ADAC GT Masters
Feller Audi 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
DTM et ADAC GT Masters: Feller disputera deux championnats en 2022

Ricardo Feller ne s'attaquera pas seulement au DTM en 2022. L'Argovien tentera également de défendre son titre en ADAC GT Masters.

Ricardo Feller ne peut pas se plaindre d'un manque de temps de piste cette année. L'Argovien de 21 ans ne particepra pas seulement pour la première fois en DTM, il tentera également de défendre son titre en ADAC GT Masters. Cette histoire ne sera toutefois pas facile. Feller sait déjà qu'il devra renoncer à deux courses de l'ADAC GT Masters en raison d'un chevauchement de dates. Du 20 au 22 mai, il ne participera donc pas au GT Masters sur le Red Bull Ring, mais au DTM à Lausitz. Il en sera de même pour la course du 23 au 25 septembre au Sachsenring. Là aussi, Feller sera remplacé par le Belge Dries Vanthoor au GT Masters et participera à la place au DTM au Red Bull Ring.

Cette année, Feller dispute déjà sa troisième saison dans l'ADAC GT Masters avec Land-Motorsport. Malgré son jeune âge, le champion de l'année dernière peut déjà se targuer d'une carrière réussie en GT et, grâce à ses performances convaincantes, Audi l'a appelé à faire partie de l'équipe des pilotes d'usine en 2022. «Le fait que j'ai maintenant un contrat Audi ne change pas grand-chose à mon travail. J'arrive sur le circuit, je donne le meilleur de moi-même et je repars. Ce qui est nouveau, en revanche, c'est mon rôle dans l'équipe. Jusqu'à présent, j'étais toujours le jeune pilote dans la voiture et j'avais un routinier à mes côtés. Maintenant, je suis celui qui assiste un jeune pilote et l'aide à s'améliorer.»

Le coéquipier de Feller dans l'ADAC GT Masters est le jeune Allemand Jusuf Owega. L'année dernière, le jeune homme de 19 ans roulait encore aux côtés de Patric Niederhauser. À propos de Niederhauser: après une saison chez Phoenix Racing, ce dernier retournera en 2022 chez son ancienne équipe championne Rutronik.

Nous tenons d'ores et déjà les pouces aux deux Suisses!

Niederhauser Rutronik 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'Audi R8 de Patric Niederhauser

Lien permanent

10.03.2022 Onze Suisses au Mans
Vector Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'Oreca LMP2 de Nico Müller pour les 24h du Mans

La Suisse sera également bien représentée lors de la 90e édition des 24 Heures du Mans. Onze pilotes seront au départ les 11 et 12 juin dans la Sarthe.

Ces deux dernières années, les 24 Heures du Mans n'ont eu lieu qu'à la fin de l'été. Cette année, la classique revient à sa place initiale dans le calendrier, en juin. Et plus précisément les 11 et 12 juin.

Onze Suisses figurent sur la première liste des engagés de l'ACO. En tête, Sébastien Buemi, qui vise avec Toyota sa troisième victoire au classement général dans la catégorie supérieure, les hypercars.

C'est en LMP2 que l'on trouve le plus grand nombre de voitures et de pilotes suisses. Vingt-sept voitures sont inscrites. Sept pilotes suisses espèrent remporter une victoire dans cette catégorie. Pour Nico Müller (Team Vector), il s'agit de sa première participation à la classique française d'endurance. Le pilote DTM Rolf Ineichen participe lui aussi pour la première fois à la deuxième division (chez WRT). Fabio Scherer (Euro Interpol), Louis Delétraz (Prema) et le revenant Mathias Beche (TDS Racing) ont déjà un peu plus d'expérience. Les champions des Asian Le Mans Series, Sébastien Page et David Droux (Graff Racing), seront également au départ.

Trois autres Suisses tenteront de décrocher des lauriers en LMGTE AM. Tous trois sur Ferrari 488 GTE; mais dans des équipes différentes: Thomas Flohr (AF Corse, #54), Rahel Frey (Iron Dames) et Christoph Ulrich (également AF Corse, mais sur la voiture #21).

Buemi Sebastien 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi vise sa quatrième victoire au général © Red Bull

Lien permanent

10.03.2022 Les associations de sport automobiles en Suisse – partie 8: Racing Club Airbag
Racing Club Airbag Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Racing Club Airbag compte environ 70 membres

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la huitième partie, nous nous rendons à Altwis (LU) chez le Racing Club Airbag.

Le Racing Club Airbag a été fondé en janvier 2006. Ses membres fondateurs, Tom Huwiler, Roger Lüthi, Christian Gerber, Marcel Wiedemeier et Denise Huwiler qui sont tous les cinq passionnés de voitures, se connaissaient déjà depuis longue date et forment un groupe de jeunes ou d'anciens fans de sport automobile. A l’heure actuelle, le club compte environ 70 membres.

L'objectif du RCA n'est pas seulement de s’adonner au plaisir du sport automobile, mais les «Airbagers» accordent aussi une grande importance à l'aide aux nouveaux venus et aux personnes qui reprennent le volant, à la participation à des manifestations, aux excursions communes, à un championnat interne du club et à la camaraderie.

Le président du RCA est depuis cette année Mario Leupi. Tom Huwiler a quitté sa fonction après 16 ans, un peu comme Angela Merkel... «Je pense qu'il est temps de faire souffler un vent nouveau», estime Huwiler, qui continuera toutefois à jouer un rôle important au sein du club en tant que conseiller et qui continuera bien sûr à participer aux courses de côte au volant de sa BMW E30.

Comme la plupart des autres clubs, le Racing Club Airbag organise des rencontres mensuelles entre ses membres. «En fait, nous nous sommes toujours rencontrés le premier mercredi du mois», explique Huwiler. «Malheureusement, cela n'a longtemps plus été possible à cause du coronavirus, mais nous efforçons à renouer avec cette habitude et à retrouver une vie associative normale après ces deux années difficiles.»

Le visage le plus connu du Racing Club Airbag est celui de Philip Egli. Avec ses 38 victoires du jour, le pilote glaronais de formule 3 compte parmi les pilotes de slalom les plus performants de Suisse.

Mais les nombreux membres LOC sont aussi encore et toujours particulièrement importants pour l'ancien président Tom Huwiler qui fait savoir que: «Nous sommes une association qui est née de la scène LOC et nous cultivons aussi ces racines.»

À propos d'adhésion: le Racing Club Airbag possède une licence de candidat. Pour les actifs, l'adhésion coûte 120 CHF. Sans licence de candidat, la cotisation annuelle est de 70 CHF. Les non-membres du club peuvent également prendre une licence. Le Racing Club Airbag propose la licence de candidat pour 55 francs. Important: ce montant ne comporte que le prix de la licence de candidat et pas l'adhésion au club ni la participation au championnat interne.

Autre chose: il existe aussi une adhésion passive au RCA. «Mais nous n'avons guère de membres qui ne veulent pas prendre le volant eux-mêmes ou participer activement à la vie du club», constate Huwiler en riant.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site Internet www.racingclubairbag.ch. Il va de soi que le RCA – comme tous les autres clubs de sport automobile en Suisse – accepte les membres (à partir de 18 ans) de tous les cantons. En outre, on trouve sur le site Internet, sous la rubrique «Place du marché», de nombreuses offres en rapport avec le sport automobile.

Lien permanent

08.03.2022 Pas de course de côte à Reitnau cette année
Roger Schnellmann Eichenberger ASS Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La course de côte de Reitnau n'aura pas non plus lieu en 2022 © Eichenberger

Une décision difficile à prendre pour l'Automobile Club de Suisse (ACS) à Aarau. L'ACS renonce à organiser la course de côte de Reitnau cette année, malgré une amélioration considérable de la situation de la Corona.

Pendant longtemps, l'avenir de la traditionnelle course de côte de Reitnau n'a pas été clair. Cette course du championnat suisse manquait d'ailleurs déjà au début de l'année dans le calendrier des courses publié pour 2022. «Mais à ce moment-là, aucune décision n'avait encore été prise», explique Thomas Kohler, directeur de l'ACS à Aarau et organisateur de l'événement. «Au cours des dernières années, nous avons annoncé deux fois l'événement et l'avons annulé deux fois. Nous ne voulions pas annoncer l'événement tant que nous n'étions pas certains qu'il serait possible de le réaliser.»

Actuellement, pour la première fois depuis 2019, plus rien ne s'oppose à la tenue de l'événement grâce aux mesures Corona. En 2020 et 2021, aucune autorisation n'a pu être accordée par le canton d'Argovie en raison des prescriptions en vigueur. Malgré cela, l'ACS devra renoncer à l'organiser en 2022. Actuellement, il manque clairement le soutien et la volonté à court terme des sponsors de s'engager à nouveau dans le «sport automobile moderne» à cette échelle. «L'organisation pure est routinière et pourrait être mise sur pied sans problème, même à court terme. Ce sont surtout les moyens financiers qui sont actuellement loin d'être disponibles», explique Kohler. «Pour cela, il faut plus de temps de préparation et surtout une confiance à long terme dans la planification.»

Dans les mois à venir, le temps sera mis à profit pour réorganiser l'événement de manière attrayante et adaptée à l'avenir pour 2023 et de nombreuses autres années. Des discussions avec d'éventuels sponsors sont en cours. «De nombreux changements sont prévus et doivent maintenant être également discutés avec toutes les personnes concernées sur place», a déclaré Kohler.

Lien permanent

08.03.2022 Inscrivez-vous dès maintenant à la 18e édition d'Arosa ClassicCar
IMG 2706 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'Arosa ClassicCar aura lieu du 1er au 4 septembre © Eichenberger

Actuellement, il y a encore beaucoup de neige à Arosa. Mais dans moins de 180 jours, il y aura déjà de l'essence dans l'air: l'Arosa ClassicCar de cette année aura lieu du 1er au 4 septembre 2022. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant.

L'Arosa ClassicCar fait battre le cœur de tous les pilotes de course: le circuit de 7,3 kilomètres avec 76 virages et un dénivelé de 422 mètres mène de Langwies jusqu'au centre d'Arosa. Ce circuit unique est même la seule course de montagne de Suisse à disposer d'un parcours en descente de 1,2 kilomètre.

Cette année, la 18e édition aura lieu du 1er au 4 septembre. Les pilotes de course passionnés et les amateurs de voitures anciennes peuvent s'inscrire dès maintenant à la course sur invitation dans les quatre catégories Compétition et Competition Formula, Régularité (Arosa Classic et Sport Trophy) et la classe de démonstration (Alpine Performance).

Des informations sont disponibles sur www.arosaclassiccar.ch. L'inscription se trouve sous le lien suivant.

IMG 2746 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Une Alfa Romeo 2000 lors de l'édition 2021 © Eichenberger

Lien permanent

07.03.2022 FIA Cross Car Academy 2022
Autocross 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La FIA organisera également une Cross Car Academy en 2022

Cette année encore, la FIA organise une Cross Car Academy pour les jeunes de 13 à 16 ans. Ceux qui sont intéressés peuvent s'inscrire auprès d'Auto Sport Suisse jusqu'à fin avril.

Les courses de rallycross ou d'autocross sont spectaculaires. Et il vaut la peine, comme en général dans le sport automobile, de s'y mettre tôt. Après une première saison réussie en 2021, la FIA a donc décidé de reconduire cette année sa FIA Cross Car Academy et recherche des pilotes âgés de 13 à 16 ans. Des connaissances en sport tout-terrain sont un avantage, mais l'Academy est également ouverte aux novices. Tout ce que les personnes intéressées doivent faire, c'est s'inscrire auprès de l'association Auto Sport Suisse (info@motorsport.ch). Nous transmettrons les candidatures à la FIA. Au total, 20 pilotes sont recherchés. Auto Sport Suisse peut inscrire un ou plusieurs pilotes. La date limite d'inscription est fixée à fin avril.

Cinq courses sont prévues en Allemagne (coup d'envoi le 26 juin), aux Pays-Bas, en République tchèque, en Italie et en Espagne. L'un des formateurs est la superstar du rallye Thierry Neuville.

Pour plus d'informations sur l'Academy, voir www.xcacademytrophy.com Le constructeur des voitures fournit des détails sur la technique sur www.life-live.be

Lien permanent

04.03.2022 Liste des participants aux journées d'essai d'Ambri
IMG 3742 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les tests auront lieu les 2 et 3 avril à Ambri © Eichenberger

Dans moins d'un mois, le sport automobile suisse reprendra enfin ses droits! Avec les journées test de slalom organisées par l'Equipe Bernoise à Ambri.

Les 2 et 3 avril, c'est enfin le grand retour! Le sport automobile suisse sort de son sommeil hivernal avec les journées d'essai de slalom à Ambri.

Pour connaître les participants, consultez les listes ci-jointes. Une seule chose: la ruée vers les places disponibles a été énorme. Après l'ouverture des inscriptions auprès de l'organisateur, l'Equipe Bernoise, il n'a pas fallu plus d'une heure pour que toutes les places pour les journées de test soient réservées.

Si cela n'est pas de bon augure pour la saison 2022!

Lien permanent

04.03.2022 Les associations de sport automobiles en Suisse – partie 7: MB Motorsport
Logo MB Motorsport Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'association MB Motorsport a été fondée en 2007

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la septième partie, nous nous rendons au lac de Thoune chez MB Motorsport.

La plupart des associations de sport automobile en Suisse comptent plus de membres passifs que de membres actifs. Tel n'est pas le cas de MB Motorsport. Fondée en 2007, l'association compte actuellement 24 pilotes actifs et dix autres membres passifs. «Nous sommes une association qui fait bouger les choses, pas une réunion de seniors», déclare en rigolant le président Martin Bürki qui a donné son nom à l’association.

Tout a commencé avec sept pilotes. Dès la première année, un championnat interne de l'association a été organisé. Depuis, c'est devenu une tradition. Un an après la création de l'association, Bürki & Co a tenu sa première assemblée générale et en 2008 également, MB Motorsport a demandé avec succès une licence de candidat.

Outre les courses, l'essentiel pour MB Motorsport est la convivialité. «Nous nous soutenons mutuellement», dit Bürki. «Il n'y a pas de verre de bière tant que le dernier de nos pilotes n'a pas franchi la ligne d'arrivée. Et si l'un d'entre eux est immobilisé, nous l'aidons. Chez nous, personne ne pousse seul sa voiture de course en panne à travers le paddock!»

Bürki attache donc aussi de l'importance aux activités en dehors du circuit. «Nous allons parfois ensemble en montagne ou nous rencontrons pour d’autres activités», déclare le huit fois champion suisse de slalom. Parmi ces autres activités, on trouve par exemple des courses de go-kart, des journées d'essai sur l'aérodrome de St. Stephan ou le slalom sur glace à la patinoire artificielle de Thoune, qui a eu lieu pour la dernière fois en 2019, mais qui devrait être resuscitée. «Nous aurions aimé l'organiser à nouveau cette année», explique Bürki. «Mais la demande devait être soumise avant fin janvier. Et à ce moment-là, personne ne savait encore ce qu'il adviendrait du coronavirus.»

Bürki accorde également une grande importance aux rencontres mensuelles. Non seulement la convivialité y est importante, mais on y discute aussi de tous les thèmes liés au sport automobile et aux courses à venir.

En matière de restauration, MB Motorsport est également très à la pointe. «Le confort physique sur le circuit ne doit pas être néglig», explique Bürki. «C'est pourquoi nous nous sommes dotés d'une cuisine bien équipée.»

Le coût de l'adhésion à MB Motorsport est de 100 francs. Peu importe que l'on soit actif ou passif. Cela montre que tout le monde est traité de la même manière. Et cela est particulièrement important pour Bürki.

Vous trouverez de plus amples informations sur Internet à l'adresse www.mb-motorsport.ch

Lien permanent

Associés

Équipementier