• Newscenter

24.12.2021 GP des Nations 1946 – à la recherche de traces à Genève
S1 GP Nations Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le circuit du Grand Prix des Nations – tel qu'il était utilisé en 1946

Il y a 75 ans, le Grand Prix des Nations se déroulait à Genève. Il s'agissait de la première course sur circuit en Suisse après la Seconde Guerre mondiale. Auto Sport Suisse est parti à la recherche de ses traces.

Celui qui roule aujourd'hui sur la rue de Lausanne, le long du lac Léman, en direction du centre-ville de Genève, ne se doute guère, à la hauteur du quartier de Sécheron, qu'il se trouve sur un ancien circuit de Grand Prix. C'est pourtant ici que des pilotes comme Giuseppe Farina, Tazio Nuvolari, Achille Varzi ou les Suisses Toulo de Graffenried et Max Christen ont disputé le Grand Prix des Nations il y a 75 ans.

Il s'agissait de la première course en circuit en Suisse après la Seconde Guerre mondiale. Une grande partie de l'Europe était en reconstruction. Dans cette optique, les manifestations sportives ne cadraient en quelque sorte pas (encore) vraiment avec le contexte. Mais le désir de se distraire et de se mesurer à nouveau sur le plan sportif était immense. Il n'est pas surprenant que la première course en circuit de Suisse après la Seconde Guerre mondiale ait été organisée précisément à Genève. Dans la cité de Calvin, le sport automobile était déjà pratiqué au début du 20e siècle. En 1903, l'ACS Genève a organisé ce que l'on appelle une course au kilomètre. En 1923, un an après l'ouverture de «Genève Aéroport», le premier Grand Prix de Suisse a été organisé à Meyrin qui jouxte l’aéroport.

S2 GP Nations Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le départ et l'arrivée se trouvaient en 1946 sur l'Avenue de France (oben). La Maison de la Paix se trouve aujourd'hui à l'endroit où une tribune a été construite à l'époque (à droite). La tribune principale couverte dans le sens de la marche à gauche se trouvait à l'endroit où se trouve aujourd'hui le «Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés» (en bas à droite) © bugattibook.com/Eichenberger

Le parcours du Grand Prix des Nations, long de 2,986 kilomètres, empruntait trois grandes routes (avenue de France, avenue de la Paix et rue de Lausanne) et ressemblait, vu du ciel, au rétroviseur d'une voiture de tourisme moderne. Ce «triangle routier» existe encore à l'heure actuelle.

L'un des points clés se trouvait au bout de l'avenue Mon Repos, qui constitue aujourd'hui le prolongement de l'avenue de France. La route y était divisée en deux. Un virage en épingle à cheveux ramenait les bolides en amont, en direction du départ et de l'arrivée. À la hauteur du croisement de la rue de Lausanne et de l'avenue de France, les bolides passaient sur une voie de tramway, une chicane faite de planches et de sacs de sable ralentissant la vitesse à cet endroit. La voie de tramway existe encore aujourd'hui.

Le départ se trouvait à l'avenue de France – après le passage au-dessus de la ligne de chemin de fer. À l'endroit où se trouve aujourd'hui la Maison de la Paix, les organisateurs autour de Michel Barambon ont construit une tribune. La tribune principale couverte se trouvait de l'autre côté – un peu plus en avant. Là où se trouve aujourd'hui le «Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés». On reconnaît encore quelques maisons d'habitation qui existaient déjà à l'époque. Après le départ et l'arrivée, il fallait tourner deux fois fortement à droite – en passant devant le bâtiment de l'ONU, qui était encore le siège de la Société des Nations en 1946.

S3 GP Nations Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le paddock se trouvait entre l'Avenue de France et l'Avenue de la Paix. Il était situé de manière idyllique sous les arbres du parc de la Villa Rigot (en haut et à droite). La plupart des arbres ont été enlevés au fil des ans. Il y a une dizaine d'années, la ville de Genève a fait replanter des arbres frais © bugattibook.com/Eichenberger

Dans le passage transversal entre l'avenue de France et l'avenue de la Paix se trouvait le paddock placé de manière idyllique sous les arbres, avec la villa Rigot comme pivot du «Grand Prix des Nations». De nombreux arbres ont été coupés au cours des 75 dernières années. Mais la villa existe toujours aujourd'hui. Elle abrite l'entreprise «Geneva Cities Hub», une plateforme qui s'occupe des échanges avec d'autres villes.

Sur l'avenue de la Paix en pente, les voitures sont ensuite passées à gauche devant le «Monument d'Albert Thomas». Celui-ci s'y trouve encore aujourd'hui. En revanche, les bordures rouges et blanches et les lampadaires de l'époque ont disparu.

26 pilotes se sont inscrits pour le Grand Prix de Genève 1946. Celui-ci s'est déroulé en deux manches de 32 tours (= 94,88 km) et une finale de 44 tours (= 130,45 km). La première manche a été remportée par le Français Jean-Pierre Wimille sur une Alfa Romeo 158. La voiture était soutenue par l'usine. Dix-huit mécaniciens ont fait le déplacement depuis l'Italie avec leur propre camion-atelier Alfa. La deuxième manche a été remportée par l'Italien Giuseppe Farina (également sur une Alfa 158). Et ce pilote qui est devenu le premier champion du monde de Formule 1 de l'histoire en 1950 a également remporté la course principale. Carlo Felice Trossi et Jean-Pierre Wimille ont assuré une triple victoire d'Alfa Romeo en se classant au deuxième et au troisième rang. Le meilleur Suisse a été Toulo de Graffenried avec deux tours de retard sur une Maserati 4CL privée.

Le tour le plus rapide a été remporté par Wimille en 1.36,4 min, ce qui représentait une vitesse moyenne de 111,5 km/h.

S4 GP Nations Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Suisse Toulo de Graffenried (#38) devant le «Monument d'Albert Thomas» au bout de la Rue de la Paix. 75 ans plus tard, l'endroit est toujours similaire (à droite). En bas à droite, l'accès en pente au monument avec le jardin botanique à gauche © bugattibook.com/Eichenberger

En 1946, le circuit de Genève fut déjà utilisé une semaine avant le Grand Prix des Nations pour une course de motos. Dans le programme-cadre du Grand Prix, une course de voitures de sport a également eu lieu. Le vainqueur était zurichois: Hans Waeffler sur une BMW 328.

Après 1946, le circuit de Genève a également accueilli le Grand Prix des Nations en 1948 et 1950. En 1948, Farina a de nouveau gagné. En 1950, c'était le tour de Juan Manuel Fangio. De Graffenried a terminé deuxième (tous deux sur Alfa Romeo). Le GP, qui se déroulait en 1950 sur un circuit rallongé à six kilomètres, a été endeuillé par un tragique accident qui a fait trois morts parmi les spectateurs et une vingtaine de blessés.

L'accident s’est produit peu avant la fin de la course, à la hauteur du Bureau international du travail (BIT). Le pilote Ferrari Luigi Villoresi a glissé sur sa propre couche d'huile et a percuté violemment les barrières. Selon des témoins oculaires, les trois spectateurs qui sont morts dans l'accident n'ont pas été tués par la voiture elle-même, mais par des débris et des planches qui avaient été installés pour les protéger et qui ont été projetés en l'air par le crash.

Ce tragique accident a mis un point final aux courses à Genève.

S5 GP Nations Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Depuis la rue appelée à l'époque Avenue Mon Repos (en bas à droite), les voitures revenaient à l'Avenue de France par un virage en épingle. Là, elles traversaient non seulement une voie de tramway, mais devaient aussi passer une chicane faite de planches et de sacs de sable (en haut) © bugattibook.com/Eichenberger

Lien permanent

Zum Newscenter

Associés

Équipementier