• A vos marques, prêt, partez

Les dernières nouveautés

22.07.2024 Rapport du week-end 19/2024
Buemi London 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi: encore une fois sur le podium en fin de saison © Formula E

Que ce soit à Londres, au Castellet ou à Hockenheim, les pilotes et les équipes suisses ont à nouveau remporté des victoires et des podiums au niveau international ce week-end.

Suivant la devise «le meilleur pour la fin», le trio suisse de Formule E a tout de même marqué des points lors de la finale de la saison à Londres. Sébastien Buemi (Jaguar) a même réussi à monter sur le podium en fin de saison en se classant troisième. Edoardo Mortara (Mahindra) s'est classé cinquième. Nico Müller (ABT) s'est classé sixième. Lors de la deuxième course, Buemi a manqué de peu son troisième podium de l'année en terminant quatrième. Müller, qui a annoncé en passant avant le week-end londonien qu'il ne courrait plus pour Peugeot en WEC à la fin de l'année, a de nouveau marqué des points en septième position. Mortara n'a pas franchi la ligne d'arrivée lors de la deuxième manche. Au classement général, Buemi a terminé 11e, Müller 12e et Mortara 16e. Les victoires de la fin de la dixième saison de Formule E ont été remportées par Pascal Wehrlein et Oliver Rowland. Le premier, qui courait autrefois en Formule 1 chez Sauber, s'est assuré le titre de champion du monde de Formule E.

L'équipe de Jenzer Motorsport a également connu son meilleur week-end de la saison en cours en Formule 4 italienne. Lors de la cinquième course au Castellet, l'équipe de Lyss a manqué le podium d'un cheveu avec René Francot (NL) quatrième et Enea Frey cinquième. Pour Frey, c'était le meilleur résultat jusqu'à présent. Dans les deux courses, il a terminé troisième du classement des rookies sur le podium.

Le premier podium de la saison a également été décroché par Yannick Mettler et Dexter Müller dans le cadre du GT Open au Castellet. Le duo Mercedes a pris la troisième place de la ProAM lors de la deuxième course. L'équipe Spirit of Race a fait encore mieux en remportant le classement général lors de la deuxième manche.

Le solide week-end suisse a été complété à Hockenheim par le GT World Challenge Sprint d'Emil Frey Racing. Après la troisième place du duo Lappalainen/Green lors de la première manche, le Finlandais et son coéquipier britannique ont remporté leur première victoire de la saison. Pour Patric Niederhauser, les courses se sont terminées aux 7e et 14e rangs, tandis que Ricardo Feller a été éliminé dans les deux manches. Lucas Légeret a quant à lui pris les 4e et 2e places de la Gold Cup.

Metteler Mueller Le Castellet 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Premier podium de la saison pour Mettler/Müller en ProAM © Archives Mettler

Lien permanent

18.07.2024 Sandro Fehr: s'arrêter quand c’est le plus beau
Suzuki Flammer Fehr Thomann Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sandro Fehr (au centre) avec Patrick Flammer (à g.) et Rico Thomann © Eichenberger

Sandro Fehr (37 ans) a remporté en 2024 la Suzuki Swiss Racing Cup pour la deuxième fois consécutive. Dans l'interview avec ASS, il ne se contente pas d'en parler, le Saint-Gallois explique également sa décision de se retirer et parle de son deuxième hobby passionnant.

Félicitations pour avoir défendu avec succès ton titre dans la Suzuki Swiss Racing Cup. Lequel des deux titres signifie le plus pour toi?
Sandro Fehr:
Si je suis honnête – celui de 2023, en raison de la concurrence. Gagner contre Fabian Eggenberger et Marcel Muzzarelli était déjà très spécial. Surtout contre «Muzz». C'est contre lui que j'ai couru ces 15 dernières années. Le fait de pouvoir enfin le battre a été une grande satisfaction.

Mais cela ne doit pas diminuer ton titre de 2024, n'est-ce pas?
Non, pas du tout. Cette année encore, j'ai dû tout donner pour gagner. Une petite erreur et la concurrence était immédiatement là.

Tu as commencé la nouvelle saison de manière supérieure et tu as rapidement flairé la chance de gagner toutes les courses. Finalement, ce plan n'a pas vraiment fonctionné.
C'est vrai. Dimanche à Ambri, j'ai dû m'avouer vaincu. Le temps était certes absolument top, mais j'ai malheureusement pris deux fois dix secondes à cause d'un pylône renversé. Le fait que je n'ai pas gagné toutes les courses à cause de cela n'est pas si grave. Quelques personnes m'ont quand même félicité en disant que, déduction faite du résultat de barrage, j'avais tout de même réalisé une «saison propre».

Sais-tu déjà ce qui t'attend en 2025?
Je vais définitivement moins rouler,

Cela signifie-t-il que tu arrêteras quand tu seras le plus heureux?
Oui, on peut le formuler ainsi. Ma femme et moi attendons notre deuxième enfant en janvier.

Est-ce une retraite définitive ou comment faut-il l'interpréter?
Je fais du sport automobile depuis 15 ans. On ne peut donc pas s'arrêter du jour au lendemain. Mais je vais de toute façon réduire mon temps de conduire et ne plus faire de saison complète. Je peux toutefois m'imaginer l'une ou l'autre intervention.

Tu as encore un deuxième hobby intéressant...
Oui, je suis spéléologue. J'ai commencé il y a environ sept ans. Et c'est vraiment passionnant. Lorsque nous découvrons une nouvelle grotte, nous l'explorons, la mesurons, faisons des plans et transmettons les données aux archives centrales de la Société suisse de spéléologie.

Quelle a été ta découverte la plus spectaculaire jusqu'à présent?
Nous avons trouvé une fois un crâne. Et juste à côté, un os plus grand. Ils ont ensuite été examinés et il s'est avéré que le crâne était celui d'un ours brun qui vivait 700 ans avant Jésus-Christ. L'autre os provenait d'un chamois qui aurait vécu 3500 ans avant Jésus-Christ. Il est intéressant de noter que nous avons trouvé ces deux objets l'un à côté de l'autre.

04 Bure Fehr Sandro Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sandro Fehr a remporté six des sept courses en 2024 © myrally.ch

Lien permanent

15.07.2024 Rapport du week-end 18/2024
Sebastien Buemi Sao Paulo 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi (au centre) a remporté les 6 heures de São Paulo © Toyota

Le week-end dernier a été marqué, du point de vue suisse, par la première victoire de la saison de Sébastien Buemi lors de la course de six heures du WEC à São Paulo.

Sébastien Buemi a mis fin à sa période de disette. Le Vaudois a remporté sa première course de la saison dimanche à São Paulo dans le cadre du Championnat du monde d'endurance (WEC). Buemi et ses coéquipiers Brendon Hartley et Rio Hirakawa se sont élancés de la première ligne et ont pris les commandes après environ 90 minutes. Jusqu'à ce moment-là, la Toyota #7 était en tête, mais une pénalité de drive through ainsi qu'une réparation sur la «control unit» ont fait reculer la voiture sœur. Buemi a repris la Toyota #8 comme dernier pilote et a géré sa position de leader avec brio. «Nous avions eu une super voiture», a déclaré Buemi après sa première victoire depuis Bahreïn 2023, «la gestion des pneus a été l'un de nos points forts, notamment le fait d'avoir pu utiliser le composé médian tout au long de la course. Cela nous a permis de maintenir le rythme. Je suis très heureux qu'après un début de saison difficile, nous ayons enfin eu un week-end sans problème.»

Au championnat, après cinq courses sur huit, Buemi & Co. se trouvent à la 5e place, à 48 points du trio de tête Porsche Estre/Lotterer/Vanthoor. Des points ont également été attribués au pilote d'usine Peugeot Nico Müller (huitième) et au pilote BMW Raffaele Marciello (neuvième). Ce n'est pas le cas pour Neel Jani (Proton-Porsche, 15e) et Edoardo Mortara (Lamborghini, 17e). Rahel Frey et ses Iron Dames se sont élancées de la pole position en LMGT3. Mais le premier podium dans le WEC 2024 se fait toujours attendre. Un tuyau d'eau défectueux sur la Lamborghini de Frey a conduit à l'abandon.

Julien Apothéloz lui aussi a frôlé le podium lors de la deuxième course de l'ADAC Prototype Cup Germany à Zandvoort. Après avoir terminé sixième lors de la première manche, le Zurichois s'est classé quatrième lors de la deuxième course.

Alain Valente et Jean-Luc D'Auria ont obtenu leur meilleur résultat à ce jour lors de l'ADAC GT Masters au Nürburgring. Le duo d'Emil Frey s'est classé 15e et 5e lors de la troisième des six courses. Alexander Fach jr (Fach Auto Tech) a également marqué des points en se classant 8e et 7e.

Philip Ellis, pilote Mercedes Winward, est toujours en course pour le titre en IMSA. Le Zougois a même conforté son avance en terminant deuxième en GTD ce week-end à Mosport (CDN). Ellis et son coéquipier américain Russell Ward ont désormais 2090 points au compteur. Le duo de poursuivants Folley/Gallagher en est à 1750, alors qu'il reste encore quatre courses.

Le meilleur jeune pilote dans le domaine des voitures de formules a été Ethan Ischer ce week-end. Dans le très disputé championnat italien de Formule 4, le pilote de Jenzer s'est classé 7e lors de la deuxième des trois courses au Mugello. L'ancien participant aux FIA Motorsport Games Dario Cabanelas a terminé dixième en Eurocup-3 à Zandvoort.

Ethan Ischer Mugello Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ethan Ischer a mis un point d'exclamation dans la F4 italienne © Jenzer

Lien permanent

12.07.2024 Michaël Burri: «J'ai pris beaucoup de risques»
Burri Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Michaël Burri est champion de Suisse des rallyes à mi-parcours © Eichenberger

Vainqueur du Rallye de Bourgogne, Michaël Burri a pris seul la tête du classement général du Championnat Suisse des Rallyes à mi-parcours.

Tu as déclaré après le Rallye du Chablais que tu en avais assez des deuxièmes places. Est-ce que cela a été facile de passer de la parole aux actes?
Michaël Burri:
Bien sûr, l'objectif était de remporter le troisième rallye de l'année, le Rallye de Bourgogne. Mais ce n'était pas si simple que ça. Surtout à cause des conditions météorologiques.

Tu parles de la troisième spéciale...
Oui, je n'avais jamais vu autant d'eau. Nous avons dû attendre 30 minutes à cause d'un incident dans le VHC qui était parti avant nous. Lorsque nous avons repris, il s'est mis à pleuvoir abondamment. Les deux premiers virages se sont tout juste passés. Ensuite, par moments, je ne voyais plus la route, tellement il pleuvait.

Malgré tout, c'est dans cette spéciale que tu as pris l'avance nécessaire pour gagner.
Oui, j'ai pris beaucoup de risques. Il y avait déjà de l'aquaplaning à 50 km/h. On pouvait donc partir n'importe où et n'importe quand. Mais j'ai voulu saisir ma chance dans ces conditions, même si je dois dire après coup: C'était au-dessus de la limite.

C'était ton quatrième rallye sur la Hyundai i20 cette année. En plus des trois manches en CS, tu as également participé à un rallye en Italie. Tu commences à te sentir à l'aise avec la voiture?
Dans les deux premières épreuves, la confiance à 100% manquait encore. Ensuite, comme je l'ai dit, la pluie est arrivée. Mais sinon, je me suis senti à l'aise.

Une semaine avant le Rallye de Bourgogne, ton père Olivier a rodé ta voiture au Rallye Castiglione Torinese. As-tu pu en profiter?
Non. Le set-up n'était pas utilisable dans ces conditions pluvieuses. Nous avons dû faire de nouvelles modifications.

Tu avais une trentaine de secondes d'avance après la troisième spéciale. Est-il difficile de les gérer ensuite?
Le plus difficile, c'est de garder le rythme. Et bien sûr de ne pas faire de grosses erreurs. Nous y sommes bien parvenus cette fois-ci.

Avec cette victoire en Bourgogne, tu es à nouveau seul en tête à mi-parcours du Championnat Suisse des Rallyes. Quel est ton plan pour le reste de la saison?
L'objectif est le titre. Mais les rallyes précédents ont montré que ce sera une affaire très serrée entre nous et Coppens/Roux.

Burri Haenggi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
2ème, 2ème et 1ère: le bilan de Burri jusqu'à présent est impressionnant © Hänggi

Lien permanent

09.07.2024 Rapport du week-end 17/2024
Rahel Frey Imola 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Rahel Frey (au centre) a remporté la cat. LMGT3 à Imola © Iron Dames

Les Suisses engagés au niveau international ont à nouveau fait parler d'eux ce week-end, notamment Louis Delétraz, Rahel Frey, Grégoire Saucy et Axel Gnos.

On ne regarde pas dans la bouche d'un cheval qui a été donné. Pour Louis Delétraz et ses deux coéquipiers Robert Kubica et Jonny Edgar, les 4 heures d'Imola, la troisième des six manches de l'ELMS, se sont terminées sur un rebondissement inattendu. Quelques heures après avoir franchi la ligne d'arrivée, l'Oreca-LMP2 victorieuse de Panis Racing a écopé d'une pénalité de 35 secondes. La voiture n°65 avait accéléré trop tôt lors d'une phase de neutralisation. La pénalité de passage prévue n'ayant pas pu être purgée, elle s'est transformée en pénalité de temps. Delétraz & Co. a ainsi pu remonter à la première place. Grâce à sa première victoire de la saison, le Genevois est désormais deuxième au classement général, à seulement deux points de la tête. Fabio Scherer a également enregistré à Imola son meilleur résultat de la saison jusqu'à présent, avec une sixième place: «Malheureusement, une voiture GT3 nous a abattus dans la phase de départ.»

En LMP2 ProAM, les choses se passent également bien du point de vue suisse. Grégoire Saucy (avec son coéquipier Mathias Beche, qui court sous une licence française) est à nouveau monté sur le podium (en troisième position) lors de la troisième course et reste en tête du classement général. Rahel Frey et son équipe Iron Dames ont fait encore mieux. La coéquipière de Frey, Michelle Gatting, a réussi à conserver la tête de la catégorie avec des pneus usés, malgré la pression exercée par l'Aston-Martin du Racing Spirit of Leman et la Ferrari de Kessel Racing en fin de course. Cette dernière a subi le même sort que la voiture victorieuse de Panis après avoir franchi la ligne d'arrivée. Une pénalité de 35 secondes a fait reculer la Ferrari de Kessel de la troisième à la quatrième place.

Une autre victoire suisse a eu lieu dans le cadre des Ultimate Cup Series à Hockenheim. Axel Gnos s'y est imposé pour la deuxième fois de la saison en LMP3. En NP02, Karen Gaillard a manqué de peu le podium en se classant quatrième.

Louis Deletraz Imola 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz a remporté la course ELMS d'Imola © ELMS

Du point de vue suisse, il y a eu peu de raisons de se réjouir lors du DTM sur le Norisring. Ricardo Feller, respectivement 13e et 12e des deux courses, n'a pas réussi à se hisser dans le top 10, ce qui l'a fait reculer de la troisième à la septième place du classement. La quatrième course a également été décevante pour Emil Frey Racing. Neuvième de la première manche, le Britannique Jack Aitken n'a pas répondu aux attentes. «Ce fut un week-end laborieux», a déclaré Feller. «Nous n'avions pas le rythme pour être devant. Pourtant, la voiture se sentait fondamentalement bien. Mais de mon côté du garage, nous ne pouvons malheureusement pas nous battre devant en ce moment.» Les victoires au Norisring ont été remportées par René Rast et Nicki Thiim.

Les courses du Norisring ne se sont pas déroulées sans succès suisse. Dans l'ADAC GT4 Germany, l'équipe Hofor Racing by Bonk Motorsport a remporté la quatrième victoire de la saison grâce à Gabriele Piana, tandis que le coéquipier de Piana, Tim Reiter, a complété le succès avec la troisième place. Au championnat, Piana est en tête à égalité de points avec l'Allemand Michael Schrey.

Le karting international a également accueilli un podium suisse. Le Tessinois Albert Tamm a terminé deuxième chez les minis lors de la course nocturne de la Coppa Italia à Lonato.

Ricardo Feller Norisring 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricky Feller: Pas un millimètre perdu, mais pas de points pour autant © DTM

Lien permanent

Sponsors

Associés

Membre de

Équipementier