• Newscenter

News Filter



News

01.03.2024 Deux Suisses au service de Porsche
Fontana Alex Porsche 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Alex Fontana roulera pour Car Collection en GT Open © Porsche

Deux professionnels suisses de la course automobile prendront le départ pour Porsche en 2024: Patric Niederhauser (32 ans) en GT Challenge, Alex Fontana (31 ans) en GT Open.

Patric Niederhauser et Alex Fontana ont quelques points communs. Outre le fait qu'ils ont presque le même âge et qu'ils sont tous les deux extrêmement rapides, ils sont allés jusqu'en GP3 (aujourd'hui Formule 3) en sport automobile. À l'époque, ils ont tous deux couru, entre autres, pour Jenzer Motorsport. Après leur carrière en Formule, les deux Young Driver Coaches Niederhauser et Fontana sont passés aux voitures de sport. En 2024, un autre point commun vient s'ajouter: Tous deux roulent pour Porsche – Niederhauser dans l'équipe Rutronik en GT World Challenge, Fontana pour Car Collection en GT Open.

Pour Niederhauser, c'est un retour dans une équipe avec laquelle il a déjà connu beaucoup de succès. En 2019, le Bernois a été le premier Suisse à remporter le titre de l'ADAC GT Masters avec son coéquipier sud-africain Kelvin van der Linde (à l'époque, sur une Audi R8 LMS GT3). Pour la saison 2024, il a de grandes ambitions après une année mitigée en DTM avec Audi. «Mes attentes sont grandes», déclare Nidi. «Je connais l'équipe, l'équipe me connaît et j'ai deux collègues rapides, Sven Müller et Julien Andlauer. Je suis en tout cas motivé et je veux mettre l'un ou l'autre point d'exclamation cette année!»

Fontana aussi est impatient que la saison commence. «Je me réjouis beaucoup de la nouvelle saison», déclare le Tessinois. «Pour moi, ce sera la première fois que je pourrai courir deux années de suite avec la même voiture et la même équipe, et Car Collection est un groupe de personnes que j'aime beaucoup. De plus, je suis très fier de courir la série complète avec Hash, qui vient de mon académie de course.»

Alors que la saison débutera pour Niederhauser les 6 et 7 avril au Castellet, Fontana a encore un peu de temps devant lui. Sa première course en GT Open aura lieu les 27 et 28 avril au Portugal.

Nieder Huaser Patric Porsche 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Patric Niederhauser pour Rutronik en GTWC © Porsche

Lien permanent

29.02.2024 Slalom de Bière reporté de trois semaines
Biere Ambiance Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
En 2024, le Ssalom de Bière n'aura lieu que début mai © Cornevaux

Le coup d'envoi du Championnat suisse des slaloms 2024 n'aura pas lieu comme prévu à Bière. La course a été reporté de trois semaines. Le coup d'envoi sera donc donné les 27 et 28 avril à Frauenfeld.

Les rumeurs ont longtemps couru. C'est désormais une certitude: le slalom de Bière, qui devait initialement marquer le début du Championnat suisse des slaloms de cette année, est reporté de trois semaines. Le slalom près du Lac Léman aura désormais lieu les 4 et 5 mai.

Le championnat de slalom ne débutera donc que fin avril (27/28) dans le cadre des journées de courses d'automobiles à Frauenfeld. Sans le slalom de Romont, que le CO compétent a dû annuler cette semaine le cœur lourd, la saison de slalom suisse 2024 se présente comme suit:

27/28 avril, Frauenfeld
4/5 mai, Bière
18/19 mai, Bure
25/26 mai, Ambri (double événement)
22/23 juin, Chamblon

La nouvelle date de Bière supprime également la collision de dates avec les journées test de slalom à Ambri (13/14 avril).

L'annulation du slalom de Romont, communiquée en début de semaine, a également des répercussions sur le Championnat junior. Comme le slalom de Romont a été annulé, le comité des championnats a demandé au bureau de la CSN que le slalom de Bière soit désormais intégré au calendrier des championnats suisses juniors. Le bureau de la CSN a approuvé à l'unanimité cette demande d'adaptation du calendrier. Ainsi, les slaloms suivants comptent pour le championnat junior 2024: Frauenfeld, Bière, Bure et Chamblon.

Lien permanent

28.02.2024 «Mister Formule 2» Ralph Boschung met un terme à sa carrière
Boschung Ralph Bahrain 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le plus grand triomphe de Boschung: la victoire en F2 à Bahreïn en 2023 © FIA Formula 2

Ralph Boschung (26 ans) a réussi presque tout ce qu'il a accompli dans le sport automobile à la force de sa volonté. Aujourd'hui, le «petit homme debout» a annoncé sa retraite.

Aucun pilote de course suisse n'a participé à autant de courses de Formule 2 que Ralph Boschung. Avec 120 courses, il occupe la quatrième place dans la liste des participants les plus assidus à la Formule 2. Seuls le Russe Artem Markelov (139), l'Allemand-Vénézuélien Johnny Cecotto jr. (133) et l'Italien Luca Filippi (132) ont pris plus souvent le départ de la Formule 2 (ou de la série qui l'a précédée, le GP2). Aujourd'hui, le jeune Valaisan de 26 ans a tiré un trait sur sa carrière en Formule 2.

«Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j'ai arrêté», explique Boschung. «La raison décisive est ma santé.» Boschung souffre de douleurs cervicales depuis 2022. L'année où celles-ci sont apparues pour la première fois, il a dû renoncer à de nombreuses courses. Un spécialiste de Monaco avait alors diagnostiqué chez Boschung un syndrome des facettes, une maladie dégénérative de la colonne vertébrale. «Chez moi, ce sont les vertèbres supérieures, c'est-à-dire C1 et C2, qui sont touchées», précise Boschung. Il s'est certes senti mieux l'année dernière, «mais je ne me suis vraiment senti bien que pendant la pause hivernale». C'est à cette période que la décision de raccrocher le casque a été prise. La question de savoir s'il s'agit d'une fin définitive n'est pas encore tout à fait gravée dans le marbre. «Il ne faut jamais dire jamais», dit Boschung de manière éloquente, «mais pour l'instant, cela ne ressemble pas à un retour.» Ni en direction du sport GT, où les contraintes sur la nuque seraient moindres. «Je dois penser à ma santé», dit Boschung en grinçant des dents.

P90104130 high Res saturday race 1 podi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Boschung (au centre) sur le podium BMW en 2012 avec Delétraz (à droite) © BMW

Mais un homme comme lui ne tournera définitivement pas le dos au sport automobile. Boschung a vécu pour sa passion comme personne d'autre. Sans manager, il s'est maintenu courageusement au plus haut niveau international pendant des années. Il a souvent connu des revers. Il n'était pas rare qu'il doive vivre selon la devise «de la main à la bouche». Déjà en GP3 2016, il n'a pas pu terminer la saison par manque d'argent. En 2017, 2018 et 2019, il en a été de même en Formule 2. Quatre années de suite, il a ainsi manqué la finale de la saison à Abu Dhabi. Mais à chaque fois, il était de retour lors des essais qui ont suivi la dernière course. Boschung – un homme debout? En quelque sorte, oui. En tout cas, quelqu'un qui ne s'est pas laissé abattre.

Interrogé sur son plus beau souvenir dans le sport automobile, Boschung l'élude: «Je n'aime pas regarder en arrière.» Il est néanmoins fier de ce qu'il a accompli. Et le fait qu'il ait enfin pu remporter sa première course de Formule 2 l'année précédente lors de la 96e tentative lors de l'ouverture à Bahreïn «était déjà un coup de foudre. Certes, j'avais déjà décroché quelques places de podium auparavant. Mais gagner une course, c'est tout simplement un sentiment encore une fois bien meilleur.» Le fait qu'il ait remporté cette victoire pour l'équipe espagnole Campos Racing l'a rendue encore plus spéciale. Le chef d'équipe Adrian Campos était décédé de manière inattendue en 2021. «Le fait d'être au sommet en son honneur et de voir l'équipe exulter m'a profondément touché», déclare Ralph.

Boschung GP3 Jenzer Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Boschung en GP3 en 2015 avec Jenzer Motorsport © GP3

Boschung a commencé sa carrière en karting. En 2012, il s'est lancé dans le sport automobile via la BMW Talent Cup. En 2015, il a finalement rejoint le GP3 avec Jenzer Motorsport en passant par les ADAC Formel Masters. Dès le troisième week-end de course à Silverstone, il est monté sur le podium.

La suite de l'histoire de Boschung n'est pas encore connue. Il est évident qu'avec son expérience, il peut être d'une grande aide pour les jeunes pilotes. L'homme de Monthey pourrait donc très bien s'imaginer un travail au-delà du mur des stands. «J'ai pris quelques décisions qui se sont révélées mauvaises par la suite. Je peux transmettre cette expérience.»

Auto Sport Suisse souhaite à Ralph beaucoup de bonheur et surtout une bonne santé pour la suite de sa vie!

Boschung Ralph 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Boschung et le chef d'équipe Adrian Campos, décédé en 2021 © Archives Boschung

Lien permanent

27.02.2024 Le slalom de Romont n'aura pas lieu
Schneider Denise Steinmann myphoto ch Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Romont a accueilli un slalom en CS pour la dernière fois en 2019 © myphoto.ch

La finale du Championnat suisse des slaloms à Romont est annulée. Le comité d'organisation a informé Auto Sport Suisse que la course ne pourrait pas avoir lieu en raison des conditions imposées par l'armée.

Le slalom de Romont a eu lieu pour la dernière fois en 2019. En 2024, il aurait dû marquer la fin de saison du Championnat suisse des slaloms les 21 et 22 septembre. Mais cela n'aura pas lieu. Le comité d'organisation autour du directeur de course Hans Pfäuti a informé Auto Sport Suisse que la course ne pourrait pas avoir lieu en raison des conditions imposées par l'armée.

«Nous aurions aimé organiser cette année le 50e slalom automobile de Romont et fêter ce jubilé», explique-t-on du côté du comité d'organisation. «Tout s'est longtemps présenté sous les meilleurs auspices, mais malheureusement, nous devons également annuler la manifestation de cette année. Les conditions de l'armée ne peuvent pas être remplies en raison des mesures de construction. Le terrain ne serait disponible que le vendredi à 16 heures et une grande partie du paddock ne pourrait pas être utilisée. De plus, la route serait en mauvais état.»

Le comité d'organisation a également émis des réserves en matière de sécurité. Le parcours aurait dû être adapté au chantier. Le temps n'aurait pas suffi pour procéder à ces adaptations. «Toutes ces circonstances et les incertitudes qui en résultent nous ont malheureusement contraints à annuler, le cœur lourd, la manifestation de cette année. Nous restons en contact avec l'armée et espérons que nous pourrons tout de même organiser un jour le 50e slalom automobile de Romont.»

Le Championnat suisse des slaloms s'achèvera donc – comme en 2023 – avec la course de Chamblon les 22 et 23 juin. Au total, cinq manifestations sont au programme, le slalom d'Ambri étant à nouveau considéré comme une double manifestation.

Lien permanent

26.02.2024 Lancement réussi du projet Young Drivers 2024
Young Drivers 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les Young Drivers 2024: Maxim Harder, Kai Perner, Joaquim Van Thunye, Sergio Koch, Eric Schopfer, Diego Gama (rangée du haut), Vladimir Sauer, Christopher Holst, Lalou Zbinden, Timéo Ruppen, Henry dos Santos, Tiziano Kuznini et Neil Russell (manquaient à Seelisberg: Florian Esteve, Noah Massa, Samuel Schär et Marlon Bayer) © Eichenberger

Hier dimanche, le projet Young Drivers initié par Auto Sport Suisse a démarré la nouvelle année. L'Eventcenter Seelisberg d'Yves Meyer a accueilli le premier atelier 2024.

Il y a un an, le projet Young Drivers d'Auto Sport Suisse débutait à l'hôtel Meilenstein de Langenthal. La deuxième saison a été inaugurée hier dimanche – à l'Eventcenter Seelisberg, surplombant le lac des Quatre-Cantons. L'hôte du premier atelier était Yves Meyer. Le directeur de l'Eventcenter, de loin le pilote de drift le plus performant de Suisse depuis des années, a mis quatre de ses Toyota GR86 à la disposition de la relève. «Faire de la course ne consiste pas seulement à mettre les gaz», explique Meyer. «La course automobile exige bien plus. Je trouve très important que les jeunes pilotes de la relève aient un aperçu des différents aspects de la vie d'un pilote de course. J'ai moi-même participé au projet Young Drivers en 2015. Le fait qu'Auto Sport Suisse ait relancé ce programme l'année dernière est formidable et nous sommes très heureux que l'Eventcenter Seelisberg ait pu donner le coup d'envoi de la nouvelle saison.»

Yves Meyer formait le jury avec les deux pilotes expérimentés Röbi Wicki ainsi que Hans Schori. Parmi les 13 participants et participantes qui se sont rendus à l'Eventcenter pour le premier atelier, ceux qui avaient déjà participé au YDP en 2023 ont pu prendre place dans l'une des Toyota. Tous les participants de l'année précédente qui, en raison de leur âge, ne pourront plus prendre le départ du YDP en 2024, ont également pu faire quelques tours de piste sous la direction des instructeurs. L'un ou l'autre exercice d'adresse était également au programme. Il s'est avéré que faire entrer un ballon dans un but avec une voiture n'est pas si simple...

Parallèlement, un premier média training a eu lieu. Les participants n'ont pas seulement dû rédiger leur propre communiqué de presse, ils ont également donné une interview devant la caméra et ont été briefés individuellement. Comme l'Eventcenter Seelisberg dispose également d'un nombre impressionnant de simulateurs de course, les Young Drivers ont également pu faire des tours de piste virtuels. Le fait que l'un des novices ait réalisé le meilleur temps au tour a attiré l'attention et promet une année passionnante pour les jeunes pilotes en herbe en 2024.

Pour ce qui est du reste du programme du YDP, les prochaines séances d'entraînement individuel sont prévues avec l'ancien pilote Adrian Zaugg. L'entraîneur d'athlétisme travaillera de manière ciblée avec les jeunes coureurs de la relève sur leur condition physique et leur établira des programmes individuels. Le 23 avril, une soirée de simracing sera ensuite organisée en parallèle à Horgen (ZH) et à Lyss (BE). Parmi les autres points forts du YDP figurent un test dans l'équipe de Formule 4 de Jenzer Motorsport ainsi qu'une visite d'une course internationale (en 2023, les Young Drivers ont assisté à la finale du DTM à Hockenheim). Le vainqueur du YDP sera annoncé en décembre. Il (ou elle) recevra un prix de 30’000 francs suisses, lié à un programme de course automobile.

Young Drivers Seelisberg 2024 Gruppenfoto Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les Young Drivers lors de la photo de groupe avec les instructeurs Yves Meyer et Röbi Wicki (à droite) © Eichenberger

Lien permanent

25.02.2024 La formation des commissaires sportifs / directeurs de course a eu lieu
Yverdon Ausbildung SK RL 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Le samedi 24 février 2024, les séminaires de formation pour les commissaires sportifs et les directeurs de course ont eu lieu à Yverdon et à Egerkingen. A cette occasion, le comité des officiels a pu former environ 70 participants et les préparer à la nouvelle saison.

Outre les modifications réglementaires et les informations relatives aux nouveautés, des exposés sur le thème des « activistes » et des défis qui en découlent ont eu lieu tant en Suisse romande qu'en Suisse alémanique. Les collègues de Suisse romande ont en outre organisé pour la première fois une formation visuelle dans le domaine de la planification/sécurisation des pistes.

Lien permanent

23.02.2024 La CSN a approuvé neuf séries pour 2024
Renault Classic Cup Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
En 2024, la Renault Classic Cup disputera trois slaloms, deux courses sur circuit et sept courses de côte © Eichenberger

Lors de sa réunion du 14 février 2024, la Commission nationale du sport (CNS) a approuvé les séries suivantes pour 2024:

Automobile:
Renault Classic Cup, RC2401 /NAT, www.renault-classic.ch
Trophée Michelin Alps, TMA2402 /NAT, www.tropheemichelinalps.com
Trophée Michelin Alps Open, TMAO2403 /NAT, www.tropheemichelinalps.com
*Porsche Sports Cup Suisse, PSC2404 /NAT, www.porschemotorsportclubsuisse.ch
Suzuki Swiss Racing Cup, SSRC2407 /REG, www.suzuki.ch
**PSA Transition Trophy, PASATT2408 /REG, www.ecurie-dynamic.ch

* Dans le domaine Porsche, les règlements de la Porsche Drivers Competition et de la Porsche Slalom Cup sont encore en attente et seront approuvés ultérieurement.

** Le Trophée PSA Transition, nouvellement créé, est ouvert aux véhicules des marques Citroën et Peugeot des groupes N et A dans les classes de cylindrée ≤1400 cm3 et 1401-1600 cm3 dont l'homologation a expiré. Elle doit permettre aux participants de continuer à faire évoluer leurs véhicules de manière compétitive lors de manifestations sportives de course sous l'égide de l'ASS et de se mesurer à des personnes partageant les mêmes idées dans leurs propres classements.

PSA Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Thounois Tom Gàl est derrière le nouveau PSA Trophy © Eichenberger

Karting:
Swiss Historic Kart Cup, SHKC2401 K/REG, www.swisshistokart.ch
Kappelen Trophy, KT2402 K/Club, www.kappelentrophy.ch
Vega Trofeo, VT2403 K/REG, www.vegatrofeo.ch

Les règlements définitifs des séries seront publiés sur les plateformes respectives et sur www.motorsport.ch après avoir été complétés par les organisateurs. Pour des informations actualisées, nous vous prions de vous adresser directement aux organisateurs des différentes séries.

Boss 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Vega Trofeo organise à nouveau cinq courses en France en 2024 © Vega Trofeo

Lien permanent

22.02.2024 Karen Gaillard est désormais une «dame de fer»
Karen Gaillard UCS 2023 Podium Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Karen Gaillard en 2023 avec Grégory de Sybourg © Delien/Ultimate Cup Series

Karen Gaillard (22 ans) n'a commencé le karting qu'à l'âge de 15 ans. Pour la nouvelle saison, elle a fait un grand pas en direction du Mans en rejoignant l'équipe «Iron Dames».

Pour Karen Gaillard, Pâques et Noël ont pour une fois eu lieu en février. La Fribourgeoise d'origine est désormais pilote chez Iron Dames en Michelin Le Mans Cup. Dans l'équipe fondée en 2018 par Deborah Mayer, elle rencontre entre autres Rahel Frey, qui se retirera en 2024 en tant que pilote de course, mais qui est plus que jamais sollicitée dans son rôle de manager d'équipe. Au total, Iron Dames a neuf pilotes sous contrat. Gaillard est, avec Frey, la deuxième Suissesse. Outre le sport automobile, Mayer est également présente dans le sport équestre. Sept autres cavalières de saut d'obstacles y portent haut les couleurs d'Iron Dames.

Pour Gaillard, le passage chez Iron Dames est un pas de plus vers Le Mans. La Romande, qui aura 23 ans en juin, rêve depuis des années de participer à la classique des 24 heures de la Sarthe. Aussi parce qu'elle a compris très tôt que la voie du sport de formule n'était pas finançable. Cette pilote tardive (Gaillard n'a commencé le karting qu'à l'âge de 15 ans) a fait ses premiers pas dans le sport automobile lors du Cupra Young Driver Challenge, qu'elle a remporté en 2019 en tant que dernière pilote de promotion. Après une année en TCR, Gaillard est passée à l'endurance en 2021. Elle faisait alors partie de l'école de pilotage La Filière Endurance au Mans. En 2022, sa carrière a connu un coup d'arrêt. La compétition française de sprint GT «Mitjet 2L» n'était pas vraiment un pas en avant. Mais Gaillard a continué à se battre et, l'année précédente, elle s'est classée deuxième dans les prototypes des Ultimate Cup Series aux côtés de Grégory de Sybourg, petit-fils de la légende suisse de la course automobile Jo Siffert.

En 2024, elle participera à la Michelin Le Mans Cup. Le coup d'envoi pour Gaillard sera donné le 13 avril avec la première course à Barcelone. Au total, six courses sont prévues au programme. Le point culminant de la saison sera bien sûr la course des 24 heures à la mi-juin. Il faudra probablement attendre encore un peu avant que Gaillard ne puisse disputer les «vraies» 24 heures du Mans. Mais chez Iron Dames, elle est au bon endroit. Il ne reste plus qu'à trouver le bon moment.

417458480 907832908018747 2200850259166981847 n Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La nouvelle voiture de Gaillard: une Lamborghini Huracán GT3 © Iron Dames

Lien permanent

21.02.2024 autobau SKM 2024: Inscris-toi maintenant !
Flyer fuer Homepage Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Dans environ 2 mois aura lieu le coup d'envoi de la saison 2024 du championnat suisse de karting autobau sur le circuit South Garda Karting à Lonato/ITA. Nous nous réjouissons de vous accueillir les 13 et 14 avril 2024 sur ce circuit légendaire.

Assure-toi dès maintenant ta place de départ via www.go4race.ch!

Tu as également la possibilité de t'inscrire dès maintenant pour toute la saison, également via le portail www.go4race.ch. En cas d'inscription pour toute la saison, 1 course sur 5 est gratuite ! Si tu participes toute la saison avec l'autocollant de visée d'autobau, un autre droit d'inscription te sera remboursé à la fin de l'année !

La clôture des inscriptions pour la première course et l'inscription à la saison est fixée au 07.04.2024 à 24h00.

Participe à la course et dispute des victoires et des points avec de nombreux autres pilotes !

Nous nous réjouissons de ton inscription au Championnat suisse de karting autobau 2024 et restons à ta disposition pour d'éventuelles questions.

Lien permanent

20.02.2024 Que fait donc Andrea Chiesa?
Andrea Chiesa Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Andrea Chiesa (petite photo: aujourd'hui) et 1992 chez Fondmetal © Archiv Chiesa/RSI

Comme lors des dernières éditions, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 1: Que fait donc Andrea Chiesa?

Les trois derniers Suisses à avoir pris le départ d'un GP de F1 s'appellent Sébastien Buemi (2009-2011), Jean-Denis Delétraz (1994/1995) et Andrea Chiesa (1992). Ce dernier en a disputé dix et a passé la barre des qualifications à Mexico, Barcelone et Magny-Cours. Il n'était pas possible de faire beaucoup mieux avec la peu performante Fondmetal GR01. Surtout pour le Tessinois, vu sa grande taille. «J’ai toujours été à l’étroit dans le cockpit», confie-t-il, «c'est sans doute pour cela qu'il m'a toujours manqué la dernière petite dose de confiance dans la voiture.»

En 1992, Chiesa n'a pas eu beaucoup de temps pour se préparer lorsqu'il a réalisé son rêve de faire de la formule 1, grâce à un sponsoring provenant d'Italie. «Les premiers essais libres du GP d'Afrique du Sud ont également été mon premier test.» L’ex-pilote âgé aujourd'hui de 59 ans est loin d’en rire. «Les expériences faites en F1 m'ont profondément frustré. Pendant un certain temps, je ne voulais même plus regarder les courses à la télévision.» Comme Fondmetal, l'écurie qui a succédé à Osella, était notoirement sous-financée, Chiesa a souvent dû patienter. Ce n'est qu'à Magny-Cours, après huit courses, qu'il a reçu la nouvelle monoplace GR02, hélas détruite dès son premier engagement. «À l'époque, je faisais tout moi-même», explique Chiesa. «Il aurait peut-être mieux valu que j'aie un manager.»

Après la formule 1, le pilote de Comano s’envole pour les États-Unis. Mais cette aventure résulte également d’un «appel de dernière minute». Quand son père décède en 1994, le sport automobile passe soudain au second plan. Alors âgé de 30 ans, Andrea Chiesa reprend temporairement les rênes de l’affaire familiale, une aciérie située en Lombardie. C’est grâce à Loris Kessel qu’il revient à la course automobile. Andrea, le seul Suisse avec Gregor Foitek à avoir remporté une course de F3000 de la FIA, garde un bon souvenir de ses années passées en GT (Enna 1989). «C'était la plus belle période du sport automobile», se remémore-t-il. «Notamment parce qu’en GT, le team était plus important que le pilote en tant qu’individu.»

Né à Milan d'un père italien et d'une mère bâloise, Andrea Chiesa a disputé sa dernière course en 2012. Il est toutefois resté lié au sport automobile en commentant la F1 sur la radio-télévision suisse italienne. Sa deuxième passion est le VTT. «J'ai fondé il y a dix ans 'Yep Components', une entreprise qui fabrique des pièces spéciales, notamment des tiges de selle télescopiques», raconte celui qui aime la pratique du vélo et à qui on demande régulièrement si la compétition ne lui manque pas: «Bien sûr que ça me manque, mais il y a un temps pour tout. Avec le VTT, j'ai trouvé une nouvelle passion. La sensation d'aller à la limite avec ces vélos est similaire à procurée par la course automobile.»

Lien permanent

20.02.2024 Attribution des pneus dans le CS de karting autobau 2024
Samuel Ifrid Reifen Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Quels pneus seront utilisés en 2024 lors du Championnat suisse de karting autobau? © Eichenberger

Le 14 avril, le coup d'envoi de la saison du Championnat suisse de karting autobau 2024 aura lieu à Lonato (I). Dans le cadre de la dernière réunion de la CSN, il a été annoncé quels pneus seront utilisés cette année et dans quelle catégorie (voir fichier joint).

Lien permanent

19.02.2024 Le secrétariat n'est pas joignable par téléphone - 20.02.2024

Le mardi 20 février 2024, le secrétariat d'Auto Sport Suisse ne sera pas joignable par téléphone en raison d'une formation continue interne.

Nous serons volontiers à nouveau à votre disposition par téléphone à partir du mercredi 21 février 2024 aux heures d'ouverture habituelles.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Auto Sport Suisse

Lien permanent

19.02.2024 Rapport du week-end 03/2024
Marciello Raffaele Bathurst 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello lors de ses débuts chez BMW en Australie © Archives Marciello

Ricardo Feller et Raffaele Marciello, les deux meilleurs pilotes GT3 suisses, ont tenté une nouvelle fois de remporter enfin les 12 heures de Bathurst ce week-end au Mont Panorama en Australie.

Il s'agit sans doute de la course la plus célèbre d'Australie. Et aucun Suisse n'a encore réussi à inscrire son nom au palmarès du circuit de Mount Panorama. En 2024, les 12 heures de Bathurst, qui marquent le début du GT-Challenge intercontinental, ont certes été très passionnantes et marquées par une météo capricieuse, mais du point de vue suisse, la course classique s'est terminée de manière décevante. Raffaele Marciello s'est tout de même classé 5e pour ses débuts chez BMW, en compagnie de l'as de la moto Valentino Rossi et du Belge Maxime Martin, ce dernier ayant lancé une attaque qui n'a malheureusement pas abouti en tentant de monter sur le podium...

Le deuxième fer de lance suisse, Ricardo Feller, n'a pas franchi la ligne d'arrivée. L'Audi MPC numéro 2 a abandonné. La voiture menée par l'Australien Brad Schumacher a lutté pendant toute la course contre une direction qui penchait. Après dix heures, le problème était devenu si important que l'équipe a retiré l'Audi par mesure de sécurité.

Feller Ricardo Bathurts 2024 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Feller (à droite) avec Brad Schumacher et Markus Winkelhock © Audi

La victoire est revenue à la Porsche Manthey avec Matt Campbell, Laurens Vanthoor et Ayhancan Güven. Marciello a déclaré après la course: «C'était une course difficile. Je pense que nous aurions pu obtenir un meilleur résultat, mais à la fin, nous avons fait quelques erreurs et perdu trop de temps. Malgré tout, ce sont de bons points pour le championnat. Nous essaierons de faire mieux la prochaine fois.»

Jenzer Motorsport continue lui aussi d'attendre ses premiers points lors des Formula Winter Series en Espagne. Lors de la deuxième course à Valence, c'est à nouveau le rookie Enea Frey qui a obtenu le meilleur résultat de l’équipe du week-end avec une 15e place. La course se poursuivra le premier week-end de mars avec la troisième course à Aragón.

Frey Enea Jerez 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Enea Frey a de nouveau été le meilleur pilote Jenzer à Valence © Dutch Photo Agency

Lien permanent

16.02.2024 Obligation d'introduire des réservoirs de sécurité reportée
Sicherheitstank Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le réservoir de sécurité pour E1, IS, ISA, ISN et IS/R n'arrive pas pour l'instant © Eichenberger

En principe, des réservoirs de sécurité de type FT3 auraient dû être introduites dans les classes E1, IS, ISA, ISN et IS/R à partir du 1er janvier 2025. La CSN a décidé maintenant qu'une introduction obligatoire pour ces classes n'aura pas lieu pour le moment.

Mercredi, la Commission Nationale du Sport (CNS) a tenu sa première réunion de l'année. L'un des thèmes abordés concernait les réservoirs de sécurité. Il était prévu que les véhicules des catégories E1, IS, ISA, ISN et IS/R doivent utiliser un nouveau réservoir de sécurité de norme FT3 à partir de 2025. Malheureusement, ce type de citerne a une durée de vie très courte (cinq ans) et son installation nécessite un certain nombre de modifications. Comme, selon le comité technique, il n'y a pas d'arguments de sécurité en faveur d'une introduction obligatoire et que la modification entraînerait en outre des coûts considérables, il a été proposé à la CSN de suspendre l'entrée en vigueur de l'obligation d'équipement en citernes de sécurité prévue pour 2025.

La CSN a approuvé cette proposition à l'unanimité et renonce ainsi (pour le moment) à une introduction obligatoire dans les catégories NAT susmentionnées. Pour toutes les autres catégories, l'obligation est maintenue.

Lien permanent

15.02.2024 Ne manquez pas la date limite d'inscription pour la Coupe des Dames!
Vanessa Zenklusen Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La pilote de course de côte Vanessa Zenklusen est l'une des participantes à la Coupe des Dames © Archives Zenklusen

En 2024, Auto Sport Suisse organisera une Coupe des Dames, toutes compétitions confondues. Celles qui souhaitent y participer – pilotes ou navigatrices – peuvent s'inscrire jusqu'au 1er mars.

Cette année, Auto Sport Suisse organise pour la première fois une coupe des dames inter-compétition dans le sport automobile. Celles qui ne se sont pas encore inscrites peuvent le faire jusqu'au 1er mars 2024. Le formulaire d'inscription est joint ci-dessous. L'inscription est gratuite.

La Coupe des Dames s'adresse à toutes les Ladies (titulaires d'une licence de course suisse) qui participent à des courses automobiles nationales ou internationales. Afin de tenir compte du grand nombre de copilotes féminines en rallye, les copilotes féminines seront également prises en compte dans l'attribution des points. Les participantes à la Coupe des Dames doivent à chaque fois remettre leurs résultats au secrétariat pour évaluation dans les deux semaines suivant la course à laquelle elles ont participé.

Nous espérons que vous serez nombreux à y participer et restons à votre disposition pour répondre à vos questions ou à vos doutes.

Lisiane Zbinden Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Mais les copilotes, comme par exemple Lisiane Zbinden (copilote de Sacha Althaus), peuvent également participer © Kaufmann

Lien permanent

14.02.2024 Coup d'envoi du WEC avec sept Suisses
Sebastien Buemi 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi: remportera-t-il son cinquième titre WEC en 2024 © Toyota

La saison 2024 du WEC débutera le 2 mars au Qatar. Sept Suisses figurent sur l’«entry list» qui vient d'être publiée – dont cinq dans la catégorie des hypercars.

Dans un peu moins de deux semaines, le Championnat du monde d'endurance débutera au Qatar. Sept Suisses seront également au départ, dont cinq dans la catégorie Hypercars, deux dans la catégorie LMGT3, qui remplacera la LMGTE en 2024.

Du point de vue suisse, le favori pour de nouvelles victoires et de nouveaux titres est bien entendu Sébastien Buemi. Le Vaudois entame sa onzième (!) saison complète avec Toyota. Il a déjà été sacré champion du monde à quatre reprises avec le constructeur japonais. Il a gagné autant de fois les 24 Heures du Mans. Bien que la grille de départ au Qatar compte 19 hypercars et que la concurrence soit sur les talons de Toyota, Buemi & Co. sont les candidats les plus chauds pour une victoire d'ouverture.

Nico Müller entame lui aussi sa troisième année d'hypercar avec Peugeot. Les attentes envers les Français ont augmenté. Müller attend encore son premier podium avec l'ancien vainqueur du Mans. Une quatrième place à Bahreïn en 2022 est le meilleur résultat obtenu jusqu'à présent. Neel Jani n'a que trois courses (dans le cadre du WEC) à son actif avec la Proton-Porsche. Au Petit Le Mans 2023, dans le cadre de l'IMSA, le Seelandais a déjà pu sabrer le champagne en terminant troisième. A Daytona (qui fait également partie de l'IMSA), Jani avait terminé cinquième.

Marciello Raffaele BMW 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Marciello lors des derniers essais de la BMW M Hybrid V8 © BMW

Raffaele Marciello prend un nouveau départ. Le Tessinois disputera au Qatar sa première course d'hypercar pour BMW. Marciello, qui a gagné à peu près tout ce qu'il y a à gagner en GT3, partagera le cockpit avec Dries Vanthoor (B) et Marco Wittmann (D) lors de sa première course pour l'équipe WRT. Edoardo Mortara fête également sa première. Le Genevois pilote la nouvelle Lamborghini SC63 de l'équipe Iron Lynx avec Mirko Bortolotti et l'ex-pilote de F1 Daniil Kvyat.

Dans la nouvelle catégorie GT3 (avec 18 voitures au départ), Thomas Flohr (Ferrari 296/AF Corse) et le débutant GT3 Grégoire Saucy (McLaren 720S/United Autosports) porteront haut les couleurs suisses. Rahel Frey ne sera pas au départ. La Soleuroise a déjà annoncé en 2023 qu'elle souhaitait prendre du recul. Son équipe Iron Dames est au départ avec Michelle Gatting, Sarah Bovy et Doriane Pin.

La catégorie LMP2 n'est également plus de la partie. Pour la première fois depuis la création du WEC (2012), la deuxième division des prototypes n'est plus annoncée, car la grille de départ est déjà remplie en raison d'une forte demande d'engagements d'hypercars. Lors des 24 Heures du Mans, la classe LMP2 devrait toutefois continuer à être disputée avec 15 voitures.

Mc Laren Saucy 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy, novice en GT3, pilote une McLaren 720S © McLaren

Lien permanent

14.02.2024 Bernina Gran Turismo pas avant 2025
Bernina 2021 06 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La Bernina Gran Turismo n'aura pas lieu cette année © BGT

La Bernina Gran Turismo aurait dû avoir lieu cette année du 26 au 29 septembre. L'organisateur vient d'annoncer que la prochaine édition de la BGT n'aura pas lieu avant 2025.

L'organisateur de la Bernina Gran Turismo, la societè Internationale St. Moritzer Automobilwochen AG, a informé Auto Sport Schweiz que l'édition 2024 n'aurait pas lieu. La Bernina Gran Turismo devrait revenir en 2025, et ce – selon l'organisateur – avec des célébrations de premier plan et un engagement total pour la dixième édition.

La Bernina Gran Turismo, qui s'est établie au cours des dix dernières années comme une marque solide dans le panorama Suisse et International des courses de côte, aurait dû avoir lieu cette année du 26 au 29 septembre.

Vous trouverez plus d'informations sur la Bernina Gran Turismo en cliquant sur ce lien.

Lien permanent

12.02.2024 Rapport du week-end 02/2024
Louis Deletra Abu Dhabi 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Là, le monde était encore en ordre pour Delétraz. La LMP2-Oreca #99 prend les commandes au départ de la première course © ALMS

C'est avec 20 points d'avance que Louis Delétraz a abordé le dernier week-end de course des Asian Le Mans Series. Le titre était à sa portée, mais son coéquipier est entré en collision lors d'une phase de safety car...

Louis Delétraz avait l'occasion de décrocher un nouveau titre LMP2 ce week-end. Mais il n'en a rien été. Lors de la première course (sur deux) à Abu Dhabi, son coéquipier Ahmad Al Harthy d'Oman est justement entré en collision avec le leader de la catégorie GT lors d'une phase de safety-car. L'accidentde la première course a relégué Delétraz à la deuxième place du classement intermédiaire, à trois points du leader de l'équipe LMP2 du Portugal.

Lors de la deuxième course du dimanche, la #99 s'est à nouveau élancée de la pole position. Tout était donc encore possible. Mais une pénalité pour l'accrochage de la veille et un problème mécanique ont relégué Delétraz & Co. à la 11e place. Pour Delétraz, la campagne asiatique s'est tout de même terminée sur le podium, à la troisième place, mais la déception était grande. Après tout, ils avaient 20 points d'avance avant la finale d'Abu Dhabi. Il y a eu un titre suisse en LMP3: L'équipe Cool Racing sur une Ligier JS P320 Nissan avec Alexander Bukhantsov et James Winslow a remporté le championnat grâce à deux deuxièmes places, avec une très courte avance de trois points.

«L'équipe a dû reconstruire une nouvelle voiture pendant la nuit avec un nouveau châssis», explique Delétraz. «Mais malheureusement, nous avons eu des problèmes électroniques et nous étions environ trois secondes plus lents que nos concurrents.»

Enea Frey a également fêté un premier succès. Lors de son premier week-end de course dans la série hivernale de Formule 4 en Espagne, il a terminé la deuxième course à la 14e place dans des conditions difficiles et a ainsi assuré le meilleur résultat de Jenzer Motorsport.

Enea Frey Jerez Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Enea Frey a été le meilleur pilote Jenzer lors de la première course à Jerez © FWS

Lien permanent

09.02.2024 Champions Week, partie 12: Perroud/Marchand et Pernet/Pernet
Perroud Marchand pernet Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Quentin Marchand/Pascal Perroud (vainqueurs VHC 2023, à gauche avec leur BMW M3) ainsi que Laurent et Florence Pernet (vainqueurs VHRS 2023)

Champions Week au lieu de Champions League! Semaine après semaine, nous vous présentons les champions suisses les uns après les autres. Cette semaine, c'est au tour (dans la dernière partie) des vainqueurs des catégories historiques des rallyes: Pascal Perroud/Quentin Marchand (vainqueurs VHC 2023) ainsi que Laurent Pernet/Florence Pernet (vainqueurs VHRS 2023).

En fait, Pascal Perroud n'avait pas prévu de participer à la Coupe Suisse des Rallyes Historiques (VHC) en 2023. La motivation n'était pas forcément grande, explique l'homme originaire de Duillier, au bord du lac Léman. Ce n'est que trois semaines avant le début de la saison que celle-ci a été bouclée. Un appel du copilote Quentin Marchand a «convaincu» Perroud. Le reste appartient à l'histoire. Perroud/Marchand ne se sont pas contentés de remporter l'ouverture de la saison dans le Jura, ils ont également enchaîné les victoires au Rallye du Chablais, au Rallye de Bourgogne et au Rallye Mont-Blanc Morzine. Comme Eddy Tapparel, le seul concurrent encore en lice pour le championnat, n'a pas marqué tous ses points au Tessin en l'absence de Perroud, Perroud/Marchand étaient déjà assurés de remporter le VHC avant la finale de la saison en Valais.

Perroud aurait également aimé remporter le Rallye du Valais. Mais ce triomphe lui a été refusé. Le duel entre le pilote de la BMW M3 et Florian Gonon (sur Ford Escort RS1600) n'a pas eu lieu, car Perroud est sorti de la route dans la première épreuve spéciale sur un sol glissant et a endommagé sa roue avant droite. Il a certes réussi à franchir la ligne d'arrivée en boitant, mais il a dû se contenter de regarder à partir de la deuxième épreuve. « Heureusement, j'avais déjà le titre en poche», explique Perroud. «Mais j'aurais bien sûr aimé gagner ce rallye de fin de saison. Mais c'était comme si j'étais sur du verglas. J'ai tout simplement foncé tout droit dans le dernier virage de la première spéciale.»

Aujourd'hui âgé de 42 ans, Perroud n'a pas fait de rallye dès le début comme beaucoup de ses concurrents. Ce Vaudois de grande taille a commencé en 2001 en Renault Clio Cup. A partir de 2006, il a couru en Mazda Cup – les deux sur circuit. Lorsqu'il a été engagé (par hasard) comme «ouvreur» au Rallye du Valais en 2006, l'avenir était clair pour Perroud. «Depuis, je n'ai plus jamais participé à une course sur circuit», explique Pascal, qui a acheté sa BMW M3 actuelle en 2020 et participe depuis lors à des rallyes historiques. Auparavant, Perroud faisait partie intégrante des meilleurs pilotes de rallye suisses. Perroud conduisait une Ford Fiesta R5 de l'équipe Lugano Racing. Il a ainsi terminé deuxième au classement général du Rallye-SM en 2015. «Ce fut une belle saison et un duel passionnant avec Grégoire Hotz», se souvient Perroud. On ne sait pas encore si l'ancien champion du Clio-R3 Trophy défendra son titre VHC en 2024. Une chose est sûre: Perroud sera au départ de l'ouverture de la saison, le Critérium Jurassien, les 19 et 20 avril. «Mais je ne sais pas encore si ce sera avec la BMW ou dans un Rallye R2...»

Tout aussi dominant que Perroud en VHC et également au volant d'une BMW, mais sur une 325ix, le couple Laurent et Florence Pernet s'est illustré dans la catégorie VHRS, la Coupe Rallye Historique de Régularité, une compétition organisée pour la première fois, donc, où la régularité de conduite est au premier plan. Pernet/Pernet, originaires de Brot-Plamboz, une petite commune du canton de Neuchâtel, ont remporté la victoire dans leur catégorie dans le Jura, au Chablais, en Bourgogne et, en fin de saison, en Valais.

Mécanicien automobile de formation, Pernet a toujours été un passionné de sport automobile. «Mais je n'ai jamais participé à un championnat et je n'étais actif qu'en LOC ou j'allais à Dijon avec des collègues.» Lorsque la nouvelle compétition de régularité a été annoncée début 2023, il était clair pour Pernet qu'il voulait y participer. «Je voulais absolument partager ma passion avec ma femme Florence. La Coupe Rallye Historique de Régularité était donc exactement ce qu'il nous fallait.»

Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une compétition de régularité que la conduite tranquille est de mise au VHRS. «Sur certaines épreuves, nous devons vraiment nous dépêcher», explique Pernet. «Surtout sur les plus longues spéciales, quand il faut par exemple passer un col.» Les consignes à ce sujet sont données par l'organisateur. En règle générale, le temps de référence que les équipes VHRS doivent réaliser se situe dans les limites d'environ 75 pour cent des participants VHC. «Cela signifie que nous ne devons perdre que 25 pour cent par rapport à l'équipe VHC la plus rapide», explique Pernet.

Contrairement à Perroud, le couple Pernet entend défendre définitivement son titre. Un récent accident de ski de Florence Pernet pourrait encore entraver ce plan. Mais Laurent Pernet a bon espoir que la BMW gris argent sera au départ du Critérium Jurassien. A l'ASS, nous souhaitons un bon rétablissement et à tous les champions respectivement les vainqueurs des coupes 2023 beaucoup de succès pour la défense de leur titre. L'un d'entre eux a fait ses adieux à l'étranger pour 2024: Jonathan Hirschi, champion de rallye, a annoncé qu'il disputerait cette année le Championnat de France des rallyes sur asphalte.

Lien permanent

08.02.2024 Monte Historique: les vainqueurs de l'an dernier à nouveau en force
Claudio Enz Monte 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les vainqueurs de l'année dernière Enz/Seeberger ont cette fois-ci terminé à la 16e place © ACM

Les vainqueurs suisses du Rallye Monte-Carlo Historique de l'année dernière ont pu prendre le départ avec le numéro 1. Ils n'ont pas réussi à défendre leur titre. Néanmoins, Enz/Seeberger ont à nouveau été très rapides.

L'année dernière, Claudio Enz et Cristina Seeberger avaient remporté la 25e édition du Rallye Monte-Carlo Historique de manière sensationnelle! Le duo n'a malheureusement pas connu le même succès lors de l'édition de cette année. Néanmoins, le commissaire technique grison de 33 ans et sa copilote peuvent être satisfaits. Avec leur Lancia Fulvia 1.3 S de 1970, ils ont obtenu la 16e place parmi les 207 équipes classées. Enz/Seeberger ont ainsi été le meilleur équipage suisse. Carlo et Ferruccio Nessi (sur une Mini Cooper S de 1965) ont franchi la ligne d'arrivée cinq places seulement derrière eux. Un autre duo suisse s'est classé parmi les 100 premiers: Hans et Fabienne Luginbühl ont obtenu la 78e place sur une Lancia Fulvia HF 1.6 de 1969. Dans le classement par équipe, l'équipe «Auto Engiadina/Kessel» a obtenu la 9e place. La victoire finale est allée cette fois à la Belgique. Michel Decremer et Jennifer Hugo ont remporté la 26e édition sur une Opel Ascona 400.

Ferruccio Nessi Monte 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Carlo et Ferruccio Nessi sur leur Mini Cooper S © ACM

Lien permanent

08.02.2024 Daniel Allemann: s'arrêter quand on est le plus heureux
Daniel Allemann 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Daniel Allemann a disputé sa dernière course à Dubaï © Archives Allemann

Daniel Allemann (65 ans) a participé à sa dernière course lors des 24h de Dubaï. Le Soleurois revient sur une carrière de gentleman bien remplie et déclare: «Je ne m'ennuierai pas non plus à l'avenir!»

Fini, terminé, ça suffit! Daniel Allemann a participé à sa dernière course en janvier, lors des 24 heures de Dubaï. Le Soleurois a terminé sa carrière de pilote de course là où il a remporté sa plus grande victoire. En 2017, il a remporté le point culminant de la saison des Creventic Series avec Herberth Motorsport. Il avait alors à ses côtés son partenaire commercial Ralf Bohn, les frères Alfred et Robert Renauer, qui dirigent l'équipe depuis 2012, ainsi que Brendon Hartley, qui, après un intermède en Formule 1 chez Toro Rosso, court depuis 2020 avec Sébastien Buemi chez Toyota dans le WEC, où il a déjà remporté deux victoires au Mans aux côtés du Suisse romand. «Dubaï 2017, c'était le pied», dit Allemann. «Mais la même année, nous avons aussi gagné à Spielberg, au Castellet et à Austin.»

Allemann a fait ses premiers pas dans le sport automobile il y a plus de 40 ans. A l'époque, il courait en Suisse dans la VW-Golf-Cup. La troisième année, pleinement motivé mais encore un peu vert derrière les oreilles, il a cassé sa voiture à Hockenheim. Après cela, il y a eu une période de calme en ce qui concerne le sport automobile. Allemann s'est mis à son compte et a développé avec succès sa propre entreprise. Ce n'est qu'en 2010 qu'il est revenu à la course automobile. «A l'époque, j'ai acheté une voiture de Cup et je l'ai utilisée pour des trackdays. Mais ce n'était pas si simple. J'avais besoin d'aide pour régler la voiture et j'ai frappé à la porte de Herberth Motorsport. C'est ainsi que la collaboration a commencée.»

Daniel Allemann 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Allemann (2e de la droite) lors de sa victoire à Dubaï 2017 © Archives Allemann

Allemann a d'abord disputé la Porsche Sports Cup Germany, puis la Porsche Carrera Cup. En 2015, il a participé à sa première course d'endurance au Mugello – qu'il a d'emblée remportée. En 2017, il a ensuite remporté le grand triomphe à Dubaï. «Je me souviens encore que Porsche a insisté pour que Brendon Hartley prenne le volant. Hartley faisait alors partie de l'équipe d'usine Porsche en LMP. Il n'avait aucune expérience avec la Porsche GT3 et le vendredi, il était deux secondes plus lent que Ralf et moi. Jusqu'à la course, il a bien sûr rétabli la hiérarchie. Mais c'était une expérience très spéciale.»

En 2022 – également à Dubaï – Allemann a eu un mauvais accident lors des essais. Il a percuté les barrières à une vitesse de 150 km/h. L'équipe a ensuite dû renoncer à la course. «Je pensais que ma carrière était terminée. Et comme j'avais déjà des idées de retraite à l'époque, je voulais aussi arrêter. Mais ma femme m'a dit: ‹Tu ne peux pas arrêter après un accident, tu dois arrêter quand c'est le plus beau.›» Allemann a donc joué les prolongations. Certes, l'édition 2024 à Dubaï s'est également terminée par un accident. Mais ce n'était pas de sa faute. «Quand j'ai passé la voiture, nous étions en deuxième position. Ensuite, l'un de nos pro a malheureusement glissé sur une trace d'huile. Pour ma part, j'ai eu une fin de course conciliante.»

Allemann n'a pas peur de s'ennuyer, même si, sur le plan opérationnel, il est également sur le déclin dans sa propre entreprise. Depuis 2015, il est titulaire d'un brevet d'hélicoptère et possède son propre hélicoptère. En outre, il aime faire du vélo, se réjouit de faire de l'escalade avec son fils qui est guide de montagne et, par-dessus le marché, il est devenu grand-père. Que demander de plus?

Daniel Allemann 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
C'est ainsi que tout a commencé: Allemann dans la VW-Golf-Cup 1983 © Archives Allemann

Lien permanent

07.02.2024 Thomas Amweg prévoit d'attaquer les top 3
Thomas Amweg 2024 Saisonvorbereitung 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Chez Phimmoracing, la Nova NP 01 de l'ex-pilote Sébastien Petit est actuellement préparée pour la saison 2024 © Archives Amweg

La saison 2023 a été décevante pour Thomas Amweg. Un changement de véhicule – de la Reynard-F3000 à un prototype Nova – devrait donner des ailes au rapide Argovien cette saison.

Ce n'était pas l'année de Thomas Amweg. La Reynard 95D, restaurée à grands frais et pilotée en 2012 par Joël Volluz, qui s'était classé deuxième du Championnat suisse de la montagne à ce temps là, n'a pas vraiment trouvé son rythme de croisière. Le moteur AC-Cosworth à l'arrière n'a jamais déployé les forces qu'il avait autrefois. Amweg n'avait aucune chance contre Steiner, Berguerand et Faustini. Cela devrait changer en 2024. Grâce au sponsor et promoteur Phimmoracing, c'est-à-dire Hans Peter, Amweg prend un nouveau départ dans le groupe E2-SC. Cette fois-ci avec un prototype, une Nova NP 01, que l'écurie argovienne a repris au Français Sébastien Petit, qui l'a utilisé avec succès en 2021/2022 dans la FIA Hillclimb Cup et le Championnat d'Europe de la montagne.

Pour être compétitif dès le début, Amweg mise sur un puissant moteur turbo de 1,75 litre qu'il a commandé à Helftec. En termes de motorisation, Amweg possède donc le même moteur que Marcel Steiner dans sa LobArt: «Nous nous sommes dit que si nous voulions être compétitif, nous devions investir», explique le fils du roi de la montagne Fredy Amweg. Seule la boîte de vitesses fait la différence. «Nous devons nous contenter d'une boîte de vitesses plus faible d'un cran, car la boîte de vitesses plus puissante n'est actuellement pas disponible», raconte Amweg, le vainqueur du Gurnigel en 2019.

Thomas Amweg Hemberg 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Peut rire de tout: Avec sa nouvelle voiture, Amweg veut s'attaquer les top 3 © Eichenberger

Actuellement, la voiture est en cours de montage. Fin février, elle devrait passer au banc d'essai chez Helftec à Hildisrieden. Comme son prédécesseur, le Reynard 95D, la Nova NP 01 devrait être peinte dans le rouge typique de Phimmo. Interrogé sur son objectif sportif, Amweg déclare: «Je pourrais dire maintenant que la première année sera une année d'apprentissage. Et que nous attaquerons la deuxième année. Mais cela ne me correspond pas et ne correspond pas à notre philosophie. En fait, nous voulons nous placer dès le début dans le peloton de tête – tout en sachant que ce ne sera certainement pas facile vu la concurrence.»

Afin d'être aussi bien préparé que possible pour le début de la saison suisse à Hemberg le 9 juin, Amweg prévoit d'abord l'une ou l'autre course de côte à l'étranger. Pour l'instant, la course de côte d'Eschdorf (LUX), les 4 et 5 mai, figure en tête de l'agenda du jeune père de famille, qui se réjouit de voir que l'euphorie est revenue dans l'équipe. «L'ambiance a un peu souffert l'année dernière», explique Amweg. «La technique était dépassée et nous avons tous très vite compris que nous n'aurions aucune chance avec cette voiture.»

La situation pourrait être très différente en 2024. Pour les trois premiers du championnat suisse de la montagne, il s'agit de s'habiller chaudement. Tout observateur neutre peut se réjouir de la présence d'un autre crack de haut niveau dans le Championnat suisse de la montagne.

Thomas Amweg 2024 Saisonvorbereitung 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Amweg lors d'un essai de siège dans sa nouvelle voiture © Archives Amweg

Lien permanent

06.02.2024 Ne manquez pas la clôture des inscriptions pour le PYD!
YDP Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Aujourd'hui, dans dix jours (16 février), la date limite d'inscription au Projet Young Drivers 2024 est fixée, alors si vous voulez encore en faire partie, inscrivez-vous au plus vite. Vous trouverez toutes les informations sur ce lien.

TRÈS IMPORTANT: en 2024, tous les pilotes de karting licenciés en Suisse et nés en 2007, 2008 et 2009 peuvent s'inscrire. Le vainqueur du PYD (en 2023, Kilian Boss a remporté le programme de promotion) se verra remettre un prix de 30’000 francs lié à une programme au sport automobile.

Lien permanent

06.02.2024 Delétraz également couronné de succès à Dubaï
Louis Deletraz Dubai 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz (au centre) a également remporté la course à Dubaï © ALMS

Louis Delétraz est en passe de remporter un nouveau titre. Le lauréat de l'ASS Award a remporté sa deuxième victoire dans l'Asian Le Mans Series à Dubaï.

La collection de coupes de Louis Delétraz ne cesse de s'agrandir. Ce week-end, le jeune Genevois de 26 ans a remporté la troisième manche des Asian Le Mans Series à Dubaï. Avec ses deux coéquipiers, le Russe Nikita Mazepin (ancien pilote de la Formule 1) et l'Omanais Ahmad Al Harthy, Delétraz a franchi la ligne d'arrivée avec 3,5 secondes d'avance sur la deuxième LMP2 la plus rapide. Pour Delétraz, il s'agissait de sa deuxième victoire en ALMS, après celle obtenue lors de la course d'ouverture en Malaisie en décembre. Au championnat, l'ancien pilote d'essai de Formule 1 chez HaasF1 est en tête avec 20 points d'avance. La finale aura lieu le week-end prochain à Abu Dhabi. Deux courses y seront disputées (comme en Malaisie), l'une le samedi, l'autre le dimanche.

Un triomphe suisse a également eu lieu en LMP3. L'équipe Cool Racing a également remporté sa deuxième victoire de la saison et est en tête du classement LMP3 (comme Delétraz).

Lien permanent

05.02.2024 La deuxième équipe suisse de F4 mise elle aussi sur des pilotes suisses
Maffi Racing Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'équipe Maffi Racing avec le chef d'équipe Daniel Maffi au centre

Les Formula Winter Series débutent ce week-end à Jerez. Outre Jenzer Motorsport, Maffi Racing de Genève a également un Suisse au départ.

L'équipe Maffi Racing entame en 2024 sa troisième saison. Lors de ses débuts en 2022, Elia Sperandio a couru pour les Genevois en Formule 4 italienne. Une douzième place a été le meilleur résultat de ce pilote solitaire originaire de Mels, dans le canton de Saint-Gall. L'année précédente, l'équipe dirigée par le propriétaire et chef d'équipe Daniel Maffi a réduit la voilure. Du moins en ce qui concerne les courses. Elle n'a pris le départ qu'au Castellet, avec un Colombien dans le cockpit. «Nous avons commencé notre Driver Development Program l'année dernière. Nous avons fait beaucoup de tests et avons maintenant neuf pilotes dans notre pool. Au moins trois d'entre eux participeront à des courses cette année.»

Outre le championnat italien, la plus importante série de F4 au monde, l'équipe du Lac Léman participe aux Formula Winter Series, qui débutent ce week-end à Jerez (E). Dans le cockpit se trouve également un Suisse: Nathanaël Berreby. Le jeune homme de 16 ans possède, outre la nationalité suisse, celle du Panama. Berreby participera également au championnat italien et au championnat d'Europe de l'Est (CEZ) pour Maffi Racing.

Un autre pilote suisse n'a pour l'instant effectué que des essais: Tristan Rajakoski. Ce Genevois de 17 ans aux racines finlandaises a participé en 2023 à quatre des cinq courses du Championnat suisse de karting dans la catégorie KZ2 pour Spirit Racing. En parlant de kart, le fils de Daniel, Maxime (12 ans), pourrait lui aussi bientôt faire partie du programme des jeunes talents de la Formule 4 dans un avenir proche. Après avoir terminé deuxième du VEGA Trofeo 2023 chez les Superminis, Maxime va courir cette saison chez les Juniors. «En plus du VEGA Trofeo et/ou du Championnat suisse, Maxime devrait également acquérir de l'expérience à l'étranger», explique son père.

Nathanael Berreby Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nathanaël Berreby défendra les couleurs suisses chez Maffi Racing en 2024

Lien permanent

03.02.2024 Jenzer avec deux Suisses en Formule 4
Enea Frey quer Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Enea Frey dispute sa première saison de F4 pour Jenzer © Instagram

La semaine prochaine, la saison de Formule 4 débute avec les Formula Winter Series en Espagne. L'équipe Jenzer Motorsport de Lyss sera également au départ – avec un nouveau jeune talent suisse.

Il y a deux ans, Jenzer Motorsport a fait la «une» du magazine Auto Sport Suisse. A l'époque, nous avions rassemblé, avec l'aide d'Esther Lauber, la compagne d'Andreas Jenzer, tous les noms de tous les pilotes suisses qui avaient couru pour Jenzer Motorsport. Il y en avait 55 à l'époque! En 2024, un autre viendra s'ajouter à la liste: Enea Frey. Le jeune homme de 15 ans, originaire d'Auenstein dans le canton d'Argovie, participera à sa première course pour l'équipe de Lyss les 10 et 11 février. Le fils de l'ancien participant au Mans Michel Frey participe à la Formula Winter Series, un championnat de Formule 4 fondé par l'ancien pilote de course allemand Markus Gedlich, qui, cette année, affiche complet avec 38 voitures.

Jenzer engagera au total quatre voitures dans les Winter Series. Les courses auront toutes lieu en Espagne (les 10 et 11 février à Jerez, les 17 et 18 février à Valence, les 2 et 3 mars à Aragón et les 9 et 10 mars à Barcelone). Pour le rookie Frey, ces quatre courses sont une préparation idéale pour le championnat italien à venir. Celui-ci il s'attaquera également avec Jenzer Motorsport. Et là, Frey y rencontrera un autre Suisse: Ethan Ischer. Pour le Vaudois, qui a fêté son 17e anniversaire jeudi, c'est déjà la troisième saison en Formule 4 qui se profile en 2024. La première course de la nouvelle saison aura lieu début mai à Misano (I).

Mais Jenzer ne participe pas seulement à de nombreux championnats de Formule 4, l'écurie suisse est également au départ du championnat de Formule 3 de la FIA – avec Matias Zagazeta (Pérou), Max Esterson (USA) et Charlie Wurz (A); alors aucun pilote suisse.

Ethan Ischer Jenzer 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ethan Ischer entame sa troisième saison avec l'écurie de Lyss © Jenzer

Lien permanent

02.02.2024 Porsche Sports Cup Suisse: 6 courses dans 4 pays différents
Porsche Sports Cup Red Bull Ring 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le coup d'envoi de la saison du PSCS aura lieu à Spielberg (A) © Porsche

La Porsche Sports Cup Suisse organisera à nouveau six courses en 2024. La course de Monza ne figure plus au calendrier. En revanche, les courses auront lieu à Portimão.

Cette année encore, la Porsche Sports Cup Suisse organisera six week-ends de course. La nouveauté du calendrier est la course à Portimão, qui a également accueilli la Formule 1 à deux reprises pendant la période de Corona (2020 et 2021). Rien n'a changé pour les autres lieux de compétition. Voici un aperçu des dates:

25-27 avril 2024, Red Bull Ring (A)
30 mai - 1er juin 2024, Le Castellet (F)
21 - 23 juin 2024, Imola (I)
29 - 31 août 2024, Portimão (P)
19 - 21 septembre 2024, Mugello (I)
24 - 26 octobre 2024, Misano (I)

Les week-ends de course se composent généralement d'essais libres, de qualifications et d'un double sprint. À Portimão et lors de la finale à Misano, une course (de nuit) de deux heures est ajoutée à chaque fois. La remise des prix aura lieu le 26 octobre 2024 à Misano, juste après les courses (sur place). Un test de deux jours est en outre prévu au Castellet les 23 et 24 mars 2024.

Vous trouverez de plus amples informations sur le PSCS en cliquant sur ce lien.

Lien permanent

01.02.2024 «Rennsport Schweiz 2023» est attribué à...
Rennsport Schweiz 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

«Rennsport Schweiz» est l'annuaire pour les fans suisses de course automobile. Auto Sport Suisse a tiré au sort un exemplaire. Le gagnant s'appelle Hanspeter Fahrni et vient de Seftigen dans le canton de Berne.

«Rennsport Schweiz» est l'ouvrage de référence pour tous les pilotes et fans de course suisses. Sur 324 pages, la saison de sport automobile 2023 est minutieusement décrite du point de vue suisse – de la scène nationale à la scène internationale.

L'association Auto Sport Suisse a tiré au sort un exemplaire. L'heureux gagnant s'appelle Hanspeter Fahrni et vient de Seftigen dans le canton de Berne. Nous le félicitons et lui souhaitons une bonne lecture. Le livre est en route et devrait vous parvenir dans les prochains jours! Le mot solution était – on l’a deviné facilement – FERRARI.

Nous remercions chaleureusement tous ceux qui n'ont pas pu participer au tirage au sort et attirons une nouvelle fois leur attention sur la source d'approvisionnement: Le livre «Rennsport Schweiz 2023» est disponible chez Aktiv Verlag.

«Rennsport Schweiz 2023 »: 324 pages, 21x26 cm, couverture rigide, allemand, ISBN: 978-3-909191-84-3, prix: 65 francs (plus frais de port)

Lien permanent

01.02.2024 Champions Week, partie 11: Stephan Burri et Claude Aebi/Justin Vuffray
Burri Aebi Vuffray Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Stephan Burri (vainqueur de la Coupe de la Montagne 2023, à gauche avec sa VW Scirocco) ainsi que Claude Aebi/Justin Vuffray (vainqueurs de la Coupe des Rallyes 2023)

Champions Week au lieu de Champions League! Semaine après semaine, nous vous présentons les champions suisses les uns après les autres. Cette semaine, c'est au tour des vainqueurs de coupes: Stephan Burri (vainqueur de la Coupe de la Montagne 2023) ainsi que Claude Aebi/Justin Vuffray (vainqueur de la Coupe des Rallyes 2023).

En 2023, il n'y avait rien à faire contre Stephan Burri dans la Coupe Suisse de la montagne. Le Bernois, qui a émigré de Milken en Thurgovie et qui dirige un garage/carrosserie à Affeltrangen, a obtenu le maximum de points dans les huit courses de côte. Même avec deux résultats éliminés, Burri a toujours devancé de 13 points le deuxième, Sébastien Coquoz, et de 20 points Thomas Zürcher, qui a pris la troisième place, au classement final.

Burri, qui est passé cette année à une VW Scirocco, est très vite devenu l'homme à battre après une courte période d'adaptation. L'homme de 44 ans a maîtrisé assez rapidement les «problèmes» sur l'essieu arrière. Lors de six des huit courses, il a établi un nouveau record de piste dans sa catégorie IS jusqu'à 2 litres. «La voiture est sensationnelle sur les freins», estime Burri. «Bien que je roule beaucoup plus vite, j'ai pu prendre en partie les mêmes points de freinage qu'avec la Polo.» Cette dernière est désormais conduite par Jannis Jeremias. De ce point de vue, Burri est aussi devenu chef d'équipe pendant l'hiver. C'est un plaisir d'avoir un jeune pilote comme Jannis à ses côtés, dit Burri. «Il ne nous reste plus qu'à nous assurer de décrocher la première et la deuxième place l'année prochaine dans l'Interswiss Trophy. Cette fois-ci, il s'en est fallu de peu pour que Jannis n'obtienne que la troisième place.»

Burri est convaincu qu'il peut encore améliorer en partie les records de parcours établis en 2023. Il est donc clair, même pour ses concurrents, que la saison à venir ne sera pas une partie de plaisir. Si Burri fait preuve de la même constance, ses adversaires n'auront probablement aucune chance en 2024. Mais Burri a encore un autre objectif: outre la défense de son titre dans la Coupe de la montagne et dans l'Interswiss Trophy, qu'il a déjà remportés quatre fois, l'homme au scirocco de 308 chevaux vise également le titre de slalom. «Pour le décrocher, je n'ai pas le droit à l'erreur – comme à Ambri en 2023, où j'ai renversé un pylône.»

La décision a été nettement moins claire en Coupe Suisse des Rallyes 2023. Avec 96 points contre 93, le tandem père-fils Claude Aebi/Justin Vuffray s'est imposé face au duo Alphonse Kilchenmann/Benedikt Kargl, longtemps en tête. Face à un Kilchenmann qui pratique le sport automobile depuis plus de 50 ans, Aebi pourrait encore passer pour un rookie malgré son âge avancé (59 ans). Pour Aebi et son fils Justin, un ancien pilote de BMX, il s'agissait tout juste de la troisième saison de rallye. D'un point de vue statistique, le titre d'Aebi en 2023 était une conclusion presque logique. En 2021, il a terminé troisième de la Coupe des Rallyes et en 2022, il a terminé deuxième au classement général. Maintenant, la victoire dans la Coupe de la Montagne – et la question: que fera le duo en 2024? «Nous courons pour le titre en CS», dit Claude en riant. «Non, sérieusement: nous continuons à rouler avec notre Renault Clio RS. Nous avions encore un autre projet sur la table – avec une Renault Clio R5. Mais c'était trop cher.»

Mais l'objectif du tandem père-fils n'est pas seulement de défendre le titre. Le plaisir reste au premier plan. De plus, sans la pression de «devoir» remporter le titre, «nous pouvons aussi mettre plus de gaz», dit Aebi. Lors de la finale, le Rallye du Valais, ils y sont déjà très bien parvenus. «Nous étions en partie rapides. Oui, nous étions même plus rapides que certains qui avaient un véhicule mieux motorisé. Malheureusement, nous avons perdu du temps sur les cols.» Mais ce sont précisément les choses qu'Aebi veut améliorer cette année.

Aebi, qui exploite depuis 35 ans une imprimerie textile à Morges (VD), n'a d'ailleurs participé qu'à quelques courses avant de se lancer dans le rallye. Il a notamment participé au slalom de Romont dans la catégorie LOC sur une Peugeot 206 RC en 2019. Ce mécanicien automobile de formation a également goûté au sport automobile sur circuit. «Mais cela ne me fascinait pas assez. Nous avons donc suivi un cours de conduite de rallye et avons ainsi participé à notre premier rallye en 2021.»

Lien permanent

31.01.2024 Hommage à Daniel Borer
Daniel Borer Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Daniel Borer, 1965–2024

Dimanche 28 janvier, l'ancien pilote de Renault Clio Daniel Borer est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 58 ans. Le pilote de l'Ecurie Basilisk gérait à Pratteln (BL), sous le nom de «Borer Motorsport», un atelier spécialisé dans les véhicules de course et de route.

Borer, qui habitait à Mumpf (AG), s'était fait un nom sur la scène suisse du sport automobile, d'abord dans la coupe Mazda MX5, puis chez les Renault Clio. En 2011, il a remporté le Challenge ASS avec une petite avance sur Martin Bürki et Philipp Krebs. Borer a connu sa meilleure année en Renault Classic Cup en 2012. Bien qu'il ait alors renoncé à la course d'Interlaken et qu'il soit reparti bredouille à Oberhallau après avoir heurté une glissière de sécurité, le spécialiste des circuits était en tête du classement RCC avant la finale d'Ambri. Le titre semblait à portée de main, mais Borer a connu des problèmes lors de la dernière course et n'a terminé qu'en quatrième position, ce qui a permis à Thomas Zürcher de remporter le titre avec un score de 196:194.

Mécanicien automobile de formation, Borer est entré très tôt en contact avec le sport automobile. Son compagnon de longue date, Alessandro Pederzoli, se souvient: «Le sport automobile était sa priorité. A peine avions-nous passé l'examen de conduite à 18 ans que nous nous rendions aux courses. Après avoir arrêté en 2017 et fait une pause pour se consacrer intensément à ses affaires, il a voulu se relancer pour cette saison.»

Patrick Falk, directeur de l'ASS, se souvient lui aussi de Borer: «J'ai eu le plaisir de le voir courir à Varano. Il était alors au volant de sa Renault Clio contre deux Porsche. Sur le papier, elles auraient dû être nettement plus rapides. Mais Borer ne s'est tout simplement pas laissé distancer dans sa Clio.» «Daniel était toujours de bonne humeur», dit Pederzoli. «Et il n'était pas seulement rapide sur le circuit. En montagne aussi, il se lâchait. Avant chaque course, il disait: ‹Je trouve encore une seconde›!»

Borer laisse derrière lui sa compagne Claudia Zingg ainsi que sa fille Samira. Auto Sport Suisse présente ses sincères condoléances à la famille, aux proches et aux amis du défunt.

Lien permanent

30.01.2024 Inscriptions aux championnats juniors en ligne
Lionel Ryter Junior Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lionel Ryter pourrait être l'un des juniors en montagne/en slalom © Eichenberger

Les inscriptions au Championnat Suisse junior et au Championnat Suisse Rallye junior sont dès à présent disponibles en ligne sur www.motorsport.ch ou jointes à cet article.

La relève est essentielle dans le sport(automobile). Cela vaut également pour la scène du sport automobile suisse. En 2024, il y aura non seulement un Championnat Suisse Rallye junior (voir lien), mais aussi un Championnat Suisse junior combiné (courses de côte et slaloms). Nous avons déjà publié les détails à ce sujet en décembre (voir lien). L'essentiel en bref:

  • Il s'agit d'un championnat junior combiné, composé de quatre courses de montagne et de quatre slaloms
  • Le championnat junior 2024 comprend les courses de montagne de Hemberg, Anzère, Oberhallau et Gurnigel ainsi que les slaloms de Frauenfeld, Bure, Chamblon et Romont
  • Les personnes en possession d'une licence NAT ou INT de l'ASS et qui se sont inscrites au moyen du formulaire d'inscription officiel opeuvent participer
  • Les participants ne doivent pas être âgés de plus de 25 ans (année au cours de laquelle ils atteignent l'âge de 25 ans)
  • Les voitures de tourisme jusqu'à 2,5 litres et les voitures de course jusqu'à 2 litres sont autorisées
  • Il y a un classement – avec deux résultats à biffer: un lors d'un slalom, un lors d'une course de côte. Le champion ou la championne est celui ou celle qui obtient le plus de points dans toutes les disciplines

Les formulaires d'inscription pour les deux championnats peuvent être téléchargés en ligne dès maintenant (resp. joints ci-dessous). La date limite d'inscription pour les deux championnats est le 31 mars 2024. L'inscription est gratuite. Les participants à un championnat junior seront équipés avec des t-shirts, d'une veste softshell, d'une casquette et des autocollants (pour la voiture).

Formulaires d'inscription & Règlements

Jeremy Michellod Junior Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jérémy Michellod a été champion rallye junior en 2023 © Eichenberger

Lien permanent

29.01.2024 Renouvellement des formulaires : Fiche technique et vêtements de sécurité
Foto News Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les nouveaux formulaires sont en ligne

La « fiche technique » doit être remplie chaque année et doit être présentée avec le passeport technique de la voiture lors des contrôles techniques des manifestations. Le formulaire a été révisé et une nouvelle version sera disponible à partir de la saison 2024, qui devra être utilisée en conséquence. La fiche technique n'est pas une "carte blanche", mais doit plutôt servir à ce que le pilote contrôle l'équipement de sécurité de son véhicule avant le début de la saison, afin de pouvoir détecter à temps un équipement périmé et/ou défectueux (l'exemplaire "Sample" sert de modèle).

La fiche « Vêtements de sécurité » a également été remaniée et les adaptations suivantes ont été apportées :

- La fiche ne doit plus être remplie qu'une fois par an et reste chez le pilote/co-pilote.

- Il est possible de saisir plusieurs exemplaires par vêtement.

- Le formulaire doit être mis à jour en cas de modification des vêtements de sécurité.

Les formulaires ainsi que les règlements/notices correspondants peuvent être téléchargés toute l'année sur le site Internet d'Auto Sport Suisse :

https://motorsport.ch/fr/automobile/licences-reglements

Les formulaires sont également joints à ce communiqué.

Lien permanent

29.01.2024 Rapport du week-end 01/2024
Louis Deletraz Daytona 2024 P3 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz a terminé troisième aux 24h de Daytona © Archives Delétraz

Bienvenue au premier rapport du week-end de l'année – avec des succès suisses à Daytona et à Dubaï et un Olivier Burri satisfait au Rallye Monte-Carlo.

Deux Suisses espéraient remporter les 24 heures de Daytona: Louis Delétraz dans l'Accura ARX-06 de WTR Andretti et Neel Jani dans la Porsche 963 de Proton Racing. A la fin, après 791 tours, Delétraz est monté sur la troisième marche du podium, lui qui avait déjà obtenu un excellent résultat l'année précédente avec une deuxième place. Jani s'est classé cinquième dans la Porsche client, après avoir lui aussi été sur le podium par moments. La victoire au classement général a été remportée par la Porsche Penske, pilotée entre autres par l'ancien pilote Sauber Felipe Nasr. Philip Ellis a pu se réjouir d'une victoire de classe à Daytona. L'ex-pilote DTM a triomphé avec Russell Ward, Daniel Morad et Indy Dontje dans la catégorie GTD pour l'équipe allemande Winward Racing sur une Mercedes AMG GT3. L'équipe exclusivement féminine menée par Rahel Frey (Iron Dames) a franchi la ligne d'arrivée en sixième position dans la même catégorie.

Philip Ellis Daytona 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Ellis (à gauche) a remporté la catégorie GTD à Daytona © Winward Racing

Les 24 heures de Dubaï ont également été marquées par des succès suisses. Dans la lutte pour la victoire finale, les deux fers de lance Ricardo Feller (Attempto Racing Audi R8 LMS GT3) et Daniel Allemann (Herberth Motorsport-Porsche 992 GT3 R) sont toutefois repartis bredouilles. Feller & Co. ont été éliminés dimanche matin alors qu'ils étaient en deuxième position, lorsque «quelque chose est cassé» à l'arrière droit. Allemann et ses coéquipiers Porsche ont dû mettre fin à la course après que la voiture a glissé sur de l'huile et a atterri dans la glissière de sécurité du premier virage. Fabian Danz a fait mieux. L'Emmentalois s'est assuré une troisième victoire de classe consécutive dans le 24h Series Middle East Trophy et a pu fêter le titre d'équipe 992 avec son équipe Red Camel-Jordans.nl. Dans la même catégorie, une équipe suisse, Fach Auto Tech (P3), est également montée sur le podium. La deuxième Porsche de Fach a dû se contenter de la 13e place de la catégorie (8e chez les amateurs). Gero Bauknecht est également monté sur le podium en se classant deuxième dans la catégorie TCX, c'est-à-dire chez les voitures de course spéciales de tourisme ou de silhoutte.

Fabian Danz Dubai 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Fabian Danz a été le Suisse le plus performant à Dubaï © 24h Series

Olivier Burri était également satisfait. Le quadruple champion suisse des rallyes, qui prenait le départ du Rallye Monte-Carlo pour la 26e fois, s'est classé 16e au classement final, à un peu plus de 30 minutes du vainqueur Thierry Neuville. Dans sa catégorie, la RC2, le pilote Skoda Burri et son copilote français Anderson Levratti ont même réussi à se hisser dans le top 10 en se classant neuvième.

Aucun succès n'a été enregistré du côté suisse lors des deux courses de Formule E en Arabie saoudite. Sébastien Buemi, douzième le vendredi et donc meilleur Suisse, a dû renoncer à la deuxième course après un accident lors des qualifications. Edoardo Mortara a terminé les deux courses à Diriyah, dans la banlieue de Riyad, aux 15e et 11e rangs. Nico Müller s'est classé respectivement 13e et 18e. Les victoires sont revenues à Jake Dennis et Nick Cassidy. La prochaine course aura lieu le 16 mars à São Paulo.

Olivier Burri MC 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Olivier Burri a terminé 16e au Rallye Monte-Carlo © Cornevaux

Lien permanent

27.01.2024 L’"autobau Erlebniswelt" continue de donner son nom au CSK

L’autobau à Romanshorn a prolongé son partenariat avec Auto Sport Suisse. Il continuera donc à donner son nom au Championnat suisse de karting autobau en 2024.

Depuis 2012, Fredy Lienhard est le sponsor principal du Championnat suisse de karting, d'abord avec la marque LO (Lista Office) et depuis 2016 avec son imposant «autobau Erlebniswelt» à Romanshorn, conjointement avec son fils Fredy Alexander. Et ce partenariat se poursuivra en 2024, pour la 13e année consécutive. «A notre époque où tout va très vite, il n'est pas évident que des partenariats existent sur une période aussi longue», déclare Paul Gutjahr, membre de la direction d'Auto Sport Suisse. «C'est pourquoi nous sommes d'autant plus heureux de pouvoir compter cette année encore sur le soutien du monde de l'autobau. Auto Sport Suisse profite de l'occasion pour remercier chaleureusement les Lienhard père et fils.»

«Nous aussi, nous sommes fiers de ce partenariat», déclare Fredy Lienhard. «La promotion de la relève a toujours été très importante pour nous. Le fait que nous entamions ensemble notre 13e année nous réjouit beaucoup. Nous espérons que cette année, nous verrons des courses passionnantes avec de nombreux duels formidables!»

Le championnat 2024 débutera dans exactement 80 jours, le 14 avril à Lonato, sur un circuit prestigieux qui accueillera pour la première fois une course du Championnat suisse de karting autobau. Ceux qui souhaitent s'inscrire pour cette première sur la Pista South Garda Karting peuvent le faire à partir d'environ fin février sur www.go4race.ch. Comme toujours, vous trouverez l'appel à ce sujet environ cinq semaines avant la course sur www.motorsport.ch En cas d'inscription pour la saison complète, une course sur cinq est gratuite.

Comme les années précédentes, le sponsoring des visières, très apprécié, sera à nouveau disponible en 2024. Si un pilote participe aux cinq manifestations avec l'autocollant autobau sur la visière de son casque, les frais d'inscription de 300 CHF pour une course lui seront remboursés à la fin de la saison.

Les dates des autres courses du CSK:
26 mai 2024, Franciacorta (I)
30 juin 2024, 7 Laghi (I)
18 août 2024, Levier (F)
21 septembre 2024, Wohlen

Lien permanent

25.01.2024 Champions Week, partie 10: Alessio Strollo
Alessio Strollo Meister Portraet Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Alessio Strollo: Champion Suisse de Karting 2023 en cat. X30 Challenge Switzerland

Champions Week au lieu de Champions League! Semaine après semaine, nous vous présentons un champion suisse après l'autre. Cette semaine, c'est au tour d'Alessio Strollo, Champion suisse de karting 2023 dans la catégorie X30 Challenge Switzerland.

Après deux courses en 2023, Alessio Strollo avait 40 points de retard sur le leader Samuel Ifrid. Son père Rocco, qui est aussi mécanicien, dit donc rétrospectivement: «J'avais des doutes à ce moment-là. Pas à cause d'Alessio. Mais plutôt à cause d'Ifrid. Il a conduit les premières courses comme s'il était déchaîné. Je pensais déjà: ‹On ne le rattrapera plus!›»

Mais premièrement, les choses ne se passent pas comme prévu, et deuxièmement, comme on le pense. Avant la dernière course à Wohlen, Strollo avait réduit son retard à sept points. Il en restait cinq avant la toute dernière manche de la finale. Si Strollo avait gagné devant Ifrid, les trois points supplémentaires pour le meilleur tour de course auraient peut-être fait pencher la balance. Mais cela n'a pas été le cas. Ifrid était déjà éliminé après une centaine de mètres. Une collision avait décidé du championnat. L'incident s'est produit dans le dos de Strollo. En effet, ce dernier était déjà en tête à ce moment-là et ne l'a plus quitté jusqu'à l'arrivée. «La pression était grande», a déclaré Alessio après sa course triomphale. «Mais je savais que nous pouvions y arriver.»

Alessio et son père ont plus en commun que le karting. Ils forment une équipe bien rodée. Et ce depuis longtemps déjà. Ils sont venus au karting en 2012. «A l'époque, j'ai fait mes premiers tours de roue sur un kart de location à l'Expodrom de Muntellier. En 2016, nous sommes ensuite passés à un kart de course. Ma mère n'est pas présente lors des courses. Une fois, elle a regardé cinq tours. C'est tout ce que je peux faire. Elle s'inquiète pour moi.»

En 2019, Alessio est monté d'emblée sur le podium lors de sa première course OK junior. En 2020, il a terminé septième du championnat. Et depuis, il court aussi pour MH Racing, l'équipe de Martin Hubler. Les Strollo s'y sentent bien. Et les résultats leur donnent raison. En 2021, Strollo termine sixième du X30 Challenge Switzerland. L'année suivante, il manque de peu le podium en se classant quatrième. A Mirecourt, il monte sur le podium en tant que deuxième de la manche finale. À Wohlen, il s'assure la première manche préliminaire. En 2023, année de championnat, tout ne se passe pas comme prévu. Lors de la première course à 7 Laghi, il semble supérieur, mais s'incline ensuite en finale contre Ifrid. Vient ensuite la course de Franciacorta. La vitesse est bonne, mais une averse le fait sortir de la piste en finale, tandis qu'Ifrid gagne à nouveau. L'hypothèque de 40 points ne le fait cependant pas dévier de sa route. Strollo continue à travailler avec concentration et finit par s'engager sur la voie de la victoire.

Sur le plan professionnel, le Fribourgeois a plus de la moitié de son apprentissage de quatre ans comme polymécanicien chez Comet AG à Flamatt derrière lui. La mécanique et les moteurs ont toujours intéressé ce jeune homme de 18 ans. «Tant que j'ai quelque chose à faire avec des moteurs, tout va bien», dit Strollo en riant.

Pour un passage à la course automobile, les moyens financiers nécessaires font (encore) défaut. «Mais je n'ai pas encore perdu espoir. Mais sans sponsor, je ne peux malheureusement pas me permettre de franchir la prochaine étape», estime le champion X30. Il ne fait aucun doute qu'il ferait bonne figure dans la voiture. En 2021, il a testé la Formule 4 chez Jenzer Motorsport et chez Sportec une Porsche GT3. Pour l'instant, il continue en 2024 avec le karting. Strollo tentera de défendre son titre en X30, ce qui ne sera certainement pas une mince affaire. Mais à l'inverse, la concurrence est également avertie: l'homme au casque jaune et vert flamboyant n'abandonne pas facilement. Il a transformé son retard de 40 points en une avance de 25 points. Que quelqu'un l'imite d'abord.

Lien permanent

24.01.2024 autobau CSK 2024: Attribution des pneus

Le Comité Karting d’Auto Sport Suisse a discuté l’attribution des pneus pour l'année 2024 et a élaboré une proposition provisoire (voir download) à l’attention de la Commission Sportive Nationale (CSN).

La proposition est valable sous réserve de l'approbation de la CSN.

Lien permanent

23.01.2024 Olivier Burri: pour la 26e fois au «Monte»!
Olivier Burri Fans Club Rallye Monte Carlo Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Olivier Burri participera au Rallye de Monte-Carlo avec cette Skoda Fabia Rally2 © Facebook/Fans Club Rallye Monte-Carlo

L'année dernière, la Suisse était représentée au Rallye Monte-Carlo par Olivier Burri et Jonathan Hirschi. Cette fois-ci, Burri porte seul le drapeau suisse – pour la 26e fois maintenant!

Demain mercredi 24 janvier, la saison du Championnat du monde des rallyes débutera avec le Rallye de Monte-Carlo. Cette classique se déroulera pour la 92e fois sur la Côte d'Azur et dans son arrière-pays. Un Suisse sera de la partie: Olivier Burri. Pour la 26e fois (!), l'ancien champion suisse des rallyes (1991-1993 et 1995) prendra le départ du «Monte». En 2024, Burri sera donc le pilote le plus ancien de l'édition de cette année. Pour devenir le plus ancien participant au Monte de tous les temps, Burri, qui aura 60 ans en septembre, devrait encore rouler quelques années. Avec 38 départs, le Norvégien Leif Vold-Johansen pourrait bien détenir le record pour l'éternité.

Au programme du «Monte» de cette année figurent 324,44 kilomètres chronométrés. Cela correspond à environ deux fois la longueur du Rallye du Chablais. Burri est l'un des 28 concurrents de la RC2 Rally2 et prendra le départ avec la #35. Le copilote du vétéran de Belprahon (dans le Jura bernois) sera, comme d'habitude au Rallye Monte-Carlo, le Français Anderson Levratti. Burri a d'ailleurs disputé sa dernière course sérieuse en décembre. Lors du Rallye Hivernal du Dévoluy, le pilote de la Skoda Fabia a manqué de peu le podium en terminant quatrième.

Pour en savoir plus sur le Rallye Monte-Carlo, cliquez sur ce lien.

Lien permanent

22.01.2024 Jani seulement spectateur lors des qualifications des 24h de Daytona
Louis Deletraz Daytona 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz, cinquième, a été le meilleur Suisse lors des qualifications © Archives Delétraz

Le week-end prochain, Daytona accueillera la 62e édition de la légendaire course de 24 heures. Le meilleur Suisse lors des qualifications a été Louis Delétraz. Neel Jani était seulement spectateur après un crash.

La 62e édition des 24 heures de Daytona est placée sous le signe de la classe GTP. Dix prototypes, dont quatre Porsche, deux BMW, deux Cadillac ainsi que deux Acura, se disputeront la victoire le week-end prochain. Avec Louis Delétraz et Neel Jani, deux Suisses peuvent également espérer remporter la victoire finale. Delétraz, qui a remporté l'ASS Award, conduit une Acura de Wayne Taylor Racing by Andretti. Le coéquipier de Delétraz est, entre autres, l'ancien champion du monde de Formule 1 Jenson Button. L'année dernière, le Genevois avait manqué de peu la victoire finale en terminant deuxième. Samedi, après des qualifications passionnantes, il partira de la cinquième place sur la grille de départ. Delétraz n'a été que 0,444 plus lent que le poleman Pipo Derani sur Cadillac lors de son tour le plus rapide.

Il en va autrement pour Neel Jani. Le Seelandais devra prendre le départ de la course depuis la dernière ligne de départ. Jani est sorti de la piste lors du warm-up et a endommagé sa Proton-Porsche 963. Il a certes pu regagner les stands par ses propres moyens. Mais en raison des réparations coûteuses, Jani et ses coéquipiers ont dû regarder les essais chronométrés.

Rahel Frey est également au départ. La Soleuroise conduit une Lamborghini Huracán GT3 pour Iron Dames et abordera la course en 41e position. Frey et ses coéquipières Sarah Bovy et Michelle Gatting se sont classées 13e dans la catégorie GTD (25 voitures) lors des qualifications. Frey devance Philip Ellis, qui a dû se contenter de la 18e place de la catégorie lors des qualifications sur une Mercedes AMG GT3 de Winward Racing et qui partira de la 26e ligne de départ.

La course débutera samedi à 13h40 heure locale (19h40 CET). Motorvision TV retransmettra la course en direct et en intégralité. Pour plus d'informations et le livetiming, cliquez sur ce lien.

Neel Jani Daytona 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Neel Jani partira de l'arrière après un accident © Porsche

Lien permanent

19.01.2024 Un Suisse termine deuxième au Dakar
Jerome de Sadeeler Dakar 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Michael Metge et Jérôme de Sadeleer se réjouissent de leur deuxième place © Archives de Sadeleer

Jérôme de Sadeleer a réalisé une sensationnelle deuxième place dans sa catégorie lors du Rallye Dakar. A l'arrivée, il ne lui a manqué que 1:55 min sur le vainqueur français.

Le Lausannois d'origine Jérôme de Sadeleer a terminé le Rallye Dakar à une sensationnelle deuxième place dans la catégorie des buggys. Le Romand domicilié à Gstaad a remporté l'avant-dernière étape et a franchi la ligne d'arrivée après plus de 56 ½ heures de course chronométrée, à seulement 1 min 55 sec du vainqueur français, Xavier de Soultrait, qui roule pour l'équipe de Sébastien Loeb.

De Sadeeler avait même pris la tête de la classe SSV après la cinquième étape, mais il l'a de nouveau perdue à cause d'un arbre de transmission défectueux. Avec son copilote Michael Metge, de Sadeleer est ensuite remonté de la cinquième à la deuxième place. A mi-parcours, il a déclaré à nos collègues de sport-auto.ch que tout était encore possible et qu'il aimerait encore gagner une étape. Il a réussi à le faire l'avant-dernier jour.

La victoire au classement général est revenue pour la quatrième fois à Carlos Sainz sr. L’espagnol a ainsi offert à Audi son premier triomphe au Dakar – et cela sans victoire d'étape! La deuxième place est revenue au Belge Guillaume de Mevius (Overdrive-Toyota). Sébastien Loeb (Prodrive) a pris la troisième place.

Pour le duo Rebellion Alexandre Pesci et son copilote Stephan Kühni, le Dakar s'est terminé à la 63e place, tandis que Cédric Goumaz s'est classé 74e pour sa première participation.

Lien permanent

18.01.2024 24h de Dubaï avec de nombreux Suisses
Feller Ricardo 2023 Kyalami 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller veut monter sur le podium des 24h de Dubaï © Audi

La semaine prochaine aura lieu la 19e édition des 24h de Dubaï. De nombreux Suisses seront de la partie, notamment Ricardo Feller et Daniel Allemann, qui prendra le départ pour la dernière fois.

Les Suisses ont eu deux raisons de se réjouir lors des 24 heures de Dubaï: en 2014, lorsque l'écurie argovienne Stadler Motorsport, avec les pilotes Rolf Ineichen, Mark Ineichen, Marcel Matter et Adrian Amstutz, a remporté la course. Et en 2017, lorsque l'équipe allemande Herberth Motorsport, avec le Suisse Daniel Allemann, a remporté la victoire au classement général. Depuis, la Suisse n'a remporté «que» des victoires de classe, Allemann étant passé tout près d'une deuxième victoire au classement général l'année dernière et ayant pu être fêté comme vainqueur de la classe ProAM.

Nous verrons le dernier week-end de janvier si la 19e édition de cette année verra une nouvelle victoire suisse au classement général. Avec le pilote d'usine Audi Ricardo Feller, la Suisse a en tout cas un fer chaud dans le feu. Le troisième au classement général du DTM 2023 conduit une Audi R8 LMS d'Attempto Racing (#99) et espère bien sûr monter sur le podium. Allemann sera lui aussi de nouveau de la partie – mais pour la dernière fois. Le Soleurois de 65 ans fera en effet ses adieux à Dubaï. Au volant de la Porsche 911 GT3 R de la génération 992 portant le n°91, il alternera avec les chefs d'équipe Alfred et Robert Renauer ainsi que Ralf Bohn, qui ont déjà roulé aux côtés d'Allemann lors de la victoire finale en 2017, dans la catégorie ProAM.

Parmi les autres pilotes suisses à Dubaï, on trouve (par numéro de course):

  • Gero Bauknecht sur une Porsche 718 Cayman du Team SRS (#227), classe TCX
  • Fabian Danz sur une Porsche 911 GT3 Cup (#909), cl. 992
  • Patrick Grütter sur une Porsche 911 GT3 Cup du Team SRS (#927), cl. 992 AM
  • Christian Traber et Yves Scemama sur une 911 GT3 Cup du Team Fach Auto Tech (#961), cl. 992 AM

La deuxième Porsche 911 GT3 Cup de l'équipe schwytzoise de Sattel (#962) est pilotée par un quatuor néerlandais et concourt dans la classe 992.

La première séance d'essais aura lieu le mardi 23 janvier. Le vendredi après-midi, les qualifications sont au programme. Le départ de la course sera donné le samedi 27 janvier à 13 heures, heure locale. Plus d'informations et le livetiming sont disponibles sur ce lien.

Daniel Allemann 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Daniel Allemann (tout à gauche, photo de 2023) fait sa dernière course

Lien permanent

18.01.2024 Rencontre des organisateurs de manifestations sportives automobiles

La rencontre annuelle des organisateurs d'événements sportifs automobiles a été programmée et les organisateurs ont reçu les invitations correspondantes par e-mail.

Les rencontres informelles d'échange avec les organisateurs auront lieu comme suit :

Suisse alémanique : Mercredi 28 février 2024, 19h15, Hôtel Egerkingen (Egerkingen)

Suisse romande : Jeudi 29 février 2024, 19h15, Restoroute Gruyère (autoroute A1)

Lien permanent

17.01.2024 Champions Week, partie 9: Jérémy Michellod
Jeremy Michellod Meister Portraet Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jérémy Michellod/Grégory Maître: Champion suisse des rallyes junior 2023

Champions Week au lieu de Champions League! Semaine après semaine, nous vous présentons un champion suisse après l'autre. Cette semaine, c'est au tour de Jérémy Michellod, Champion Suisse Rallye Junior 2023.

Jérémy Michellod a, presque jour pour jour, trois ans de moins que son frère Jonathan. Jérémy est né le 29 avril 1997, Jonathan le 28 avril 1994. Les deux ne se ressemblent pas seulement extérieurement. Au téléphone, ils ont une voix si identique qu'il est presque impossible de les distinguer. Et depuis 2023, ils ont encore un point commun: ils ont remporté le championnat suisse des rallyes chez les juniors: Jonathan en 2019 (avec Stéphane Fellay), Jérémy en 2023 (avec Grégory Maître).

Alors que Jonathan a débuté directement au volant en 2014, Jérémy a commencé sa carrière en rallye en 2017 en tant que copilote. Le plus jeune des deux Michellod était co-pilote de Guillaume Girolamo – d'abord sur une Citroën DS3, puis sur une Peugeot 208. Les deux se connaissaient grâce à leurs pères, également pilotes de rallye. De plus, Jérémy habite depuis deux ans à Nendaz (VS), le village natal de Girolamo. Le fait que ce dernier soit paralysé à partir de la poitrine depuis son grave accident au Rallye du Chablais n'est pas passé inaperçu pour Jérémy. «On se fait beaucoup de soucis après un tel accident. Et c'est triste ce qui s'est passé. D'un autre côté, j'admire Guillaume pour la manière dont il gère son destin. Il a une mentalité incroyablement fort.»

En 2021, Jérémy est lui-même devenu pilote. Il a fait ses débuts lors d'un rallye en France. Il a pris son deuxième départ au Rallye du Valais. Il s'y est d'emblée classé douzième au classement suisse. Un résultat qu'il aurait aimé obtenir en 2023 lors de sa deuxième participation (en tant que pilote) à domicile. Mais cette fois, la technique lui a joué des tours. Michellod a certes terminé la RIV le deuxième jour grâce à la règle du super rallye, mais un problème de boîte de vitesses dans la deuxième spéciale l'a relégué loin derrière.

Le RIV n'a pas eu d'impact sur le championnat. Michellod avait déjà le titre junior en poche avant son rallye à domicile. Le fait qu'il n'ait eu que deux équipes adverses au cours de la saison ne diminue en rien sa performance. «Mon frère avait plus d'adversaires lorsqu'il a été sacré champion en 2019», explique Jérémy. «Mais ce n'est pas pour cela que notre titre de 2023 a moins de valeur. Même avec moins de concurrents, il faut amener la voiture à l'arrivée et marquer des points. C'est ce que nous avons très bien réussi à faire sur l'ensemble de l'année.»

Cette saison, Michellod, le cadet, participera à nouveau au championnat suisse. Mais plus chez les juniors. «Je suis trop vieux pour ça! Néanmoins, nous serons de nouveau au départ avec notre Citroën C2.» Le Critérium Jurassien, le Rallye du Chablais, le Rallye Mt-Blanc-Morzine (à la place du «Ticino») et le Rallye du Valais sont à l'agenda de Michellod. «En outre, je participerai également à la course de côte d'Anzère avec la Citroën, comme ce sera le cas en 2023», explique Michellod, qui a également beaucoup de CV sur le plan professionnel. En hiver, il prépare les pistes de ski avec un ratrac, en été, il est chauffeur de camion sur les chantiers.

Bien que les deux Michellod aient déjà quelques années d'expérience en rallye, ils n'ont encore jamais pris le départ d'un rallye ensemble. A la question de savoir s'il ne serait pas temps qu'ils partagent une voiture, Jérémy répond: «Pourquoi pas? Si l'amusement était au premier plan, ce serait certainement une expérience.» Le plus jeune des deux Michellod ne veut pas répondre définitivement à la question de savoir qui conduirait et qui naviguerait. En tant que frère cadet, il a toutefois une proposition raisonnable: «Nous pourrions nous partager le travail: je conduirai la moitié du temps, tandis que Jonathan me fera naviguer. Ensuite, nous échangerons nos places.» Voyons ce que l'avenir nous réserve. Du point de vue du règlement, rien ne s'opposerait à une telle solution.

Lien permanent

17.01.2024 Le formulaire d'inscription Coupe des Dames est en ligne

Dans le message d'actualité du 04 janvier 2024, nous vous avons informé de l'introduction de la Coupe des Dames sur toutes les disciplines automobiles pour la saison 2024.

Toutes les pilotes/navigatrices avec une licence suisse 2024 valable ont reçu le formulaire d'inscription par e-mail. Les pilotes/navigatrices qui n'ont pas encore pris leur licence trouveront le formulaire d'inscription ici.

Nous espérons que vous serez nombreux à participer et nous nous tenons à votre disposition pour répondre à vos questions ou à vos doutes.

Pour la saison 2024, nous vous souhaitons beaucoup de succès et une conduite sans accident.

Délai d'inscription : 01 mars 2024

Lien permanent

15.01.2024 Le vainqueur de l'IS Trophy Burri pour une fois sans voix
IS Trophy 2023 Gruppenbild Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La photo de groupe des pilotes du Trophée IS 2023 © Eichenberger

L'Interswiss Trophy a clôturé sa saison 2023 ce week-end lors de sa soirée de clôture annuelle. Le vainqueur de l'IS-Trophy, Stephan Burri, désormais quadruple champion, a reçu un cadeau très spécial.

Ce week-end, les pilotes de l'Interswiss Trophy se sont retrouvés à Oberhallau pour leur soirée annuelle de clôture. Une centaine d'invités se sont retrouvés dans le gymnase. L'équipe de montagne d'Oberhallau était responsable de la restauration. Le champion suisse de voitures de tourisme Bruno Sawatzki a animé la soirée. La partie française a été assurée par Stephan Burri. Beni Brunner ayant dû se désister pour cause de maladie, le champion IS a spontanément pris le relais. Burri a prouvé qu'il pouvait non seulement conduire une voiture à toute vitesse, mais aussi faire bonne figure en tant que «bilingue». Ce n'est que plus tard qu'il a perdu sa langue. Mais nous y reviendrons.

La rétrospective de la saison écoulée, avec la remise des prix aux 50 pilotes classés, a été interrompue à la 39e place pour une minute de silence à la mémoire de Christoph Mattmüller, décédé en décembre. Mattmüller a remporté le IS Trophy en 1990 et a terminé deuxième pour la dernière fois en 2018.

En 2023, la victoire de l'IS Trophy est revenue pour la quatrième fois à Burri. Le Bernois, qui gére un garage à Affeltrangen, en Thurgovie, a remporté le trophée IS pour la première fois en 2016. Depuis 2019 (il n'y a pas eu de classement en 2020 et 2021), il est invaincu. Trois titres consécutifs – personne n'avait réussi cela avant lui. Son bilan est impressionnant. Dans 13 des 14 courses, Burri a fait pencher la balance en sa faveur dans l'IS-2000. Dans six des huit manches (évaluées), il a établi un nouveau record de classe. Avec 166 points, le pilote du VW-Scirocco a donc presque atteint le maximum de points. Il ne lui a manqué que deux points. «Il sera difficile de faire mieux que ce résultat», estime Burri. «C'est surtout en slalom que les écarts sont très faibles. Mais je vais à nouveau attaquer à fond en 2024.» De plus, il y a encore un deuxième objectif: Burri n'aurait que trop aimé voir son collègue de l'équipe VW, Jannis Jeremias, terminer deuxième. Mathématiquement, c'est ce qu'il avait en tête. Mais comme le règlement IS (à la différence du règlement ASS de la Coupe de Montagne) tient compte des pilotes éliminés, Stephan Schöpfer s'est assuré la deuxième place devant Jeremias avec un point d'avance.

Sawatzki Burri IS 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Bruno Sawatzki et Stephan Burri ont animé la soirée © Eichenberger

Les autres classements (jusqu'à la 10e place): Bruno Sawatzki 4e, Rudi Oberhofer 5e, Ferdi Waldvogel 6e, Stephan Moser 7e, Christophe Oulevay 8e, Armin Banz 9e et le héros local Jürg Ochsner 10e. Ce dernier a ensuite été fêté à minuit. Le pilote d'Opel Cadet fait désormais partie de ceux qui ont franchi le mur des 50 ans...

Rudi Oberhofer a également donné des nouvelles. Le natif du Vorarlberg, titulaire d'une licence CH, qui a obtenu son meilleur résultat à ce jour dans le cadre de l'IS Trophy avec une 5e place, va prendre du recul en 2024 et reprendre le rôle de moniteur d'auto-école. «Nous avons acheté une Suzuki Swift Cup pour notre fille Selina», raconte Oberhofer. «Pour lui apprendre à conduire, je suis en train d'installer un deuxième siège.»

Une autre dame a également fait parler d'elle dans le cadre du Trophée IS. Tamara Schöpfer, fille du deuxième du classement Stephan Schöpfer et seule dame du peloton avec Sabrina Fankhauser (20e), a prouvé qu'elle avait d'autres talents. Le portrait du vainqueur dessiné à la main par et pour Stephan Burri était de sa main et a fait en sorte que le vainqueur du Trophée IS de cette année, malgré son aisance linguistique, soit finalement resté assez muet pendant un moment.

Schoepfer Burri Jeremias 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les trois premiers: Stephan Schöpfer (à gauche, P2), Stephan Burri (au centre, vainqueur du Trophée IS) et Jannis Jeremias (à droite, P3) © Eichenberger

Lien permanent

15.01.2024 Buemi deuxième lors du coup d'envoi de la Formule E
Sebastien Buemi Mexiko 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi a terminé deuxième lors du coup d'envoi au Mexique © Bagnall/Formula E

Le coup d'envoi de la Formule E à Mexico City devant 40'000 spectateurs s'est déroulé de manière très différente du point de vue suisse: Sébastien Buemi a donné un signal fort en se classant deuxième. Seul l'ex-pilote Sauber Pascal Wehrlein a été plus rapide.

Alors que d'autres séries de course hibernent encore, la Formule E a effectué sa première course ce week-end à Mexico. Le meilleur Suisse a été – comme souvent – Sébastien Buemi. Le Vaudois n'a dû s'incliner que devant un seul homme lors des qualifications et de la course: l'ex-pilote Sauber Pascal Wehrlein (Porsche). Malgré ce bon résultat, Buemi n'était pas entièrement satisfait. C'est la quatrième fois qu'il monte sur le podium au Mexique. Cette fois encore, il n'a pas réussi à monter sur la plus haute marche du podium. «La qualification a presque tout décidé, j'ai pris un départ propre et j'ai pu défendre ma position dans le premier virage, mais il n'était pas possible de faire mieux devant», a déclaré le pilote d'Envision.

Buemi a eu une lueur d'espoir. Une enquête contre Wehrlein (et le champion en titre Jake Dennis) pour une «infraction technique» a toutefois été classée sans suite après la course à une heure tardive.

Le douzième des essais, Nico Müller, a dû se contenter de la 17e place après un contact avec Antonio Félix da Costa, dont la voiture était défectueuse. Le fait que da Costa ait été pénalisé a posteriori n'a pas servi à Müller. Le Bernois avait fait preuve d'un bon rythme lors des essais libres et des qualifications et qu'il était clairement le plus rapide des quatre pilotes équipés d'un moteur Mahindra. Plus rapide aussi qu'Edoardo Mortara, qui a terminé 13e dans l'équipe d'usine et n'a donc pas obtenu de points (comme Müller).

La prochaine course, un double heading en Arabie Saoudite, aura lieu dans un peu moins de deux semaines.

Nico Mueller Mexiko 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller a terminé 17e après un accrochage © Bagnall/Formula E

Lien permanent

12.01.2024 Champions Week, partie 8: Pascal von Allmen
Pascal von Allmen Meister 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Pascal von Allmen: Champion Suisse de Karting 2023 dans la cat. OK Senior

Champions Week au lieu de Champions League! Semaine après semaine, nous vous présentons un champion suisse après l'autre. Cette semaine, c'est au tour de Pascal von Allmen, Champion Suisse de Karting 2023 dans la catégorie OK Senior.

«Nous, les vieux, nous avons montré la voie aux jeunes!» Cette déclaration de Pascal von Allmen après la quatrième manche du Championnat suisse de karting 2023 à Levier en dit long sur von Allmen et sa performance de l'année passée. Mais par «nous», le le Bernois d'origine de 28 ans ne parlait pas seulement de lui-même. En faisant cette déclaration, il a également associé Patrick Näscher à sa démarche. Les deux hommes ont le même âge, plus de 20 ans d'expérience en karting et font partie depuis des années de l'élite absolue du karting suisse chez les seniors.

Lorsqu'il s'agit de l'attribution des titres, les deux hommes ont toujours leur mot à dire. Näscher a été champion suisse en 2018 et 2021, von Allmen en 2019 et la saison dernière en 2023. Sur les six derniers titres, quatre ont donc été remportés par les «vieux briscards», von Allmen ayant fait une pause pendant les années Corona 2020 et 2021. S'il avait couru, il aurait donc pu y avoir cinq ou six titres.

La saison dernière, von Allmen a dû se battre contre les «jeunes», en particulier Jérôme Huber et Samuel Schär. Ce n'est que lors du quatrième week-end de course à Levier – avec trois victoires supérieures – que «Pasci» a pris la première place du championnat. Mais il n'avait pas beaucoup d'air derrière lui. Avant la finale à Wohlen, le top 3 n'était séparé que par dix petits points. Mais lors de la dernière course, von Allmen a fait jouer toute sa routine et s'est hissé à la deuxième place lors des deux manches préliminaires. Lors de la finale, où une victoire rapporte 30 points, la situation de départ était claire: von Allmen devait franchir la ligne d'arrivée derrière Huber pour être sacré champion. Et il l'a fait avec une évidence que seul un vétéran peut apporter. «Mon chef d'équipe Max Busslinger m'a interdit de dépasser», raconte von Allmen. «Cela n'était pas facile à accepter, mais c'était exactement la bonne recette pour décrocher le titre.»

Les Busslingers, Max et Silvia, ainsi que Pascal von Allmen semblent s'être trouvés en général. Après son deuxième titre chez les seniors, le nouveau champion déclare: «Je me sens si bien dans cette équipe et j'ai tellement appris de Max – surtout dans le domaine mental – que tant que je roulerai, je roulerai chez les Busslingers.»

Cela soulève bien sûr la question: Combien de temps von Allmen va-t-il encore conduire? «A mon âge, on pense évidemment un peu plus loin», dit en riant l'homme avec le numéro 539, «surtout quand on réalise qu'on est le pilote le plus âgé lors d'un championnat du monde de karting. Avec mon travail, qui implique de plus en plus de responsabilités, le temps que je peux consacrer au karting est limité. Mais j'ai quand même décidé de continuer encore deux ans.»

L'avenir dira si von Allmen prolongera ensuite ou s'il mettra l'accent sur sa propre famille et son travail de polymécanicien. Cela ne dépendra pas uniquement du succès. Von Allmen a déjà gagné de nombreuses courses au cours de sa carrière et a également prouvé qu'il pouvait se remettre sur les rails après des revers, comme par exemple en 2023 à Franciacorta, où il s'était fait «voler» sa meilleure place de départ pour la finale.

En 2024, von Allmen prévoit, outre le Championnat suisse, trois courses de la WSK en Italie. «Il n'est pas possible de faire plus en termes de temps et de finances.» Une chose est sûre: cette saison encore, il donnera du fil à retordre aux jeunes sauvages. Et qui sait – peut-être pourra-t-il à nouveau dire à la fin de l'année: «Le vieux ‹con› a montré la voie aux jeunes...»

Lien permanent

11.01.2024 Un Suisse en tête du Dakar
Jerome de Sadeleer Dakar 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jérôme de Sadeleer est en tête du Dakar avec son buggy

Les annonces de succès suisses sur le Rallye Dakar sont rares: C'est pourquoi nous ne voulons pas vous priver du fait que Jérôme de Sadeleer, un Suisse, est en tête de la catégorie des buggys du désert après cinq des douze étapes!

Le Rallye Dakar dure encore plus d'une semaine. Beaucoup de choses peuvent donc encore se passer. Nous sommes d'autant plus heureux que Jérôme de Sadeleer, un Suisse, est en tête. Le Gstaadois de 35 ans est en tête du classement dans la catégorie des buggys du désert (SSV) sur un Can-Am-Maverick, avec un peu plus de cinq minutes d'avance après cinq des douze étapes. Au classement général, de Sadeleer occupe la 49e place. Le copilote de de Sadeleer est par ailleurs l'ex-motard Michaël Metge, le neveu de René Metge, récemment décédé, qui a remporté trois fois le Dakar.

A propos de copilote: Edourd Boulanger, qui navigue avec une licence suisse, occupe la 6e place du classement général aux côtés du recordman du Dakar Stéphane Peterhansel (Audi). Le duo Al-Rajhi/Gottschalk sur Toyota est en tête.

Les autres Suisses occupent les rangs 85e (Cédric Goumaz) et 102e (Alexandre Pesci).

Lien permanent

11.01.2024 Qu'est-il advenu du «facteur de performance»?
Performance Factor Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Pour les voitures de course, même la FIA a reporté l'introduction du «facteur de performance» à 2025 © Eichenberger

En Allemagne, le «facteur de performance» est appliqué depuis 2023. En Autriche, il est appliqué depuis 2022. En Suisse, on continue à y renoncer – tout comme en France et en Italie.

Il y a cinq ans, nous avions pour la première fois évoqué en détail le «Performance Factor» (en abrégé PF) (voir lien). Après une longue phase de test en 2018/2019, ce projet a été appliqué par l'autorité suprême du sport automobile, la FIA, à partir de 2020 au FIA European Hill Climb Championship, à la FIA International Hill Climb Cup et au FIA Hill Climb Masters pour les véhicules de la catégorie 1 (véhicules fermés).

Pour la Suisse, la règle était alors la suivante: si les expériences faites au niveau international sont concluantes, la commission technique d'Auto Sport Suisse examinera à partir de quand le PF pourra également être introduit en Suisse. Près de cinq ans plus tard, on peut faire le constat suivant:

  1. La «simplification» souhaitée n'est pas vraiment perceptible grâce au PF.
  2. Les expériences/retours d'information d'autres pays ne sont pas très positifs.
  3. Le PF est toujours soumis à des évolutions/modifications régulières et les formules de calcul continuent de changer.
  4. La FIA a introduit des restrictions concernant les calculs numériques du PF (nombre limité de calculs possibles, désormais liés à des coûts).
  5. Pour les voitures de course, même la FIA a reporté l'introduction à 2025 (à la demande des pilotes).
  6. Dans les pays voisins importants en matière de courses de côte, comme la France et l'Italie, qui organisent de nombreuses courses de côte et dont les championnats sont réputés au niveau international, le PF n'est pas non plus appliqué jusqu'à présent.

Il en résulte que le PF n'est pas à l'ordre du jour pour la Suisse en 2024. Le comité technique et la commission sportive nationale continueront à s'entretenir régulièrement d'une future introduction.

Paul Gutjahr, en tant qu'ancien président de la FIA Hill Climb Commission, a une opinion claire sur le facteur de performance, même sept ans après les premières discussions: «Le PF n'a de loin pas apporté ce que l'on avait espéré au début. La répartition basée sur la cylindrée des véhicules me semble toujours être l'application la plus compréhensible et la plus pratique pour la répartition des classes. De mon point de vue, le projet PF devrait être enterré par la FIA.»

De plus amples informations sur ce sujet sont disponibles sur ce lien. https://performancefactor.fia.com/home

Selon la FIA, il existe en Europe 15 pays/championnats dans lesquels le PF est partiellement ou totalement utilisé. Parmi eux, l'Allemagne (depuis 2023) et l'Autriche (depuis 2022). Parmi les autres pays figurant sur cette liste, on trouve notamment: Slovénie, Pologne, Slovaquie, Croatie, République tchèque, Luxembourg et Espagne.

Lien permanent

10.01.2024 Les trois espoirs suisses en Formule E
Mueller di Grassi 2024 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller a un nouveau coéquipier en personne de Lucas di Grassi © Bagnall/Formula E

Samedi prochain, le 13 janvier, la Formule E commencera sa nouvelle saison à Mexico. Trois Suisses seront de la partie, comme l'année dernière.

Celui qui aurait parié il y a dix ans que la Formule E n'aurait pas d'avenir l'aurait probablement perdu. Cela fait maintenant dix ans que la série électrique est sur les routes. La neuvième saison débutera samedi prochain, le 13 janvier, à Mexico, à 2200 mètres d'altitude.

Comme l'année dernière, trois Suisses seront au départ. Du point de vue germanophone, l'attention se porte naturellement sur Nico Müller (31 ans). Le Bernois dispute sa deuxième saison chez ABT Cupra, la quatrième au total, sachant qu'il a été remplacé en 2021 chez Dragon/Penske par le Suédois Joel Eriksson après sept courses. La saison dernière, Müller a réussi à sauver une saison plutôt faible en obtenant trois résultats dans le top 10 lors des quatre dernières courses. Le nouveau coéquipier de Müller est le vétéran Lucas di Grassi. L'objectif des deux est clair: marquer régulièrement des points et s'éloigner de la dernière place au classement par équipe.

Il en va de même pour Sébastien Buemi (35 ans). L'ancien pilote de F1 est désormais sous contrat avec le client Jaguar Envision Racing, qui a remporté le classement par équipe l'année dernière. Pour Buemi, c'était le premier changement en Formule E l'année dernière. Depuis le début de la série électrique en 2014, le Vaudois courait chez Renault, respectivement chez Nissan e.dams. Buemi y a été sous-estimé ces dernières années. Même après son passage chez Envision, Buemi n'a pas remporté de victoire. Sa dernière victoire en Formule E remonte au 13 juillet 2019 à New York.

Le troisième Suisse du groupe est Edoardo Mortara. Comme Buemi, il a lui aussi changé d'équipe. Après six ans chez Venturi, respectivement Maserati, le Genevois mise cette année sur l'équipe Mahindra. Le coéquipier de Mortara est l'ancien pilote de Formule 1 et champion de Formule E de 2021 Nyck de Vries. Reste à savoir si Mortara, qui fêtera samedi son 37e anniversaire, aura de meilleures cartes en main chez Mahindra. Lors des essais de 2023, l'équipe se trouvait en queue de peloton. L'année précédente, les Indiens avaient terminé à l'avant-dernière place du classement par équipe.

La saison débute samedi soir (notre heure) à 21 heures. Comme ran racing (Pro7) ne retransmet plus les courses, les fans de Formule E doivent se rabattre sur DF1. La retransmission depuis le Mexique y débute à 20h30.

Mortara Edoardo Test 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Edoardo Mortara roule désormais pour Mahindra © Galloway/Formula E

Lien permanent

10.01.2024 Danny Buntschu: «Mon objectif s'appelle Le Mans!»
Buntschu Danny 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Danny Buntschu a remporté trois titres nationaux en karting © Archives Buntschu

Le Fribourgeois Danny Buntschu a un objectif clair en tête: il veut un jour participer aux 24 heures du Mans. En 2024, il devrait pour cela prendre son envol dans les Ultimate Cup Series.

En karting, Danny Buntschu a déjà prouvé de quoi il est capable. Le Fribourgeois a remporté trois titres nationaux. En 2018, il a été champion suisse du X30 Challenge Switzerland, en 2019, il a remporté le titre chez les seniors X30 dans le VEGA Trofeo et en 2022, il a été champion (également dans le VEGA Trofeo) chez les karts à boîtes de vitesses.

Après ces trois titres et onze années de karting, Buntschu s'est lancé dans le sport automobile en 2023. Le jeune homme de 20 ans originaire de Düdingen a disputé le Trophée Tourisme Endurance (TTE) en France sur une Formule Renault 2.0 pour l'équipe Lamo Racing Car. «Comme la Formule Renault est une voiture renommée et très compétitive, c'était la meilleure option pour évoluer en tant que pilote», explique Buntschu. Avec succès! Lors de la première course à Valle de Vienne, le rookie est monté sur la plus haute marche du podium – et ce sous une pluie battante. Lors des courses suivantes, Buntschu s'est régulièrement classé dans le top 3, avant de remporter une nouvelle victoire au Mans en fin de saison et de s'assurer la deuxième place au championnat.

Buntschu Danny Formel Renault 2023 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Buntschu 2023 en Formule Renault 2.0... © Archives Buntschu

En fin de saison, il a participé avec son équipe à la finale de l'Ultimate Cup Series au Castellet. Mais cette fois-ci, ce n'était pas chez les voitures de formule, mais dans la catégorie «Endurance-Prototype» à bord d'une Nova NP02. «Bien que je n'aie jamais conduit cette voiture auparavant et que mon équipe n'ait pas non plus d'expérience, le week-end s'est très bien passé», explique Buntschu. Si bien qu'il participera cette année à l'intégralité du championnat UCS avec Lamo Racing.

Buntschu ne regrette pas d’avoir quitté le sport de formule. «C'était une bonne école avec la Formule Renault 2.0», dit l'ancien champion suisse de karting. «Mais une carrière chez les monopostes n'a jamais été mon objectif. Les coûts sont trop élevés pour cela. De plus, la Formule Renault a été arrêtée fin 2023 dans le cadre du TTE.» L'objectif de Buntschu est différent: il veut aller au Mans. «Mon rêve sur le chemin d'un pilote de course professionnel est de pouvoir un jour disputer les 24 heures du Mans.» On verra bientôt s'il se rapproche de cet objectif en 2024. Les 16 et 17 mars, la saison de l'Ultimate Cup Series débutera au Castellt – sur un circuit que Buntschu connaît donc déjà.

Vous trouverez plus d'informations sur les Ultimate Cup Series en cliquant sur ce lien.

Buntschu Danny 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
...et lors de la finale de la saison avec la Nova NP02 © Archives Buntschu

Lien permanent

Associés

Membre de

Équipementier