Les dernières nouveautés

20.05.2022 Amweg dans la March de Siffert
Amweg Thomas Siffert Urs Gehrig Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Amweg sur la March 701 de Jo Siffert © Urs Gehrig

Pour Thomas Amweg, c'était déjà Noël cette semaine. L'Argovien de 37 ans a pu effectuer un roll-out à Roggwil dans l'ancienne Siffert-March de 1970.

Thomas Amweg n'a pas eu à réfléchir longtemps. Lorsque Hans Peter, fondateur et propriétaire de Phimmo, le sponsor principal d'Amweg, lui a demandé s'il avait du temps cette semaine pour un roulage dans l'ancienne March 701 de Jo Siffert, le pilote de course de côte suisse a bien sûr accepté spontanément.

«J'ai déjà piloté quelques anciennes voitures de Formule 2», dit Amweg. «Elles sont très similaires. Mais conduire une ancienne voiture de Formule 1 de Siffert – c'est alors encore autre chose! C'était tout simplement cool!»

Pour Amweg, c'est un rêve d'enfant qui s'est réalisé. La voiture appartient depuis deux ans à Peter, le patron de Phimmo. Cela fait 16 ans qu'il s'efforce d'acheter cette voiture. Au cours des deux dernières années, il l'a restaurée de fond en comble. Le résultat ne fait pas seulement rêver les fans de Formule 1. La March 701, en fait la première voiture Groundeffect, est tout simplement une beauté. «Le fait que j'ai pu faire mes premiers mètres avec cette voiture m'honore beaucoup», déclare Amweg.

Mais la voiture de Grand Prix de Siffert de 1970 n'a pas été reconstruite uniquement à des fins privées. Lors de la course du Kerenzerberg du 17 au 19 juin, la March sera présentée au public. Amweg sera également sur place ce week-end-là. Dans une Chevron F2 de Xavier Perrot.

Une semaine avant, Amweg sera au départ de la course de côte de Hemberg. Mais pas dans l'ex-Volluz Formule 3000 comme prévu, mais dans la Lola T94 que conduisait son père Fredy Amweg. «La voiture de Volluz ne sera malheureusement pas prête», explique Amweg. «Nous ne pouvons pas obtenir de pistons. C'est pourquoi je vais concourir dans la Lola. Nous avons également reconstruit cette voiture à l'état neuf.»

Thomas Amweg Lola 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La Lola T94 laquelle Amweg pilotera à Hemberg © Archives Amberg

Lien permanent

19.05.2022 Sur le podium dès la deuxième course
Jannis Jeremias 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jannis Jeremias a terminé troisième au slalom de Frauenfeld © Millet/Archives Jeremias

Jannis Jeremias est monté sur la troisième marche du podium lors du slalom de Frauenfeld. Et ce, lors de sa deuxième course nationale seulement! Le mentor Yves Hängärtner peut être fier.

Jannis Jeremias (25 ans) de Gerolfingen, au bord du lac de Bienne, est monté pour la première fois sur le podium du slalom de Frauenfeld dimanche dernier. Et ce, lors de sa deuxième participation nationale. Pour le voisin du pilote GP3 Yves Hängärtner, cette troisième place a été une surprise. Mais comme Lukas Eugster a pu oublier toutes ses ambitions de podium après avoir commis des fautes de portes dans les deux manches, la voie était libre pour Jannis. Le fait que Jeremias n'ait pu participer qu'à une seule manche n'a finalement pas pesé lourd dans la balance.

«Mon mécanicien s'est malheureusement accroché à un lampadaire avec l'aileron avant», raconte Jeremias. «Et comme la réparation du carbone sur place est une chose délicate, nous avons décidé de renoncer à la deuxième manche. C'était dommage. Car je pense que j'aurais certainement pu améliorer mon temps de la première manche.»

Si Jeremias est déjà sur le podium lors de sa deuxième participation après Frauenfeld en 2021 (à l'époque dans une Formule 4), c'est aussi grâce à Yves Hängärtner. Le deuxième au classement général du slalom de cette année en Thurgovie a pris Jeremias sous son aile il y a des années. Ce dernier n'avait en effet que peu, voire aucune idée du sport automobile. «Cela m'intéressait certes», dit Jeremias. «Mais je n'ai jamais piloté moi-même.» Ce n'est que lorsque Hängärtner l'a emmené faire du karting que la passion s'est réveillée. «Yves pensait que j'avais du talent. J'ai donc commencé à faire de la course en achetant une Suzuki et en participant à des courses LOC avec.»

Ce week-end, Jeremias disputera les deux prochaines manches du championnat suisse de slalom à Ambri. Pour y participer, il a parcouru près de 2000 kilomètres cette semaine... «Nous avons eu un problème de boîte de vitesses», explique le pilote de l'Ecurie Biennoise. «L'ancien propriétaire de la Tatuus Formule Renault a dû économiser de l'huile à un moment donné. J'ai dû aller en France chercher des pignons et des couronnes neufs. Mais qu'est-ce qu'on ne fait pas pour la course!»

Jannis Jeremias 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jannis Jeremias et sa Tatuus Formel Renault 2.0 © PvA/Archives Jeremias

Lien permanent

19.05.2022 Information CSK 2022 - 3

Précision / Rappel

Suite à la première manifestation de l’autobau Championnat Suisse de Karting, nous souhaitons attirer une nouvelle fois votre attention sur le fait suivant avant la prochaine course du 22 mai 2022 à Mirecourt/FRA :

Sur proposition du Comité Karting d'Auto Sport Suisse, la Commission Sportive Nationale (CSN) a décidé, lors de sa séance du 23 mars 2022, de procéder à la modification importante suivante concernant l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 :

La CSN d'Auto Sport Suisse a décidé qu'en 2022, dans le cadre du l’autobau Championnat Suisse de Karting, les homologations CIK-FIA concernant le matériel (châssis, etc.) seront respectées le plus strictement possible (les exceptions telles que la protection des nervures sont fixées en conséquence dans le règlement). Votre matériel doit donc être homologué pour la saison 2022 selon les différentes listes techniques de la CIK-FIA. Vous trouverez l'ensemble des listes techniques sous :

https://www.fiakarting.com/pag...

Cette information doit être considérée comme une communication officielle de la CSN et les infractions à ces prescriptions peuvent être dénoncées auprès des commissaires sportifs par le biais de protêts.

Lien permanent

19.05.2022 Les associations de sport automobile en Suisse – partie 13: Gruyère Racing Team
Logo Gruyere Racing Team Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Gruyère Racing Team a été fondé en 1976

En Suisse, il existe de nombreuses associations qui se consacrent au sport automobile. Auto Sport Suisse vous les présente épisodiquement. Pour la treizième partie, nous nous rendons au canton Fribourg chez le Gruyère Racing Team.

Le Gruyère Racing Team existe depuis 1976. Le lieu d'origine du club est Bulle, le chef-lieu de la Gruyère, dans le canton de Fribourg. Le club compte aujourd'hui 49 membres. Son exécutif se compose d'un comité de cinq personnes, élues chaque année. En font partie le président (actuellement Frédéric Grand), le vice-président, un caissier, un responsable des médias et un secrétaire.

L'objectif du GRT est de promouvoir le sport automobile au niveau régional et national, et notamment de soutenir les pilotes qui en font partie. Mais l'association est également à l'origine de la course de côte La Roche – La Berra, une manche du championnat suisse de la montagne, qui aura lieu cette année les 18 et 19 juin. Ne pouvant plus assumer seul l'organisation, le GRT l'a confiée il y a des années à la commission sportive fribourgeoise de l'ACS, puis à l'ACAF (Association course automobile Fribourg). «Actuellement et à l'avenir, la course de côte est organisée par l'association Course La Berra, à l'organisation de laquelle nous participons», explique Yves Bracelli, responsable des médias du Gruyère Racing Team.

Comme les clubs présentés jusqu'à présent, le GRT possède une licence de candidat qui permet à ses pilotes (par exemple Hervé Villoz, Dylan Zanni ou Yann Schorderet) de participer à des courses sous les couleurs du club.

Pour se financer, le GRT dépend des cotisations de ses membres. La cotisation annuelle pour les membres est de 50 francs; qu'ils soient actifs ou passifs. Les couples paient 70 francs. Comme le club ne poursuit pas de but lucratif pour lui-même, il distribue la majeure partie de ses recettes à ses pilotes à la fin de la saison.

Le GRT organise également plusieurs événements pour ses membres: week-ends de ski, pique-niques, sorties karting etc. Et bien sûr, il se déplace pour les compétitions auxquelles ses pilotes participent. Bracelli estime que les moments passés ensemble sur «les terrains de campings» d'Ayent-Anzère et de St-Ursanne – Les Rangiers sont particulièrement inoubliables.

Pour plus d'informations sur le Gruyère Racing Team, rendez-vous sur www.gruyere-racing.ch et sur les chaînes sociaux.

Lien permanent

18.05.2022 Lukas Eugster: «J'attendais ce duel avec impatience!»
Eugster Lukas Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lukas Eugster compte parmi les favoris pour les victoires du jour à Ambri © Eichenberger

Le week-end prochain, les manches 3 et 4 du Championnat suisse des slaloms auront lieu à Ambri. L'un des favoris pour la victoire du jour s'appelle Lukas Eugster. Aussi ou parce que Philip Egli sera absent.

Philip Egli a annoncé aujourd'hui qu'il ne serait pas au départ à Ambri en raison d'un problème technique. Qu'est-ce que cela signifie pour toi?
Lukas Eugster:
En premier lieu, je trouve très dommage que Philip ne puisse pas être présent. Je me réjouissais beaucoup de ce duel à Ambri. Bien que je pense que mon plus grand adversaire sera de toute façon Yves Hängärtner dans la Dallara GP3. Je pense que Philip aurait eu du mal à s'imposer sur ce circuit.

Sans Egli et Marcel Maurer, qui fait une pause cette année, il y aura de nouveaux vainqueurs du jour à Ambri pour la première fois depuis Bière 2017 (Jean-Marc Salomon).
C'est ainsi. Et j'espère bien sûr pouvoir fêter ma première victoire du jour au Tessin. Mais comme je l'ai dit: Yves a certainement un avantage PS sur moi.

As-tu fait le deuil de ton week-end complètement raté à Frauenfeld?
Plus ou moins.

Tu as fait la même faute dans les deux manches et tu as été pénalisé de dix secondes chaque fois. Tu en as trop voulu?
Non, pas vraiment. Mais ce genre de choses peut arriver. Et cela montre aussi que je ne suis pas encore aussi expérimenté qu'Egli ou Maurer.

Comment as-tu vécu ces erreurs de porte?
Lors de la première manche, j'ai été surpris par la force avec laquelle la voiture tournait à cet endroit. Lors de la deuxième manche, je le savais. Mais l'effet psychologique a dû s'en mêler et je voulais absolument faire mieux. Malheureusement, cela a tourné au vinaigre.

Pour cette saison, tu es passé par la CN dans le groupe E2-SC. Qu'est-ce qui se cache derrière cela?
Avec le nouveau moteur et la nouvelle configuration des ailerons, je ne pouvais plus prendre le départ dans le groupe CN. Lorsque nous sommes revenus au moteur d'origine avant Bière, j'aurais également dû faire modifier l'aileron pour pouvoir à nouveau prendre le départ en CN. Mais je ne voulais pas le faire. Pour moi, cela ne joue pas un grand rôle. J'ai de toute façon trop peu d'adversaires pour gagner le championnat. Ce qui m'importe avant tout, c'est de remporter des victoires de jours.

Lukas Eugster Frauenfeld 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lukas Eugster sur sa Ligier JS53 lors du slalom de Frauenfeld © Eichenberger

Lien permanent

Associés

Équipementier