• Newscenter

19.05.2020 Thomas Amweg: Vettel lui a déjà fait une offre pour sa F3
Top 3 am Gurnigel Schnellmann Amweg und Berguerand c Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Gurnigel 2019: Le vainquer Thomas Amweg flanqué de Roger Schnellmann (g.) et Eric Berguerand (d.) © Kaufmann

Thomas Amweg, fils du roi de la montagne Fredy Amweg, a fêté l'année dernière sa première journée de victoire au Gurnigel. Mais ce n'est pas la seule histoire passionnante sur ce pilote argovien véloce.

Amweg: un nom qui engage. Fredy Amweg a été 15 fois champion suisse de la montagne. Personne n'a remporté la victoire aussi souvent que lui. Il n'est donc pas particulièrement surprenant que ses trois enfants Sabine, Thomas et Manuel soient également accros aux courses. «Nous allions assister aux courses de montagne avec notre mère le dimanche», raconte Thomas, aujourd'hui âgé de 35 ans. Mais ce ne sont pas seulement les victoires et les records du père qui l'ont motivé. «Je me suis fait de l'argent de poche lors des courses de côte en ramassant des bouteilles vides et en encaissant leur consigne.»

Les jeunes Amwegs ont fait leurs premières expériences en sport automobile sur la piste de karting voisine de Wohlen. Thomas se souvient encore très bien de sa première course automobile. «C'était à Hockenheim – sur une Mazda MX5. J'étais si excitée que je n'ai même pas remarqué l'arrêt de la course. Et j'ai continué à tourner à plein régime.»

La première voiture de formule de Thomas était une Renault de deux litres – que les Amwegs avaient dénichée au Canada. «Nous n'avions vu que des photos de la voiture et avions été en contact par e-mail avec l'acheteur», dit Thomas. «À un moment donné, la voiture est arrivée à Kloten par avion dans deux caisses et nous avons dû l'assembler.»

Amweg a d'abord conduit la Renault dans le championnat suisse, puis dans le championnat autrichien qu'il a remporté en 2011 et 2012. En 2013, Amweg a changé de voiture. La Formule Renault est devenue une Formule 3 que le polymécanicien de formation a utilisée en Suisse pour les courses de côte , en Autriche dans la Remus F3 Cup et en Allemagne sporadiquement dans l'ATS Cup. Le budget ne lui permettait pas de décoller au niveau international. «Je m’y suis mis tardivement», constate le gagnant du Gurnigel de l'année dernière. «Quand je conduisais la Formule Lista, j'avais déjà 19 ans. Les Nico Müller et autres pilotes étaient beaucoup plus jeunes.»

Depuis 2017, Amweg utilise la Formule 3000 pour les courses de côte. Au début, la Lola B99 lui a rendu la vie difficile. «La première saison a été marquée par des défauts techniques», explique Amweg. «Nous avions un problème électronique.» L'année dernière, lors de sa troisième saison avec le bolide de 500 chevaux, Amweg a finalement réussi à percer. Le succès au Gurnigel a été la première victoire journalière pour Amweg jr. Son père Fredy y avait gagné entre 1973 et 1998 au total 20 fois! Même si le temps pluvieux a favorisé la victoire d'Amweg, son premier triomphe a été bien mérité. «J'ai beaucoup d'expérience avec les courses sous la pluie depuis mon époque F3», explique Thomas. «Je le savais: c'est ma chance! J'ai radicalement transformé la voiture avec un ancien mécanicien de F1 et cela a été un succès sur toute la ligne.»

Le succès au Gurnigel n'a pas été le seul triomphe d'Amweg en 2019: lors de l'Arosa Classic, il a non seulement remporté sa quatrième victoire consécutive, mais il a également terminé la piste de 7,3 km de long en un nouveau temps record (4:06,16 min).

En 2020, Amweg aurait dû participer aussi à la Drexler F3 Cup à côté des courses de côte et de l'Arosa Classic. Puisqu'il n'y aura pas de courses de côte en Suisse en 2020 (au moins pour les véhicules modernes) et que la F3-Cup en Autriche n'a pas non plus pu démarrer encore, il ne reste plus qu'à patienter. Son retour au circuit, Amweg l’attend toutefois avec une grande impatience. Amweg n'est pas seulement devenu champion en 2014 avec la F305-Mercedes, la voiture a aussi déjà connu d’anciens pilotes célèbres: en 2005, Sebastian Vettel était assis derrière son volant et en 2006 Sébastien Buemi. «Norbert Vettel, le père de Sebastian, m'a fait une offre d’achat pour la voiture», dit Amweg. «Mais pour l'instant, je ne veux pas la vendre, je préfère la conduire encore moi-même!»

Amweg thomas anzere 2016 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Amweg en Formule 3, autrefois piloté par Vettel et Buemi © Kaufmann

Lien permanent

Zum Newscenter

Associés

Équipementier