• Newscenter

06.01.2022 Veuillez m’examiner!
Mueller Arzt 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Auto Sport Suisse a accompagné Nico Müller chez le médecin © Eichenberger

Comme dans les derniers numéros, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 3: Avec Nico Müller chez le médecin.

Imaginez que vous vous soumettiez à un bilan médical d'aptitude et que le médecin traitant découvre une anomalie. Il vous adresse à un spécialiste, une opération est décidée et, pendant celle-ci, vous êtes victime d'un infarctus du myocarde. Cela paraît inimaginable, mais l'ancien pilote de courses de côte, de slalom et de circuit Röbi Wicki (61 ans) l'a bel et bien vécu. «Je suis reconnaissant», explique-t-il. «Car sans ce test obligatoire, je ne serais sans doute pas ici. J'aurais probablement fait une crise cardiaque en course.»

L'exemple de Wicki montre que le bilan médical d'aptitude n'est pas une mesure chicanière ou exagérée, il s’agit au contraire d’un certificat de sécurité et de santé à présenter lors d’événements sportifs. Il vise à prévenir d'éventuels dommages susceptibles d’être causés par des problèmes de santé. Toute personne souhaitant obtenir une licence NAT ou INT auprès d'Auto Sport Suisse doit au préalable se rendre chez le médecin et se soumettre à un check-up visant essentiellement la fonction cardiaque, mais aussi les reins et les autres organes vitaux.

Roebi Wicki Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Röbi Wicki a eu de la chance dans son malheur © Eichenberger

Le principe est le suivant: pour obtenir une licence NAT, il faut faire contrôler sa tension artérielle et se soumettre à un électrocardiogramme au repos ou à l'effort chez son médecin. Et ce, tous les trois ans. L'ECG à l’effort est obligatoire pour les pilotes de 45 ans et plus, mais un ECG au repos est suffisant pour les plus jeunes. Et pour obtenir une licence INT, on exige - outre le contrôle de la tension artérielle - un contrôle médical sans ECG tous les ans, un ECG au repos tous les deux ans pour les moins de 45 ans et un ECG à l’effort tous les trois ans (nouveauté à partir de 2022) pour les plus de 45 ans.

Fort de ses 29 ans, Nico Müller est en dessous de l'âge «critique» de 45 ans. Un ECG au repos est suffisant dans son cas. Il n’est donc pas surprenant que rien d'anormal n’ait été constaté chez le pilote professionnel suisse. Nico est en pleine forme. Pour le dire autrement à la vue de ses baskets usées, il est en bien meilleure condition qu’elles.

Outre l'électrocardiogramme, les pilotes qui demandent une licence auprès d'Auto Sport Suisse doivent passer d'autres tests médicaux. En premier lieu, un examen ophtalmologique. Certes, on ne demande pas à un pilote de voir comme un chat dans l'obscurité. Mais une vision claire n'est certainement pas un inconvénient pour pratiquer une telle activité. C'est pourquoi l'acuité visuelle est clairement définie. Avant ou après correction, elle doit être d'au moins 9/10 pour chaque œil, ou de 8/10 pour un œil et 10/10 pour l'autre.

Si un pilote a besoin de lentilles de contact pour corriger sa vue, celles-ci sont autorisées aux conditions suivantes: a) qu'elles aient déjà été portées depuis au moins 12 mois et quotidiennement pendant un certain temps. Et b) qu'elles aient été déclarées adaptées aux courses automobiles par l'ophtalmologue qui les a prescrites. Il en va de même pour les lunettes.

Pour Müller, aucun des critères exigés n’a constitué un obstacle. Le Bernois, qui disputera à nouveau le DTM en 2022 et courra pour Audi en championnat du monde d'endurance à partir de 2023, n'a pas besoin de lunettes et ne laisse pas non plus planer le doute sur une éventuelle défaillance de sa vision lors du test. Le tableau des stands au bord du circuit est apparemment aussi lisible pour lui que les petits caractères de son contrat Audi.

Même en auscultant les poumons, le médecin ne constate aucune anomalie chez Nico. Si sa respiration est légèrement inhibée, c’est à cause du masque sanitaire. Mais tout est en ordre et le pilote reçoit le feu vert du médecin pour une nouvelle saison.

Il ne lui reste plus qu'à remplir le formulaire de renouvellement et à l'envoyer à Auto Sport Suisse. Un point très important: le contrôle médical ne doit pas dater de plus de trois mois au moment de l'envoi de la demande de licence.

En cas de restriction de santé comme le daltonisme ou un handicap (fauteuil roulant par exemple), une visite chez un représentant de la commission médicale est nécessaire. Pour de plus amples informations, veuillez contacter le secrétariat d'Auto Sport Suisse au 031 979 11 11 ou info@motorsport.ch

IMG 7014 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Un examen ophtalmologique fait partie du contrôle médical © Eichenberger

Lien permanent

Zum Newscenter

Associés

Équipementier