• Newscenter

News Filter



News

09.08.2022 La date limite d'inscription aux FIA Motorsport Games approche
FIA Motorsport Games 2022 Plakat Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les FIA Motorsport Games 2022 auront lieu du 26 au 30 octobre

Les FIA Motorsport Games auront lieu fin octobre au Castellet (F). Ceux qui, du point de vue suisse, sont intéressés à y participer peuvent encore s'inscrire auprès d'Auto Sport Suisse jusqu'au 15 août.

Du 26 au 30 octobre 2022, les FIA Motorsport Games se dérouleront au Castellet et dans ses environs. La Suisse devrait également présenter une équipe lors de ces jeux. Auto Sport Suisse, en tant qu'Autorité Sportive Nationale responsable, en a été chargée et a donc lancé un appel pour que les personnes intéressées puissent s'annoncer jusqu'au 15 août auprès de l'association (info@motorsport,ch ou tél. 031 979 11 11). Cette «date limite d'inscription» approche à présent. Et pour cette raison, nous voulons attirer l'attention sur les disciplines dans lesquelles nous n'avons pas encore des pilotes intéressés:

  • Rallye4
  • Rallye Historique
  • Auto Slalom (2 pilotes mixtes nécessaires)
  • Cross Car jr.
  • Cross Car sr.
  • GT (2 pilotes nécessaires, 1x argent, 1x bronze)
  • GT Sprint
  • Karting Endurance (4 pilotes mixtes nécessaires)
  • Karting Slalom (2 pilotes mixtes nécessaires)
  • Karting Sprint sr.

Les exigences exactes pour les catégories susmentionnées en termes d'âge, de licence, de coûts, etc. peuvent être consultées sur ce lien et dans la news du 8 juillet 2022.

Dans la catégorie «Endurance» (LMP3), trois pilotes doivent être inscrits. Ici, nous n'avons connaissance que de l'intérêt d'un seul pilote.

Dans toutes les autres catégories, au moins un pilote s'est inscrit (jusqu'à présent).

Vous trouverez plus d'informations sur www.fiamotorsportgames.com

FIA Motorsport Games 2022 Delegation Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Qui représentera la Suisse dans le sud de la France?

Lien permanent

08.08.2022 Course de démonstration «Drop-in» avec Jani et Fässler à Oberhallau
Horag Hotz Drop in Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les prototypes d'endurance qui seront utilisés à Oberhallau © Horag AG

Lors de la course de côte d'Oberhallau des 27 et 28 août, le programme-cadre présentera un avenir possible pour le sport automobile. Un «carburant drop-in» sera utilisé. Les vainqueurs du Mans Neel Jani et Marcel Fässler seront au volant des deux prototypes d'endurance.

Mieux vaut tard que jamais. Les 27 et 28 août, lors de la course de côte d'Oberhallau (SH), les courses de démonstration avec du carburant synthétique, annoncées il y a un an déjà, auront lieu ultérieurement. Les prototypes d'endurance seront pilotés par les vainqueurs du Mans Neel Jani et Marcel Fässler. Le carburant à disposition est un carburant dit «drop-in», fabriqué en grande partie à partir de substances biogènes renouvelables et pouvant être utilisé sans effort technique dans des véhicules traditionnels, donc également dans des voitures de course.

Le projet e-Fuel, lancé en 2020 et financé par des fonds privés, est accompagné par des scientifiques et des experts en automobile renommés. Outre l'EMPA (Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche) et l'Institut for Mobility de l'Université de Saint-Gall (Prof. Dr Andreas Herrmann), Mario Illien (Ilmor Engineering), Fredy Lienhard (entrepreneur et fondateur d’autobau Erlebniswelt) et Markus Hotz (fondateur de Horag Hotz Racing AG) participent activement au projet.

«Nous voulons montrer de manière crédible, dans le cadre de la course de côte d'Oberhallau, les possibilités offertes par ces combustibles renouvelables», explique Markus Hotz.

Les courses de démonstration sont prévues sur les deux jours, à savoir le samedi (jour d'entraînement) et le dimanche (jour de la course). Selon le président Sascha Schlatter, les voitures de course LMP de Jani et Fässler seront probablement utilisées trois fois par jour (à chaque fois après les courses normaux).

Pour en savoir plus sur la course de côte d'Oberhallau, consultez le site Internet www.bergrennen-oberhallau.ch

Jani Faessler Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sont prévus pour les courses de démonstration: Neel Jani et Marcel Fässler

Lien permanent

08.08.2022 Rapport du week-end 14/2022
Marciello Nuerburgring 2022 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello est actuellement le numéro 1 parmi les pilotes GT3 © ADAC

Le Tessinois Raffaele Marciello, vainqueur des 24 heures de Spa il y a une semaine, a été de nouveau le top pilote suisse par excellence le week-end dernier.

Raffaele Marciello est en pleine forme! Le Tessinois de 27 ans compte depuis longtemps parmi les pilotes GT3 les plus rapides du monde. Après être monté sur la plus haute marche du podium aux 24 heures de Spa-Francorchamps il y a une semaine, Marciello était également une classe à part ce week-end à l'ADAC GT Masters. Lors de la première course du samedi, Marciello s'est imposé avec Maro Engel, de retour dans la série, en partant de l'arrivée. Lors de la deuxième manche, Marciello a franchi la ligne d'arrivée en deuxième position après une pénalité. Marciello n'est donc pas seulement seul en tête du classement général, le pilote d'usine Mercedes né à Zurich est également champion à mi-parcours du GT Masters.

«Nous pouvons être très satisfaits de ce week-end», déclare Marciello. «La voiture a très bien fonctionné et nous avons marqué beaucoup de points. La pénalité dans le box était un peu étrange, tout dépend de la manière dont on interprète les choses. Mais c'est comme ça et mon objectif reste le championnat de l'ADAC GT Masters.»

Pour les deux autres Suisses, le week-end du Nürburgring a été moins réjouissant. Patric Niederhauser (Audi R8 LMS), 4e samedi, est sorti du top 10 dimanche lors de la deuxième course (12e). Le champion en titre Ricardo Feller a dû se contenter des 12e et 17e places. La meilleure Lamborghini d'Emil Frey s'est classée 6e le dimanche.

Les pilotes suisses ont également décroché deux podiums outre-Atlantique. Lors de la course IMSA de Road America, Louis Delétraz et Fabio Scherer ont pris respectivement la deuxième et la troisième place en LMP2. Pour Delétraz, la joie de la deuxième place a toutefois été limitée. Le Genevois a perdu la tête dans le sprint final parce qu'il a dû économiser de l'essence...

La deuxième place est également revenue à Eric Berguerand lors de la course de côte d'Osnabrück. Le Valaisan, meilleur Suisse, n'a toutefois eu aucune chance face à la gagnante du jour, Christian Merli. Au cumul des deux manches les plus rapides, il a manqué 2,8 secondes au leader du championnat suisse pour devancer Merli, désormais quadruple vainqueur à Osnabrück. Marcel Steiner est passé tout près du podium. Deuxième pilote de voiture de sport le plus rapide, le Bernois a terminé à deux dixièmes de seconde du Français Sébastien Petit. Robin Faustini a terminé la course dans le nord de l'Allemagne à la sixième place, juste devant son collègue de la marque Osella, Joël Volluz. Joël Burgermeister, au volant de la Tatuus-Abarth F4 evo, a assuré une victoire suisse dans sa catégorie. Le seul pilote de voitures de tourisme suisse est Kyrill Graf, de Rupperswil, qui s'est classé cinquième dans sa catégorie au volant de la BMW M3 GTR.

Berguerand anzere Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand: 2e place à Osnabrück © Kaufmann (photo prise à Anzère)

Lien permanent

05.08.2022 autobau SKM 2022: 4eme manche Levier (FRA) / Inscris-toi maintenant !

La quatrième manche de l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 aura bientôt lieu.

La manifestation aura lieu les 20/21 août 2022 à Levier (FRA) et il est possible de s’y inscrire via www.go4race.ch

La clôture des inscriptions pour la quatrième course est fixée au dimanche, 14.08.2022 à 24h00.

Sois de la partie et mesure-toi avec de nombreux autres pilotes pour remporter des victoires et des points!

Nous nous réjouissons de recevoir ton inscription à l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 et nous tenons avec plaisir à ta disposition pour tout renseignement complémentaire.

Flyer22 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Lien permanent

04.08.2022 Que fait donc Robin Furrer?
Robin Furrer 2013 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
En 2013, Robin Furrer devient champion chez les Super Minis © Archives Furrer

Comme lors des dernières éditions, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 3: Que fait donc Robin Furrer?

À 20 ans, Robin Furrer est en fait bien trop jeune pour cette rubrique. Pourtant, son parcours est exceptionnel et digne d'admiration. Il a découvert le karting à l'âge de sept ans. Avec son frère, de deux ans son cadet, il a fait ses débuts sur le circuit de karting de Bonaduz. En 2009, le blondinet dispute ses premières courses en Trofeo Vega et signe sa première victoire dès le premier week-end.

D’emblée, Robin se mêle également aux premiers rangs du championnat suisse de karting. En 2012 et 2013, il s’adjuge le titre chez les Super Minis. Et en 2014, il est vice-champion. Tout laisse présager une brillante carrière. Mais c’est à ce moment-là qu’il y met un terme. «Je n'avais déjà plus de plaisir en 2014», se souvient-il. «J’ai réalisé qu’en sports motorisés, la réussite dépendait de trop nombreux facteurs et ça m'a dégoûté.»

Un substitut est rapidement trouvé. Robin Furrer se lance dans les courses cyclistes. «Je faisais déjà du vélo à l'époque du karting», explique-t-il. «Mais au début, ce n'était que pour l'entraînement.»

Furrer Robin Action Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Deuxième carrière: Robin Furrer comme coureur cycliste © VC Mendrisio

Le cyclisme est moins une question de technique et dépend davantage de la condition physique et du mental, ce qui a plu au jeune garçon. De plus, son père est un ancien coureur cycliste professionnel, ce qui constitue un atout. Robin prend en compte le conseil de son père, de passer les deux premières années par le cyclisme de base. Dès la troisième saison, il enregistre ses premiers succès. Il termine 2e au classement général du championnat suisse et est sélectionné dans l'équipe nationale des moins de 17 ans.

Aujourd'hui, le jeune homme de Hurden (SZ) fait partie de l'équipe Elite des moins de 23 ans du VC Mendrisio. Selon le diplômé de la United School of Sports de Zurich, les deux prochaines années seront décisives pour la suite de sa carrière. Il passe environ 24 heures par semaine sur son vélo de course. En parallèle, il travaille à mi-temps comme comptable. Son objectif est clair: «Je veux devenir professionnel et disputer un jour une grande épreuve comme le Tour de France ou le Giro d'Italia.»

Robin ne regrette pas d'avoir arrêté le karting. «Je me demande parfois où j’en serais aujourd'hui, si j'avais continué. Notamment quand je pense à mes ex-concurrents, comme Ricardo Feller par exemple. Mais si je suis dans un mauvais jour à vélo, je sais exactement que j’en suis le seul responsable. Ce qui n'était pas toujours aussi simple à évaluer en karting.»

À la question de savoir si l'expérience acquise en karting peut être utile pour les courses cyclistes, Furrer répond qu’il n'y a jamais vraiment pensé. «Mais il y a effectivement des parallèles. Par exemple dans la technique des virages. Et à la descente, j'ai aussi un bon feeling pour la vitesse grâce au karting.»

Robin Furrer Portraet Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Robin Furrer aujourd'hui devant ses trophées de karting © Eichenberger

Lien permanent

03.08.2022 Bürki seul en tête de la Coupe de la Montagne
Buerki Martin Roche 2022 Haenggi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki est en tête de la Coupe de la Montagne 2022 © Hänggi

Martin Bürki est en tête de la Coupe suisse de la montagne à mi-parcours. S'il reste en tête jusqu'à la fin de la saison, il remportera ce championnat pour la quatrième fois après 2014, 2015 et 2018.

En tant que sous-classement du Championnat suisse de la montagne, la Coupe suisse de la montagne offre aux conducteurs de véhicules de plus faible cylindrée (voitures de tourisme jusqu'à 2 litres, voitures de course jusqu'à 1,6 litre) une plateforme idéale pour se distinguer. A Anzère, lors de la troisième manche du championnat de cette année, non seulement le championnat suisse de la montagne, mais aussi la coupe de la montagne ont fêté leur mi-temps.

Le leader après trois manches est le champion de slalom en série Martin Bürki. L’homme avec la VW Polo est le seul pilote à avoir encore un casier vierge. Denis Wolf occupe la deuxième place. Le pilote de la Renault-Classic Cup du lac de Thoune était à égalité avec Bürki jusqu'à Anzère. Lors de la course en Valais, il a été battu de 0,8 seconde par son collègue de marque Philip Krebs et, en tant que deuxième de sa catégorie, il n'a empoché que 15 points au lieu des 20 qu'il avait obtenus lors des courses précédentes.

Denis Wolf Roche 2022 Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Derrière Bürki, Denis Wolf (Renault Clio) est deuxième © Cornevaux

A mi-parcours, Reto Steiner est troisième sur sa Ford Escort. Le Schwytzois, originaire des environs de Hoch-Ybrig, a dix points de retard sur Bürki et est un bon exemple du fait qu'il est possible de se classer deuxième au coupe de la montagne avec des deuxièmes places – au moins pendant un certain temps.

Sur la durée, c'est-à-dire jusqu'à la finale au Gurnigel (10 et 11 septembre), Steiner aura du mal à se maintenir à la troisième place. Derrière lui se trouvent Sébastien Coquoz et Jürg Ochsner, deux pilotes qui ont jusqu'à présent marqué deux fois le maximum des points. Et comme seuls les quatre meilleurs résultats (sur six) sont pris en compte à la fin, Coquoz et Ochsner devraient passer devant Steiner s'ils arrivent à faire quatre courses et à obtenir tous les points lors de celles-ci.

Il sera également intéressant de voir jusqu'où Philip Krebs parviendra à se hisser dans la Coupe de la montagne. Le champion 2019 (il n'y a pas eu de coupe de la montagne en 2020 et 2021 à cause de Corona) sait comment gagner ce sous-classement. Mais Krebs n'est actuellement qu'en 7e position avec 35 points, et il était absent à La Roche. Cela signifie que le Bernois a déjà un résultat à biffer. Et lors du coup d'envoi à Hemberg, il a dû se contenter de la deuxième place (et de 15 points) derrière Wolf.

Le suspense est donc assuré. Même dans la deuxième moitié de la saison.

Les précédents champions de la Coupe Suisse de la Montagne
2014 Martin Bürki, VW Polo
2015 Martin Bürki, VW Polo
2016 Danny Krieg, Audi A4
2017 Giuliano Piccinato, Honda Integra Type R
2018 Martin Bürki, VW Polo
2019 Philip Krebs, Renault Clio
2020 –
2021 –

Reto Steiner Hemberg 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Reto Steiner (Ford Escort) est actuellement troisième de la Coupe de la Montagne © Eichenberger

Lien permanent

01.08.2022 Marciello met fin à la disette suisse à Spa
Marciello Spa 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
C'est fait! Après 536 tours, Marciello franchit la ligne d'arrivée en vainqueur

Le week-end dernier, les 24 heures de Spa-Francorchamps ont été placées sous le signe de la victoire. C'est là qu'a eu lieu la première victoire suisse depuis celle de Fässler/Delétraz il y a 15 ans.

Pendant 15 ans, les Suisses ont dû attendre la prochaine (la quatrième) victoire au classement général des 24 Heures de Spa-Francorchamps. Ce week-end, c'était à nouveau le cas: Raffaele Marciello et ses deux coéquipiers, le Français Jules Gounon et l'Espagnol Daniel Juncadella, ont remporté pour Mercedes la 74e édition de la classique d'endurance dans les Ardennes.

L'équipe du pilote d'usine Mercedes tessinois a fait pencher la balance en sa faveur grâce à un parcours sans faute et une stratégie de pit stop parfaite. Avec 31 secondes d'avance sur la deuxième meilleure Mercedes, Marciello a franchi la ligne d'arrivée en vainqueur après 536 tours parcourus.

«Nous savons à quel point il est difficile de gagner cette course, car cela fait plusieurs années que nous n'avons pas réussi et aujourd'hui, nous avons enfin réussi», a déclaré Marciello. «Pour moi, ce fut une course relativement calme, parfois difficile, parfois plus facile. Nous avons eu beaucoup de chance tout au long de la course avec la voiture, les pneus, le trafic et les conditions de piste. Mais cela fait aussi partie du jeu!»

La joie régnait également dans un autre camp suisse. Rahel Frey, la Danoise Michelle Gattin, la Belge Sarah Bovy et la Française Doriane Pin, qui les a rejoints pour cette course, ont laissé derrière elles leurs 14 adversaires de classe dans la Gold Cup et se sont assurées la victoire haut la main – et ce avec seulement cinq tours de retard sur Marciello & Co.

Le Zougois Philip Ellis, sur une Mercedes-AMG, a également décroché une place sur le podium en se classant deuxième dans la catégorie Pro-Am. Alain Valente n'a pas eu de chance. Au volant d'une autre Mercedes, le Bernois a abandonné la tête de la Silver Cup dimanche matin. La Porsche de Niki Leutwiler était également en tête. Mais une glissade dans le gravier et une perte de roue après un arrêt au stand ont relégué Leutwiler à la cinquième place de la catégorie.

Egalement sur le podium: Emil Frey Racing. Pour l'équipe de Safenwil, une course difficile s'est terminée par un podium bien mérité dans la catégorie Silver Cup.

Les trois pilotes d'usine Audi ont été sous-estimés. Ricardo Feller (12e), Nico Müller (17e) et Patric Niederhauser (19e, avec le pilote privé Lucas Légeret) n'ont pas eu la chance de leur côté.

Pour le pilote Porsche Julien Apothéloz, la course s'est terminée après trois heures de course déjà. Ses collègues de marque Mauro Calamia et Dominik Fischli ont franchi la ligne d'arrivée aux 25e et 29e positions.

Frey Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Magnifique triomphe: Rahel Frey a remporté la catégorie Gold Cup

Lien permanent

29.07.2022 Clarification au sujet de «Race against time»
TCS Lignieres Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Centre TCS de Lignières, au-dessus du lac de Neuchâtel © TCS

Une manifestation sans licence doit avoir lieu les 3 et 4 septembre sur le Centre TCS de Lignières. Afin d'étouffer dans l'œuf d'éventuelles discussions, Auto Sport Suisse souhaite clarifier quelques points au préalable.

Les 3 et 4 septembre, une manifestation sans licence aura apparemment lieu sous la devise «Race against time» sur le circuit du Centre TCS de Lignières. Afin d'anticiper les discussions, Auto Sport Suisse souhaite clarifier certains points dans ce contexte.

En tant qu'association, nous regrettons que le TCS, notoirement un sociétaire d'Auto Sport Suisse, encourage de telles manifestations et souhaitons, dans ce contexte, nous assurer que chaque personne participant à cet événement sache clairement que cette manifestation ne se déroule pas dans le cadre des règlements de la FIA ou d'Auto Sport Suisse et que les éventuelles assurances contractées par Auto Sport Suisse pour les pilotes et les officiels ne sont pas valables.

Comme indiqué dans une lettre du 20 juillet 2022 adressée au TCS, Auto Sport Suisse souhaiterait que le TCS, en tant qu'associé d'Auto Sport Suisse, respectivement son département «Training & Events», se conforme également aux règlements en vigueur en matière de sécurité ou à des dispositions équivalentes lors de manifestations organisées dans les différents centres du TCS. Le TCS, en tant que partenaire mobility officiel de la FIA pour la Suisse, devrait accorder une attention particulière à ces points.

Des doutes considérables pèsent sur cette manifestation sans licence, en particulier dans le domaine de la sécurité des personnes, puisque l'organisateur inconnu (pour Auto Sport Suisse) prescrit des casques répondant à «n'importe quelle» norme, ce qui implique que l'on peut également participer à la manifestation avec un casque vélo, moto ou d'autres casques. De plus, il existe des prescriptions concernant les ceintures (ceintures à 3 points comme exigences minimales pour toutes les catégories), alors que les ceintures à 3 points ne sont prévues que pour le sport LOCal dans les véhicules autorisés à circuler sur route. Les sous-vêtements et les chaussures ignifugés sont considérés comme facultatifs pour toutes les catégories. De plus, des «commissaires techniques» (Auto Sport Suisse ne délègue pas de CT à cette manifestation) doivent contrôler la sécurité des véhicules et les fixations des caméras.

En outre, des véhicules de type «Legends Cars» devraient être utilisés dans le cadre de cet événement. Lors d'une enquête préliminaire d'Auto Sport Suisse concernant la protection des occupants, ces véhicules ont été jugés très risqués par le DTC Dynamic Test Center AG à Vauffelin et ne devraient pas être autorisés à participer à des manifestations de course (slalom, contre-la-montre, courses de côte, courses sur circuit, etc.) dans leur état actuel pour des raisons de sécurité (voir annexe).

Les officiels licenciés (directeurs de course, commissaires sportifs, commissaires techniques, commissaires de piste, etc.) qui soutiennent une manifestation (comme celle-ci) qui pose des problèmes de sécurité doivent s'attendre à des conséquences disciplinaires correspondantes.

Auto Sport Suisse recommande aux commissaires de piste qui souhaitent s'adonner à leur passion ce week-end de participer à l'Arosa ClassicCar (du 1er au 4 septembre 2022) qui se déroule en même temps. Cette manifestation est inscrite au calendrier d'Auto Sport Suisse et accueille régulièrement des bénévoles supplémentaires. Les personnes intéressées peuvent nous contacter. Nous nous ferons un plaisir de les mettre en contact avec l'organisateur à Arosa.

Lien permanent

26.07.2022 24h de Spa: 15 Suisses au départ
Mueller Rossi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller prend le départ avec Valentino Rossi et Frédéric Vervisch

Les chances suisses de remporter pour la première fois le classement général des 24 Heures de Spa (depuis Fässler/Delétraz en 2007) sont bonnes. Dans la classe Pro, au moins quatre équipes avec participation suisse sont en mesure de remporter la victoire.

La 74e édition des 24 Heures de Spa-Francorchamps aura lieu le week-end prochain. 66 véhicules sont inscrits. L'édition de cette année entrera donc dans l'histoire comme la deuxième course avec le plus grand nombre d'engagés en GT. Il faut remonter à 2019 pour trouver une grille de départ plus importante, avec un nombre record de 72 voitures.

Parmi les 66 équipes participantes, il y aura cette année encore de nombreux pilotes suisses. L'Audi WRT n°46 fera l'objet d'une attention particulière. Nico Müller la partagera avec la légende de la moto Valentino Rossi et la star locale Frédéric Vervisch. Ricardo Feller a également de bonnes chances de gagner avec l'Audi n°66, le vainqueur DTM étant accompagné de Markus Winkelhock et Dennis Marschall. Deux Suisses (Lucas Légeret et Patric Niederhauser) et l'Allemand Christopher Mies se relaieront dans l'Audi Sainteloc. Raffaele Marciello est un autre candidat à la victoire finale. Avec Jules Gounon (F) et Daniel Juncadella (E), le pilote d'usine Mercedes du Tessin forme un trio particulièrement performant. L'Allemand Marvin Kirchhöfer est également au départ avec une licence suisse. En tant que «Lucernois», l'ancien pilote de GP2 conduit une McLaren 720S GT3 dans la classe Pro avec le numéro 38.

Voici un aperçu de tous les Suisses et Suissesses des 24h de Spa de cette année:

Pro
Nico Müller sur Audi R8 LMS GT3 #46
Ricardo Feller sur Audi R8 LMS GT3 #66
Raffaele Marciello sur Mercedes AMG GT3 #88
Marco Mapelli sur Lamborghini Huracan GT3 Evo #6
Lucas Légeret et Patric Niederhauser sur Audi R8 LMS GT3 #25
Marvin Kirchhöfer sur McLaren 720S GT3 #38

Pro AM Cup
Nicolas Leutwyler sur Porsche 911 GT3R #24
Antonin Borga sur Bentley Continental GT3 #107

Gold Cup
Karim Ojjeh sur Audi R8 LMS GT3 #10
Rahel Frey sur Ferrari 488 TG3 #83
Julien Apothéloz sur Porsche 911 GT3R #91

Silver Cup
Alain Valente sur Mercedes AMG GT3 #4
Dominik Fischli sur Porsche 911 GT3R #22
Mauro Calamia sur Porsche 911 GT3R #56

Comme en 2021, Emil Frey Racing engage trois Lamborghini (2x Pro, 1x Silver Cup). Pour l'équipe de Safenwil, l'édition de cette année ne peut être que meilleure. L'année dernière, les trois voitures avaient été éliminées. Deux d'entre elles avaient été perdues dans des accidents à haute vitesse dès la première heure de course.

Vous trouverez plus d'informations (également sur le livetiming/-streaming) en cliquant sur ce lien. La course entière peut être suivie en direct sur la chaîne YouTube de GT World en cliquant sur ce lien.

Marciello Spa 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Un candidat pour la victoire générale: la Mercedes de Marciello

Lien permanent

25.07.2022 Ayent-Anzère: Berguerand et Meisel s'imposent une fois de plus
Eric Berguerand Anzere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand: Encore une victoire du jour en un temps record © Cornevaux

Les favoris se sont imposés lors de la troisième course du Championnat suisse de la montagne 2022 entre Ayent et Anzère. En tête, le vainqueur du jour Eric Berguerand qui a battu un nouveau record de parcours.

Eric Berguerand avait déjà posé de nouveaux jalons en 2019 lors de la dernière saison des courses de côte avant le coronavirus. Cette année, ce pilote âgé de 43 ans, originaire de Charrat près de Martigny (VS), a remis cela. Lors de sa course à domicile, Berguerand a déjà établi un nouveau temps de référence non officiel lors de l'entraînement de samedi en 1:25,668 min. Mais cela n'a visiblement pas semblé suffire au pilote de la Lola FA99 noire. Lors de la première course du dimanche matin, Berguerand a profité des bonnes conditions pour battre le record de la piste de plus de deux secondes et demie, soit 1:24,240 min, ce qui correspond à une vitesse moyenne de 149,57 km/h.

Berguerand a également réalisé le meilleur temps lors de la deuxième et de la troisième manche. Cependant, il s’est permis d’aborder les choses avec plus de calme. En additionnant les deux manches les plus rapides, le pilote de l'équipe «Atelier de la Tzoumaz» a fini avec 5,8 secondes d'avance sur le deuxième, Marcel Steiner. Le Bernois était le plus près de Berguerand après deux troisièmes places dans les deux premières courses, mais il n'avait aucune chance contre le sextuple champion suisse. «Après le temps record d'Eric à l'entraînement, je pressentais qu'il allait faire encore mieux», a déclaré Steiner. «Pour être franc, j'ai pourtant gravi la montagne avec une grande vitesse. Mais je ne savais pas comment je pouvais le battre. Nous sommes encore en phase d'apprentissage avec notre LobArt-Honda turbo. Après tout, cela a suffi cette fois pour terminer deuxième.»

Marcel Steiner Anzere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Marcel Steiner s'est assuré la deuxième place à Anzère derrière Berguerand © Cornevaux

Derrière Berguerand et Steiner, Robin Faustini s'est emparé de la troisième place sur son Osella FA30. Il a manqué au jeune Argovien à peine 1,4 seconde par rapport à Steiner lors de l'addition des deux courses les plus rapides. La quatrième place est revenue au revenant Joël Volluz (également sur Osella FA30). Le Valaisan, qui avait dû abandonner lors de la deuxième course de côte de la saison à La Roche en raison de problèmes d'embrayage, a laissé entendre qu'il était sur le point de retrouver sa forme antérieure en réalisant trois courses constantes en dessous de 1:30 min. «J'ai retrouvé la confiance et le goût de la compétition», déclare Volluz. «Même si les temps ne sont pas encore vraiment extraordinaires. Mais cela viendra par la suite.»

La cinquième place du classement final a été remportée par un autre Valaisan: Joël Grand. Ce pilote de 35 ans a amélioré de dix secondes le record de la piste dans sa catégorie et, au volant de son Osella PA21 JRB de 1000 cm3, il a une nouvelle fois laissé Michel Zemp à distance sur sa Norma M20 FC. «Je suis très satisfait de ma performance, car j’ai été plus rapide que Michel dans les trois manches, et pourtant avec un moteur de plus faible cylindrée», a commenté Grand.

Joel Grand Anzere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Joël Grand: Encore une belle performance avec l'Osella PA21 JRB © Cornevaux

Chez les voitures de formule jusqu'à 2000 cm3, le gagnant s'appelle Philip Egli. Le spécialiste du slalom a réalisé trois manches constantes avec sa Dallara-F3 et a devancé Joël Burgermeister de 2,6 secondes au classement final. La troisième place est allée au revenant Roland Bossy. Après une première course mitigée, le Jurassien s'est dangereusement rapproché de Burgermeister en réalisant deux chronos remarquables lors de la deuxième et troisième manche. Au classement final, il n'a manqué à Bossy qu'une demi-seconde!

Reto Meisel, le pilote de voiture de tourisme le plus rapide, a pris la 7e place du SCRATCH, devançant ainsi encore Egli. Après le premier passage, les choses ne semblaient pourtant pas très favorables pour Meisel. Un câble trop juste sur la Mercedes SLK 340 a causé une panne d'embrayage. «Nous avons dû remplacer l'embrayage et nous n'avions qu'une heure et demie pour le faire», explique Meisel. Avec un nouvel embrayage, Meisel a pu avancer beaucoup plus vite lors de la deuxième course. En 1:34,865 min, le leader du classement des voitures de tourisme s'est également vu créditer d'un nouveau record. Après trois manches, il avait deux secondes d'avance sur Roger Schnellmann (Mitsubishi Evo 8) et onze secondes sur le vainqueur de l'IS Frédéric Neff (Porsche 996 GT2 R) qui, après avoir encaissé deux fois zéro points à Hemberg et La Roche, a vu le drapeau à damier pour la première fois de l'année et s'est imposé comme meilleur pilote Porsche de 0,2 seconde contre son collègue de marque Bruno Sawatzki.

Reto Meisel Anzere 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Reto Meisel s'est imposé chez les voitures de tourisme malgré des problèmes © Kaufmann

Une triple victoire d'Opel Kadett a été enregistrée dans la catégorie Interswiss jusqu'à 2000 cm3, qui comptait 20 pilotes. Jürg Ochsner l'a emporté de justesse devant Marco Geering et Philip Niederberger. Dans la classe des moins de 2500 cm3, c'est également un pilote d'Opel Kadett, Armin Banz, qui est arrivé en tête. Dans la catégorie IS jusqu'à 3500 cm3, Dominic von Rotz (Audi A4) s'est imposé à Anzère face à la dame la plus rapide, Vanessa Zenklusen.

La catégorie E1 jusqu'à 1600 cm3 a été dominée une fois de plus par Martin Bürki. Dans le groupe à forte participation, l'E1 jusqu'à 2000 cm3, la victoire est revenue, comme à La Roche, à Sébastien Coquoz (Opel Kadett C) devant Reto Steiner (Ford Escort) et Christian Darani (Fiat X1/9).

Dans la catégorie de cylindrée supérieure, jusqu'à 2500 cm3, Benoît Farine (Honda CRX) s'est imposé. Hermann Bollhalder (Opel Speedster) et Martin Oliver Bürki (BMW E33) se sont également livré un superbe duel en E1 jusqu’à 3000 cm3, Bollhalder ayant cette fois-ci remporté la victoire.

Dans la Renault Classic Cup, c'est Philip Krebs qui a triomphé cette fois-ci. L'ex-champion bernois a relégué Denis Wolf, jusqu'ici double vainqueur de la saison, à la deuxième place par un peu plus d'une demi-seconde. Michael Schläpfer a terminé troisième. Grâce à la victoire de Krebs, Martin Bürki est devenu le seul leader de la coupe de la montagne à la mi-saison du Championnat suisse de la montagne.

Vous trouverez de plus amples informations sur la course de côte de Ayent–Anzère sur le site Internet www.ayent-anzere.ch

Et voici la suite des événements
19-21 août, St-Ursanne - Les Rangiers
27/28 août, Oberhallau
10/11 septembre, Gurnigel

Ochsner anzere Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jürg Ochsner a remporté la classe Interswiss jusqu'à 2000 cm3 © Kaufmann

Lien permanent

21.07.2022 autobau CSK 2022: 4ème manche Levier (FRA) / inscrits-toi maintenant!

La quatrième manche de l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 aura bientôt lieu.

La manifestation aura lieu les 20/21 août 2022 à Levier (FRA) et il est possible de s’y inscrire via www.go4race.ch

La clôture des inscriptions pour la quatrième course est fixée au dimanche, 14.08.2022 à 24h00.

Sois de la partie et mesure-toi avec de nombreux autres pilotes pour remporter des victoires et des points!

Nous nous réjouissons de recevoir ton inscription à l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 et nous tenons avec plaisir à ta disposition pour tout renseignement complémentaire.

Flyer22 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Lien permanent

21.07.2022 Détails sur les événements de karting aux FIA Motorsport Games
Kart Republic Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Chez les seniors, on roule avec des châssis de Kart Republic © Eichenberger

Lors des FIA Motorsport Games fin octobre, il y aura plus d'une discipline de karting. Nous vous présentons les compétitions en détail. Les personnes intéressées peuvent s'adresser à Auto Sport Suisse.

Le karting jouera un rôle plus important lors des FIA Motorsport Games de cette année, du 26 au 30 octobre au Castellet, que lors de la première édition en 2019 à Rome. A l'époque, les pilotes de karting n'avaient droit qu'à un slalom. Cette fois-ci, il y aura en plus une épreuve d'endurance et une épreuve de sprint.

Pour la discipline Endurance, chaque autorité sportive nationale (ASN) de la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) peut inscrire une équipe mixte, âgés de 17 ans et plus et titulaires d'une licence nationale. Chaque équipe nationale concourra avec des karts identiques. Le prix du package comprend un châssis IPK, un moteur Tillotson T4, des pneus, du carburant et une assistance technique.

Le kart sprint est divisé en deux catégories pour lesquelles des médailles sont en jeu: Junior et Senior. Dans la catégorie Junior, les pilotes âgés de 11 à 14 ans et titulaires d'une licence FIA International Grade G (ITG) peuvent participer. Il y a en tout trois courses de qualification de 10 kilomètres chacune. La course chez les juniors se déroule sur 25 kilomètres.

La compétition des seniors, pour les pilotes âgés de 14 ans et plus, comprend trois courses de qualification de 15 kilomètres et une course finale de 30 kilomètres Le prix comprend un châssis de Kart-Republic et un moteur IAME, ainsi qu'une place dans l'auvent, du carburant et des pneus.

Les pilotes intéressés peuvent s'inscrire auprès d'Auto Sport Suisse jusqu'au 15 août 2022. Par la suite, Auto Sport Suisse constituera (si l'intérêt est suffisant) une délégation pour les FIA Motorsport Games 2022.

Voici encore une fois un aperçu des coûts pour les disciplines de karting:

  • Karting Sprint Senior (1'200 euros de frais d'inscription + 4'000 euros de budget single/supply)
  • Karting Sprint Junior (1'200 euros de frais d'inscription + 4'000 euros de budget single/supply)
  • Karting Endurance (4'950 euros de frais d'inscription + budget single/supply inclus dans les frais d'inscription)
  • Karting Slalom (750 euros de frais d'inscription + budget single/supply inclus dans les frais d'inscription)
Motorsport Games 2022 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les FIA Motorsport Games auront lieu fin octobre au Castellet

Lien permanent

20.07.2022 Aperçu Ayent-Anzère: Berguerand et Meisel vont-ils assurer un hattrick?
Meisel Reto Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Reto Meisel vise un hat-trick à Anzère © Cornevaux

Les vainqueurs de la troisième manche du Championnat suisse de la course de côte de cette année, entre Ayent et Anzère (VS), vont-ils à nouveau s'appeler Eric Berguerand (pour les voitures de course) et Reto Meisel (pour les voitures de tourisme)?

Eric Berguerand a déjà gagné six fois sa course à domicile. Dimanche, il visera un septième triomphe lors de la 45e édition de la course de côte d'Ayent à Anzère. Ce pilote de 43 ans, originaire de Charrat près de Martigny (VS), a déjà dominé les deux premières courses de la saison, à Hemberg et à La Roche. C'est surtout à La Roche – sur un circuit de la même longueur qu'à Anzère – que le sextuple champion suisse de la montagne n'a rien laissé au hasard chez les voitures de course. Le pilote et sa Lola FA99 ne font qu'un. «C'est pour cela qu'il est si difficile de le battre», explique Marcel Steiner, qui se trouve en troisième position au championnat.

Steiner a lui aussi déjà gagné quatre fois à Anzère – la dernière fois en 2017, où il avait battu Berguerand de 0,54 seconde à l'addition des deux manches les plus rapides. Mais à l'époque, Steiner n'avait pas encore de turbopropulsion. Il mise sur celle-ci depuis la modification de sa LobArt et il annonce: «J'espère que tout résistera et que nous aurons moins de perte de puissance dans l'air d'altitude d'Anzère que lors des courses précédentes.» Steiner a réglé le problème technique de La Roche. Le moyeu de roue de sa voiture de sport E2 est à présent en acier et non plus en aluminium.

Berguerand reste cool comme à son habitude en vue de la troisième course et la possibilité d'y inscrire un hat-trick. Lors des courses précédentes, il a toujours triomphé dès la première manche. «La première manche se déroule généralement dans les conditions de température les plus favorables», explique Berguerand. «À La Roche, j'ai réussi un très bon chrono lors de la première manche. J'ai donc pu partir au départ de la deuxième manche totalement sans stress.»

Eric Berguerand Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand a déjà gagné six fois sa course à domicile © Cornevaux

L'un de ceux qui pourraient bien représenter une menace pour les deux multichampions est Robin Faustini. Grâce à deux deuxièmes places lors des deux premières courses, l'Argovien se trouve à la deuxième place avec son Osella FA30 – encore avant Steiner. Mais Faustini ne connaît le circuit d'Anzère, long de 3,5 kilomètres, que par la Formule 3000, qu'il a encore pilotée lors de la dernière édition en 2019. «Avec l'Osella, je n'ai encore jamais roulé à Anzère», explique Faustini. «Mais c'était déjà le cas à Hemberg et à La Roche et lors de ces deux courses, ça s'est plutôt bien passé.»

Avant Ayent-Anzère, la quatrième place dans la catégorie des voitures de course revient à Joël Grand. Le Valaisan réalise jusqu'à présent une saison d'enfer avec son Osella PA21 et, malgré un moteur moins performant, il devance encore Michel Zemp au classement intermédiaire sur sa Norma M20FC. Pour Anzère et le reste de la saison, Grand, âgé de 35 ans, a adapté le rapport de transmission. «J'ai un nouveau système», explique le Chalaisan. «À Hemberg et à La Roche, le rapport était trop long. Maintenant, nous l'avons adapté. J'espère que cela me permettra de faire un pas supplémentaire en avant.»

Thomas Amweg sera également de nouveau au départ. Toutefois, l'Argovien devra toujours se contenter de la Lola T94-50. Le départ au volant de l'ex-Formule 3000 Volluz est encore retardé. Joël Volluz, vainqueur d'Anzère en 2015, fait lui aussi une nouvelle tentative avec son Osella FA30. Le Valaisan a récemment rencontré des problèmes d'embrayage à La Roche et espère les avoir résolus entre-temps.

La course des véhicules de formule jusqu'à 2000 cm3 sera également captivante. En plus de Philip Egli, Christian Balmer et Joël Burgermeister, six autres pilotes seront au départ, dont Roland Bossy. Le Jurassien a récemment fait son retour lors d'une course de côte en France après douze ans d'absence. Bossy roulera sur une Dallara F314. Thomas Zürcher ne sera pas au départ. Le pilote Tatuus de Thierachern (Berne), opéré du ménisque, s'était certes inscrit pour Anzère, mais n'a pas (encore) eu le feu vert des médecins.

Joel Grand Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Joël Grand a encore amélioré son Osella PA21 JRB © Eichenberger

Bei den Tourenwagen strebt Reto Meisel (51) auf seinem Mercedes 340 SLK nach seinen Siegen in Hemberg und La Roche wie Berguerand bei den Rennwagen einen Hattrick an. Der Aargauer ist in Anzère noch immer Streckenrekordhalter in drei verschiedenen Klassen und feiert dieses Jahr sein 30-jähriges Jubiläum. 1992 stand Meisel zum ersten Mal in Anzère am Start. Damals noch auf einem Opel Kadett. «Ich hatte zu Beginn dieser Saison keine Ambitionen auf den Schweizer Meistertitel», sagt Meisel. «Aber inzwischen habe ich natürlich schon Lunte gerochen.»

Dans la catégorie des voitures de tourisme, Reto Meisel (51 ans) vise un hat-trick sur sa Mercedes 340 SLK après ses victoires à Hemberg et La Roche, comme Berguerand dans la catégorie des voitures de course. À Anzère, l'Argovien détient toujours le record du parcours dans trois catégories différentes et fête cette année ses 30 ans de carrière. C'est en 1992 que Meisel a pris le départ pour la première fois à Anzère. À l'époque, c'était encore sur une Opel Kadett. «Au début de cette saison, je ne nourrissais pas d'ambitions pour le titre de champion suisse», explique Meisel. «Mais depuis, j'ai bien sûr déjà senti le parfum.»

Parmi les adversaires de Meisel à Anzère, on compte en premier lieu Roger Schnellmann sur Mitsubishi Evo 8 et le pilote Interswiss Frédéric Neff sur sa nouvelle Porsche 996 GT2 R. Ce dernier n'a pas encore de résultats probants à son actif depuis son retour. Lors des deux premières courses, le champion de voitures de tourisme 2017/2018 a dû plier bagage prématurément en raison de problèmes techniques.

À propos du parcours: Le parcours d'Ayent à Anzère mesure 3,5 kilomètres. Le dénivelé est de 319 mètres. La pente moyenne est de 9,12 pour cent. Le record absolu du parcours est détenu par Berguerand en 1:26,992 min (= 144,84 km/h). Il date de 2018 et n'a pas pu être battu lors de la dernière édition en raison de la pluie. Le record de victoires à la course de côte Ayent-Anzère est détenu par Fredy Amweg avec 13 victoires – devant Jean-Daniel Murisier (9), le parrain de Joël Volluz. Parmi les participants actuels, Berguerand est le plus titré avec six victoires.

Le coup d'envoi sera donné le samedi 23 juillet dès 7h15 avec les premières manches d'entraînement. Le dimanche 24 juillet, les courses se dérouleront entre 7h15 et 18h30. Chaque catégorie comportera trois manches (dans la mesure du possible). Les deux chronos les plus rapides seront additionnés. La remise des prix aura lieu à partir de 19h30 sur la place du village d'Anzère.

Vous trouverez de plus amples informations sur la course de côte d’Ayent-Anzère sur le site Internet www.ayent-anzere.ch

Dates du Championnat suisse de la montagne 2022
11/12 juin, Hemberg
18/19 juin, La Roche – La Berra
23/24 juillet, Ayent – Anzère
19-21 août, St.Ursanne – Les Rangiers
27/28 août, Oberhallau
10/11 septembre, Gurnigel

Christian Balmer Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christian Balmer fait partie des favoris chez les monopostes jusqu'à 2000 cm3 © Eichenberger

Lien permanent

19.07.2022 L'autre Bürki
Buerki Martin Oliver Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Oliver Bürki: deuxième au classement général du CS des slaloms 2022 © Archives Bürki

Martin Bürki domine le Championnat suisse des slaloms depuis des années. S'il avait fauté une fois en 2022 et que cela ne lui avait pas suffi pour remporter le titre, le champion se serait quand même appelé Martin Bürki.

Ils ne sont ni parents ni alliés. Et pourtant, ils s'appellent tous les deux Martin Bürki et habitent dans un rayon de 20 kilomètres. L'un à Sigriswil, sur la rive droite du lac de Thoune, l'autre à Amsoldingen, sur la rive gauche du lac. L'un, le champion en série Martin Bürki (54 ans), conduit une VW Polo vert vif, l'autre Martin (Oliver) Bürki (37 ans) une BMW E33 noire. Tous deux ont le pied lourd sur l'accélérateur. Ils l'ont prouvé lors du championnat de slalom qui vient de s'achever: MB, le plus âgé, avec son neuvième titre suisse en slalom, MB, le plus jeune, avec une deuxième place finale, son meilleur classement à ce jour. Une raison suffisante pour interviewer le Bürki II. de la classe E1 jusqu'à 3000 cm3.

Félicitations pour ta deuxième place au Championnat suisse des slaloms 2022. C'est ton meilleur classement à ce jour, non?
Martin Oliver Bürki:
Oui, c'est vrai. En 2015, j'ai été proche du podium en terminant quatrième. A l'époque, j'avais récolté 160 points en dix courses. C'était dix de moins. Les deux années suivantes, ces 160 points auraient suffi pour une place sur le podium. Mais c'est du passé. Maintenant, ça a marché. Et la joie de la deuxième place est grande.

Une place sur le podium aux Championnats suisse des slaloms 2022 était-elle dès le départ l'objectif déclaré?
Non, je n'avais pas vraiment d'objectif. Mais après les deux victoires de classe à Ambri, je me suis dit: «Maintenant, tu dois aussi participer aux autres courses!»

Cinq pilotes ont atteint le maximum de points lors du CS des slaloms 2022. La saison a été décidée en fonction des résultats biffés et du nombre d'adversaires dans chaque classe. La densité des performances le montre: elle ne tolère aucune erreur.
C'est vrai. J'ai fait un faux pas à Frauenfeld. J'y ai laissé l'aileron arrière à la maison, pensant que ça fonctionne aussi sans aileron. Je n'ai donc terminé que deuxième de ma classe, derrière Hermann Bollhalder. Mais au classement final, une victoire de classe à Frauenfeld n'aurait pas fait de différence. Certes, j'aurais alors eu, comme mon homonyme, un «vingt» comme résultat à biffer. Mais il aurait quand même vaincu quelques adversaires de plus que moi.

Que faut-il pour détrôner le champion en série?
En premier lieu, une technique fiable. Je dis toujours: «J'aime bien bricoler, mais pas sur le circuit. Là, tout doit fonctionner!» Ensuite, il faut suffisamment d'adversaires. Et c'est là que nous verrons l'année prochaine dans quelle catégorie l'ancien et le nouveau champion concourra. Il a d'ailleurs laissé entendre qu'il changerait de véhicule.

Quelles sont les autres courses à quelles tu vas participer cette année encore?
Je participe encore aux courses de côte d'Anzère, d'Oberhallau et du Gurnigel. Je ne peux pas encore dire si je serai présent aux Rangiers.

Buerki Martin Oliver Frauenfeld 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'expérience sans aileron arrière au slalom de Frauenfeld n'a pas fonctionné © Eichenberger

Lien permanent

18.07.2022 Mortara perd la tête du championnat du monde
Mortara Edoardo NY 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Mortara n'est plus leader du championnat après New York © Formula E

La mission «titre de champion du monde» sera encore difficile pour Edoardo Mortara. Lors du double header de la Formule E à New York, le Genevois aurait pu marquer de vrais points en se classant deuxième, mais la course a été jugée différemment...

New York n'est pas et ne sera jamais un bon endroit pour Edoardo Mortara. Le Genevois n'a que très peu augmenté son compteur de points dans le «Big Apple» en se classant 9e et 10e. Il a tout de même réalisé le meilleur tour en course lors des deux courses, ce qui lui a valu un point supplémentaire. Et il n'avait encore jamais figuré dans le top 10 à New York. De ce point de vue, Mortara s'en est mieux sorti que les années précédentes.

Malgré tout, il aurait pu marquer beaucoup plus de points. Surtout lors de la première course. Une pluie torrentielle a semé le chaos sur le circuit. Les pilotes se sont retrouvés dans les barrières à plusieurs reprises à cause de l'aquaplaning (dont Sébastien Buemi). Mortara s'est également écrasé et a perdu son aileron avant. Il a toutefois réussi à remettre sa voiture sur la bonne voie et s'est retrouvé soudainement en deuxième position derrière Robin Frijns. Mais la joie n'a pas duré longtemps. L'interruption de la course peu avant la fin signifiait que la course était jugée deux tours avant le crash de masse. Et à ce moment-là, Mortara se trouvait encore en neuvième position. Au lieu de 18 points, Mortara n'en a obtenu que deux (plus le point supplémentaire pour le meilleur tour en course).

Lors de la deuxième course, Mortara est parti de la dernière ligne de départ (sans temps), car il y a eu un problème avec son système brake-by-wire lors des qualifications. En course, il a réussi à se hisser à la 10e place. Comme le Belge Stoffel Vandoorne a terminé deuxième, Mortara a perdu la tête du championnat du monde. L'écart est de onze points. Pour renverser la vapeur, Mortara, jusqu'ici triple vainqueur de la saison, a encore deux événements doubles devant lui. Les 30 et 31 juillet à Londres et les 13 et 14 août à Séoul.

Si Mortara a perdu la deuxième place à cause de la règle de l'abandon, son compatriote suisse Sébastien Buemi en a profité. La 5e place est le meilleur résultat de la saison pour l'Aiglon. Mais le recordman des victoires en Formule E ne peut pas se réjouir de sa 14e place au championnat.

Buemi Sebastien NY 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Buemi a obtenu son meilleur résultat de la saison avec une 5e place © Formula E

Lien permanent

15.07.2022 Défauts de sécurité majeurs chez Legends Cars
Kaefig Legends Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La cage de survirage d'une Legends Cars testée par DTC © DTC

La société DTC Dynamic Test Center AG a réalisé une enquête préliminaire sur les Legends Cars à la demande d'Auto Sport Suisse. Le rapport final met en lumière de gros défauts de sécurité.

Sur mandat d'Auto Sport Suisse, le DTC Dynamic Test Center AG de Vauffelin, au-dessus de Bienne, a soumis un véhicule de type «Legends Cars» du constructeur «US Legend Cars International» à un contrôle de protection des occupants dans le cadre d'une enquête préliminaire. Les coûts de ce contrôle de la protection des occupants s'élèvent à environ CHF 7'500.- et sont entièrement pris en charge par Auto Sport Suisse.

Le rapport final de cette enquête préliminaire est désormais disponible.

Le DTC Dynamic Test Center AG, en tant que laboratoire d'essais reconnu par la FIA depuis 2021 (FIA technical list N°4), a expertisé à cet effet un véhicule de course ainsi qu'un cadre avec cage de sécurité intégrée et a défini les essais possibles. Le véhicule et le cadre ont été aimablement mis à disposition par des représentants de Legends Cars.

Avant que les véhicules de ce type ne soient éventuellement admis en Suisse pour des slaloms, des courses de côte et des courses sur circuit autorisés, les tests suivants doivent être effectués selon la proposition du DTC Dynamic Test Center AG:

1. Test statique ou simulation de la cage de sécurité selon les prescriptions de la FIA au moyen de trois essais:

a. Essai statique vertical de l'arceau de sécurité principal
b. Essai statique latéral de l'arceau de sécurité principal
c. Essai statique de l'arceau de sécurité avant avec angle combiné.

2. Essai dynamique contre un poteau conformément à la R 135 de l’UNECE

3. Collision frontale contre une barrière rigide selon l’UNECE-R 12

4. Essai d'ancrage de la ceinture de sécurité selon l’UNECE-R 14

5. Collision arrière selon l’UNECE-R 153

En outre, un siège conforme à la norme FIA actuelle 8855-2021 devrait être installé et le port d'un dispositif de retenue frontale de la tête (FHR) comme par exemple HANS (voir également la norme FIA 8858-2010) devrait être prescrit.

Auto Sport Suisse prévoit que, dans l'intérêt de la sécurité de tous les pilotes, des commissaires de piste, des spectateurs et de tous les intervenants sur les circuits, ces propositions ou recommandations d'essais doivent être intégralement mises en œuvre par le DTC Dynamic Test Center AG avant qu'une éventuelle homologation puisse avoir lieu.

Le rapport détaillé de ce test de protection des occupants est joint (en allemand) et sera également envoyé pour information au Département technique de la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) à Genève.

Begutachtung Legends 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Un extrait du rapport d'expertise. Le rapport final complet est joint

Lien permanent

14.07.2022 Pleine puissance en avant
Kraft Sebastian Mirecour 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sebastian Kraft est en tête du championnat suisse de karting dans la catégorie KZ2 © Eichenberger

Le Bernois Sebastian Kraft (17 ans) est actuellement l'un des pilotes de kart les plus rapides de Suisse. Il est en tête du championnat dans la catégorie reine, celle des karts à boites de vitesses. Et en Allemagne aussi, il est au top 3.

En 2018, il y a donc quatre ans, Sebastian Kraft courait encore chez les plus jeunes, les Super Minis. Depuis, il s'est imposé comme une valeur sûre dans la catégorie reine, la KZ2. Dans le championnat suisse de karting autobau, Kraft est en tête après trois des cinq courses. Six victoires en neuf courses parlent d'elles-mêmes. Et le jeune homme de 17 ans fait également parler de lui au niveau international. Après deux courses de la Schaltkart-Cup dans le cadre du Schalt-Kart-Meisterschaft allemand (DSKM), Kraft occupe la troisième place. Contrairement à la Suisse, le lycéen sportif y est confronté à davantage d'adversaires.

«Lors des deux premières courses à Kerpen et Genk, il y avait à chaque fois plus de 40 participants au départ», raconte Kraft. «S'imposer face à une telle densité de performance n'est pas facile. Mais c'est très important pour la suite de ma carrière. Je peux y acquérir beaucoup d'expérience et avec autant de karts sur la piste, on apprend à dépasser...»

Le week-end prochain, la prochaine course sera lieu à Ampfing (entre Munich et Passau). Le pilote de l'équipe SRP Racing veut là-bas non seulement récolter de nouveaux points, mais aussi s'établir dans le top 3 du championnat. Si Kraft parvient à rester dans le top 5 jusqu'à la fin de la saison, il passera de la coupe au championnat allemand de karting en 2023.

Sebastian Kraft 2022 7 Laghi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Kraft avec son gourou des moteurs «Sepp» dernièrement à 7 Laghi © Eichenberger

«Pour ma première saison en Allemagne, ce serait certainement un grand succès pour moi», estime Kraft. Parallèlement, le jeune homme du lac de Thoune veut décrocher le titre de champion de karting. «Pour rester décontracté, je ne veux pas me mettre trop de pression. Mais le titre de champion suisse – j'aimerais bien le gagner.»

Sebastian a reçu les gènes du sport automobile de son père Dieter. L'ancien pilote VLN est aujourd'hui encore le compagnon permanent de Kraft jr. Les deux ont fait leurs premiers pas en karting en 2012 à Muntelier. Ils se sont ensuite rendus à Lyss. En 2015, Kraft a disputé le Kappelen Trophy. En 2016, déjà les premières courses pour au CS de karting. Kraft a parcouru la catégorie junior en une année seulement. Fin 2019, il lui manquait six points sur le champion de l'époque, Elia Sperandio.

La suite de l'aventure sportive de Kraft dépendent des possibilités financières. «J'ai parcouru rapidement les catégories de karting précédentes», explique Kraft. «Parce que je suis convaincu que c'est la bonne voie. Si l'on veut atteindre le sommet, il faut arriver rapidement au but dans chaque nouvelle catégorie.»

Ce week-end, Kraft pourra une fois de plus faire preuve de cette attitude à Ampfing. Le leader de la Schaltkart-Cup, l'Allemand Ben Dörr, court en parallèle dans l'ADAC GT4 Germany. Kraft n'est donc plus très loin de son objectif, la reconversion dans la course automobile.

Sebastian Kraft 2021 Wohlen Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sebastian Kraft l'année dernière lors de la remise des prix à Wohlen © Eichenberger

Lien permanent

13.07.2022 Porsche Sports Cup Suisse: Ferati fête un double succès en GT3 Cup
Burkard Ferati Aeberhard Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le top 3 de la GT3 Cup: Burkard, Ferati et Aeberhard © Porsche

Le troisième week-end de course de la Porsche Sports Cup Suisse à Franciacorta, en Italie, a été placé sous le signe de Jasin Ferati, Alexandre Mottet, Stefano Monaco et Nicolas Garski.

Jasin Ferati a pu se réjouir d'un week-end impeccable à Franciacorta: le pilote de promotion soutenu par le Porsche Motorsport Club Suisse et Porsche Schweiz AG s'est assuré le meilleur temps lors des qualifications de la GT3 Cup, a réalisé deux fois le meilleur tour en course et a remporté les deux manches de sprint pratiquement sans être inquiété – le jeune talent de 18 ans a ainsi réussi à marquer un maximum de points au volant de la 911 GT3 Cup d'environ 515 ch de la génération actuelle du modèle 992.

Gregor Burkard a pris la deuxième place de la première course, qui comptait 21 tours. Il a dû se battre contre deux poursuivants: Jürg Aeberhard et Ernst Keller. Aeberhard avait pris la troisième position au sixième tour. A l'arrivée, seulement 0,267 seconde le séparait de celui qui le précédait, tandis que lui-même ne franchissait la ligne d'arrivée qu'avec 265 millièmes de seconde d'avance sur Keller. La cinquième place est revenue à Alexander Schwarzer devant Gabriel Rindone.

Lors de la deuxième course, Jürg Aeberhard a poursuivi sa course de rattrapage: Après douze tours, il a repris la deuxième position à Gregor Burkhard et a creusé un écart de 4,3 secondes jusqu'à l'arrivée après 20 tours. Burkard est resté troisième sans être inquiété, tandis que derrière lui, Ernst Keller a réussi à se défendre contre Alexander Schwarzer.

«Depuis la course du Castellet, j'ai encore pu m'améliorer et cela a maintenant porté ses fruits», a déclaré Ferati. «Mon week-end à Franciacorta s'est vraiment bien passé, j'ai été compétitif dans chaque course et j'ai pu ramener deux victoires.»

Dans le groupe GT4 Clubsport, Alexandre Mottet a remporté deux victoires au classement général et Nicolas Garski a poursuivi sa série de succès dans la Porsche Driver Competition. En Open GT, Stefano Monaco s'est assuré deux fois la première place.

«Notre visite à l'Autodromo di Franciacorta a dépassé nos attentes. Le Porsche Experience Center rend ce lieu unique dans le calendrier», a déclaré Richard Feller, responsable de la Porsche Sports Cup Suisse. «D'un point de vue sportif, je suis très heureux que Jasin Ferati justifie sa nomination en tant que pilote de promotion par de superbes courses en GT3 Cup. Il semble qu'avec ce jeune homme de 18 ans, nous ayons à nouveau trouvé un talent qui mérite notre soutien.»

Vous trouverez de plus amples informations sur la Porsche Sports Cup Suisse en cliquant sur ce lien.

Porsche Franciacorta Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Franciacorta a accueilli le PSCS pour la première fois © Porsche

Lien permanent

11.07.2022 Rapport du week-end 13/2022
Valente Alain Hungaroring 2022 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Alain Valente a remporté sa première victoire en GT Open au Hungaroring

Alain Valente, Kevin Gilardoni, Nico Müller, Rahel Frey et Sébastien Buemi ont compté parmi les Suisses les plus performants sur la scène internationale ce week-end.

Jusqu'à présent, la saison d'Alain Valente en GT Open 7, 12, 9 et 13 n'était pas vraiment prometteuse. Ce week-end, le déclic s'est produit. Valente et son coéquipier allemand Florian Scholze ont remporté leur première victoire de la saison au Hungaroring. Lors de la deuxième course, le pilote Mercedes s'est classé 7e (P5 dans sa catégorie). Kevin Gilardoni s'est encore mieux débrouillé. Le Tessinois, qui est passé du rallye au circuit il y a quelques années seulement, a également fêté sa première victoire de la saison lors de la course du dimanche, après avoir terminé 4e le samedi. Grâce à ce triomphe, Gilardoni a pris la tête du classement général après 7 courses sur 13. Pour Yannick Mettler et Dexter Müller (également Mercedes), les deux courses en Hongrie se sont terminées aux 6e et 9e rangs.

Nico Müller a également pu jubiler. Lors de la course WEC de Monza, le pilote d'usine Audi et son équipe Vector sont montés pour la première fois de la saison sur la troisième marche du podium en LMP2. Louis Delétraz s'est quant à lui classé sixième, ses chances de remporter la catégorie ayant été réduites à néant par une collision au départ. La victoire en LMP2 est revenue à l'équipe helvético-belge Realteam by WRT. Le pilote Toyota et vainqueur du Mans Sébastien Buemi a terminé deuxième dans la catégorie Hypercars derrière l'Alpine victorieuse et occupe également la deuxième place au classement intermédiaire du championnat du monde. Rahel Frey a également décroché son premier podium. Après avoir décroché une pole position historique samedi, la Soleuroise a pris la deuxième place dans l'équipe exclusivement féminine d'Iron Dames et a rencontré sur le podium Nicolas Leutwyler, qui a terminé troisième à seulement 3,6 secondes de Frey.

Jenzer Motorsport a également fêté son meilleur résultat de la saison en Formule 3 FIA: le Finlandais William Alatalo a terminé huitième lors de la course sur le Red Bull Ring – juste devant son coéquipier, l’israélien Ido Cohen. Grégoire Saucy a terminé deux fois en dehors des points. En Formule 3 Régionale, qui a eu lieu ce week-end au Hungaroring, Joshua Dufek s'est classé 5e et 6e. Au championnat, le jeune homme de 17 ans originaire du lac Léman est 13e. Le deuxième Suisse, Axel Gnos, n'a toujours pas marqué de points.

Lors des 6 heures de course ADAC Ruhr-Pokal au Nürburgring, Julien Apothéloz a manqué de peu le podium en se classant quatrième. Miklas Born/Philip Ellis ont été éliminés après des tours de tête. Les victoires de classe ont été remportées par Marco Timbal et Ivan Reggiani AT(-G) et Max Langenegger/Bernhard Badertscher (SP2T).

Frey Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Première pole position et deuxième place en WEC pour Rahel Frey (à gauche)

Lien permanent

08.07.2022 Vous souhaitez participer aux FIA Motorsport Games?
Motorsport Games 2022 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les FIA Motorsport Games 2022 auront lieu au Castellet et dans ses environs

Fin octobre, les FIA Motorsport Games, déjà reportés à deux reprises, devraient enfin avoir lieu. Auto Sport Suisse s'efforce également d'amener une délégation au départ. Les pilotes suisses intéressés peuvent s'adresser à nous.

Au cours des deux dernières années, l'autorité suprême du sport automobile, la FIA, a dû annuler ses Motorsport Games pour des raisons bien connues. Du 26 au 30 octobre 2022, l'événement devrait finalement avoir lieu autour du circuit du Castellet, dans le sud de la France. Auto Sport Suisse s'efforce également d'envoyer une délégation. Les pilotes suisses intéressés peuvent s'annoncer directement auprès de la fédération jusqu'au 15 août au plus tard (tél. 031 979 11 11 ou e-mail: info@motorsport.ch). La place dans la discipline Esports est déjà attribuée. La Suisse y sera représentée par Thomas Schmid, qui a remporté le championnat officiel suisse de sim-racing en 2021. Dans d'autres catégories, cinq autres pilotes intéressées se sont déjà manifestées.

17 catégories différentes seront au départ fin octobre au Castellet et dans ses environs (entre parenthèses, le nombre de pilotes autorisés à concourir par pays)

  • GT (2 pilotes, 1x argent, 1x bronze)
  • GT Sprint (1 pilote, ouvert à tous les niveaux)
  • Voitures de tourisme (1 pilote)
  • Endurance (3 pilotes, 1x platine, 1x argent, 1x bronze)*
  • Formule 4 (1 pilote)
  • Rallye 2 (1 pilote et 1 copilote)
  • Rallye 4 (1 pilote et 1 copilote)
  • Rallye historique (1 pilote et 1 copilote)
  • Karting Sprint Senior (1 pilote)
  • Karting Sprint Junior (1 pilote)
  • Karting Endurance (4 pilotes, mixtes)
  • Karting Slalom (2 pilotes, mixed)
  • Cross Car Senior (1 pilote)
  • Cross Car Junior (1 pilote)
  • Auto Slalom (2 pilotes, mixed)
  • Drifting (1 pilote)
  • Esports (1 pilote)

*Dans la catégorie Endurance, il est possible d'engager deux voitures par nation (donc six pilotes). Outre les voitures GT3, il est prévu d'utiliser des voitures LMP3

Les exigences exactes en termes d'âge, de licence, etc. sont disponibles sur ce lien.

Il est important de savoir que la participation est à vos frais. Pour plus de transparence, nous avons dressé une liste des coûts tels qu'ils sont calculés par l'organisateur à l'heure actuelle.

  • GT (10'000 euros de frais d'inscription + 65'000-75'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • GT Sport (7'500 euros de frais d'inscription + 55'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Voitures de tourisme (5'000 euros de frais d'inscription + 30'000-35'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Endurance (13'000 euros de frais d'inscription + budget Arrive&Drive non encore déterminé)
  • Formule 4 (5'000 euros de frais d'inscription + 20'000 euros de budget single/supply)**
  • Rallye 2 (1'300 euros de frais d'inscription + 15'000-23'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Rallye 4 (1'000 euros de frais d'inscription + 9'000-12'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Rallye historique (850 euros de frais d'inscription + budget Arrive&Drive non encore déterminé)
  • Karting Sprint Senior (1'200 euros de frais d'inscription + 4'000 euros de budget single/supply)
  • Karting Sprint Junior (1'200 euros de frais d'inscription + 4'000 euros de budget single/supply)
  • Karting Endurance (4'950 euros de frais d'inscription + budget single/supply inclus dans les frais d'inscription)
  • Karting Slalom (750 euros de frais d'inscription + budget single/supply inclus dans les frais d'inscription)
  • Cross Car Senior (450 euros de frais d'inscription + 4'000-5'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Cross Car Junior (400 euros de frais d'inscription + 3'000 euros de budget single/supply)
  • Auto Slalom (1'000 euros de frais d'inscription + budget single/supply inclus dans les frais d'inscription)
  • Drifting (1'000 euros de frais d'inscription + 2'000-10'000 euros de budget Arrive&Drive)
  • Esports (1'000 euros de frais d'inscription)

**plus 4'000 euros de dépôt

Motorsport Games 2022 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La délégation suisse de 2019: Niederhauser, Eugster, Meyer et Lenz (de g. à dr.)

Lien permanent

07.07.2022 One to watch: Jürg Brunner
Juerg Brunner Hemberg Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jürg Brunner lors de sa course à domicile à Hemberg 2022 © Eichenberger

Comme lors des dernières éditions, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 2: One to watch – Jürg Brunner.

Jürg Brunner fait partie de ces jeunes qui ne sont pas nés dans une famille de pilotes. Mais quand on a grandi à Hemberg, un village de 1000 âmes, le sport automobile n’est jamais loin. Il y a bien des années, ce Saint-Gallois de 26 ans donnait un coup de main dans le parc des concurrents de la course de côte qui se déroulait devant sa porte. «Je me passionnais déjà pour les voitures avant cela», explique-t-il. «Mais c'est là que j'ai noué les premiers contacts en vue de piloter moi-même.»

Jürg Brunner devint bientôt l'heureux propriétaire d'une Renault Clio II. Une bonne affaire, rigole-t-il. Mais à part le châssis sport, cette nouvelle acquisition n'était pas prête à courir. «Je ne suis pas mécano, je travaille dans les travaux publics», explique Jürg. «Mais avec l'aide de copains, j'ai pu préparer ma Clio et la munir d’un arceau-cage.»

Abstraction faite de quelques courses de caisses à savon disputées lorsqu'il était adolescent, Jürg Brunner fait ses débuts en compétition au niveau national en 2017, avec une licence LOC. Dans le classement de Frauenfeld en 2018, il apparaît en 11e position de la classe L4. Son retard sur les leaders est considérable et son pilotage manque encore de rigueur. Dans les deux manches, il écope de pénalités pour des erreurs de portes. Mais Jürg apprend vite. En 2019, courant pour la victoire de sa classe à Hemberg, quasiment dans son jardin, il met malencontreusement sa Clio sur le toit lors de la dernière manche et se retrouve à la 2e place avec une voiture démolie. La saison est terminée. Et en 2020, au moment d’attaquer la Renault Classic Cup avec une nouvelle voiture, c’est la pandémie qui lui met des bâtons dans les roues.

Mais Jürg Brunner n'abandonne pas. En 2021, il laisse éclater son talent. Certes, il n'obtient que des demi-points, en Coupe Clio, en raison de la pénurie de concurrents, mais cela ne le dérange pas. Il acquiert de l'expérience, devient de plus en plus rapide (2e à Oberhallau) et boucle la saison à la 6e place: «Compte tenu de mon manque d'expérience sur circuit, ça s'est très bien passé au Nürburgring ou à Hockenheim.»

«Learning by doing», telle est la devise de Jürg Brunner. Son d'engagement ne fait pas défaut. En 2022, il disputera toutes les courses, à part celle d’Ambri. «J'ai dû y renoncer en raison d'un mariage», s’excuse-t-il. L’espoir de Hemberg ne pense pas encore à faire le saut dans une voiture plus puissante, mais il a néanmoins une idée claire de la direction à prendre: «Ce qui m'attire, c'est ce que Roger Schnellmann a mis sur pied.» Lui aussi a vu petit au début. Et aujourd'hui, avec sa Mitsubishi Evo, il compte parmi les meilleurs pilotes de côte en Europe.

Brunner Juerg 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jürg Brunner est une promesse pour l'avenir © Eichenberger

Lien permanent

06.07.2022 Rapport du week-end 12/2022
Mortara Marrakesch 2022 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Edoardo Mortara: troisième victoire de la saison et nouveau leader du classement général

En remportant sa troisième victoire de la saison en Formule E, Edoardo Mortara a éclipsé tous ses collègues pilotes suisses le week-end dernier.

Edoardo Mortara a repris la tête du classement général lors de la dixième course du championnat du monde de Formule E de cette année. Après ses victoires en Arabie saoudite et à Berlin, le Genevois a remporté sa troisième victoire de la saison à Marrakech.

«Cette victoire est le résultat d'une performance incroyable de toute l'équipe», a déclaré Mortara. «Notre stratégie de course a parfaitement fonctionné, même s'il y avait beaucoup de pression de la part d'Antonio Félix da Costa et de Jean-Eric Vergne. Les températures élevées ont rendu la gestion de la batterie, des pneus et de l'énergie particulièrement difficile, mais au final, tout s'est bien passé pour moi et toute l'équipe peut être fière.»

Il reste encore trois doubleheaders, soit six courses, à disputer. Cela signifie que Mortara est encore loin d'avoir atteint son but. Et la concurrence le suit de près. Vergne n'a que onze points de retard, Stoffel Vandoorne quatorze et Mitch Evans quinze, mais il est permis de rêver. Un champion du monde suisse serait formidable, n'est-ce pas?

Feller Norisring 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller a terminé huitième au Norisring avec un poids supplémentaire

Cette fois-ci, les pilotes suisses d'Audi n'ont pas ou peu marqué de points en DTM. Nico Müller a dû mettre les voiles au Norsiring lors de la première manche après un embouteillage au virage 1. Lors de la deuxième manche, le Bernois a terminé douzième. Samedi, Ricardo Feller, vainqueur à Imola, a marqué quatre points en se classant huitième malgré les 25 kilos supplémentaires. Le dimanche, il a dû abandonner après avoir été touché plusieurs fois à l'arrière. Rolf Ineichen (Lamborghini) n'a pas pris le départ pour des raisons de santé.

En revanche, Raffaele Marciello s'est assuré deux places de podium lors de l'avant-dernière course du GT World Challenge Sprint à Misano. Le Tessinois au service de Mercedes occupe la deuxième place du classement général, à 11,5 points du duo belge Vanthoor/Weerts. La dernière course aura lieu les 17 et 18 septembre à Valence.

Fabienne Wohlwend a frôlé le podium lors de la quatrième course des W Series à Silverstone. La Liechtensteinoise est 9ème au classement général, la victoire à Silverstone revenant pour la quatrième fois consécutive à Jamie Chadwick.

Le compatriote de Wohlwend, Matthias Kaiser, a décroché à Monza son premier podium dans le championnat ELMS en cours. Louis Delétraz, leader après trois courses, a dû se contenter cette fois d'une cinquième place. Fabio Scherer, après une bonne qualification (3e place sur la grille), a chuté à la 11e place à cause d'une voiture endommagée. En LMP3, Jérôme de Sadeleer s'est classé troisième. Cool Racing, avec Nicolas Maulini, a terminé sixième. L'équipe Racing Spirit of Leman a également pu jubiler. L'équipe dirigée par Patrick Barbier a triomphé à Monza dans la Michelin Le Mans Cup.

Sadeleer 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Week-end réussi à Monza: Jérôme de Sadeleer (à gauche)

Lien permanent

05.07.2022 La nouvelle saison réunit les principales classes de simracing en Suisse
TCR Virual Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Dans le TCR Swiss Virtual on roule sur Honda

Les Swiss Simracing Series entament leur quatrième saison et proposent encore plus d'action grâce à de nombreuses nouveautés. Ceux qui le souhaitent peuvent s'inscrire dès aujourd'hui à la pré-qualification.

La Swiss Simracing Series (SSRS), qui existe déjà depuis 2019, cherche chaque année le pilote de simulateur le plus rapide de Suisse et pose cette année encore de nouveaux jalons: Sous la souveraineté nationale du sport automobile d'Auto Sport Suisse, les classes en ligne de flanc.ch se sont mises d'accord avec Race-Centers.ch, les organisateurs officiels de la SSRS, pour un avenir commun sous la bannière SSRS avec quatre classes et donc quatre champions suisses.

Ces quatre classes comprennent: TCR Swiss Virtual powered by Honda et classe 2 (de plus amples informations suivront ultérieurement) pour les courses sur place dans tous les centres de Race-Centers.ch (y compris la qualification en ligne). Ainsi que (pour en ligne sur iRacing.com): GT3 Series by Barron Capital et F3 Series by flanc.ch

Après l'introduction d'un groupe de travail e-sport en 2021 et la conception de règlements uniformes pour le simracing, ce sport doit continuer à être soutenu, encouragé, développé et professionnalisé de manière ciblée grâce à l'expérience acquise dans le sport automobile.

La nouvelle classe des Swiss Simracing Series est une série d'événements hotlap en Honda Civic TCR sur Assetto Corsa (PC), lors desquels les pilotes peuvent se qualifier pour la grande finale à l'Auto-Zürich 2022. Tout commence par une pré-qualification qui permet aux pilotes de gagner une place pour l'événement de qualification de la deuxième étape, avant de se présenter à l'événement final à Auto-Zürich 2022. Le champion suisse gagnera une journée d'essai en TCR-Honda sur un vrai circuit.

Chaque pilote doit s'inscrire pour la pré-qualification sur www.simracingseries.ch et, après s'être inscrit dans un centre ou en ligne depuis son domicile, effectuer au moins un tour valide. Pour la qualification suivante dans les centres, il faut réaliser au moins 120% du meilleur temps. La participation à la pré-qualification coûte environ 45 francs par 30 minutes dans un centre et peut être effectuée aussi souvent que souhaité. Le début de l'enregistrement a lieu aujourd'hui mardi, à partir de 10 heures. L'enregistrement prendra fin le 13 août.

Concernant la qualification: la qualification doit être effectuée au moins un jour sur quatre (entre le 20 août et le 1er octobre) dans n'importe quel centre. Les douze meilleurs pilotes par jour se qualifient pour la course finale et ne peuvent plus participer aux autres journées de qualification. La course se déroule en mode qualification (hotlap), pas de course. Les qualifications ont toujours lieu un samedi de 10 à 14 heures. Chaque pilote ne peut effectuer que deux stints de 25 minutes par jour. Les frais d'inscription par stint s'élèvent à 29 CHF.

La finale aura lieu le samedi 12 novembre 2022 à l'Auto Zürich. Les 48 pilotes s'affronteront par groupes de 12 en mode course. Les six meilleurs de chaque groupe passent à l'étape suivante. Le vainqueur sera le champion suisse officiel des «TCR Swiss Virtual Series powered by Honda».

Pour plus d'informations cliquez sur: www.simracingseries.ch

Swiss Simracing Seriers2022 Ladies Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La finale des Swiss Simracing Series aura lieu le 12 novembre

Lien permanent

05.07.2022 autobau SKM 2022 – 4ème manche Levier (FRA): Inscrits-toi maintenant!

La quatrième manifestation de l'autobau CSK aura lieu les 20/21 août 2022 à Levier (FRA) et il est possible de s’y inscrire via www.go4race.ch.

La clôture des inscriptions est fixée au 14.08.2022, 24h00.

Sois de la partie et mesure-toi avec de nombreux autres pilotes pour remporter des victoires et des points!

Nous nous réjouissons de recevoir ton inscription à l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 et nous tenons avec plaisir à ta disposition pour tout renseignement complémentaire.

Lien permanent

04.07.2022 Nouvelle collaboratrice administrative pour le karting - Chiara Gaffuri
Gaffuri C1998 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Le 1er juillet 2022, Chiara Gaffuri a pris la succession de Romain Ducret en tant que collaboratrice spécialisée dans le karting. Gaffuri a 24 ans, dispose d'une formation commerciale avec formation de base élargie et parle allemand, français et anglais. Chiara Gaffuri a suivi une formation de commissaire de piste et est liée au sport automobile depuis sa plus tendre enfance. Son grand-père et son père sont d'anciens pilotes de course.

Elle a vécu son baptême du feu à l'occasion de l’autobau Championnat Suisse de Karting à 7-Laghi et, après une période d'initiation correspondante, elle est responsable de toutes les questions/intérêts relatifs au karting.

Dès à présent, vous pouvez vous adresser à l'adresse e-mail suivante pour tout ce qui concerne le karting : gaffuri@motorsport.ch , Chiara Gaffuri est joignable par téléphone via le secrétariat d'Auto Sport Suisse, au numéro central 031 979 11 11.

Lien permanent

04.07.2022 7 Laghi: Luongo et Epifanio avec des courses sans faute à la chaleur en Italie
OK Senior Huber Mathur Naescher Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Entre les seniors Huber et Mathur, c'est le coude à coude © Eichenberger

C'est par des températures caniculaires que le Championnat suisse de karting autobau a tenu sa troisième manche à 7 Laghi. Deux pilotes se sont particulièrement démarqués à cette occasion: Elia Epifanio (OK Junior) et Luca Luongo (X30) se sont assurés un «grand chelem».

La troisième manche du championnat suisse de karting autobau sur le circuit de karting 7 Laghi à Castelletto di Branduzzo, près de Pavie, avait tout pour séduire. Mais c'est notamment au niveau des températures que les 80 participants et participantes, mais aussi les nombreux assistants et assistantes, ont atteint leurs limites. Alors qu'il régnait une température confortable de 34 degrés le samedi lors des entraînements, le thermomètre a grimpé à plus de 37 degrés le dimanche. Elia Epifanio (OK Junior) et Luca Luongo (X30 Challenge Switzerland) ont le mieux supporté cette bataille caniculaire. Tous deux ont réalisé un «grand chelem» dans leur catégorie. Autrement dit, ils ont non seulement remporté les deux manches préliminaires et la finale, mais ils ont également décroché la pole position et réalisé le meilleur tour en course.

«C'était mon meilleur week-end jusqu'à présent», s'est exclamé Luca Luongo, originaire de Sarmenstorf et membre de l'équipe KartBox.ch. «J'étais déjà très rapide lors de la course précédente à Mirecourt et j'ai terminé troisième lors de la finale. A 7 Laghi, tout s'est bien passé et je ne demande qu'à ce que les choses continuent ainsi pour moi.» Derrière Luongo, c'est Kilian Streit, jusqu'ici grand dominateur du X30 Challenge Switzerland, qui a récolté le plus de points. Streit s'est classé deuxième lors de la première manche devant Nicolas Mühlebach. Lors de la deuxième manche, le leader du classement général a dû se contenter de la troisième place derrière Michael Sauter. En finale, il a de nouveau devancé Mühlebach à la deuxième place. Bien que Streit soit le seul pilote de X30 à être monté sur le podium lors des neuf courses qu'il a disputées jusqu'à présent, il a été mécontent de son résultat. «Tout a mal commencé dès les qualifications. J'étais seul et je n'avais pas de coupe-vent. La quatrième place sur la grille n'a pas été ce que je recherchais.» Il suffit de regarder les meilleurs temps en course pour se rendre compte à quel point les écarts sont serrés dans la X30 dotée de moteurs monotypes. Entre le plus rapide, Luca Luongo, et le cinquième, Kilian Boss, il n'y a eu qu'un dixième de seconde en finale!

X30 Luongo Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Luca Luongo (X30) a même eu le temps de «sourire» à la caméra © Eichenberger

Epifanio a également pu se targuer d'un «grand chelem» à 7 Laghi. Le jeune homme de 13 ans, originaire de Würenlos, a été ravi de récolter les 75 points chez les OK Juniors «Dans la lutte pour le titre, je suis encore derrière à cause de mon zéro point dans la première manche à Franciacorta», a déclaré le pilote Exprit Epifanio. «Mais tout s'est déroulé comme prévu ici à 7 Laghi, bien que nous n'ayons pas été aussi rapides lors des entraînements et que je n'ai jamais vraiment été à la hauteur de ce circuit jusqu'à présent.» Derrière Epifanio, l'actuelle leader Chiara Bättig a réussi à «limiter les dégâts». La rapide pilote zurichoise n'a rien pu faire contre Epifanio, mais elle a tenu à distance Kevin Rabin, très performant à 7 Laghi, dans les trois manches. Ben Ziegler a lui aussi réalisé une performance irréprochable. Le frère cadet de Tim a tiré les marrons du feu pour les Ziegler en terminant 4e de la finale (devant Calvin Kunz). Tim a dû déclarer forfait après la première course en raison d'une blessure aux côtes.

OK Junior Epifanio Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Elia Epifanio s'est assuré un «grand chelem» à 7 Laghi © Eichenberger

Dan Allemann a également remporté trois victoires en trois courses. Le pilote de l'équipe Spirit Racing avance avec des bottes de sept lieues chez les Super Minis en direction du titre de champion suisse. L'Argovien de dix ans a remporté à 7 Laghi les victoires numéro 6, 7 et 8 de cette saison. Jusqu'à présent, Allemman jr. n'est pas monté sur la plus haute marche du podium qu'une seule fois. Le duel avec son coéquipier Matt Corbi n'a pas seulement passionné le chef d'équipe Ken Allemann dans les tribunes. «Cela a été le summum du sport automobile», a déclaré le père de Dan après l'arrivée la plus serrée à 7 Laghi (0,095 sec d'écart). «C'était très serré», a déclaré Dan Allemann. «Matt a mis énormément de pression. Mais j'ai réussi à le maintenir derrière moi.» Outre Allemann et Corbi, Dario Palazzolo et Orlando Rovelli se sont également fait remarquer de manière positive à 7 Laghi. Rovelli a préservé ses ambitions de titre en se classant 4e, 3e et 4e, tandis que Palazzolo s'est classé 2e, 4e et 3e, mais a été pénalisé de dix secondes lors de la deuxième manche préliminaire pour un contact, ce qui l'a fait sortir du top 10.

Super Mini Start Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Départ des Super Minis. Au milieu du peloton, Meunier (#49), Borel (#10) et Philipp (#8) se tournent © Eichenberger

Les OK Seniors ont également présenté une finale captivante. Jérôme Huber, qui avait remporté les deux manches, a été en tête de la finale jusqu'au dernier tour. C'est alors que Lyon Mathur, puis quelques virages plus tard son équipier de Tony Kart, Leonardo Cesaretti, ont dépassé le Zurichois. «J'ai vu une ouverture et je n'ai pas pu faire autrement que de m'y engager», a déclaré Mathur. L'Argovien s'est doublement réjoui de sa deuxième victoire en finale cette année, car il avait dû abandonner la course lors de la deuxième série en raison d'une chaîne défectueuse. Comme Huber a réalisé le meilleur tour en course lors de la finale et a ainsi remporté les trois points supplémentaires, Huber et Mathur sont à égalité de points après trois des cinq week-ends de course. Cela laisse présager un suspense intense pour les deux courses restantes, d'autant plus qu'un troisième pilote, le double champion Patrick Näscher, sera également de la partie. «Nous espérions mieux pour 7 Laghi», a déclaré Näscher. «Mais c'était un peu bizarre. Le samedi, nous avions trop d'adhérence, le dimanche pas assez.» En finale, le Liechtensteinois a encore cassé une membrane. «Mais nous n'allons pas pour autant abandonner. Je tiens toutefois à préciser que le niveau est extrêmement élevé cette année chez les seniors. Lyon et Jérôme font tous deux un super travail!»

OK Senior Cesaretti Mathur Huber Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le podium des seniors: Cesaretti, Mathur et Huber © Eichenberger

Chez les karts à boîte de vitesse dans la catégorie KZ2, on pouvait également s'attendre à un triplé pour Sebastian Kraft après ses deux victoires lors des manches préliminaires. Mais le Bernois et son coéquipier Ethan Frigomosca se sont accrochés dans le premier virage. Alors que le Tessinois a pu continuer à rouler, Kraft a dû suivre la course depuis les tribunes. Frigomosca n'est toutefois pas allé bien loin. Le jeune pilote de 21 ans, originaire de Locarno, s'est vu présenter un drapeau noir après quelques tours. Frigomosca a grillé le feu rouge lors du premier départ, est ensuite passé par les stands et s'est retrouvé en pole position au lieu d'être tout au fond lors du deuxième départ. «Une telle chose est bien sûr énervante», a déclaré Kraft. «Nous étions en train de faire une très bonne course et puis une telle action inutile! Ethan a certes été disqualifié après la course. Mais cela ne me permet pas pour autant de récupérer les points perdus.» Evan Vantaggiato a été le grand bénéficiaire de l'incident. Le pilote de l'équipe Drago Corse a remporté sa première victoire de la saison avec 1,1 seconde d'avance sur Kevin Wälti et Kai Perner.

Et voici la suite du Championnat suisse de karting autobau:
21 août, Levier (F)
8 octobre, Wohlen

Vous trouverez de plus amples informations sur le Championnat suisse de karting autobau sur le site Internet www.motorsport.ch/de/kartsport ou sur la page Facebook www.facebook.com/SchweizerKartMeisterschaft

KZ2 Kraft Frigomosca Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ça s'est mal terminé: Kraft contre Frigomosca chez les KZ2 © Eichenberger

Lien permanent

01.07.2022 Mike Coppens: «Il faut que je prenne de meilleures notes!»
IMG 5689 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le champion de rallye Mike Coppens doit faire des comptes © Eichenberger

Le champion de Suisse des rallyes en titre Mike Coppens a du mal. A mi-parcours du championnat de Suisse des rallyes, ses chances de défendre son titre ne sont pas au mieux.

Mike Coppens est actuellement l'un des pilotes de rallye les plus rapides de Suisse. En 2021, le pilote de 43 ans originaire de Verbier (VS) a non seulement remporté pour la première fois «son» Rallye du Valais, mais il s'est également assuré le titre de champion. En 2022, à mi-parcours du championnat de Suisse des rallyes, la situation n'est pas aussi rose. Après trois manches, Coppens n'occupe «que» la troisième place intermédiaire, à 26 points du leader Jonathan Hirschi. Coppens a souligné la performance de ce dernier à l'issue du Rally di Alba. «Ce n'est pas seulement depuis sa victoire à Alba qu'il est le plus rapide d'entre nous», dit Coppens. «Je pense qu'il l'était déjà depuis le début de la saison. La combinaison entre lui et sa VW Polo fonctionne très bien. En ce moment, il est difficile de lui tenir tête.»

Coppens n'a pas encore fait une croix sur le championnat. Mais il est dans le métier depuis suffisamment longtemps (depuis 2011) pour savoir à quel point il est difficile de rattraper un pilote comme Hirschi, qui a) n’est pas seulement en forme, mais b) dit de lui-même qu'il n'a pas encore atteint sa limite. Le fait est que sans sa crevaison dans la dernière spéciale du Critérium et sans ses deux pénalités de dix secondes au Rallye du Chablais, Hirschi aurait probablement gagné tous les rallyes de 2022.

Pour compliquer les choses, Coppens n'est pas vraiment satisfait de son passage de Skoda à Citroën à la dernière minute. «Sur les passages rapides, je suis plus rapide avec la Citroën», explique Coppens. «Mais dans les passages techniques, je fais plus d'erreurs qu'avec la Skoda. Celle-ci pardonne beaucoup plus que la Citroën.»

Mike Coppens Valais 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Pas de chance avec la météo: Mike Coppens au Rallye du Chablais © Eichenberger

Et Coppens ne se prive pas non plus de faire son autocritique. «Je dois améliorer la manière dont je prends mes notes», dit le Valaisan. «Mon copilote Renaud Jamoul m'a plus que conseillé de le faire.» Selon lui, la prise de notes n'est en principe pas mauvaise, mais pour compenser les secondes qu'il faut justement pour être en tête, Coppens doit y travailler.

Ce que Coppens doit faire différemment dans le détail, il le garde pour lui. «Je peux seulement dire ceci: Renaud est un copilote très expérimenté. Il sait de quoi il parle. Et il s'y connaît aussi très bien en matière de réglages. Ce n'est pas une critique envers mes copilotes qui m'ont guidé l'an dernier. Ils ont tous fait un super travail, sinon je n'aurais jamais été champion de Suisse. Mais Renaud a tout simplement une vision d'ensemble. C'est ce qui fait la différence.»

Coppens n'a vraiment remarqué que les choses ne tournaient pas rond en 2022 que lors du Rally di Alba. «C'était le premier rallye où j'ai pu rouler de A à Z sur le sec. Au Chablais, nous avions des conditions mixtes et je me suis retrouvé complètement dans le mouillé avec les slicks. Au Critérium, c'était glissant du début à la fin.»

Pour réfléchir, Coppens a maintenant un peu de temps. La prochaine manche du Championnat suisse des rallyes, le Rallye du Mont-Blanc, n'aura lieu que du 8 au 10 septembre.

IMG 5597 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le copilote Renaud Jamoul aide Coppens à se remettre en selle © Eichenberger

Lien permanent

01.07.2022 Grand Prix Berne – Recherche de vestiges dans la forêt
S1 GP Bern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Bremgartenring a accueilli diverses courses de 1934 à 1954

Comme lors des dernières éditions, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 1 : le Grand Prix de Suisse sur le Bremgartenring.

Genève, Lausanne, Montreux, Erlen, ces quatre anciens circuits de GP ont déjà été présentés. Pour le cinquième opus, nous nous rendons à Berne, sur le circuit le plus célèbre de Suisse, le Bremgarten. Contrairement aux quatre autres, il n'est plus entièrement praticable. Des 7,28 km de jadis, il ne reste que des fragments représentant environ un tiers du tracé. Le reste a été rendu à la nature. Et d'autres parties du circuit ont fait place à de nouvelles routes (rapides).

La ligne de départ et d’arrivée se trouvait à peu près à la hauteur de l'arrêt de bus «Weyermannshaus», devant la blanchisserie Elis. Contrairement à d'autres circuits suisses, le Bremgarten proposait à cet endroit une voie des stands séparée de la piste. Il n’en reste plus rien aujourd’hui, à l’instar de la tribune principale qui, en face, pouvait accueillir 4000 personnes et fut démantelée en 1970. Après le départ, la gravière était le premier passage clé. Ce tronçon en descente est aujourd'hui une rue à sens unique, dont il n'est pas possible de retracer exactement l'accès. Quelque part entre la piste cyclable et le sentier piétonnier, Fangio et consorts devaient accélérer à fond à l'époque. En pleine forêt!

S2 GP Bern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le départ et l'arrivée du Bremgarten-Ring se trouvaient à peu près à la hauteur de l'arrêt de bus «Weyermannshaus» – devant la blanchisserie Elis. La tribune principale couverte pouvait accueillir environ 4000 spectateurs. Elle est restée en place jusqu'en 1970, date à laquelle elle a été démolie. Sur la photo du bas, on voit encore la pitlane à droite © Swiss Made Grand Prix, Eichenberger

L’Eymattstrasse a aussi changé par rapport à autrefois. Entre la passerelle d'Eichholz et la rampe de Jorden, une croix sur un arbre rappelle les drames qui se sont joués là. C'est à cet endroit qu'Achille Varzi fut victime d'un accident en 1948. Le pilote italien, qui aimait les femmes et les drogues par-dessus tout, n’eut que deux accidents dans sa carrière. Le second, à Berne, lui fut fatal.

C'est un peu plus bas, au bout de la rampe Jorden, qu'il reste le plus de vestiges de l'ancien circuit. On n'a plus, comme autrefois, une vue dégagée sur le pont de Kappelen, mais le virage à droite d’Eymatt et la rectiligne d'environ 750 mètres qui suit donnent une idée de l'audace avec laquelle les pilotes fonçaient sur le Bremgarten. D’autant plus que dans cette zone, il y avait de fortes alternances d’ombre et de lumière. Et quand la piste était mouillée, comme en 1934, lors de la première édition du Grand Prix de Berne, ou en 1951, les sorties de route se terminaient souvent mal. En 1948, le champion d'Europe moto Omobono Tenni fit une chute mortelle dans le passage qui portera plus tard son nom.

S3 GP Bern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Après le départ et l'arrivée, la gravière était le premier passage clé. La partie en descente est aujourd'hui une route à sens unique. Il n'est plus possible de retracer exactement l'accès à celle-ci, mais elle se trouve quelque part sous le pont de l'autoroute (photo en bas à droite). La digue à gauche, où se trouvent également des maisons, existe encore aujourd'hui © Inconnu, Eichenberger

La suite du parcours à travers la forêt, en montée, est laissée à l'imagination de chacun. Une étroite piste cyclable indique vaguement le tracé initial, mais sans y correspondre exactement. Plus rien ne rappelle la course ici. La Glasbrunnen est même devenue un lieu de rencontre pour les scouts.

Il est intéressant de noter que le circuit du Bremgarten – à l'exception du virage de Forsthaus – ne comportait guère de véritables virages. Il y avait plutôt une succession de courbes qui se négociaient à fond. En raison des hautes vitesses, des conditions d'éclairage difficiles, du revêtement inégal (en partie pavé) et des nombreux arbres en bordure de piste, ce circuit était l’un des plus redoutés. On y déplora de nombreux morts entre 1934 et 1954, et pas seulement parmi les coureurs. En 1955, la décision d'interdire les courses sur circuit en Suisse, prise par le Conseil fédéral, signa l’arrêt de mort du Bremgarten.

S4 GP Bern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'ancienne Eymattstrasse peut encore être empruntée aujourd'hui. A l'époque, elle était bordée de spectateurs. La partie en descente est assez raide. Les vitesses qui y étaient atteintes étaient très élevées. Autrefois, les pilotes voyaient directement le pont de Kappelen dans le virage à droite. Aujourd'hui, cette vue est obstruée par des jardins ouvriers © Inconnu, Eichenberger

Ce qui est resté, ce sont quelques chiffres impressionnants. Le record du tour fut signé en 1937 par Rudolf Caracciola, au volant d’une Mercedes-Benz, à la vitesse moyenne de 172,4 km/h. Il ne fut plus battu par la suite, même quand la Formule 1 s’invita, de 1950 à 1954. Et même en termes d'affluence du public, la Formule 1 ne parvint pas à déclasser les monoplaces précédentes. En 1947, soit trois ans avant l'introduction de la catégorie reine, plus de 110'000 spectateurs s’étaient déplacés à Berne.

68 ans après la dernière édition, l'interdiction des circuits, inscrite dans la loi sur la circulation routière depuis 1958, est enfin tombée (voir aussi en page 14). Mais une question se pose néanmoins: où pourrait-on créer un circuit digne de succéder au Bremgarten? Et qui devrait l'utiliser? Rêver de F1 serait une mauvaise approche. Mais avec d'autres types d’épreuves, des tests pour l'industrie, des cours de sécurité routière, des concerts et d'autres événements similaires, il devrait être possible de poursuivre l’histoire des circuits suisses après cette trop longue interruption.

Les vainqueurs du Grand Prix de Suisse à Berne
1934 Hans Stuck (D), Auto Union
1935 Rudolf Caracciola (D), Mercedes-Benz
1936 Bernd Rosemeyer (D), Auto Union
1937 Rudolf Caracciola (D), Mercedes-Benz
1938 Rudolf Caracciola (D), Mercedes-Benz
1939 Hermann Lang (D), Mercedes-Benz
1947 Jean-Pierre Wimille (F), Alfa Romeo
1948 Carlo Felice Trossi (I), Alfa Romeo
1949 Alberto Ascari (I), Ferrari
1950 Giuseppe Farina (I), Alfa Romeo
1951 Juan-Manuel Fangio (RA), Alfa Romeo
1952 Piero Taruffi (I), Ferrari
1953 Alberto Ascari (I), Ferrari
1954 Juan-Manuel Fangio (RA), Mercedes-Benz

Il n’y eut pas de GP de Suisse entre 1940 et 1946 / Et les courses disputées à partir de 1950 comptèrent pour le championnat du monde de F1.

S5 GP Bern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le virage près de la maison forestière était, à proprement parler, le seul véritable virage. Le parcours en bordure de la capitale était plutôt une succession de virages à fond. Aujourd'hui, le virage est une bretelle d'accès à l'autoroute. De la maison forestière, nous sommes retournés tout droit au départ et à l'arrivée © Swiss Made Grand Prix, Eichenberger

Lien permanent

30.06.2022 Paul Büetiger: «Je ne voulais pas partir comme un clown!»
Bueetiger Paul 01 Bueetiger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Paul Büetiger dit «au revoir» après 20 ans © Archives Büetiger

Le slalom de Chamblon n'a pas seulement permis de désigner le nouveau champion, c'était aussi la course d'adieu de Paul Büetiger. L'homme au volant de la Porsche GT3 Cup noire et jaune raccroche son casque à l’age de 71 ans.

Paul Büetiger tire sa révérence à 71 ans. Le Soleurois a disputé sa dernière course lors du slalom de Chamblon. Sa décision, il l'a prise dès le début de l'année. «Je voulais arrêter en bonne santé. Et j'ai senti que j'étais devenu plus lent», dit Büetiger qui, pour finir, il n'y a pas de plus beau cadeau, a encore une fois gagné sa classe, l'IS jusqu'à 4000 cm3.

Büetiger était un retardataire du point de vue du sport automobile. Ce n'est qu'à 40 ans qu'il a commencé à faire du karting. A 50 ans, il a participé à ses premières courses automobiles. Il avait déjà la vitesse dans le sang. Adolescent, il faisait du ski. Au niveau régional et lors des championnats suisses. Pendant douze ans – puis il est passé au vélo à 27 ans. Là, il a gagné environ 90 courses sur 450. «En 20 ans de sport automobile, je n'ai pas cassé une seule voiture», dit Büetiger fièrement. «Si j'avais commencé le sport automobile plus tôt, cela ne se serait probablement pas passé ainsi...»

Aujourd'hui encore, beaucoup de choses le lient au ski et au vélo. Il pousse aussi régulièrement le kart à six vitesses hors du garage. De plus, Büetiger est passionné de moto et d'aéromodélisme. Il ne s'ennuiera donc certainement pas pendant sa (dé)retraite. Et pourtant: «Quand j'ai remis ma Porsche en route mardi après Chamblon, c'était un sentiment étrange», avoue Büetiger.

Bueetiger Paul Collage Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ski, karting, vélo – Büetiger ne s'ennuie pas © Archives Büetiger

Mais l'ancien entrepreneur de l'imprimerie tire aussi du bon de sa retraite. «Je suis en bonne santé, ma voiture est en bon état et la pression est partie. Et ce qui était important pour moi, c'était aussi de ne pas partir comme un clown.» Au début, seuls ses collègues les plus proches savaient que Büetiger raccrocherait son casque à 71 ans. Lors de la dernière course de côte à La Roche, il l'a ensuite glissé personnellement au speaker. Cela a eu des conséquences. A Chamblon, il a été remercié «en grande style» avec une corbeille de fruits et le titre de «Monsieur Elégance». «J'ai reçu ce titre en raison de mon style de conduite discret», dit Büetiger en riant. En même temps, il a sans doute dû écraser une larme. «Ce qui est bien dans le championnat suisse, c'est que nous ne nous affrontons ni en montagne ni en slalom. Nous courons contre le chronomètre. On ne se croise jamais sur le parcours. C'est pourquoi je n'ai pas d'ennemis dans le paddock.»

Büetiger ne peut et ne veut pas se souvenir d'un moment fort particulier dans le cadre du championnat suisse. «Il y a tellement de bons souvenirs.» L'un d'entre eux est certainement la course de côte de Reitnau. Büetiger y a gagné cinq fois dans sa catégorie. «La course était certes courte pour nous, les pilotes, mais l'ambiance y était toujours sensationnelle!» Büetiger ne renoncera pas complètement à la conduite. «Je participerai à l'un ou l'autre Track Day tant que je le pourrai encore.»

Auto Sport Suisse souhaite au «retraité» tout le meilleur pour l'avenir! L'homme au volant de la Porsche GT3 Cup noire et jaune ne semble pas manquer de hobbies...

Bueetiger Paul Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Paul Büetiger lors de sa dernière course à Chamblon © Cornevaux

Lien permanent

29.06.2022 Aperçu Championnat suisse de karting à 7 Laghi: plein gaz entre les lacs
OK Junior Start Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Epifanio contre Bättig: ce sera aussi intéressant dans 7 Laghi © Eichenberger

Le Championnat suisse de karting autobau entame sa troisième édition. 80 pilotes s’y sont inscrits pour les courses de ce week-end dans la région italienne des 7 Laghi.

Après les courses variées de Franciacorta (I) et de Mirecourt (F), le Championnat suisse de karting autobau se tiendra ce week-end sur la piste de karting 7 Laghi à Castelletto di Branduzzo près de Pavie. 80 pilotes se sont inscrits. Le groupe qui s’est inscrit dans la catégorie Super Mini est le plus important avec 25 participants et participantes.

Au vu du déroulement de la saison jusqu'à présent, le rôle de favori est clairement défini chez les Super Mini. Le pilote Spirit Dan Allemann a remporté cinq des six courses organisées jusqu'à présent. Une seule fois, lors de la deuxième manche préliminaire à Mirecourt, Dario Palazzolo l'a précédé. L'avance d'Allemann sur le deuxième, Orlando Rovelli, est déjà de 39 points avant la «mi-temps» du CS de karting. Le troisième, Arnaud Voutat, qui a réalisé une belle performance lors de l'ouverture à Franciacorta, se trouve déjà derrière Allemann avec 57 points. Le jeune Argovien de 10 ans ne pense toutefois pas au championnat. «C'est encore trop tôt», estime le fils du propriétaire de l'équipe Ken Allemann. «Je prends les courses les unes après les autres et j'essaie de donner le meilleur de moi-même.» C'est aussi ce que compte faire Palazzolo, mentionné au début de cet article, dont la saison de CS ne s'est pas encore déroulée comme il le voulait jusqu'à présent. L'actuel septième espère par conséquent que le week-end se déroulera sans accroc. Matt Corbi n'est qu'à une place devant Palazzolo. Lui aussi est un candidat sérieux à la victoire. En 2021, il était dans 7 Laghi, le pilote Super-Mini avec le deuxième meilleur score.

Super Mini Dan Allemann Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Dan Allemann mène de main de maître chez les Super Minis © Eichenberger

Le spectacle sera également au rendez-vous chez les OK juniors. Si les courses en tête sont aussi divertissantes qu'à Mirecourt, les spectateurs pourront se régaler. En effet, entre la leader du classement général Chiara Bättig (12 ans) et son poursuivant Elia Epifanio (13 ans), un duel magnifiquement rafraîchissant fait rage, entre deux pilotes qui non seulement fêtent leur anniversaire le même jour (21 mars), mais qui ont également récolté le même nombre de points (67) lors de la dernière course à Mirecourt. Derrière ce duo se tiennent à l'affut Kevin Rabin, Tim Ziegler et Hector Gerling. Chacun de ces trois pilotes est déjà monté au moins une fois sur le podium cette année. Mais cela n'a pas encore été suffisant pour se retrouver sur la plus haute marche du podium.

Le X30 Challenge Switzerland est la catégorie où la situation de départ est la plus évidente jusqu'à présent. Après deux week-ends de course, Kilian Streit y mène avec 51 points d'avance sur le Soleurois Michael Sauter qui, parallèlement au championnat de karting, participe à la Formule 4 allemande. Sauter a été égal à Streit lors de la première course à Franciacorta. Dernièrement, à Mirecourt, personne n'a pu rivaliser avec le rapide Bernois. Streit a réalisé un «grand chelem» (pole position, meilleur tour en course, trois victoires en course) et a obtenu pour cela le maximum de points, soit 75. Derrière Streit et Sauter, Nicolaj Sabo, Alessio Strollo et Kilian Boss se sont emparé des places 3 à 5. Au total, 19 pilotes seront au départ de 7 laghi dans la X30 équipée de moteurs uniformes.

X30 Start Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Kilian Streit (devant à gauche) est le leader de la X30 © Eichenberger

Cette année, la catégorie OK Senior est vraiment captivante. Aucun des coureurs actuels n'a réussi à se démarquer vraiment. Le leader Lyon Mathur, avec quatre victoires de manche jusqu'à présent, donne certes une impression de supériorité, mais Jérôme Huber (13 points de retard), Patrick Näscher (22) et Pascal von Allmen (23) sont très proches du pilote de Sarmenstorf. Et puis il y a encore Savio Moccia. Le quintuple champion suisse, qui est passé des X30 aux seniors cette saison, s'est vu retirer sa victoire en finale à Mirecourt. «Les choses ne se sont pas non plus déroulées comme prévu pour moi jusqu'à présent», explique Moccia. «J'espère que la situation va changer aux 7 Laghi.»

Les pilotes KZ2 les plus rapides jusqu'à présent, Sebastian Kraft (127 points) et Ethan Frigomosca (121), sont également très proches l'un de l'autre. Kraft a une avance de 4:2 après les victoires. Il a également connu un week-end parfait à Mirecourt (comme Kilian Streit). Mais le Bernois ne peut en aucun cas se permettre de se reposer sur ses lauriers. Son poursuivant tessinois peut déjà passer devant Kraft avec une meilleure moisson de points lors de sa «course à domicile» à 7 Laghi. Derrière le duo de tête, Evan Vantaggiato, Kevin Wälti et Michel Liechti occupent les places 3 à 5. Là aussi, il est clair que celui qui ambitionne d’exulter depuis la plus haute marche du podium à 7 Laghi devra d'abord doubler Kraft et Frigomosca. Le champion en titre Nicolas Rohrbasser n'est pas de la partie. Le routinier du karting électrique est devenu père d'une fille le 19 juin. Nous félicitons Nico et sa compagne Kimberley et leur souhaitons tout le meilleur!

KZ2 Ethan Frigomosca Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Pour Ethan Frigomosca, 7 Laghi est presque une course à domicile © Eichenberger

À propos de la piste: La piste de karting Castelletto di Branduzzo près de Pavie est bien connue par la plupart des pilotes. Ce circuit au sud de Milan, d’une longueur de 1256 mètres, qui sert aussi souvent comme piste d’essai, est très apprécié par les coureurs. La piste est très variée, offre de nombreuses possibilités de dépassement et est techniquement très exigeante, dans l’infield notamment.

Vous trouverez de plus amples informations sur le Championnat suisse de karting autobau sur ce site Internet. www.savoiechrono.com s’occupera du chronométrage et du Livetiming à 7 Laghi.

Horaire
Dimanche 3 juillet

08.00-08.58 h, Entrainement officiel
09.05-09.43 h, Essai chronométré à 6 minutes par catégorie
09.50-11.30 h, Course 1
11.30-12.20 h, Pause de midi
12.20-14.00 h, Course 2
14.00-16.30 h, courses finales
17.00 h Cérémonie de remise des prix*

*la cérémonie de remise des prix des Super Minis aura déjà lieu à 15.20 h

OK Senior Lyon Mathur Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lyon Mathur est le senior le plus rapide à ce jour © Eichenberger

Lien permanent

28.06.2022 Rapport du week-end 11/2022
EFR Zandvoort 04 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Emil Frey Racing a dominé l'ADAC GT Masters à Zandvoort

Le week-end de course qui vient de s'écouler était entièrement placé sous le signe d'Emil Frey Racing. L'équipe Lamborghini de Safenwil a remporté les deux courses de l'ADAC GT Masters à Zandvoort (NL).

Emil Frey Racing a raflé la mise lors de la troisième course de l'ADAC GT Masters à Zandvoort (NL) le week-end dernier. L'équipe Lamborghini de Safenwil a remporté les deux manches de la course – deux fois en partant de la pole position.

Samedi, l'Autrichien Mick Wishofer a décroché la pole position au volant de la voiture numéro 14 et a ensuite offert à Emil Frey Racing, avec son partenaire finlandais Konsta Lappalainen, son premier triomphe dans le championnat international GT allemand. Dimanche, c'est Jack Aitken qui a réalisé le meilleur temps lors des qualifications et a ensuite fait jubiler une deuxième fois l'équipe argovienne avec l'Espagnol Albert Costa Balboa au volant de la #63. Le fait que la troisième voiture, la #19, avec les deux Français Arthur Rougier et Franck Perera, ait également terminé sur le podium le dimanche a été la cerise sur le gâteau.

«C'était un week-end très fort avec une grande performance de toute l'équipe», déclare Jürg Flach, le directeur technique d'EFR. «Monter sur le podium avec chaque voiture est extraordinaire et je suis très heureux pour toute l'équipe. Après la fin décevante de la course du Castellet (manche de la GT World Challenge Endurance Cup, réd.), c'était amplement mérité.»

Le meilleur résultat suisse du point de vue des pilotes a été réalisé par Ricardo Feller (Audi), qui s'est classé quatrième lors de la première manche. Le meilleur Suisse au classement général reste Raffaele Marciello, cinquième.

Louis Delétraz est également monté sur le podium de l'IMSA Endurance Cup. Le Genevois s'est assuré la deuxième place lors de la course de six heures à Watkins Glen. Fabio Scherer, deuxième meilleur Suisse, a manqué de peu son premier podium américain en se classant quatrième dans la catégorie LMP2. En revanche, Philip Ellis a pu jubiler. L'ancien pilote de DTM a remporté la catégorie GTD sur une Mercedes AMG GT3.

Des Suisses ont également pris le départ de la course de quatre heures Grenzlandrennen sur la Nordschleife. Le meilleur confédéré a été Julien Apothéloz. Le Zurichois a manqué de peu le podium en se classant quatrième. Miklas Born (tous deux sur Mercedes AMG Gt3) a franchi la ligne d'arrivée juste derrière lui.

Louis Deletraz Watkins 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz (d.) a terminé deuxième en LMP2 à Watkins Glen

Lien permanent

27.06.2022 Slalom Chamblon: Bürki bat Bürki
Buerki Martin Champion Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki (au centre) avec ses fidèles assistants Mario et Phippu © Eichenberger

Martin Bürki a remporté son neuvième titre, le huitième consécutif, lors de la finale du Championnat suisse de slalom à Chamblon (VD). La victoire du jour est une fois de plus allée à Philip Egli sur sa Dallara de Formule 3.

Martin Bürki est champion de Suisse de slalom pour la neuvième fois consécutive. Lors de la finale à Chamblon, le garagiste d'Uetendorf a une nouvelle fois réussi à ne rien laisser passer dans sa catégorie E1 jusqu'à 1600 cm3 et a triomphé en 3:16,344 min. Chez les voitures de tourisme, cela signifie une troisième place au scratch. Les seuls à avoir été plus rapides sont Christian Darani (Fiat X1/9) et Martin Oliver Bürki (BMW E33). Tous deux ont également remporté haut la main la victoire dans leurs catégories respectives E1 à 2000 cm3 et E1 à 3000 cm3.

Même si les titres du pilote de la VW-Polo sont devenus presque routiniers, ils sont loin d'être une évidence pour Bürki. «Sans un travail acharné et beaucoup de discipline, cela aurait été mission impossible», déclare l'ancien et nouveau champion. «De plus, il peut toujours y avoir un contretemps», comme c'est le cas pour Christoph Zwahlen. Au volant de sa Porsche 911 GT3 Cup, le Thurgovien compte depuis des années parmi les pilotes suisses les plus rapides, que ce soit en montagne ou en slalom. Mais à Chamblon, Zwahlen a commis une des rares erreurs. Le pilote de la classe Interswiss jusqu'à 4000 cm3 a littéralement décollé lors de l'entraînement du dimanche matin, mais n'a heureusement pas été blessé.

En fin d'après-midi, Zwahlen a déclaré à ASS: «Je commence à sentir mon dos, mais ça va.» La raison de l'accident, il en assume la responsabilité. «J'ai freiné trop tard. De plus, il y avait encore de l'humidité.»

Et Bürki de conclure: «C'est précisément ce genre d'incident qui peut vous coûter finalement le titre. Christoph est un excellent pilote de course. Mais cela peut aussi arriver à un pilote de haut niveau. C'est pourquoi je préfère toujours recevoir des félicitations lorsque tout est terminé.»

Buerki Martin Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki: concentration totale avant le départ © Eichenberger

Un coup d'œil sur le classement final montre à quel point le Championnat suisse de slalom est serré. Au classement final, Bürki n'a laissé ses concurrents derrière lui que grâce à un meilleur résultat à biffer. Martin Oliver Bürki, Philip Egli, Nicola Fankhauser et Christian Darani ont également atteint les 100 points à Chamblon. Mais seuls Bürki II, deuxième, et Egli, troisième, ont pu grimper sur le podium. Fankhauser n'avait pas assez d'adversaires à Bure et n'a donc obtenu que la moitié des points. Pour le pilote de la Honda Civic de Latterbach dans le Simmental, la quatrième place finale représente néanmoins une belle performance. Darani a même zéro résultat à biffer et doit donc se contenter de la cinquième place au classement général.

Le vice-champion 2021 a été le pilote de voiture de tourisme le plus rapide ou le deuxième plus rapide lors de tous les slaloms auxquels il a participé en 2022, mais Darani n'a pas participé au slalom de Bure, car après la publication du calendrier des slaloms, il a pris des vacances en famille. Comme les Ecuries des Ordons, organisatrices à Bure, ont reporté leur course après coup pour ne pas entrer en conflit avec la course de côte La Roche – La Berra, Darani a été contraint d'enterrer ses projets de titre. «La famille a la priorité», estime l'homme de 51 ans originaire de Mairengo, qui prend cette défaite avec un certain flegme sportif. En outre, il a encore d'autres courses à son agenda où lui et son X1/9 blanc immaculé pourront briller. «Je vais encore courir à Anzère, à Oberhallau et au Gurnigel.» De plus, Darani reviendra sans doute à la charge l'année prochaine. Bürki peut donc déjà commencer à s'y préparer...

Darani Christian Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christian Darani a été le pilote de voiture de tourisme le plus rapide © Eichenberger

La victoire du jour à Chamblon a été une nouvelle fois été remportée par Philip Egli. Le Glaronais, domicilié à Zurich, forme avec sa Dallara de Formule 3, qui a pris de l'âge, une entité qu'il est difficile de vaincre. À Chamblon, il a manqué 4,5 secondes à Lukas Eugster sur Egli en deux chronos presque identiques. «La Ligier est tout simplement trop large à certains endroits ici», affirme Eugster. «Je peux à peine prendre les virages avec.»

La troisième place dans la lutte pour la victoire du jour est allée à Jannis Jeremias. Le jeune pilote âgé de 22 ans et originaire du lac de Bienne a ainsi été 3,3 secondes plus rapide que son coach Yves Hängärtner. «Je ne parviens pas à exploiter correctement la puissance de la Dallara GP3 sur ce circuit», explique Hängärtner. «La voiture est trop large sur ce circuit – 45 centimètres de plus que la Formule 3 d'Egli.» Un dérapage a empêché lors de la deuxième manche une amélioration du chrono. Victor Darbellay s'est donc imposé dans sa petite Arcobaleno et a relégué Hängärtner à la sixième place, devant Antonio Scolaro dans son Osella PA21 et Darani dans sa Fiat X1/9.

Egli Philip Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli a fêté sa 43e victoire du jour © Eichenberger

Parmi les autres vainqueurs de classe, on compte à Chamblon Stephan Burri (IS jusqu'à 1600 cm3), Arnaud Donzé (IS jusqu'à 2000 cm3), René Aeberhardt (IS jusqu'à 2500 cm3), Paul Büetiger (IS jusqu'à 4000 cm3 – dans sa dernière course), Beat Rohr (E1 jusqu'à 1400 cm3) et Aramis Cereghetti (E1 plus de 3000 cm3).

Dans la Suzuki Swiss Racing Cup, Fabian Eggenberger, qui est déjà assuré d’être champion, a triomphé – avec trois dixièmes de seconde d'avance sur Marcel Muzzraelli, qui s'est ainsi emparé du titre de vice-champion. Michaël Bering a pris la troisième place. La troisième place du classement final est allée à Sandro Fehr, qui a manqué de deux dixièmes de seconde le podium à Chamblon en se classant quatrième.

Buerki Martin Oliver Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Deuxième derrière Bürki: Martin Oliver Bürki © Cornevaux

Lien permanent

27.06.2022 Rally di Alba: victoire convaincante de Hirschi
Hirschi Jonathan info rallye fotos ch Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Victoire et première place au classement général pour Jonathan Hirschi © https://rallye-fotos.ch

Jonathan Hirschi a remporté la troisième manche du Championnat suisse de Rallye à Alba (I) et de surcroît, le Neuchâtelois est désormais également en position de leader à mi-parcours du Championnat suisse des rallyes.

Le Championnat suisse des rallyes ne manque définitivement pas de variété. Après l'ouverture de la saison dans le Jura, où le champion en titre Mike Coppens s'est emparé de la première place, et le Rallye du Chablais, où Jonathan Michellod a pu se réjouir de sa première victoire, c'était au tour de Jonathan Hirschi et de son copilote Michaël Volluz de remporter la troisième manche, le Rally di Alba. Pour le Neuchâtelois de 36 ans, il s'agit de la deuxième victoire au classement général du Championnat suisse, après celle du Rallye du Valais 2014. Ce triomphe a également permis à Hirschi de prendre la tête du classement général intermédiaire à mi-parcours du Rallye-SM 2022, avec 99 points, devant Michellod (92) et Coppens (73).

Le pilote de la VW Polo a été le Suisse le plus rapide dès le départ et n'a jamais cédé la première place. «Nous étions en tête dès la Powerstage», déclare Hirschi, «j'ai un peu ralenti dans l'avant-dernière spéciale, mais nous étions toujours les plus rapides. Lors de la dernière épreuve, j'ai abordé la course avec précaution. J'ai encore en mémoire ma crevaison au Critérium.»

La deuxième place du Rally di Alba, qui accueillait pour la première fois une manche du championnat suisse, est revenue à Ivan Ballinari (également sur VW Polo). L'air piémontais a manifestement fait du bien au double champion suisse de Lugano. Pour «Bally», c'était le premier podium de la saison après son forfait au Critérium jurassien et une quatrième place plutôt décevante au Rallye du Chablais. Et ce, avec une nouvelle copilote: Elena Giovenale. «Nous nous sommes nettement améliorés par rapport au Rallye du Chablais», affirme Ballinari. «La deuxième place était un peu inattendue. Elena et moi étions ensemble pour la première fois. De plus, nous avons également eu une crevaison. Je suis donc d'autant plus heureux que cela se soit si bien passé.»

Podium Rally Alba info rallye fotos ch Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le podium des Suisses à Alba. De gauche à droite : Elena Giovenale, Ivan Ballinari, Michaël Volluz, Jonathan Hirschi, Jonathan Michellod et Stéphane Fellay © https://rallye-fotos.ch

Derrière Ballinari, avec un retard de 3:29 min sur le vainqueur Jonathan Hirschi, Jonathan Michellod (Skoda Fabia) a pris la troisième place, mais le Valaisan, qui était encore en tête avant le Rally di Alba, n'était pas particulièrement heureux de ce résultat. «C'était un rallye très varié, mais aussi très difficile», a estimé Michellod. «Nous avons malheureusement eu une crevaison qui nous a fait perdre beaucoup de temps.»

Michellod n'était pas le seul Suisse à avoir subi une crevaison. Le champion en titre Mike Coppens (Citroën C3) a lui aussi été victime de ce problème peu avant l'arrivée. «Je suis tombé sur une grande pierre dans la huitième des neuf spéciales et je n'ai eu aucune chance de l'éviter», explique le Valaisan. Coppens est ainsi retombé à la quatrième place du classement général, derrière Michellod. «Ce n'était définitivement pas le résultat que nous espérions. Félicitations à Jonathan Hirschi! Il a remporté une victoire bien méritée. Il est jusqu'à présent le plus rapide d'entre nous, ce qui a déjà été le cas lors du Critérium.»

À 53 secondes de Coppens, Sergio Pinto a franchi la ligne d'arrivée en cinquième position sur l'Alpine RGT. Guillaume Girolamo, novice en Rally2, a eu de la malchance. Dès la troisième spéciale, le Valaisan a dû abandonner sa Ford Fiesta en raison de problèmes de freinage. Jusqu'alors, le jeune pilote originaire de Haute-Nendaz et âgé de 25 ans avait pourtant fait preuve d'une belle maîtrise de son véhicule. Il était quatrième dans la première spéciale et même troisième dans la deuxième.

Cédric Althaus a eu de la chance dans son malheur. Le Jurassien et sa copilote Lisiane Zbinden, au volant de la Renault Clio Rally4, ont fait un tonneau spectaculaire dans la septième épreuve spéciale après être sortis de la route dans un virage à gauche, mais ils s'en sont sortis avec une belle frayeur. «De petits bobos mis à part, nous allons bien», a déclaré Althaus après l'accident. La vidéo correspondante est disponible sous ce lien.

Nikolay Gryazin (Skoda Fabia) a remporté le classement général du Rally di Alba, qui compte principalement pour le championnat italien, devant Andrea Crugnola (Citroën C3) et Fabio Andolfi (Skoda Fabia).

Pour avoir de plus amples informations sur le Rally di Alba, prière de consulter le site Internet www.rallyalba.it

Et voici la suite des événements:
8-10 septembre, Rallye du Mont-Blanc (F)
30 septembre-1er octobre, Rally del Ticino
13-15 octobre, Rallye International du Valais

Michellod Jonathan info rallye fotos ch Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jonathan Michellod: troisième rallye, troisième podium © https://rallye-fotos.ch

Lien permanent

24.06.2022 Nouveau quartier général pour le Rallye du Valais
014 bains saillon Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Bains de Saillon: le nouveau quartier général du Rallye du Valais

Le Rallye du Valais, qui se déroulera du 13 au 15 octobre, constituera la finale du Championnat suisse des rallyes 2022. Beaucoup de choses vont changer par rapport aux années précédentes. Entre autres, l'emplacement du parc d'assistance.

Cela fait six ans que Global Events Sàrl et son directeur général Cédric Borboën organisent le Rallye du Valais. En 2022, un nouveau comité composé de sept bénévoles du canton du Valais s'occupera du RIV. Celui-ci vient de dévoiler les premiers détails de la nouvelle orientation.

Parmi les changements radicaux, il y a le nouveau parc d'assistance. Celui-ci ne se trouve plus dans l'enceinte de la caserne de Sion, mais sur le site des Bains de Saillon. Désormais, la RIV ne se déroulera plus que sur deux jours (contre trois auparavant). Les premières épreuves chronométrées auront lieu le vendredi 14 octobre dans la région de Martigny, avec trois spéciales à parcourir deux fois.

Le samedi, trois épreuves spéciales similaires à celles de la veille seront à nouveau disputées, chacune devant être parcourue deux fois. Cette fois-ci dans la région de Sion. Au total, le rallye comptera environ 175 kilomètres de spéciales chronométrées, réparties sur 12 épreuves spéciales. La cérémonie de remise des prix aura lieu le samedi soir à Saillon.

«Je me réjouis surtout des épreuves autour de Martigny», déclare Jonathan Michellod, actuel leader du championnat suisse des rallyes. «Il y aura certainement quelques kilomètres légendaires. Le fait de parcourir 175 kilomètres en deux jours n'est pas un problème. Au Rally di Alba ce week-end, nous parcourrons également 120 kilomètres en une journée! Maintenant, j'espère juste que je peux garder mes espoirs de titre jusqu'au RIV.»

Il y a également une nouveauté au niveau de l'inscription. Celle-ci devrait s'élever (uniformément) à 1300 francs pour toutes les équipes.

Pour plus d'informations sur le «Valais» consultez le site Internet www.riv.ch

Jonathan Michellod Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le leader du Rallye-CS: Jonathan Michellod © Eichenberger

Lien permanent

24.06.2022 autobau CSK 2022: 3ème manche à 7 Laghi / Délai d'inscription 26.06.2022

La troisième manche de l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 aura bientôt lieu.

La manifestation aura lieu les 02/03 juillet 2022 à 7 Laghi (ITA) et il est possible de s’y inscrire via www.go4race.ch

La clôture des inscriptions pour la troisième course est fixée au dimanche, 26.06.2022 à 24h00.

Sois de la partie et mesure-toi avec de nombreux autres pilotes pour remporter des victoires et des points!

Nous nous réjouissons de recevoir ton inscription à l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 et nous tenons avec plaisir à ta disposition pour tout renseignement complémentaire.

Lien permanent

23.06.2022 Aperçu Chamblon: une deuxième place sera suffisante pour Bürki
Martin Buerki VW Polo Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki peut devenir champion pour la neuvième fois dimanche © Eichenberger

Martin Bürki pourrait bien devenir champion pour la neuvième fois ce week-end lors de la finale du Championnat suisse des slaloms à Chamblon. Quatre autres pilotes ont encore des chances théoriques.

Ce week-end (25/26 juin) aura lieu le slalom de Chamblon (VD). Cette 38e édition est également la finale du Championnat suisse des slaloms 2022. Le titre n'est pas encore attribué. Mais de nombreux indices laissent présager un nouveau couronnement du champion en série Martin Bürki. Le garagiste d'Uetendorf est le seul pilote (après cinq courses) à ne pas avoir encore perdu de points. Une deuxième place à Chamblon lui suffirait pour remporter son neuvième titre en slalom, le huitième consécutif.

Bürki répond: «C'est exact, mais ceux qui me connaissent savent que je vais me battre pour gagner aussi cette course.» Bürki n'est pas stressé par la situation de départ avant le slalom de Chamblon. «Je suis dans le métier depuis longtemps et ce n'est pas la première fois que je me vois confronté à cette situation. Si la technique me joue des tours, ce qui peut arriver à tout moment, ce sera comme ça. Je ne m’en préoccupe pas. On ne peut pas gérer ce genre de choses.»

Martin Oliver Buerki Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'homonyme Martin Olivier Bürki a encore des chances théoriques © Eichenberger

En dehors de Bürki, qui court dans la catégorie E1 jusqu'à 1600 cm3, quatre autres pilotes ont des chances théoriques de remporter le titre: Christian Darani (Fiat/E1 jusqu'à 2000 cm3), son homonyme Martin Olivier Bürki (BMW E33, E1 jusqu'à 3000 cm3), Nicola Fankhauser (Honda Civic, A jusqu'à 2000 cm3) et Philip Egli (Dallara F393, E2 jusqu'à 2000 cm3). Ce quatuor peut encore obtenir 100 points en remportant une cinquième victoire de classe intégralement évaluée. Ce sont donc les meilleurs résultats à biffer qui détermineront les médailles. Bürki a une longueur d'avance, à condition de terminer au minimum deuxième à Chamblon.

En plus de la décision sur le titre, la finale sur l'aire de la caserne de Chamblon sera bien sûr aussi axée sur la question suivante: qui s'assurera la dernière victoire du jour en 2022? Si l'on considère les courses précédentes, seuls deux coureurs entrent en ligne de compte: le Glaronais Philip Egli, qui vit à Zurich, et Lukas Eugster, d'Herisau. Egli a déjà gagné cette année les slaloms de Bière, Frauenfeld, Ambri 2 et Bure. Eugster est monté sur la plus haute marche du podium lors du premier slalom d'Ambri (pour la première fois de sa carrière) avec sa Ligier JS53.

Les conditions de départ sont en théorie en faveur d'Egli. Le parcours en partie étroit est parfaitement adapté à la Formule 3 plus étroite d'Egli. En 2019 également, lors du dernier slalom à Chamblon, l'ingénieur civil est sorti vainqueur avec un temps de 2:57,542 min. Toutefois, ce n'est qu'après coup. La direction de course avait alors ajouté dix secondes à Egli pour une erreur de porte. Mais le Glaronais a réussi à prouver qu'il n'avait pas renversé de pylône.

Philip Egli Haller Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Egli vise sa 43e victoire du jour © Haller

Le «gagnant surprise» dans la lutte pour la victoire du jour à Chamblon pourrait bien être Yves Hängärtner. Ce Biennois revient après une pause due à un problème technique avec sa Dallara GP3 préparée chez Jenzer Motorsport. «Nous avons réussi à résoudre le problème de la boîte de vitesses», explique Hängärtner. «En outre, nous avons transformé le châssis. Celui-ci était encore réglé pour le circuit. Je ne saurais prédire comment nous allons nous en sortir à Chamblon. Cette voiture sera là-bas une vraie pochette surprise.»

En dehors de la compétition NAT du dimanche 26 juin (à partir de 7 heures), les courses LOC se dérouleront également le samedi sur le circuit de 4,3 kilomètres. La finale de la Suzuki Swiss Racing Cup se déroulera aussi dans le cadre de ces courses. Il faut savoir que le championnat a déjà été décidé à Bure, lors de l'avant-dernière course de 2022, en faveur de Fabian Eggenberger. Mais les places 2 et 3 de l'unique coupe de marque suisse à technologie hybride seront encore très disputées entre Marcel Muzzarelli (104 points), Sandro Fehr (98) et Patrick Flammer (95).

Vous trouverez de plus amples informations sur le slalom de Chamblon en cliquant sur ce lien.

Dates du Championnat suisse de slalom 2022
30 avril/1er mai, Bière
14/15 mai, Frauenfeld
21/22 mai, Ambri (double événement)
28/29 mai, Bure
25/26 juin, Chamblon

Yves Haengaertner Haller Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Yves Hängärtner est de retour avec sa Dallara GP3 © Haller

Lien permanent

22.06.2022 Aperçu Rally di Alba: Est-ce maintenant le tour de Hirschi?
Jonathan Hirschi Haenggi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jonathan Hirschi: réussira-t-il à remporter sa première victoire en Italie? © Hänggi

La troisième manche du Championnat suisse des rallyes aura lieu vendredi/samedi à Alba, en Italie. 14 équipes suisses seront au départ – dont le top 3 avec Jonathan Michellod, Jonathan Hirschi et Mike Coppens.

Le Championnat suisse des rallyes entame sa troisième manche. Après le Critérium jurassien et le Rallye du Chablais, la troisième manche aura lieu les vendredi et samedi 24 et 25 juin 2022 avec le Rally di Alba. Ce rallye de type 2 se déroulera sur neuf épreuves spéciales, soit 121,07 kilomètres chronométrés, dans le Piémont, entre Turin et Gênes. C'est la première fois qu'une manche du championnat suisse se déroule dans le cadre du Rally di Alba.

Sur les 111 équipes au départ, 14 viennent de Suisse. Parmi elles, on trouve aussi le top 3 actuel du Championnat suisse des rallyes. Il s'agit notamment du leader du classement intermédiaire Jonathan Michellod (Skoda Fabia), du deuxième Jonathan Hirschi (VW Polo) et du troisième Mike Coppens (Citroën C3). Coppens a déjà remporté le Critérium jurassien cette année. Michellod a fêté dernièrement sa première victoire dans le cadre du Championnat de Suisse des rallyes lors du «Chablais». Son rival Hirschi a terminé deuxième des deux rallyes. Ivan Ballinari se joint à ce trio avec la #24. Le champion suisse des rallyes 2018 et 2019 prendra le départ, comme au «Chablais», au volant d'une VW Polo.

Les quatre meilleurs pilotes suisses ont un point commun: aucun d'entre eux n'a déjà participé au Rally di Alba. Cette course, qui compte pour le championnat italien, est donc un terrain inconnu pour tous. Si l'un d'entre eux a un avantage minime, c'est Michellod. Le «coach» de ce dernier, Olivier Burri, a disputé l' «Alba» en 2019 et 2021 sur une VW Polo. Michellod constate: «C'est vrai, mais ce n'est évidemment pas la même chose que d'avoir conduit soi-même. De plus, il ne reste que deux étapes identiques de l'année dernière. Pour moi, ce rallye est nouveau. Je m'en réjouis. Et comme aucun de nous n'y a encore couru, la situation de départ sera la même pour tous.»

Pour le champion en titre Mike Coppens aussi, un nouveau rallye est toujours passionnant. «C'est intéressant pour nous tous», dit ce pilote de Verbier. «Et la situation de départ est la même pour tous. Aucun de nous ne connait le parcours. Il faut donc s'adapter rapidement aux nouvelles situations. En général, j'y parviens plutôt bien.»

Jonathan Michellod Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le leader du championnat: Jonathan Michellod © Kaufmann

Outre ce quatuor, deux autres équipes rouleront sur des véhicules de Rally2: le Bâlois Ruedi Schmidlin (Skoda Fabia) et le Valaisan Guillaume Girolamo (Ford Fiesta). Pour ce dernier, il s'agit de sa première apparition dans la ligue supérieure. Dans le Championnat suisse des rallyes, Girolamo mène de manière souveraine le classement junior. Au classement général, il occupe la sixième place.

Sergio Pinto partira lui aussi à la chasse aux points dans le Piémont. Le pilote valaisan de l'Alpine-RGT a récemment manqué une place sur le podium pour trois secondes lors du Rallye des Bornes en France, qui ne compte pas pour le Championnat du monde des rallyes. Au départ également: Sacha Althaus. Le Jurassien roulera comme récemment sur une Renault Clio RS.

Yoann Loeffler (Renault Clio Rally5) et Roberto Marco Amstutz (Renault Clio S16) sont les plus expérimentés au Rally di Alba. Amstutz a déjà participé en 2019 et 2020 au rallye dans la région truffière la plus connue d'Italie. Loeffler était au départ en 2020 et 2021.

Le Rally di Alba débutera le vendredi matin avec le shakedown (de 8h à 13h) et une powerstage à 16h30. Les neuf épreuves spéciales se dérouleront le samedi à partir de 7 heures.

Pour de plus amples informations sur le Rally Alba prière de consulter le site Internet www.rallyalba.it

Dates du Championnat suisse des rallyes 2022
9 avril, Critérium jurassien
3/4 juin, Rallye du Chablais
24/25 juin, Rally di Alba (I)
9/10 septembre, Rallye du Mont-Blanc Morzine (F)
30 septembre/1er octobre, Rally del Ticino
14/15 octobre, Rallye International du Valais

Guillaume Girolamo Archives Girolamo Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Il roule pour la première fois chez «les grands»: Guillaume Girolamo

Lien permanent

20.06.2022 La Roche: Berguerand ne lâche rien
Eric Berguerand Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand a également été le plus rapide à La Roche © Cornevaux

Eric Berguerand s'est à nouveau assuré la victoire du jour chez les voitures de course lors de la deuxième course de côte du Championnat suisse 2022 entre La Roche et La Berra. Chez les voitures de tourisme, Reto Meisel demeure la mesure de toute chose.

Comme lors de l'ouverture de la saison à Hemberg, Éric Berguerand a tout donné dès la première manche du deuxième week-end du Championnat suisse de la montagne 2022. Le Valaisan a effectué la montée de La Roche à La Berra, longue de 3,5 kilomètres, en un temps incroyable de 1:39,721 min. En étant plus rapide de presque quatre secondes que lors de son record personnel en 2015 (1:43,553 min), il a de surcroît devancé ses deux plus grands concurrents, Robin Faustini et Marcel Steiner, respectivement de deux secondes et demie et de plus de trois secondes.

Le garagiste de Martigny (VS) a également été le plus rapide lors de la deuxième manche. En 1:42,698 min, le sextuple champion suisse de la montagne a toutefois pris les choses très tranquillement par rapport à ses conditions. Cette course lui a néanmoins permis de franchir la ligne d'arrivée avec une demi-seconde d'avance sur Steiner et Faustini. Questionné sur son secret, le pilote de Lola Berguerand rit. «Ce résultat est le fruit du travail et de la discipline. La voiture se comporte vraiment très bien. Je suis très content et cela me permettra comme maintenant à La Roche de rouler sans aucun stress lors d'une deuxième manche.»

Marcel Steiner Haenggi Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Marcel Steiner s'est battu avec un roulement de roue cassé © Hänggi

Le fait que la troisième manche de course n'ait pas pu avoir lieu faute de temps (notamment à cause d'une nappe d'huile peu avant la fin de la manifestation) pour plus de la moitié du groupe est certes regrettable, mais cela n'a pas eu d'influence sur la victoire du jour. Berguerand l'a remportée haut la main en additionnant les deux premières manches, devant Robin Faustini et Marcel Steiner. Ce sont donc les trois mêmes coureurs qui se sont retrouvés en haut du classement, comme la dernière fois à Hemberg. «J'ai tout donné – et pourtant, à l'arrivée, j'ai dû m'incliner devant temps réalisé par Éric», déclare Faustini. «Je suis toutefois satisfait de ma performance, mais nous devrons absolument améliorer la performance lorsque les températures augmentent. Avec l'Osella, nous ne savons pas encore bien les gérer. Peut-être devrons-nous essayer d'autres réglages.»

Steiner, troisième, sur LobArt-Honda, n'a pas non plus trouvé encore la bonne solution pour battre Berguerand. Mais il reste optimiste. «Nous avons encore beaucoup de potentiel. Je pense que si je n'avais pas eu de problème avec le roulement à billes lors de la deuxième manche, juste avant l'arrivée, j'aurais pu battre le temps d'Éric lors de la deuxième manche.» La première manche ne s'est pas non plus déroulée de manière optimale pour Steiner. «Nous avions une mauvaise cartographie moteur», explique le quintuple champion suisse de la montagne.

Derrière le top 3, Joël Grand s'est assuré la quatrième place au classement général. Le Valaisan avait déjà réalisé une belle performance à Hemberg en gravissant la montagne avec son Osella PA21 propulsé par un moteur de moto de 999 cm3 en 1:48,548 et 1:49,916 min respectivement. Pour Grand, c'était jusqu'à présent son meilleur résultat au classement général. Comme une semaine plus tôt, il a été un peu plus rapide que Michel Zemp sur sa Norma 2 litres.

Joël Volluz a également fait son retour. Le vainqueur de la dernière course de côte entre La Roche et La Berra en 2015 a toutefois dû plier bagage après une seule manche, car un problème d'embrayage est apparu sur son Osella FA30. «Et celui-ci», dit Volluz, «je n'ai pas pu le résoudre sur place!»

Joel Grand Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Plus performant que jamais: Joël Grand a terminé quatrième au classement général © Cornevaux

Chez les voitures de formule jusqu'à 2000 cm3, la victoire a été remportée par Christian Balmer. Le Bernois a posé le premier jalon de cette victoire avec deux manches très solides et s'est positionné au classement final entre les pilotes de voitures de tourisme les plus rapides, Reto Meisel (Mercedes SLK 340) et Roger Schnellmann (Mitsubishi Evo 8). Cette fois, Joël Burgermeister n'a eu aucune chance. Le pilote de Suisse orientale a dû refaire deux fois la course, ce qui, par cette chaleur, a usé ses pneus. «Dès le premier virage, la voiture ne s’est pas comportée comme elle le devrait. Les pneus étaient beaucoup trop chauds», explique Burgermeister. C'est pourquoi les places 2 et 3 sont revenues au pilote de Wädenswil Fabian Gysin (Dallara 399) et au Jurassien Henri Schmidt (Formule Renault).

Derrière les deux pilotes de voitures de tourisme les plus rapides, Meisel et Schnellmann, Romeo Nüssli a pris la troisième place sur sa Ford Escort Cosworth.

Romeo Nuessli Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Troisième chez les voitures de tourisme: Romeo Nüssli © Cornevaux

Dans la catégorie Interswiss jusqu'à 1600 cm3, Christoph Mattmüller a remporté la victoire sur VW Scirocco. Dans la catégorie jusqu'à 2000 cm3, Jürg Ochsner (Opel Kadett C) a remporté la plus grande coupe et dans celle des 2,5 litres, c'est Armin Banz (également Opel Kadett C) qui a pris la tête. Dans la catégorie des véhicules IS ayant la plus grande cylindrée, c'est Christoph Zwahlen (Porsche GT3 Cup) qui s'est imposé. Frédéric Neff n'a pas pu prendre le départ pour la même raison qu'à Hemberg.

La catégorie E1 jusqu'à 1600 cm3 a été dominée une fois de plus par Martin Bürki. La victoire dans le groupe comptant le plus de participants, l’E1 jusqu'à 2000 cm3, a été remportée par Sébastien Coquoz (Opel Kadett C) devant Reto Steiner (Ford Escort) et Daniel Kammer (Honda Civic).

Dans la Renault Classic Cup, Denis Wolf (Renault Clio 3) a triomphé comme à Hemberg. Jürg Brunner s'est imposé dans la catégorie des modèles 2 plus anciens. À propos de Wolf et Bürki: après deux manches, ce sont les deux seuls pilotes à avoir le maximum de points dans la coupe de la montagne.

Vous trouverez de plus amples informations sur la course de côte de La Roche – La Berra sur le site Internet www.courselaberra.ch

Et voici la suite des événements
23/24 juillet, Ayent - Anzère
19-21 août, St-Ursanne - Les Rangiers
27/28 août, Oberhallau
10/11 septembre, Gurnigel

Christoph Mattmueller Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christoph Mattmüller a remporté l'Interswiss jusqu'à 1600 cm3 © Cornevaux

Lien permanent

20.06.2022 Rapport du week-end 10/2022
Screenshot 143 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller: première pole position et première victoire à Imola © DTM

Le week-end dernier, la scène internationale était placée sous le signe du premier triomphe de Ricardo Feller en DTM. Mais l'Argovien n'a pas été le seul Suisse à briller.

Il aura fallu cinq courses à Ricardo Feller en DTM. Lors de la sixième, il s'est retrouvé pour la première fois au sommet. Et cette victoire a été, selon le pilote Audi Feller, définitivement l'une des plus belles de sa jeune carrière.

L'Argovien de 22 ans a vécu à Imola une alternance de sentiments. Samedi, lors de la première course, il a été éliminé à cause d'une crevaison. Le dimanche, il a d'abord décroché la pole position, puis sa première victoire en course. Pour obtenir cette dernière, il a toutefois dû batailler ferme, d'abord contre Felipe Fraga dans une Ferrari bien plus rapide dans les lignes droites, puis contre son collègue de marque Dev Gore.

«Quand j'étais petit, je rêvais de gagner des courses DTM», explique Feller. «Maintenant, je l'ai fait. Je me sens très bien – c'est génial! Un grand merci à toute l'équipe – les gars ont super bien travaillé. Ma voiture a été fantastique tout au long du week-end. Je suis extrêmement fier de faire partie de cette super équipe.»

Pour son collègue de marque Nico Müller, le week-end à Imola s'est terminé par une deuxième place le samedi et une huitième place le dimanche. «P2, c'était le maximum», estime Müller. «En fait, je n'ai eu qu'une seule chance de prendre la tête: C'était juste après le départ. Mais René Rast a défendu sa position de leader dur mais fair-play. Le dimanche, avec ce poids supplémentaire, je n'étais que 13e sur la grille, mais j'ai tout de même pu marquer quelques points.»

Pour le troisième Suisse de DTM, le week-end à Imola s'est terminé par une 15e place. Lors de la deuxième course, le pilote Lamborghini Rolf Ineichen a été éliminé après une collision.

Au classement général, Müller est troisième et Feller est désormais sixième. Le Sud-Africain Sheldon van der Linde est en tête.

Nico Mueller Imola Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller a terminé deuxième lors de la première course © Team Rosberg

Un autre Suisse a remporté le GT World Challenge à Zandvoort. Raffaele Marciello a défendu sa position de leader au classement général de la Sprint Cup malgré une crevaison (et une 23e place) lors de la première course. Le pilote d'usine Mercedes du Tessin s'est assuré sa troisième victoire en course cette saison lors de la deuxième manche dimanche et continue ainsi de mener le championnat. Le pilote Audi Patric Niederhauser a dû se contenter des 5e et 7e rangs.

Joshua Dufek a également marqué un point d'exclamation dans le programme-cadre de Zandvoort en se classant deux fois dans le top 10. Toutefois, il a été pénalisé après coup pour avoir utilisé trop tôt le système push-to-pass lors de la 6e place de la première course de la Formula 3 Regional, ce qui l'a fait sortir du classement des points.

Aucun point n'a été marqué par les deux jeunes Suisses Ethan Ischer (Jenzer Motorsport) et Elia Sperandio (Maffi Racing) lors de la troisième course de la Formule 4 italienne à Spa-Francorchamps.

Marciello Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello reste leader de la Sprint Cup © Archives Marciello

Lien permanent

17.06.2022 autobau CSK 2022: 3ème manche à 7 Laghi / Délai d'inscription dans 9 jours

La troisième manche de l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 aura bientôt lieu.

La manifestation aura lieu les 02/03 juillet 2022 à 7 Laghi (ITA) et il est possible de s’y inscrire via www.go4race.ch

La clôture des inscriptions pour la troisième course est fixée au dimanche, 26.06.2022 à 24h00.

Sois de la partie et mesure-toi avec de nombreux autres pilotes pour remporter des victoires et des points!

Nous nous réjouissons de recevoir ton inscription à l’autobau Championnat Suisse de Karting 2022 et nous tenons avec plaisir à ta disposition pour tout renseignement complémentaire.

Flyer22 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Lien permanent

17.06.2022 De la lecture pour les chaudes journées d'été
Magazin 02 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le nouveau magazine d'Auto Sport Suisse est cette fois-ci très puissant

Les dragsters sont sans doute les voitures de course les plus brutales. Nous avons regardé sous le capot de ces monstres de puissance avec l'aide du vétéran des dragsters Bruno Bader. Vous en saurez plus en lisant le nouveau magazine d'Auto Sport Suisse.

Le nouveau magazine d'Auto Sport Suisse est arrivé (ou du moins en route vers vous...)! Cette fois-ci avec un sujet très chaud – en accord avec les températures estivales. Nous étions à Müllheim, dans le canton de Thurgovie, chez Bruno Bader, qui nous a emmenés dans le monde des dragsters et nous a expliqué son monstre de 3500 chevaux. Vous découvrirez dans notre histoire principale ce que tout cela a à voir avec Batman et Gotham City.

Il est également question de puissance dans une deuxième histoire: la puissance des femmes. En Suisse, de nombreuses dames se mesurent au sexe (soi-disant) fort sur la scène du sport automobile suisse. Beaucoup d'entre elles ont des antécédents familiaux et affirment sans détours: «Jouer à la poupée, ce n'était pas mon truc!»

Auto Sport Suisse vous souhaite une bonne lecture! Le prochain numéro paraîtra aux alentours du 23 septembre.

A propos: le magazine d'Auto Sport Suisse est également disponible en abonnement pour les non licenciés. Le prix en Suisse est de 25 CHF/an (frais de port inclus), les intéressés de l'étranger paient le même prix (plus frais de port). Si vous êtes intéressés, consultez info@motorsport.ch

Lien permanent

16.06.2022 Sera-t-il un jour un «Big Ben»?
25 Samir Jenzer Imola21 06799 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Samir Ben participe cette année à la Formule 4 allemande © Archives Ben

Le Worbois Samir Ben a osé passer du karting au sport automobile il y a un peu plus d'un an et effectue cette saison la Formule 4 ADAC en Allemagne.

Il y a deux ans, Samir Ben (18 ans) a commencé à l'école de sport Feusi à Berne. Presque en même temps, il a passé le cap du karting au sport automobile. A l'heure actuelle, il a presque terminé la moitié de sa formation commerciale. Il lui reste à effectuer un stage de deux ans. Dans le sport automobile, il est loin d'être arrivé à mi-parcours. Au contraire: le chemin vers les sommets du sport automobile international est long et semé d'embûches. Après une année passée dans le championnat italien 2021, le jeune pilote Jenzer de Worb dans le canton de Berne a rejoint cette saison le championnat allemand de Formule 4.

Ben a dû faire l'impasse sur le premier week-end de course à Spa, en Belgique, car la nouvelle voiture n'était pas encore prêt. C'est pourquoi il n'a fait ses débuts qu'à Hockenheim. Ben y a obtenu les 13e, 14e et encore 13e places, ce qui permet de continuer sur cette base. Mais ce que Ben doit absolument améliorer, ce sont les qualifications. «J'ai encore du mal à faire le maximum dans les deux ou trois tours dont je dispose. J'y suis parfois encore trop nerveux.»

Son meilleur week-end de course en Formule 4, Ben l'a passé à Imola en 2021. Il y a terminé sixième et huitième au classement général. Chez les rookies, il a même réussi à monter sur le podium en se classant troisième.

25 Ben Jenzer Vallelunga 21 00523 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Bernois est pilote de l'équipe Jenzer Motorsport © Archives Ben

La saison 2022 reprendra pour lui dans une semaine environ avec la troisième course de la saison à Zandvoort (NL). Ensuite, il y aura une longue pause jusqu'aux tests au Red Bull Ring fin juillet, avant de se rendre au Nürburgring début août. D'ici là, Samir devra aussi trouver des sponsors. Certes, une saison en Formule 4 allemande ne coûte pas aussi cher qu'une année en Italie. «Mais comparé aux coûts que nous avions à l'époque du karting, c'est une autre paire de manches.» Ibrahim, le père, et Samir, le fils, ne laissent donc rien passer. Le chef d'équipe Andreas Jenzer dit: «Les deux ne sont pas seulement appliqués et entreprenants, ils sont aussi très corrects. J'espère vraiment qu'ils réussiront à faire avancer la carrière.»

Mais cela ne sera pas facile. Car la concurrence a) ne dort pas et b) elle a des ressources incroyables. «Un pilote de pointe en Formule 4 passe jusqu'à 100 jours par an dans le cockpit», déclare Jenzer. Il existe également de grandes différences dans les jeux de pneus disponibles. «Les pilotes de haut niveau laissent passer trois trains de pneus en une séance, moi j'en ai autant à disposition en une journée entière», explique Samir.

Pour pouvoir continuer à vivre son rêve de pilote de course, Samir a fondé un club de donateurs/sponsors avec différents niveaux et prestations. Désormais, le jeune pilote, qui fêtera son 19e anniversaire fin juin, organise également des journées de piste en Formule 4. Deux dates ont déjà été fixées pour ces track days: le 1er août et le 19 septembre 2022, sur le circuit de Bresse en France. Pour plus d'informations, consultez le site internet www.samirben.ch

Samir Ben Klettern Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ben se maintient en forme en pratiquant notamment l'escalade © Archives Ben

Lien permanent

15.06.2022 Un petit peu de nostalgie au Kerenzerberg
Peter Sauberim Sauber C3 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
En 2018, Peter Sauber était au volant d'une C3 © Archives Franz Leupi

220 voitures et 50 motos seront au départ du troisième revival de la course du Kerenzerberg ce week-end. Parmi elles, la jolie March 701 de Jo Siffert de 1970.

Pour la troisième fois après 2015 et 2018, le Kerenzerberg, dans le canton de Glaris, accueillera le Revival. En 2020 et 2021, l'événement avait dû être annulé pour des raisons bien connues. Le moment est donc à nouveau venu. Et le nombre de participants est impressionnant. 220 voitures et 50 motos seront au départ dès samedi matin au restaurant Waid à Mollis. Le clou du spectacle sera la March F1 de Jo Siffert de 1970, que le patron de Phimmo, Hans Peter, a entièrement restaurée au cours des deux dernières années et qu'il ne manquera pas de piloter lui-même.

La Brabham Formule 2, avec laquelle le champion d'Europe de la montagne Xavier Perrot avait participé à la course du Kerenzerberg en 1969, sera également au départ. Elle sera pilotée par Thomas Amweg, le fils du roi de la montagne Fredy Amweg. Pour les fans de Sauber il y aura cinq voitures de sport. Le fondateur de l'entreprise, Peter Sauber (78 ans), va lancé lui-même la C1 de 1970 sur la piste de 3,17 kilomètres. Tout comme Fredy Lienhard. L'ancien pilote de course et fondateur de l'autobau Erlebniswelt à Romanshorn mettra des éperons à sa Ferrari 333SP de 1995.

2022 05 18 118 Urs Gehrig Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'un des moments forts: La Siffert-March de 1970 © Urs Gehrig

L’événement débutera le vendredi soir avec la réception des voitures à partir de 16 heures. Les premières courses auront lieu à partir du samedi 18 juin à 8h10. Le dernier peloton partira à 17h10. Les organisateurs autour de Franz Leupi ont prévu le même horaire pour dimanche, 19 juin. L'entrée coûtera cinq francs (comme en 1970). Le paddock se trouve sur le site de Netstal Maschinen AG à Näfels.

La course du Kerenzerberg a été organisée en 1967 comme course de côte et en 1968-1970 comme course au cadre du championnat suisse. Le record du parcours a été établi lors de la dernière édition en 1970 avec une Bellasi-F1 en 1:24,99 min. L'ancien pilote de GP Silvio Moser était alors au volant. Avant 1967, la course se déroulait sur deux kilomètres, de Mühlehorn à Stocken, au bord du lac de Walenstadt. Des membres d'autres sections de l'ACS étaient également invités à ce petit championnat de montagne, comme on disait alors de cette course. En 2022, il n'y aura pas de chronométrage.

Vous trouverez de plus amples informations sur la course du Kerenzerberg sur www.kerenzerbergrennen.ch

Ferrari333 SP1995 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Fredy Lienhard sera présent avec sa Ferrari 333SP © Archives Franz Leupi

Lien permanent

14.06.2022 Quatrième victoire de Buemi au Mans
Sebastien Buemi Le Mans 2022 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi s'est imposé pour la quatrième fois au Mans

Sébastien Buemi a remporté ce week-end sa quatrième victoire aux 24 Heures du Mans. Son collègue romand Louis Delétraz a manqué de peu la victoire en LMP2.

Depuis quelques années, Le Mans est plutôt favorable aux Suisses. Depuis 2011, année de la première victoire d'un Suisse au classement général (Marcel Fässler sur Audi), un Suisse est monté sept fois sur la plus haute marche du podium lors des onze dernières éditions. C'est un taux qu'aucune autre nation n'atteint. L'Allemagne, le Japon et la Nouvelle-Zélande sont les pays les plus proches de la Suisse avec cinq victoires au classement général. La France est déjà loin derrière avec quatre victoires, l'Espagne et la Grande-Bretagne avec deux victoires chacune dans le même temps.

Pour l'instant, le dernier coup d'éclat est une fois de plus l'œuvre de Sébastien Buemi. L'homme d'Aigle (VD) a remporté dimanche sa quatrième victoire (en cinq ans !). Avec ce triomphe au Mans, il est désormais le seul recordman suisse de victoires devant Fässler. Seuls cinq pilotes ont gagné plus souvent dans la course traditionnelle française: Tom Kristensen (DK/9), Jacky Ickx (B/6), Derek Bell (GB/5), Frank Biela (D/5) et Emanuele Pirro (I/5).

Dans le duel entre les deux Toyota, un problème technique sur la deuxième Toyota a fait la différence dimanche matin. La voiture #7, en tête à ce moment-là, avec Kamui Kobayashi, Mike Conway et José Maria Lopez, a dû laisser partir Buemi & Co. sur la voiture #8.

«J'ai du mal à mettre des mots sur mes sentiments après cette course», a déclaré Buemi. «Car c'est fantastique d'avoir pu gagner ensemble avec Ryo pour sa première course au Mans. Il a fait un travail formidable et je tiens à le féliciter pour sa performance. Toute l'équipe et notre équipage ont réalisé une course parfaite, sans aucune erreur et sans aucun dommage sur la voiture. C'est un sentiment incroyable de gagner Le Mans pour la quatrième fois. Il me faudra un peu de temps pour en prendre conscience, car il est difficile de réaliser ce que nous avons accompli aujourd'hui.»

Outre Buemi, un autre Suisse a pu monter sur le podium. En LMP2, la deuxième ligue des voitures du Mans, Louis Delétraz et ses deux coéquipiers Robert Kubica et Lorenzo Colombo ont manqué de peu la victoire de classe en terminant deuxièmes.

Les autres places des Suisses sont: Rolf Ineichen (11e / LMP2), Fabio Scherer (14e / LMP2), Nico Müller (22e / LMP2), Sébastien Page et David Droux (23e / LMP2), Thomas Flohr (6e / LMGTE Am), Rahel Frey (7e / LMGTE Am) et Christoph Ulrich (8e / LMGTE Am). Nicolas Leutwyler (Porsche 911 RSR) n'a pas été classé.

Louis Deletraz Le Mans 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz (tout à gauche) s'est assuré la deuxième place en LMP2

Lien permanent

13.06.2022 Hemberg: Berguerand continue à être le chef
Eric Berguerand Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand: en un temps record vers la victoire © Eichenberger

Un temps estival superbe, 8000 spectateurs et de nouveaux records de piste : la première course de côte de la saison 2022 à Hemberg a offert tout ce que les fans de course pouvaient espérer.

Trois ans presque jour pour jour après la dernière édition en 2019, Hemberg a donné le week-end passé le coup d'envoi du Championnat suisse de la montagne 2022. Comme pour se faire pardonner les années perdues, Petrus a offert aux Toggenbourgeois un week-end de grand soleil. 8000 fans n'ont pas raté la première course de l'ère post-coronavirus et ils en ont eu pour leur argent grâce à Éric Berguerand et consorts.

Le Valaisan n'avait plus participé à une course depuis le 15 septembre 2019. A l'époque – aux Paccots – il était sorti largement vainqueur avec plus de six secondes d'avance sur Robin Faustini. Mille jours plus tard, c'est à nouveau Éric Berguerand qui a fait vibrer les fans avec sa Lola FA99 brachiale. Mais cette fois, le garagiste de Martigny a eu moins d’avance et n’a été que 1,12 seconde plus rapide au cumul des deux meilleures manches et pourtant, lors de l'ouverture de la saison, il n'a laissé planer aucun doute sur le fait qu’il allait (encore) être le chef dans cette discipline.

En dépit d’une dimension de pneu pas idéale sur l'essieu arrière, Berguerand a fait l’impossible, surtout lors de la première course, pour améliorer son propre record de piste de 2019 de 17 centièmes de seconde. La concurrence s'est cassé les dents sur le record de 52,91 secondes. Robin Faustini s'en est rapproché avec 53,13 secondes et à Marcel Steiner avec 53,88 secondes, il manquait aussi moins d'une seconde. Cela n'a pourtant pas suffi pour détrôner Berguerand. En effet, le pilote de Formule 3000 a également remporté les manches 2 et 3 avec des temps de 53. «Je ne m'attendais pas à pouvoir établir un nouveau record de piste, mais les conditions étaient parfaites lors de la première manche», a déclaré Berguerand. «Ensuite, il a fait de plus en plus chaud, ce qui s’est répercuté sur les chronos. Ici à Hemberg, tu dois être prêt dès la première course, nous l'avons pu le constater déjà en 2019!»

Robin Faustini Eichenberger KOPIE Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Il a bien ri: Robin Faustini a terminé deuxième © Eichenberger

Après trois manches et une deuxième place finale, Robin Faustini a été en réalité content de sa performance. Les 53,13 secondes de l'Argovien ont été en effet un exploit considérable. Au centième de seconde près, il a été aussi rapide que Marcel Steiner en 2019. Mais le pilote Osella estime malgré tout qu'il aurait pu faire encore un peu mieux. «J'ai roulé dimanche matin avec un nouveau mélange de pneus auquel je ne faisais pas vraiment confiance.»

Steiner, troisième sur sa LobArt-Honda, n’a pas su lui non plus s'il devait se réjouir ou non. «Après tous les problèmes que nous avons rencontrés, nous pouvons être satisfaits de notre performance», a déclaré le quintuple champion suisse de la montagne. «Le nouveau moteur turbo ne nous a pas apporté l'avantage décisif sur cette piste, ce que nous savions déjà à l'avance. Mais nous sommes sur la bonne voie.»

Thomas Amweg n'a eu aucune chance de se mêler à la lutte pour une place sur le podium. Le vainqueur du Gurnigel 2019 a dû se contenter de l'ex-Lola F3000 de Fredy, car sa nouvelle voiture, la Reynard 95D, n'est pas encore opérationnelle. Amweg annonce: «J'ai pris du plaisir, mais c'est la première fois que je conduisais la Lola en montagne et la voiture et le pilote doivent d'abord trouver leurs repères. La confiance pour attaquer pleinement n'a pas encore été là.»

Au cumul des deux meilleures manches, Amweg a réussi à sauver 14 centièmes de seconde sur l’éternel gagnant Philip Egli. Ce dernier, au volant de sa Dallara F393, dominait la classe des voitures de course de formule 2 litres et a même été sept centièmes de seconde plus rapide qu'Amweg lors de la première course. Joël Burgermeister a terminé deuxième derrière Egli dans la classe des 2 litres – à 0,21 seconde de retard sur Egli. «Je suis venu à Hemberg avec des espoirs un peu différents», a admis le pilote de Suisse orientale. Lui non plus n'a pas pu tirer profit de son avantage turbo. «J'espère que cela fonctionnera mieux lors des prochaines courses.

Joël Grand a également réalisé une belle performance au volant de son Osella PA21. Le Valaisan s'est classé septième au classement final. Et ca, avec un moteur de moto de 999 cm3. Grand a même été plus rapide que Michel Zemp, qui a certes réussi une bonne première manche au volant de sa Norma 2 litres, mais qui a ensuite connu des problèmes techniques et n'a eu aucune chance face à Grand & Co.

Reto Meisel Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Reto Meisel a été le plus rapide avec un toit sur la tête © Eichenberger

Le meilleur pilote de voiture de tourisme a été Reto Meisel. Nous tenons à nous excuser auprès de ce dernier pour l'aperçu préalable mal formulé. L'auteur de ces lignes n'a sans doute pas examiné suffisamment en détail la liste de départ... Désolé, cher Reto! Néanmoins, ce pilote de 51 ans, originaires de Leuggern, s'est montré très convaincant sur sa Mercedes SLK 340. Le meilleur temps de Meisel (réalisé lors du deuxième passage) était une seconde plus rapide que celui de Roger Schnellmann sur sa Mitsubishi Evo 8. Romeo Nüssli avec sa Ford Escort Cosworth a été troisième chez les voitures couvertes et il s’est montré donc encore plus rapide que la Porsche la plus rapide de Danny Krieg. Le revenant Frédéric Neff n'a pas été au départ. Le module d'allumage de sa nouvelle Porsche est tombé en panne lors des essais du samedi. Le Jurassien espère pouvoir le réparer avant la prochaine course à La Roche le week-end prochain. «Mais cela va être juste, car j'ai dû commander la pièce en Australie...» estime Neff.

Dans l'Interswiss jusqu'à 1,6 litre de cylindrée, Martin Bürki (VW Polo) a une fois de plus été incontestablement en tête. Il a même été l'un des rares pilotes à avoir réussi à améliorer son temps lors du dernier passage. Dans la catégorie IS jusqu'à 2 litres de cylindrée, Marco Geering (Opel Kadett) s'est imposé au terme d'un duel captivant avec Patrick Hedinger (Peugeot 205 GTI).

Dans la Renault Clio Cup, Denis Wolf a gagné (également en un temps record) – suivi par Philipp Krebs et Michael Schläpfer.

Denis Wolf Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Denis Wolf a remporté la Renault Clio Classic Cup © Eichenberger

Les coureurs de côte n'auront pas beaucoup de temps pour se reposer. La deuxième course, La Roche – La Berra, figure déjà au programme du week-end prochain. Le parcours de 3,5 kilomètres dans la région de Fribourg fera son retour cette année. La dernière fois que la course de La Roche – La Berra a fait partie du calendrier des courses de côte remonte à 2015 (vainqueur: Joël Volluz sur Osella FA30).

Le départ sera donné le samedi 18 juin à partir de 7h30 avec des manches d'entraînement. Le dimanche 19 juin, une course d'entraînement aura également lieu dans chaque catégorie à partir de 7h30. La première course débutera à 9h45. Comme à Hemberg, chaque catégorie disputera trois manches (si cela est possible). Les deux temps les plus rapides seront additionnés. Les horaires et le plan du site sont annexés.

Pour de plus amples informations sur la course de La Roche – La Berra, prière de consulter le site Internet www.courselaberra.ch

Et voici la suite :
18/19 juin, La Roche – La Berra
23/24 juillet, Ayent – Anzère
19-21 août, St.Ursanne – Les Rangiers
27/28 août, Oberhallau
10/11 septembre, Gurnigel

Hemberg 2022 Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Espérons que les fans seront aussi nombreux à La Roche © Eichenberger

Lien permanent

10.06.2022 24h Le Mans: pole pour Buemi
Buemi Sebastien Le Mans 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi est en pole position au Mans © Toyota

La 90e édition des 24 Heures du Mans aura lieu ce week-end. Douze Suisses seront au départ. En tête, Sébastien Buemi au volant de la Toyota GR010 Hybrid.

Avec ses trois victoires, Sébastien Buemi est, avec Marcel Fässler, le pilote suisse le plus titré au Mans. Dimanche, il pourrait devenir le seul détenteur du record suisse. L'homme d'Aigle (VD) vise sa quatrième victoire au général dans la Sarthe. Lui et son équipe Toyota Gazoo Racing ont posé la première pierre en signant la pole position hier soir (grâce à son coéquipier Brendon Hartley).

Buemi a également profité du faible nombre d'hypercars. Car mercredi, lors des qualifications proprement dites, rien ne foncionnait. La Toyota #8 (Buemi/Hartley/Hirakawa) n'est arrivée qu'en 29e position et a donc été le prototype le plus lent. Les Japonais ont longtemps travaillé sur le côté droit, à l'arrière, de la deuxième GR010 Hybrid. Il a fallu attendre longtemps avant que la voiture puisse prendre la piste. Mais comme il n'y a que cinq voitures dans la catégorie hypercar, toutes étaient qualifiées pour la séance hyperpole de jeudi...

Le deuxième meilleur Suisse est Louis Delétraz. Le Genevois s'est qualifié en cinquième position dans le peloton LMP2 composé de 27 voitures. Rolf Ineichen (du team WRT) part en 14e position. Les deux nouveaux venus au Mans, Sébastien Page et David Droux (Graff Racing), ont pris le départ de la course en 23e position au milieu des voitures LMP2.

Nico Müller, Mathias Beche et Fabio Scherer n'ont pas eu de chance. Scherer partira de la 28e position, Beche et Müller de l'arrière. Le pilote d'usine Audi n'a effectué qu'un seul tour en qualifications en raison de problèmes de moteur... La devise est ici très claire: la course ne peut que s'améliorer!

Parmi les quatre pilotes de la LM GTE Am, Thomas Flohr est le mieux placé avec la cinquième place sur la grille de départ de sa catégorie. Rahel Frey (également sur une Ferrari 488) s'élancera juste derrière. Nicolas Leutwyler (Porsche 911 RSR) partira en 45e position, Christoph Ulrich (Ferrari 488) en 49e position.

Avec Cool Racing et Realteam by WRT (tous deux LMP2) ainsi que Spirit of Race et Kessel Racing (tous deux LM GTE Am), ce sont au total quatre équipes qui courent sous pavillon suisse.

Le départ de la course sera traditionnellement donné le samedi 11 juin à 16 heures.

Le Mans 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le peloton du Mans lors de la 90e édition © 24h-lemans.com

Lien permanent

09.06.2022 Fiche technique / Vêtements de sécurité

Suite aux expériences faites jusqu'à présent lors des différents slaloms et rallyes, nous souhaitons informer une nouvelle fois tous les pilotes participant aux manches du championnat suisse (slalom, montagne, rallye) que les fiches techniques suivantes doivent être présentées au contrôle technique :

* Fiche technique
* Fiche technique vêtements de sécurité

Plusieurs pilotes ont "oublié" de remplir les formulaires ou ont voulu présenter des copies des années précédentes (p. ex. 2019). Ainsi, les pilotes ont dû remplir de "nouveaux" formulaires sur place et l'un ou l'autre pilote s'est "énervé" de cette charge administrative "supplémentaire".

Les formulaires ainsi que les règlements/notices correspondants peuvent être téléchargés toute l'année sur le site Internet d'Auto Sport Suisse :

https://motorsport.ch/fr/automobile/licences-reglements?lang=fr-ch

Nous les avons également joints ici à la news :

Lien permanent

09.06.2022 Bon rétablissement à Janine et Beat Wyssen
Beat Wyssen Chablais 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Beat et Janine Wyssen peu avant leur accident © Eichenberger

Selon la famille Wyssen, le duo père-fille Beat et Janine Wyssen, accidenté lors du Rallye du Chablais, se porte comme un charme. Auto Sport Suisse leur souhaite un bon et rapide rétablissement!

Le Rallye du Chablais du week-end dernier a offert un sport automobile varié. Et avec le vainqueur Jonathan Michellod, la Suisse a également une nouvelle étoile au firmament des rallyes. Malheureusement, la 18e édition de ce rallye à l'organisation exemplaire a été assombrie par un grave accident. Lors de la deuxième étape, la voiture #18 de Beat et Janine Wyssen est sortie de la route près d'un pont et a atterri dans un précipice. Le pilote et la co-pilote ont dû être secourus par les forces de sécurité et transportés à l'hôpital par hélicoptère. La voiture accidentée, une Abarth 124 Rally RGT, a été totalement détruite.

Entre-temps, la famille a fait une déclaration: «Les deux se portent bien, compte tenu des circonstances», déclare Corinne Wyssen, la sœur de Janine et la fille de Beat. «Ils souhaitent remercier l'équipe et les sauveteurs sur place pour leur engagement et leur aide.»

Auto Sport Suisse, nous leur souhaitons un bon et, espérons-le, rapide rétablissement.

Lien permanent

09.06.2022 Aperçu Hemberg: la longue attente de 1000 jours sera terminée
Steiner Berguerand Amweg free Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les plus rapides de 2019: Steiner, Berguerand et Amweg (de gauche à droite) © Hemberg

Exactement 1000 jours après Les Paccots en 2019, Hemberg accueillera à nouveau une course de côte comptant pour le Championnat suisse. 165 pilotes y prendront le départ.

Au cours des deux dernières années et demie, une seule course de côte a eu lieu en Suisse: à Oberhallau en 2021. Sans vouloir minimiser le travail dévoué des organisateurs schaffhousois, cette dernière ne comptait pas pour le Championnat suisse. Dans cette optique, la dernière course comptant pour le Championnat suisse de montagne a eu lieu il y a exactement 1000 jours, entre Châtel St Denis et Les Paccots.

Cette longue attente prendra enfin fin ce week-end. Le coup d'envoi de la saison du Championnat de la montagne 2022 aura lieu à Hemberg, où la dernière course remonte à 2019. 165 coureurs et coureuses se sont inscrits à la première course de l'ère post-coronavirus. À quelques exceptions près, tous les pilotes proviennent de Suisse.

Après une période de vaches maigres qui a semblé interminable, il est aujourd’hui presque impossible de prédire qui pourrait remporter la première victoire du jour en 2022. Certes, les dominateurs de la saison 2019, Éric Berguerand et Marcel Steiner, seront tous deux au départ. Mais ce sont précisément ces stars de la scène qui n'ont pas ou peu roulé ces deux dernières années.

«Je me suis un tantinet préparé sur le circuit de karting de Château Gaillard», explique Berguerand, pilote de Lola F3000. «Mais sinon, je n'ai jamais roulé. Ma dernière course remonte aux Paccots en 2019». Steiner non plus ne se rend pas forcément dans le Toggenburg en ayant parcouru beaucoup de kilomètres en course ou en essais. Après l'incendie de sa voiture à l'Anneau du Rhin (cf. www.motorsport.ch), Steiner est dèjà heureux de simplement pouvoir participer à la course. Le Bernois avait imaginé le passage au moteur turbo Honda différemment. «Nous verrons à Hemberg dans quelle mesure nous sommes compétitifs en montagne. Les tests que nous avons effectués sur le circuit avant que notre LobArt ne prenne feu me rendent certes optimiste. Mais il est difficile de faire des prévisions. Hemberg est pour nous à la fois un test de roulage, un entraînement et une course. Ce qui est bien, c'est que nous aurons quatre à cinq courses d'entraînement à Hemberg et aussi lors de la prochaine course à La Roche. Cela nous avantage.»

Robin Faustini 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nouveau look: Robin Faustini attaque avec son Osella FA30 © Archives Faustini

Une personne qui pourrait bien ruiner la partie pour les deux hommes est cependant Robin Faustini. L'Argovien n'a certes pas encore parcouru de distance de Grand Prix sur son Osella FA30, mais le vainqueur d'Oberhallau en 2021 s'est récemment fait remarquer lors des courses de côte de Sternberk (CZ) et Skradin (HR) en se classant 4e et 3e. En Croatie, il n’a eu qu’un retard de 0,2 seconde sur la légende de la montagne Simone Faggioli lors de la deuxième manche. La devise de Faustini pour 2022 est la suivante: tout ou rien! «Berguerand et Steiner sont tous deux très expérimentés et rapides. Si on veut les égaler, il faut tout donner. Les courses en République tchèque et en Croatie ont été une bonne préparation pour moi. Comme à Hemberg, un bon châssis est plus important que la performance pure du moteur, je pense avoir de bonnes chances. Mais je ne sais pas non plus où nous nous positionnons exactement par rapport à la concurrence.»

En plus de Berguerand, Steiner et Faustini, Thomas Amweg est lui aussi un candidat à la victoire du jour. Cependant, le vainqueur du Gurnigel 2019 devra se contenter de la Lola T94 déjà pilotée par son père Fredy lors du coup d'envoi à Hemberg. L'utilisation prévue de l'ex-Reynard 95D de Volluz se fait encore attendre. «Nous n'avons pas reçu les pistons de la Reynard à la bonne date», explique Amweg. «J'espère que nous disposerons de la voiture prête à l'emploi pour la course d'Anzère.»

Thomas Amweg 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Amweg roule sur la Lola T94/95 de son père Fredy © Archives Amweg

Les résultats chez les voitures de formule de plus faible cylindrée seront certainement aussi très attendus. Là, une lutte à quatre s'annonce entre Joël Burgermeister, Philip Egli, Thomas Zürcher et Christian Balmer. Comme Faustini, Burgermeister s'est préparé à la saison de montagne suisse dans Ecce Homo et y a remporté sa catégorie avec brio.

Parmi les voitures de tourisme, le nom de Roger Schnellmann (Mitsubishi Evo) figure en tête de liste en E1 et celui du revenant Frédéric Neff (Porsche 996 GT2R) dans la catégorie Interswiss. Une victoire d'un autre pilote serait une grosse surprise.

Concernant le parcours: avec 1,758 km, le parcours de Hemberg est le plus court du calendrier. Les pilotes doivent surmonter un dénivelé de 157 mètres dans le canton de Saint-Gall. La pente moyenne est de 8,94 pour cent. Le record absolu du parcours est tenu par Berguerand en 53,08 sec (= 119,23 km/h). Il date de 2019. Depuis le retour de la course de côte en 2012, il n'y a eu que deux vainqueurs différents à Hemberg: Éric Berguerand (cinq victoires, 2013-2016 ainsi que 2019) et Marcel Steiner (trois victoires, 2012 ainsi que 2017/2018).

Les courses commenceront le samedi 11 juin dès 7h30 avec des essais. Le dimanche, les courses se dérouleront entre 9h45 et 18h. Chaque catégorie disputera trois manches (dans la mesure du possible). Les deux temps les plus rapides seront additionnés.

Vous trouverez de plus amples informations sur la course de côte d'Hemberg, sur le site Internet www.bergrennen-hemberg.ch

Dates du Championnat suisse de la montagne 2022
11/12 juin, Hemberg
18/19 juin, La Roche – La Berra
2324 juillet, Ayent – Anzère
19-21 août, St.Ursanne – Les Rangiers
2728 août, Oberhallau
1011 septembre, Gurnigel

Neff Frederic 2022 04 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le revenant Frédéric Neff conduit une Porsche 996 GT2R © RK-Photography

Lien permanent

08.06.2022 9e édition des Lenzerheide Motor Classics
Lenzerheide 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le week-end prochain, le sport automobile sera de retour à Lenzerheide

Nach zwei Absagen 2020 und 2021 finden an diesem Wochenende die Lenzerheide Motor Classics statt. Eingeschrieben sind mehr als 200 Fahrzeuge und 42 Motorräder in zehn Klassen.

Es ist wieder mal soweit! Die 9. Ausgabe der Lenzerheide Motor Classics, die eigentlich schon 2020 hätte stattfinden sollen, geht an diesem Wochenende über die Bühne. Gefahren wird wie in den Jahren vor Corona auf einer Strecke entlang dem Heidsee.

Im Unterschied zur Arosa ClassicCar wird in der Lenzerheide nicht gegen die Stoppuhr gefahren. «Bei der Lenzerheide Motor Classics handelt es sich nicht um ein Rennen, sondern um rennsportliche Demonstrationsfahrten ohne Zeitnahme und Rangliste», erklärt Sportchef Hans Orsatti.

Gefahren wird in zehn verschiedenen Klassen, wobei jedes Feld über das Wochenende jeweils vier Mal 25 Minuten unterwegs ist. Zu den besonderen Leckerbissen zählen dieses Jahr der Fiat Abarth Zagato, der schon 1957 beim internationalen Bergrennen in der Lenzerheide am Start gestanden hatte, ein Shadow DN1 von Jackie Oliver oder der 72er Porsche 911 ST 2.5, der nach Einsätzen in Le Mans u.a. auch als kamerawagen für den Film «The Speed Merchant» eingesetzt wurde.

Die Veranstaltung beginnt schon am Freitag, 10. Juni. Unter anderem mit einem Coros durch Lenzerheide. Samstag und Sonntag (11. und 12. Juni) finden dann von 7.30 bis ca. 18.00 Uhr die Demoläufe statt. Das Fahrerlager befindet sich bei der Talstation der Rothornbahn. Weitere Infos finden Sie unter www.lenzerheidemotorclassics.ch

Situationsplan Lenzerheide Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Lien permanent

Associés

Membre de

Équipementier