• Newscenter

News Filter



News

29.11.2021 Martin Bürki: Un pour tous, tous pour un!
IMG 2518 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki: Pouce levé pour «Mr. Slalom» © Eichenberger

Le pilote d'Uetendorf Martin Bürki a de nouveau remporté le titre de slalom en 2021. Bien que la saison n'ait permis qu'un mini-championnat. Auto Sport Suisse s'est entretenu avec le vainqueur en série.

En raison de la pandémie de Corona, le championnat suisse des slaloms 2021 restera dans les livres d'histoire comme le plus court. Seules trois manches ont été disputées. Deux d'entre elles ont eu lieu le même week-end à Ambri. Le fait que Martin Bürki, le pilote qui a remporté les six derniers titres en série, se retrouve au sommet n'est pas une grande surprise. Mais cette fois encore, le vétéran a dû tout donner pour gagner. Auto Sport Suisse s'est entretenu avec l’homme qui a remporté huit fois le titre de champion des slaloms.

Tu as remporté ton huitième titre dans des circonstances particulières. Est-ce que la joie est la même que d'habitude?
Martin Bürki:
Bien sûr, c'était une saison exceptionnelle – exceptionnellement courte surtout. Mais je pense que l'essentiel est que nous ayons roulé. En ce sens, c'est un titre comme un autre. Et dans quelques années, personne ne demande combien de courses nous avons faites.

Est-ce que c’était plus difficile de devenir champion avec seulement trois courses?
Oui, on peut dire ça. Il n'y avait pas de résultat à biffer. Tu n'avais pas le droit à l'erreur. Et à Ambri, où les deux manches ont lieu directement l'une après l'autre, rien ne peut arriver. Lors de mon premier manche j'ai eu des problèmes de freinage. Je me suis dit que c'était fini.

Tu es devenu champion parce que a) tu as gagné toutes les courses et b) tu avais plus d'adversaires dans ta catégorie comme d’autres.
C'est vrai. Mais je te le dis: lorsque nous nous sommes inscrits à Ambri en tant qu'équipe MB Motorsport, il y avait déjà sept inscriptions dans ma classe. Le fait que de nombreux membres de mon équipe aient spontanément dit que nous te soutenions, toi et ta mission de champion, et que nous nous inscrivions également, m'a bien sûr fait très plaisir.

Tu n'as donc pas dû mobiliser spécialement tes coéquipiers?
Non, et c'est justement ce qui me réjouit. Nous avons une si bonne cohésion au sein de l'équipe qu'il n'y a pas eu besoin de mots dans une telle situation. Les gars se sont simplement inscrits. Bien sûr, nous avons amené une voiture supplémentaire à Ambri. Et un pilote a même pris une licence spécialement pour Ambri. Mais cela montre aussi que nous sommes une équipe, selon la devise «Un pour tous, tous pour un!»

Comment as-tu vécu la double manifestation à Ambri?
Je trouve que c'est une bonne idée. Et le fait que l'organisateur, l'Equipe Bernoise, fasse de même en 2022, je ne peux que m'en féliciter. En tant que chef de MB Motorsport, j'ai toujours dit aux jeunes pilotes de mon équipe: profitez du samedi lorsque les LOC roulent. Et mettez ensuite en pratique ce que vous avez appris le dimanche lors des NAT. À Ambri, ils ont pu participer deux fois à la NAT en un week-end. C'est génial!

Si tu regardes vers l'avenir: quel est ton pronostic pour 2022?
Je pars du principe que nous pourrons à nouveau courir dans des conditions normales l'année prochaine. Nous devons sortir de cette crise. Mais nous n'y parviendrons qu'ensemble. En ce qui me concerne, je serai certainement de retour en 2022.

IMG 1826 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki sur sa polo lors du slalom de Frauenfeld 2021 © Eichenberger

Lien permanent

24.11.2021 Une année réussie pour Sportec
Faessler Marcel Burkard Gregor Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Marcel Fässler et Gregor Burkard, CEO de Sportec

Depuis cette année, Sportec Racing a un chef sportif de premier plan en personne de Marcel Fässler. Celui-ci peut se targuer d'une saison réussie en GT2 European Serie et en Porsche Sports Cup Suisse.

«Nous avons pu remporter de nombreuses victoires et monter sur le podium dans plusieurs séries de courses», explique Marcel Fässler, triple vainqueur du Mans, qui tient depuis cette année les rênes de Sportec Racing en tant que Head of Motorsport. «Avant tout, le titre de champion de la nouvelle série SRO GT2 European a bien sûr été le point fort absolu de cette saison. Cela n'a fonctionné que grâce à une performance exceptionnelle de l'équipe et des pilotes et se reflète finalement dans les résultats.»

Sur les dix courses disputées, Sportec Racing, avec son pilote Christoph Ulrich, a terminé six fois à la première place et est monté neuf fois sur le podium au total. Il est clair que l'on défendra le titre la saison prochaine et que l'on confirmera ainsi le succès. Fässler: «Les cockpits sont encore inoccupés à ce jour. Les négociations avec d'éventuels pilotes sont en cours.» Ainsi, pour la mission de défense du titre en 2022, on peut à nouveau compter sur une équipe performante dans la classe Fanatec GT2.

En Porsche Sports Cup Suisse l'équipe de Bülach avec les deux frères Ricardo et Gregor Burkard, a terminé neuf fois sur le podium en douze courses sur six circuits différents. L'équipe est donc dans les clous et a rempli les objectifs définis en début de saison. «Ce succès aussi n'est dû qu'à une performance constante de l'équipe», explique Fässler. «Une performance sur laquelle il est possible de s'appuyer. Notre objectif doit être d'avoir également notre mot à dire dans l'attribution du titre de la Porsche Sports Cup Suisse.»

Ulrich Christoph GT2 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christoph Ulrich a remporté les GT2 European Series

Lien permanent

23.11.2021 Nico Müller désormais chef d'équipe
Nianco 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Nico Müller avec Patric Niederhauser et Thomas Schmid © Archives Müller

Le simracing est en plein essor. Le pilote de DTM Nico Müller le sait également et est depuis cette année chef d'équipe de Nianco, sa propre équipe de simracing.

Pour la communauté du simracing, la crise de Corona est comme un engrais pour le jardin. A l'époque de Covid-19, le nombre de centres de simracing a plus que doublé, de manière presque explosive. De nombreux pilotes professionnels (issus du «real racing») ont également découvert un nouveau monde. Parmi eux, Nico Müller. Cela ne veut pas dire que le pilote Audi ne s'était jamais assis dans un simulateur auparavant. Mais pendant Corona, il s'est intéressé de près à ce sujet. Et entre-temps, il est même devenu chef d'équipe de sa propre équipe de simracing.

Dans le cadre du «World eX», une série de simracing créée par Mike Rockenfeller, un collègue de Müller chez Audi, le Bernois entretient sa propre écurie de course baptisée Nianco (qui signifie «Ni» «and» «Co»). Nianco est l'une des neuf équipes de «World eX». Des grands noms comme Romain Grosjean, le recordman du Mans Tom Kristensen ou l'ex-champion DTM Frank Biela ont également pris une licence (pour trois ans). «Même Williams comme écurie de Formule 1 est présente avec sa propre équipe», dit Müller.

En tant que pilotes, outre le chef d'équipe, Thomas Schmid, champion suisse de simracing, Patric Niederhauser et Alain Valente se relaient dans l'équipe de Müller. «Nous avons également engagés deux jeunes simracer», explique Nico. «Ce qui est important pour nous, c'est l'échange au sein de l'équipe. Nous pouvons tous apprendre les uns des autres.»

Müller est convaincu que le simracing gagnera encore en popularité en Suisse dans les années à venir. «Beaucoup de choses sont déjà très réelles aujourd'hui», dit Müller. «Et on peut l'appliquer 1:1 dans le sport automobile réel. Personnellement, la conduite virtuelle m'aide à développer et à affiner mes compétences de pilote de course.»

Nianco 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La voiture de course de Müller dans le monde virtuel © Archives Müller

Lien permanent

23.11.2021 La Commission de discipline a pris sa décision
Hero NSK white Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

On a constaté lors d’une demande de licence que le certificat de capacité médical comporte des irrégularités. Ce cas a donc été examiné par la Commission de discipline.

Lors d’un contrôle et contrôle subséquent, le secrétariat de la Commission sportive nationale (CSN) d’Auto Sport Suisse (ASS) a constaté que la demande de licence 2021 au nom de Charles Riesen, Gelterfingen, présente des irrégularités au niveau du certificat de capacité médical.

Comme la modification ultérieure d’un certificat de capacité médical constitue en l’occurrence une infraction au Code sportif international, respectivement au Règlement sportif national (entre autres art. 12.1, pénalités), la Commission sportive nationale (CSN) a transmis ces infractions à la Commission de discipline (CD) pour évaluation du cas.

La Commission de discipline considère que le comportement de l’accusé correspond à une tentative délibérée d’acquérir de manière illégale une licence. Il s’agit par conséquent d’une escroquerie qui nuit aux intérêts du sport automobile (Art. 12.1.1c CSI). Elle a toutefois réduit la peine compte tenu du fait que l’accusé a fait preuve de compréhension et s’est excusé. A propos du jugement: on refusera à Riesen l’obtention d’une licence nationale et international jusqu’au 31.12.2022. De plus, il doit s’acquitter d’une amende d’un montant de 1500.- CHF et payer les frais de procédure de 1000.- CHF.

Lien permanent

22.11.2021 Schmid défend son titre de justesse
Sim Racing 2021 Finale 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Schmid, ancien et nouveau champion suisse de simracing

La dernière course de la saison des Swiss Simracing Series 2021 a été difficile à égaler en termes de suspense. Dans la catégorie reine, le champion de l'année dernière, Thomas Schmid, s'est imposé avec seulement deux points d'avance.

La course de la cat. PRO était entièrement placée sous le signe du duel Leonard Heidegger contre Thomas Schmid. Les deux protagonistes ne se sont pas fait de cadeaux et la fin de la course a été très serrée pour Schmid. La troisième place ne lui a finalement suffi que parce qu’ il a également obtenu les trois points supplémentaires pour le meilleur tour de la course. Schmid a ainsi remporté la catégorie reine avec deux points d'avance et 101 points au total, devant Leonard Heidegger (99) et Enrico Di Loreto (66).

La situation avant le finale n'était pas moins passionnante dans la cat. AM. Ici aussi, ce sont les points supplémentaires pour le meilleur tour de course qui ont fait la différence. Avec seulement un point d'avance, Clemens Moonen (87 points) a remporté le titre devant Gilbert Denzer (86) et Reinhard Hauri (78).

Dans le classement Ladys, Danica Brönnimann s'est imposée de manière souveraine. Elle a remporté le championnat pour la deuxième fois devant Bettina Buess. Nadia Brülisauer s'est classée troisième à seulement un point derrière elle.

La wild card tant convoitée pour la saison 2022 a été obtenue par Simon Benoit lors de la course des rookies.

Sim Racing 2021 Finale 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La finale s'est déroulée au Centre Porsche à Zurich

Lien permanent

22.11.2021 Rapport du week-end 32/2021
A Utorama Sebring 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Autorama Motorsport s'est assuré un troisième titre consécutif à Sebring

La série de victoires se poursuit pour Autorama Motorsport. L'équipe de Wetzikon a remporté son troisième titre consécutif. Cliquez ici pour lire le rapport du week-end.

Autorama Motorsport by Wolf Power Racing a remporté son troisième titre dans la catégorie TCE des 24H Series, après ceux de 2019 et 2020. Une deuxième place lors de la finale à Sebring (USA) derrière l'AC Motorsport de Belgique a suffi à l'équipe de Wetzikon pour défendre son titre avec succès. Bien que trois Suisses aient contribué au succès de la #1 à Sebring (Jasmin Preisig et les deux double-partants Fabian Danz et Miklas Born), le titre de pilote est allé cette fois à la Norvège (Emil Heyerdahl) et à l'Autriche (Constantin Kletzer). La #112, composée de Miklas Born, Fabian Danz, Kari-Pekka Laaksonen, Roberto Ferri et Antti Burri, s'est classée troisième après avoir connu quelques problèmes pendant la nuit.

Dans la catégorie GT, la victoire est revenue à l'équipe Audi de Rutronik. Herberth Motorsport, avec le Suisse Daniel Allemann au volant, s'est emparé de la deuxième place. Le titre GT a été remporté par l'équipe BMW de ST Racing. Allemann a terminé deuxième au classement général avec Herberth Motorsport.

Cette année encore, le 68e week-end de Grand Prix à Macao s'est déroulé sans équipes ni pilotes européens en raison des strictes exigences de la Covid 19. Un «Suisse» était quand-même au départ: Alexandre Imperatori. Mais le Fribourgeois, marié à une Chinoise et domicilié à Shanghai, n'a pas eu de chance. Lors de la première course GT, il a dû rentrer aux stands alors qu'il était troisième, ce qui l'a relégué en queue de peloton. Lors de la deuxième course, il a terminé douzième.

Autre nouvelle concernant Neel Jani. Porsche a retiré son appel concernant la réclamation rejetée lors des 8 heures de Bahreïn. Alessandro Pier Guidi et James Calado sont donc champions du monde des pilotes, Ferrari des marques, en GTE Pro. Jani reste donc vice-champion.

Jani Neel Bahrain 2021 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ca reste comme il est: Neel Jani «n'est que» vice-champion

Lien permanent

22.11.2021 Öffnungszeiten aujourd'hui
Zibelemaerit Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le bureau d'Auto Sport Suisse est fermé cet après-midi

Le bureau d'Auto Sport Suisse est fermé cet après-midi, 22 novembre (à partir de 12 heures), en raison du «Marché des oignons» à Berne. A partir du mardi 23 novembre, nous nous tiendrons à nouveau avec plaisir à votre disposition pendant les heures de bureau adaptées au COVID-19.

Lien permanent

18.11.2021 Hurni remporte le titre de vice-champion
Team Sports Promotion 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
David Kullmann (à gauche) et Christophe Hurni (à droite)

Christophe Hurni aura 60 ans l'année prochaine. Il n'en a pas pour autant fini avec la course automobile. Lors de la saison des Ultimate Cup Series, il s'est même battu en duel avec le fils d'un ancien champion du monde de Formule 1.

L'équipe de Formule 3 Sports-Promotion de Neuchâtel peut se targuer d'une saison réussie dans les Ultimate Cup Series. Lors de la dernière course à Estoril (P), l'équipe de Christophe Hurni a consolidé ses 5e (David Kullmann) et 6e (Hurni) places au classement général. Dans un peloton de 19 pilotes, le titre est revenu à Nicolas Prost, fils du quadruple champion du monde de Formule 1 Alain Prost.

Chez les gentlemen drivers, Hurni, qui participe depuis le début à l'Ultimate Cup Series avec sa propre équipe, s'est même assuré la deuxième place.

«Tout n’a pas été facile ce week-end, avec une pénalité et des concurrents pas toujours très fair-play», déclare Hurni. «Avec cette deuxième place au général de ma catégorie et un bilan de 13 podiums sur 15 courses cette saison, je suis satisfait de mon résultat. Je termine à la 6ème place du général du championnat remporté par le pilote professionnel Nicolas Prost. A 60 ans (l’an prochain) et 40 ans de courses automobiles, je suis fier de pouvoir toujours être compétitif.»

Vous trouverez plus d'informations sur l'Ultimate Cup Series sur Internet à l'adresse www.series.ultimatecup.racing ou en cliquant sur ce lien.

David Kullmann Christophe Hurni Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
David Kullmann (#25) devant Christophe Hurni (#62)

Lien permanent

18.11.2021 Remise des prix automobile seulement début 2022
02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les derniers vainquers ont été honorés fin 2019 © Eichenberger

L'année dernière, en raison du Covid-19, il n'y a pas eu de championnat, donc pas de remise des prix. Cette année, un championnat des rallyes et un championnat des slaloms ont été organisés. La cérémonie de remise des prix n'aura toutefois pas lieu avant début 2022.

Les cérémonies de remise des prix du Championnat suisse de slalom et du Championnat suisse des rallyes 2021 auront probablement lieu fin janvier/début février 2022 dans la région de la Suisse romande. Nous informerons et inviterons les lauréats en conséquence en temps voulu. Ceci toujours à condition qu'à la date prévue, l'organisation d'un tel événement soit possible en fonction de la situation épidémiologique.

12 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les coupes pour les vainqueurs 2021 seront distribuées en 2022 © Eichenberger

Lien permanent

17.11.2021 CSK avec cinq courses également en 2022
Franciacorta Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La première course de 2022 aura lieu à Franciacorta © Eichenberger

Le calendrier provisoire du Championnat suisse de karting autobau 2022 est prêt. Cinq courses sont prévues. Le coup d'envoi devrait être donné le 17 avril à Franciacorta, en Italie.

Comme cette année, le Championnat suisse de karting autobau comptera cinq courses en 2022. Le coup d'envoi sera donné le 17 avril à Franciacorta (I). La finale se déroulera à nouveau à Wohlen. Mais deux semaines plus tard que cette année. La course de Mirecourt (F), qui avait dû être remplacée par une deuxième course à 7 Laghi en 2021 à cause de Covid-19, est également de retour au calendrier.

Voici les dates:

17 avril, Franciacorta (I)
22 mai, Mirecourt (F)
3 juillet, 7 Laghi (I)
21 août, Levier (F)
8 octobre, Wohlen

Lien permanent

16.11.2021 Départ dans la nouvelle saison – Formulaires de licence 2022
Lizenzformulare 2022 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Ces derniers jours, les formulaires de renouvellement pour 2022 ont été envoyés aux pilotes qui étaient titulaires d'une licence annuelle en 2019, 2020 et/ou 2021. Les formulaires pour les nouvelles demandes peuvent désormais être commandés par courrier électronique ou téléphone auprès du bureau : info@motorsport.ch ou 031 979 11 11.

Comme nous l'avons déjà annoncé parmi les News sur la page d'accueil et dans le magazine d'Auto Sport Suisse, la structure des licences (annexe L du Code Sportif International) pour l'année 2022 a été adaptée par la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA). Vous pouvez télécharger ci-dessous, à titre d'information, le nouveau schéma de licence ainsi qu'une liste des transferts de l'ancienne à la nouvelle licence.

Tous les pilotes (automobile + karting) qui demandent une licence annuelle internationale pour la première fois doivent désormais suivre un cours de formation à la sécurité en ligne de la FIA avant de demander la licence. Pour tous les pilotes déjà titulaires d'une licence (cela vaut également pour les licences délivrées dans le passé), la formation à la sécurité n'est pas nécessaire. L'outil d'apprentissage en ligne est actuellement disponible en langues anglaise, française et espagnole, et d'autres langues suivront le mois prochain. Vous trouverez des informations et le lien vers la formation sur la sécurité à l'adresse suivante : https://motorsport.ch/de/autosport/lizenzen-reglemente-formulare.

Les pilotes (licence automobile REG/NAT) qui ont reçu en 2020 un bon pour la licence 2021 et ne l'ont pas utilisé, ou qui n'ont pas demandé de licence annuelle 2021, peuvent l’utiliser pour la licence annuelle 2022 et le soumettre avec la nouvelle demande de licence. Les bons non utilisés expireront après la saison 2022.

Les formulaires de licence pour les licences annuelles LOC, licences d’entraînement ou licences IT-D1 sont mis à disposition pour téléchargement sur le site: https://motorsport.ch/de/autosport/lizenzen-reglemente-formulare

Nous nous tenons naturellement avec plaisir à votre entière disposition pour les questions sur les licences 2022.

Auto Sport Suisse

Lien permanent

15.11.2021 La finale des Swiss Simracing Series promet d'être sous haute tension
Schmid Thomas Simracing Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le leader chez les professionnels Thomas Schmid veut défendre son titre samedi

Samedi prochain, la finale des Swiss Simracing Series 2021 aura lieu au Centre Porsche à Zurich. Les décisions sont encore ouvertes dans toutes les catégories.

Le samedi 20 novembre, les nouveaux champions suisses 2021 seront désignés dans le cadre des Swiss Simracing Series. Ce qui est passionnant, c'est qu'en raison du doublement des points à gagner lors de la finale sur le circuit virtuel de Spa-Francorchamps, le sort n'est pas encore jeté dans toutes les catégories. Dans le classement amateur, Gilbert Denzer est en tête avec 79 points devant Clemens Moonen (41) et Hanspeter Winter (36). Chez les femmes, Danica Brönnimann (53) est en tête devant Nadia Brülisauer (45) et Bettina Buess (32). Et le champion de l'année dernière, Thomas Schmid (87), occupe désormais la première place devant Leonhard Heidegger (66) et Enrico Di Loreto (51) chez les professionnels.

Les essais commencent à 11 heures le samedi. A partir de 12h55 les courses des amateurs/dames et à partir de 14h05 celles des professionnels auront lieu. Comme d'habitude, l'événement sera diffusé en direct sur la chaîne Twitch d'UPC MySports à partir de 12h20. Christian Mettler et Philipp Schallenberg commenteront en direct depuis Erlenbach. Lien: www.twitch.tv/mysportsch

Vous trouverez de plus amples informations sur Internet à l'adresse www.simracingseries.ch

Simracing 2021 04 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La finale des Swiss Simracing Series se déroule à Spa

Lien permanent

11.11.2021 Slalom Bure fin mai
Bure 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le paddock de Bure sera à nouveau occupé à la fin du mois de mai © Eichenberger

En début de semaine, nous avons publié le calendrier provisoire 2022. Maintenant, la date du slalom de Bure est également fixée.

Le slalom de Bure aurait dû initialement avoir lieu les 18/19 juin. Cependant, en raison d'un conflit de date avec la course de côte La Roche – La Berra, les Jurassiens ont cherché une nouvelle date. La date est désormais fixée: Le slalom de Bure 2022 aura lieu les 28 et 29 mai, une semaine avant Pentecôte.

Voici un aperçu de toutes les dates de slalom:

10 avril, Romont
1er mai, Bière
15 mai, Frauenfeld
21 mai, Ambri 1
22 mai, Ambri 2
29 mai, Bure
26 juin, Chamblon
25 septembre, Drognens

Lien permanent

10.11.2021 Ricardo Feller: «J’étais assis dans la voiture comme un sac de pommes de terre!»
Feller Ricardo 2021 03 Tarrach Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller (à droite) avec son équipier Christopher Mies © Tarrach

Ricardo Feller n’est que le deuxième pilote suisse après Patric Niederhauser (2019) qui à remporter l'ADAC GT Masters. Auto Sport Suisse s'est entretenu avec le jeune pilote argovien au sujet du plus grand succès de sa carrière.

On dirait que tu as besoin d'un moment pour toi après avoir franchi la ligne d'arrivée. Ou pourquoi as-tu baissé ton visière?
Ricardo Feller:
J'ai toujours imaginé ce moment. Mais je ne pensais pas que ce serait aussi intense lorsque je franchirais la ligne d'arrivée. J'étais assis totalement impuissant dans la voiture – comme un sac de pommes de terre! Il m'a fallu un moment pour être capable de catégoriser les sentiments et de saisir la situation.

L'as-tu compris entre-temps?
Oui, c'est de plus en plus fréquent. J'ai eu tellement de réactions. C'est incroyable. Et il y en a de plus en plus. C'est un sentiment très agréable.

La course a été complètement contre ta nature. Tu devais porter la voiture jusqu'à la ligne d'arrivée. Ce n'était pas facile…
Nous n'avons rien obtenu gratuitement, même si la position de départ était en notre faveur. Mais en tant que pilote de course, tu veux dépasser, tu es toujours agressif. Et c'est exactement ce que je n'avais pas le droit d'être. C'était difficile.

Combien de fois as-tu pensé à Neel Jani, qui a dû regarder son coéquipier se retourner à six tours de l'arrivée du championnat du monde GT à Bahreïn samedi soir et perdre le titre?
Je ne pensais pas explicitement à Neel. Mais bien sûr, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Et au milieu du peloton, il y avait beaucoup d'action. Certains d'entre eux étaient très sur-motivés. C'était très épuisant et éprouvant pour les nerfs.

Tu es le deuxième Suisse à remporter l'ADAC GT Masters. Qu'est-ce que cela signifie pour toi d'un point de vue suisse?
Cela signifie beaucoup pour moi. Il y a deux ans, Nidi était au sommet – maintenant c'est moi. Bien sûr, d'un point de vue suisse, c'est une grande satisfaction et un grand succès. Parce qu'il n'est pas facile de gagner ce titre. La concurrence est forte.

Ton objectif déclaré a toujours été de devenir un pilote professionnel. Est-ce que tu es proche d'un contrat d'usine maintenant?
C'est difficile à dire. Bien sûr, il y a des discussions. Mais je ne peux pas encore dire ce qui se passera en 2022.

Feller Ricardo 2021 02 Tarrach Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Feller n'est que le deuxième Suisse à remporter le GT Masters © Tarrach

Lien permanent

09.11.2021 PSCS: Fach défend son titre avec succès
Alexander Fach Misano 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Alexander Fach et son équipe célèbrent le titre © Porsche

Alexander Fach a défendu avec succès son titre de champion en GT3 Cup en remportant deux victoires éclatantes lors de la finale de la Porsche Sports Cup Suisse à Misano.

Les jeux sont fait: Alexander Fach a défendu avec succès son titre de champion en GT3 Cup lors de la dernière manche de la Porsche Sports Cup Suisse sur le circuit de Misano en Italie. Le jeune homme de 18 ans originaire de Satteln n'a laissé aucun doute sur ses ambitions de championnat avec deux pole positions, deux meilleurs tours en course et deux victoires du départ au arrivé. Avec une avance de près d'une minute, Fach a également tranché en sa faveur la dernière course de nuit de 2 heures sur le circuit adriatique.

«Quel week-end! J'ai encore du mal à me faire à l'idée de tout ce qui s'est passé», a déclaré Fach. «Terminer la saison par une double victoire est particulièrement agréable!»

Luca Pastorelli, qui pilotait déjà la nouvelle 911 GT3 Cup, a terminé deuxième de chaque course. La lutte pour la troisième place a été passionnante dans la première course, que Gregor Burkard a remporté de justesse contre Dominik Fischli et Alexander Schwarzer. Dans la deuxième course de la GT3 Cup, Fischli – qui, comme Fach, profite de la deuxième année du programme de sponsoring junior du Porsche Motorsport Club Suisse et de Porsche Schweiz AG – est passé de la quatrième à la troisième place.

Dans le groupe GT4 Clubsport, Laurent Misbach s'est assuré le titre dans la Classe 10 pour la 718 Cayman GT4 Clubsport avec le package Manthey Racing grâce à deux victoires de course très disputées. Dans les voitures de sport à moteur central sans le package MR, Patrick Schetty a obtenu la première place à deux reprises et également le titre. Jörg Dreisow a remporté la première course de la catégorie GT Open avec une 911 GT3 R, tandis que Tazio Pieri a gardé le dessus dans la deuxième course avec une 911 GT3 Cup. Et dans le cadre de la compétition des pilotes Porsche, Nicolas Garski a conclu la saison par un sans-faute: Il a également remporté le sixième concours de régularité.

PSCS 2021 Misano GT4 Challenge Start Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le départ de la course du GT4 Challenge © Porsche

Lien permanent

08.11.2021 CSK : appel d’offres pour les livraisons de pneus 2022

Pour l’année 2022, le Comité Karting lance au nom de la CSN un nouvel appel d’offres pour la livraison des pneus de l’autobau Championnat Suisse de Karting pour les catégories Super Mini, Iame X30 Challenge Switzerland, OK Senior/Junior et KZ2.

Dans les documents ci-après vous trouvez tous les informations nécessaires:

Lien permanent

08.11.2021 Voici à quoi ressemble le calendrier provisoire 2022
Bergrennen Oberhallau Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La course de côte d'Oberhallau aura lieu le 28 août en 2022 © Eichenberger

La CSN a approuvé le calendrier provisoire lors de sa dernière réunion. A ce jour, huit courses de côte, huit slaloms et six rallyes ont été enregistrés.

Mercredi dernier, la CSN a approuvé le calendrier provisoire des courses nationales pour 2022. L'accent est mis sur le terme «provisoire». En raison de la pandémie en cours, les plans à long terme sont obsolètes. Il s'agit avant tout de regarder positivement vers l'avenir et d'essayer d'apporter une normalité et un certain degré de sécurité de planification dans les opérations de course. A ce jour, huit courses de côte, huit slaloms et six rallyes sont prévus.

Voici un aperçu des dates:

Calendrier provisoire Championnat suisse courses de côte 2022
12 juin, Hemberg
19 juin, La Roche – La Berra
10 juillet, Massongex
24 juillet, Ayent-Anzère
21 août, Les Rangiers
28 août, Oberhallau
11 septembre, Gurnigel
18 septembre, Les Paccots

L'organisateur de la course de côte de Reitnau n'a pas encore confirmé qu'elle aura lieu en 2022.

Calendrier provisoire Championnat suisse des slaloms 2022
10 avril, Romont
1er mai, Bière
15 mai, Frauenfeld
21 mai, Ambri 1
22 mai, Ambri 2
19 juin, Bure
26 juin, Chamblon
25 septembre, Drognens

L'organisateur «Slalom de Bure» recherche actuellement une date alternative (chevauchement avec la course de côte La Roche – La Berra) et la communiquera dès que possible.

Calendrier provisoire Championnat suisse des rallyes 2022
8-9 avril, Critérium Jurassien
2-4 juin, Rallye du Chablais
18-19 juin, Rallye d'Alba (I)
8-10 septembre, Rallye Mont-Blanc (F)
30 septembre-1er octobre, Rallye du Tessin
13-15 octobre, Rallye International du Valais

Les dates du Rally di Alba et du Rally del Ticino peuvent être sujettes à des changements.

Rallye du Valais Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le Rallye du Valais marque la fin de la saison 2022 © Eichenberger

Lien permanent

08.11.2021 Rapport du week-end 31/2021
Ricardo Feller Nuerburgring 2021 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller, le champion du GT Masters 2021 © ADAC

Ricardo Feller ravi, Neel Jani furieux: les sentiments des deux pilotes GT suisses n'auraient pas pu être plus différents ce week-end.

Pour Ricardo Feller, un rêve est devenu réalité. En remportant l'ADAC GT Masters, l'Argovien a célébré le plus grand succès de sa carrière jusqu'à présent. Lui et son coéquipier allemand Christopher Mies ont déjà posé les bases samedi avec leur troisième victoire de la saison au Nürburgring. Ainsi, Feller/Mies ont commencé la course le dimanche avec une avance de 17 points sur les seconds. Et ils ont géré cette avance de manière intelligente. Bien que Feller ait toujours eu les mains pleines au milieu du peloton entre la 10e et la 12e place, le pilote Audi du Team Land Motorsport a gardé une vue d'ensemble et a ramené la R8 LMS à la maison en dixième position. Une 14ème place aurait été suffisante pour devenir champion.

«Tout semble assez parfait en ce moment», a déclaré Feller. «J'ai toujours rêvé de ce moment, même il y a quelques années en ADAC Formula 4. Remporter le titre des pilotes, de l'équipe et des juniors aujourd'hui est tout simplement incroyable. En course, j'ai dû m'effacer contre ma nature, mais la lutte pour le titre junior ne nous a pas été donnée non plus. Le duel contre Kim à la fin était dur mais juste et bien sûr amusant. C'est vraiment une journée formidable.»

Parmi les autres Suisses, le pilote Lamborghini Rolf Ineichen (P3 le dimanche) et le pilote d'usine Audi Patric Niederhauser (P5 le dimanche) ainsi que le pilote Mercedes Raffaele Marciello (P5 le samedi) ont également réussi à impressionner. Simona De Silvestro (Porsche) n'a pas pu profiter de sa première pole position. La femme de Thoune est devenue 7ème lors de la deuxième course.

Jani Neel Bahrain 2021 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Tout allait encore bien pour Neel Jani à ce moment © Porsche

La finale pour Neel Jani dans le WEC à Bahreïn était tout sauf grandiose. Le pilote Porsche d'usine était en route pour le titre GTE Pro lorsque son coéquipier Michael Christensen s'est fait doubler par l'Italien Alessandro Pier Guidi sur la Ferrari 488 dans la lutte pour la première place. «Que puis-je dire à ce sujet?», a posté Jani sur Instagram. «Nous sommes en route vers le titre de champion du monde. Il restait encore six tours à parcourir lorsque notre concurrent direct dans la lutte pour la victoire nous a mis hors du piste. Et il n'y a même pas de pénalité pour cela! Pour rester politiquement correct, je dirai simplement: on se rencontre toujours deux fois dans la vie!»

Porsche a déposé une protestation sur place. Mais il a été rejeté. L'équipe de Jani conteste maintenant la décision des commissaires devant la Cour d'appel internationale de la FIA.

Sébastien Buemi a également manqué l'objectif qu'il visait, son deuxième titre de champion du monde d'endurance. L'homme d'Aigle a remporté la dernière course de 8 heures à Bahreïn. Mais au classement final, Buemi a perdu de cinq points face à la voiture sœur Toyota de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José-Maria Lopez.

La saison s'est également terminée par une déception pour Fabio Scherer. Le pilote d'Engelberg a manqué le podium en LMP2 de 4,4 secondes et a terminé cinquième au classement général. Le titre est revenu à l'équipe belge WRT.

Buemi Sebastien Bahrain 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Buemi a célébré sa 20e victoire en WEC à Bahreïn © Toyota

D'autre part, Joshua Dufek a obtenu deux podiums lors de la finale allemande de Formule 4 au Nürburgring. Le double citoyen autrichien et suisse, qui vit à Genève, a terminé septième au classement général. Le deuxième suisse, Michael Sauter, a terminé 15ème, ce qui signifie la deuxième place au classement des rookies.

Dufek Joshua Nuerburgring 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Dufek (deuxième à gauche) est monté deux fois sur le podium au Nürburgring © ADAC

Lien permanent

05.11.2021 La CSN rejette la demande du promoteur, Toedtli est donc champion junior
Jeremie Toedtli RIV 2021 Action Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jérémie Toedtli/Julie Faure lors du Rallye du Valais © Eichenberger

La Commission sportive nationale a également traité le cas de «Toedtli» lors de sa séance du mercredi 3 novembre et elle a rendu un verdict clair et précis.

Le Rallye du Valais 2021 a eu un épilogue et cela pour la voiture n°21, la Renault Clio RS5 de Jérémie Toedtli et Julie Faure. Lors de l'inspection subséquente de leur voiture, une irrégularité technique a été constatée. On a donc décidé sur place de retirer le duo Toedtli/Faure du classement. Pour le Neuchâtelois, l'exclusion du RIV n'a eu aucun effet sur le classement général. Le duo Toedtli/Faure avait en effet déjà assuré le titre de champion suisse junior après le Rallye du Tessin. Dans le Clio Trophy Suisse aussi, Toedtli/Faure étaient déjà les vainqueurs avant le Rallye du Valais.

Le 2 novembre, le promoteur des deux championnats, à savoir BZ Consult SàRl, dirigée par Brice Zuffrey, a envoyé une demande à Auto Sport Suisse et l’avis aux médias que le promoteur avait décidé non seulement de retirer Toedtli/Faure du classement du RIV, mais aussi d'exclure le duo du championnat. La lettre indiquait également qu'en raison de l'exclusion du numéro #21, il n'y aurait pas de champion suisse de rallye junior cette année ni de champion du Clio Trophy Swiss. Les duos de pilotes classés derrière Toedtli/Faure au classement général ne devaient donc pas remonter automatiquement dans le classement.

La Commission sportive nationale (CSN) a examiné longuement cette proposition en détail lors de sa séance du lendemain (3 novembre) et en a discuté de manière approfondie. Après avoir pris connaissance de tous les faits et après avoir évalué la situation sur la base du règlement et du Code sportif international, la CSN n'a pas jugé utile de valider la décision du promoteur concernant le championnat suisse de rallye junior.

La CSN est en effet d'avis que l'exclusion du Rallye du Valais 2021 constitue une sanction suffisante pour l'infraction commise et elle renonce donc (tout comme les commissaires sportifs sur place) à transmettre le cas à la Commission disciplinaire.

Il est donc clair que Jérémie Toedtli et sa copilote Julie Faure ont terminé le Championnat suisse des Rallyes Junior 2021 en vainqueurs. Il appartient au promoteur de décider si Toedtli/Faure peuvent garder le titre du Clio Trophy Swiss, car il s’agit d’une série et non d’un championnat suisse officiel.

Julie Faure Jeremie Toedtli Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Champions juniors 2021: Julie Faure et Jérémie Toedtli © Archives Faure

Lien permanent

04.11.2021 La date de la cérémonie de remise des prix est fixée
Hotelmeilenstein 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
L'hôtel Meilenstein offre un endroit approprié © Meilenstein

La remise des prix du championnat suisse de karting autobau aura lieu le dimanche 5 décembre à l'hôtel Meilenstein à Langenthal.

L'année dernière, la cérémonie de remise des prix n'a pas pu avoir lieu à cause du Covid-19. Par conséquent, la joie d'Auto Sport Suisse est d'autant plus grande qu'elle fonctionnera à nouveau cette année.

Après la cérémonie de 2019 qui s'est déroulée à l'autobau Erlebniswelt de Romanshorn, celle de cette année aura lieu le dimanche 5 décembre à «l'Hotel Meilenstein» à Langenthal. L'invitation sera envoyée ces jours-ci.

Auto Sport Suisse se réjouit d'un grand événement dans une ambiance extraordinaire.

Kart Meister 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les champions suisses de karting 2021: Rohrbasser, Näscher, Moccia, Pappacena et Kuzhnini (de gauche à droite) © Eichenberger

Lien permanent

03.11.2021 Le vainqueur de la médaille d'or à l’Auto Zürich
Auto Zuerich Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les voitures de Zemp, Meisel et Helm... © Archiv(es) Meisel

Demain, jeudi, le plus grand salon automobile de Suisse de cette année ouvre ses portes. De nombreux pilotes suisses seront présents avec leurs voitures.

Pour la première fois depuis deux ans, l’Auto Zürich a lieu à nouveau. Traditionnellement, l'exposition des nouvelles voitures dans les halls d'exposition de Zürich-Oerlikon offre également l'une ou l'autre point de mire pour les fans de sport automobile – et cette année presque exclusivement dans une perspective suisse. Les véhicules de Reto Meisel, vainqueur de la médaillé d'or du Masters 2021 (Mercedes SLK 340), Roger Schnellmann (Misubishi Evo VIII), Michel Zemp (Norma M20FC) et Andreas Helm (Tracking RC01) seront notamment exposés dans le hall 5. La gamme de véhicules de sport automobile sera complétée par des véhicules de Sportec (KTM) et de Köstli Racing (Radical). Les équipes internationales d'Emil Frey Racing et de Kessel Racing seront également sur place.

Bien entendu, RacingFuel Acadmey, l'organisateur du championnat suisse officiel de simracing, sera également présent. Le stand avec plusieurs simulateurs est situé dans le hall 2. Pour les visiteurs, il y aura une séance de qualification de 15-20 minutes toutes les demi-heures. Le jeudi et le vendredi à 19 heures et le samedi et le dimanche à 16 h 45, il y aura une course chaque jour. Samedi à partir de 15 heures, plusieurs pilotes suisses seront présents sur le stand, dont Nico Müller, Lucas Mauron, Miklas Born et Grégoire Saucy.

L'exposition se tiendra du jeudi 4 novembre au dimanche 7 novembre. Il sera ouvert de 10 à 21 heures (jeudi/vendredi) et de 10 à 19 heures (samedi/dimanche) respectivement. Seules les personnes vaccinées, testées négativement ou rétablies avec un certificat Covid suisse ou européen valide sont admises à l’Auto Zürich. L'entrée pour les adultes est 19 francs suisses.

Vous trouverez de plus amples informations sur Internet à l'adresse www.auto-zuerich.ch

Screenshot 37 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
...sont exposés tout comme la Mitsubishi de Schnellmann © Archiv(es) Schnellmann

Lien permanent

02.11.2021 FIA Hill Climb Masters 2021 – lancez le film!

Cela fait quelques semaines maintenant. Mais pour tous ceux qui n'étaient pas à Braga, il existe un clip vidéo dont nous ne voulons pas vous priver.

Le FIA Hill Climb Masters à Braga/Portugal a laissé une impression. Chez les participants, les spectateurs sur place et tous ceux qui ont suivi la course chez eux via livestream. La citation du vainqueur du médaillé d'or, Reto Meisel, est représentative pour la délégation suisse: «Le week-end du 9/10 octobre 2021 à Braga a été la meilleure expérience en sport automobile pendant mes 32 années actives dans la course de côte.»

Pour tous ceux qui n'étaient pas là, un clip vidéo de deux minutes et demie est disponible sur www.planzerfilms.ch. Amusez-vous bien en le regardant!

Lien permanent

02.11.2021 Nouvelle exposition, nouveau centre de sim, nouveau livre
Regazzoni honor room 2 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La «salle d'honneur Clay Regazzoni» à Romanshorn © Kaufmann

Fredy Lienhard et son autobau Erlebniswelt à Romanshorn continuent d'appuyer sur l'accélérateur – avec une exposition Regazzoni, l'autovirtuell, un nouveau centre de simulation et un nouveau livre.

Fredy Lienhard est inarrêtable. L'ancien pilote de course, patron de longue date de Lista, fondateur de l'autobau Erlebniswelt à Romanshorn et sponsor du championnat suisse de karting a réalisé trois autres projets avec son équipe au cours des dernières semaines et des derniers mois.

Tout d'abord, il y a la «salle d'honneur Clay Regazzoni», qui a été récemment inaugurée. La nouvelle exposition permanente dans une partie nouvellement créée du bâtiment tourne exclusivement autour du quintuple vainqueur F1 du Tessin. Parmi les objets exposés de la carrière de Regazzoni figurent une Ferrari 312 B3 de 1974, la Tecno F2 avec laquelle le pilote tessinois a remporté le titre de champion d'Europe en 1970, et la March-BMW 782 avec laquelle Clay a terminé deuxième à la course de côte de St. Peterzell-Hemberg en 1979. D'autres véhicules de la flotte privée de Clay (dont une Ferrari F40 à transmission manuelle) ainsi que de nombreux trophées et autres souvenirs de Regazzoni sont également exposés.

Autovirtuell 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
A Romanshorn, il y a aussi depuis peu un centre de simracing

Presque parallèlement à l'exposition commémorative Regazzoni, autovirtuell, un centre de simulation de course pour jeunes et moins jeunes, a également ouvert ses portes à Romanshorn. Les fans de simracing peuvent s'affronter sur six simulateurs de simracing en réseau, que ce soit lors des courses officielles de championnat de la RacingFuel Academy ou lors d'événements privés. Des informations sur le nouveau centre sont disponibles sur le site web www.autovirtuell.ch.

Le troisième projet est un livre complet sur le monde de l'expérience autobau. Il s'agit du deuxième du genre (avec le titre «autobau n'est jamais terminé») et fournit des informations sur l'histoire, la collection et les activités. Le livre est disponible dans la boutique à l'adresse www.autobau.ch au prix de 35 francs suisses.

Apropos les heures d'ouverture: La «salle d'honneur Regazzoni» (ainsi que le reste du musée) peut être visitée tous les dimanches de 10 à 17 heures. Un certificat Covid valide est nécessaire pour entrer dans l'autobau Erlebniswelt.

Deckblatt Autobau ist nie fertig scaled Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
autobau n'est jamais terminé... Le deuxième livre est terminé!

Lien permanent

01.11.2021 Rapport du week-end 30/2021
Jani Neel Bahrain1 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Neel Jani (à droite) avec son co-equipier Kévin Estre © Porsche

Les chances de Sébastien Buemi et Neel Jani de devenir champions du monde en Championnat du monde d'endurance restent intactes après la première des deux courses à Bahreïn.

Les chances de Sébastien Buemi de remporter un deuxième titre de champion du monde en endurance (après 2014) restent intactes. L'ancien pilote de Formule 1 s'est incliné devant la voiture sœur Toyota de Conway/Lopez/Kobayashi lors de l'avant-dernière manche à Bahreïn, mais Buemi et ses coéquipiers Brendon Hartley et Kazuki Nakajima peuvent encore renverser la situation samedi prochain lors de la grande finale (toujours à Bahreïn). L'écart sur la Toyota n°7 est de 15 points. «Je n'aime pas finir deuxième», a déclaré Buemi après la course. «Mais je suis heureux pour l'équipe. Nous avons gagné le premier titre hypercar de l'histoire en tant qu'équipe avec une course à faire.»

Dans la catégorie GT, Neel Jani et le Français Kévin Estre ont remporté la victoire avec leur Porsche 911 RSR par sept dixièmes de seconde après six heures contre les autres pilotes d'usine Gianmaria Bruni (Italie) et Richard Lietz (Autriche). Avec sa troisième victoire de la saison et le point supplémentaire pour la pole position, Jani a réduit l'écart au championnat des pilotes à un seul point avant la course de 8 heures de samedi prochain.

Fabio Scherer, quant à lui, a manqué de peu le podium en LMP2 en raison de problèmes de pneus et d'une pénalité de dix secondes pour son coéquipier Filipe Albuquerque. Les chances de défendre avec succès le titre de champion du monde parmi les équipes ne sont que théoriques avant la dernière course.

Saucy Gregoire Monza 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy était déjà champion avant la course à Monza

Grégoire Saucy, qui avait déjà été couronné champion, n'a pas pu ajouter de podiums supplémentaires à son impressionnant palmarès lors de la finale de la Formule 3 Regional by Alpine à Monza. Le Jurassien a terminé quatrième dans la première course et dixième dans la seconde. Saucy et ses coéquipiers ont clairement manqué l'objectif de remporter le classement des équipes dans le duel avec R-Ace. Pour Saucy, la victoire du titre dans la F3 régionale est suivie d'un nouveau défi. À partir d'aujourd'hui, lundi, le champion nouvellement couronné effectuera ses premiers essais en FIA Formule 3 internationale pour son équipe ART à Valence.

La saison de la Formule 4 italienne s'est également achevée à Monza ce week-end. Le meilleur pilote suisse sur l'ensemble de la saison a été Joshua Dufek, avec une septième place au classement général. Dufek a remporté une course et est montée sur le podium à cinq reprises. L’autre suisse qui marqué des points, Samir Ben, a terminé la saison en P27 et P14 respectivement parmi les rookies. Son meilleur résultat était une sixième place à Imola. Dans le classement par équipe, Jenzer Motorsport a été la seule équipe suisse à terminer 6ème.

Dufek Joshua Mugello 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le meilleur Suisse en Italie: Dufek (au centre) a remporté une course en 2021

Lien permanent

29.10.2021 Le mythe est bien vivant
Klausenrennen 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Au Klausen, les gens conduisent à nouveau – du moins virtuellement © Photomontage Marco Heer/achtung.be

Comme dans les derniers numéros, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 3: La course du Klausen – une grande classique devient virtuelle

Hans Stuck a dit un jour: «J'aime les montagnes plus que tout. Et parmi ces géants, le col du Klausen est l'un de mes préférés.» Le célèbre pilote allemand n’était pas le seul à le penser. De 1922 à 1934, la fine fleur des courses automobiles internationales - de Rudolf Caracciola à Louis Chiron, en passant par Tazio Nuvolari – s'est réunie à dix reprises pour disputer cette course de côte de 21,5 kilomètres. L'homme et la machine étaient mis à rude épreuve par la longueur de ce tracé, l'état de la route, mais aussi, parfois, les conditions climatiques.

Après la course de 1934, il a fallu attendre près de 60 ans pour que les moteurs rugissent à nouveau au col du Klausen, lors du «Memorial» de 1993. Après d'autres rééditions en 1998, 2002 et 2006, la dernière course internationale du Klausen a été disputée en 2013.

Aujourd’hui, une nouvelle renaissance est imminente. À l'occasion de son 100e anniversaire, la course du Klausen revivra le 27 août 2022. Mais attention, pas sous la forme que vous avez pu connaître auparavant. Non, cette course sera virtuelle, avec des simulateurs modernes qui vous donneront l'impression de piloter une Mercedes ou une Auto Union sur la route menant au col du Klausen, comme lors de la grande bataille des Flèches d'Argent, en 1934.

Klausenrennen 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Presque comme dans la réalité: un tour sur le Klausen dans le simulateur © Eichenberger

La RacingFuel Academy SA s'est fait un nom en tant qu'organisatrice du championnat suisse de sim racing et a rendu la course de Klausen virtuellement possible. Aux dires de son directeur, Wani Finkbohner, il a fallu 1000 heures de travail pour cartographier la piste. Finkbohner et ses dix collaborateurs de Horgen (ZH) ont procédé méticuleusement. Les premiers mètres après le départ ont été imités par des pavés, comme à l’origine. Le reste - à ce jour - est asphalté. «Mais quand la course d’août 2022 aura été reconstituée, nous aurons une piste dans son état d'alors, c'est-à-dire principalement en terre battue» explique Wani Finkbohner, dont la société a déjà recréé les tracés du Gurnigel et d'Arosa.

Lors d’un test, Auto Sport Suisse a constaté que la simulation était déjà très réaliste. L'Auto Union de Stuck est difficile à apprivoiser virtuellement. Les roues étroites de l'époque et la poussée du moteur 16 cylindres ont rapidement mis en difficulté l'auteur de ces lignes. Même le conseil de Robin Faustini, chef instructeur, vainqueur à Oberhallau et employé de la RacingFuel Academy depuis janvier, n'a pas été d'une grande utilité: «Cette voiture se conduit avec l’accélérateur!»

La version routière proposée par la RacingFuel Academy est un peu plus facile à dompter. Mais même dans ce cas, le chrono d’ASS reste très éloigné du record. Ce dernier fut établi en 1934 par Rudolf Caracciola, au volant d’une Mercedes W25 de 354 ch, en 15 min 22,2 s. «Ce sera le temps à battre lors de notre événement virtuel du 27 août 2022», annonce Wani Finkbohner.

Klausenrennen 06 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Voici à quoi il ressemblait dans les années 30 au Klausen © Mercedes

En vue de la «1ère course virtuelle du Klausen», le 27 août 2022, chacun peut participer au «challenge de la course du Klausen», à Horgen ou dans l’un des centres partenaires (www.racingfuel-academy.com), pour tenter de faire tomber le record. Les vainqueurs gagneront un bon pour un week-end au col du Klausen, dans le nouvel hôtel «Klausenpass».
Mais revenons au chrono record de Caracciola, en 1934: personne n’a fait mieux, à ce jour, que ces 15 min 22,2 s pour couvrir les 1237 mètres de dénivelé entre Linthal et le col du Klausen. Hans Stuck père a manqué la marque de 3,2 s... La vitesse moyenne de 83,9 km/h donne une idée de la prestation de «Caratsch». La comparaison avec la première édition est édifiante également. Le premier vainqueur, en 1922, un certain Josef Nieth de Bâle, a tout de même eu besoin de 21 min 43 s pour négocier les 136 virages. Sa vitesse moyenne était de 56,7 km/h, soit à peu près la même que celle de l'auteur, dans la vie réelle.

Klausenrennen 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Conseil spécial: le musée Klausen au café de la course de Freuler à Linthal © Eichenberger

Lien permanent

28.10.2021 Deuxième tentative au Pikes Peak
Schnellmann Roger Koestli 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Roger Schnellmann et la Radical SR03 © Eichenberger

L'équipe Köstli Racing poursuit son projet de participer à la course de côte au Pikes Peak. Le pilote Roger Schnellmann a fait ses premiers tours dans la Radical SR03.

Au début de l'année 2021, le Team Köstli Racing s'est engagé à participer à la course de côte la plus célèbre du monde, Pikes Peak à Colorado. Ils ont été rapidement acceptés. Mais le temps pour faire décoller cet ambitieux projet était trop court. Les frères Roman et Sebastian Köstli ont dû renoncer au départ. Mais reporté n'est pas abandonné. L'équipe de Wernetshausen, dans le canton de Zurich, veut faire une deuxième tentative en 2022.

La Radical SR03 servira à nouveau comme véhicule. Et pour les Köstlis, un seul pilote entre en ligne de compte: Roger Schnellmann, le vainqueur du FIA Hill Climb Masters 2018 de Gubio. Ce dernier a effectué cette semaine son premier essai au volant de la Radical SR03. «Je ne me suis jamais assis dans une voiture sans toit», déclare Schnellmann après quelques «tours» au centre de circulation de Tuggen (SZ). «Le point bas est beaucoup plus bas que dans ma Mitsubishi. Et la direction est très directe. De plus, le Radical est très aggressive sur l'essieu arrière. Il n'est pas si facile de trouver le bon dosage.»

Schnellmann Roger Koestli 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Schnellmann avec les frères Sebastian (à gauche) et Roman Köstli © Eichenberger

La Radical des Köstlis est toujours dans son état d'origine. Une conversion élaborée pour la course à Pikes Peak le 26 juin 2022 est encore à venir. «Jusqu'à présent, nous avons réuni environ un tiers du budget», déclare Sebastian Köstli. Et son frère Roman ajoute: «Nous espérons trouver très bientôt d'autres sponsors pour notre projet afin de pouvoir commencer les modifications.»

L'aventure devrait coûter environ 100’000 francs suisses. Pour les deux frères, il ne s'agit pas seulement de participer. Ils veulent non seulement remporter la classe Open, mais aussi établir un nouveau record sur le circuit de 19,99 kilomètres. «Quand les gars m'ont contacté pour la première fois, j'ai commencé à transpirer», sourit Schnellmann, habituellement endurci. «Participer à une course comme Pikes Peak n'est pas un événement quotidien.»

Espérons que le rêve se réalise. Schnellmann ne manquera pas d'occasions de monter rapidement en 2022. «Je m'attends à ce que nous ayons à nouveau une saison normale en Suisse en 2022», déclare Schnellmann. «Et bien sûr, je serai prêt à ce moment-là.» Il a encore modifié sa Mitsubishi Evo VIII pendant la période hors course. Tous ceux qui veulent jeter un coup d'œil au «monstre des montagnes» peuvent le faire lors de l’exposition Auto Zürich (du jeudi 4 au dimanche 7 novembre).

Schnellmann Roger Koestli 07 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La Mitsubishi de Schnellmann sera exposée à l'Auto Zürich © Archives Schnellmann

Lien permanent

27.10.2021 Une Suissesse parmi les 4 premiers chez «Girls on Track»
Chiara Baettig 04 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Chiara Bättig est en finale de «Girls on Track» © Archives Bättig

Chiara Bättig (11 ans), de Zurich, s'est qualifiée pour la finale qui aura lieu fin novembre lors des deux jours de la recherche de talents du programme FIA «Girls on Track».

La joie est grande. Il y a quelques instants, Chiara Bättig figurait dans le rubrique «One to watch» dans notre magazine trimestriel. Aujourd'hui, la jeune fille de onze ans s'est qualifiée pour la finale du programme de recherche de talents «Girls on Track» de la FIA. Sur un total de 70 participants, la jeune Zurichoise, qui a terminé septième chez les Super Minis 2021 (une course de moins que la concurrence), s'est hissée dans le top 4.

La joie d'être qualifié pour la finale est grande. «Je suis fière», dit Chiara. «J'ai tout donné. C'était très strict. Nous avions un programme du matin au soir.» Il ne s'agissait pas seulement de compétences de conduite pures. «Nous avons eu des séances de remise en forme et avons été testés dans le traitement des médias. Ils ont également examiné la façon dont nous gérons le stress. Même la nutrition était un sujet.»

Pour Bättig, elle se poursuit maintenant du 22 au 26 novembre avec la finale à Lonato (I). Les responsables de la Ferrari Academy seront également présents. Si Bättig gagne contre ses trois concurrents restants, la jeune fille aura un contrat pour 2022, ce qui la permettra de participer à la WSK et aux Euroseries.

La deuxième Suissesse, inscrite à «Girls on Track» au Castellet (France), a été éliminée. Bien que déçue, Kiana Naudé va bien sûr continuer avec le karting. «J'ai eu une bonne année. J’étais deuxième chez les juniors en ROK Cup en Italie, même si je n'ai participé qu'à cinq des sept courses.»

Chiara Baettig 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le karting n'était qu'une partie du programme © Archives Bättig

Lien permanent

25.10.2021 Coppens remporte la victoire et le titre au Valais
Coppens Roux Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Champion suisse: Mike Coppens (g.) avec son copilote Christophe Roux © Kaufmann

Mike Coppens est le nouveau champion suisse des rallyes. Le pilote local a bénéficié au Rallye International du Valais d'un abandon de Sébastien Carron, qui menait souverainement jusqu'à la neuvième étape.

Sébastien Carron a détenu tous les atouts lors de la 61e édition du Rallye International du Valais. Jusqu'à la neuvième spéciale, ce pilote de Vétroz (VS) était confortablement installé en tête. Pendant ce temps, Mike Coppens (Skoda Fabia) et Michaël Burri (VW Polo GTI) se battaient pour la deuxième place avec un retard respectable de 50 secondes sur Carron.

Mais lors de la dixième étape, de Mollens à Montana, Carron, qui avait déjà remporté trois rallyes du Championnat suisse cette année, a commis une erreur. Il a endommagé les jantes avant et arrière du côté gauche de sa Skoda Fabia. Pour Carron, cela a signifié la fin du rallye et de la course au titre. 20 ans après ses débuts au RIV, il a toutefois fait preuve de calme et d’un esprit sportif. «Le moral de l'équipe est bon malgré la défaite», a déclaré Carron. «On ne peut pas toujours gagner. Félicitations à Mike et à son copilote Christophe Roux.»

Néanmoins, le rallye est resté palpitant. Coppens et Burri se sont livré un duel spectaculaire jusqu'à la fin. Avant la dernière spéciale, seulement 2,2 secondes séparaient les deux leaders. Au final, Coppens a gagné avec 4,4 secondes d'avance sur Burri. Jonathan Michellod (Skoda Fabia) a terminé en troisième position (1:24 min derrière). La quatrième place est revenue à Sergio Pinto sur une Alpine A110 RGT - devant le Belge Pieter Tsjoen (Skoda Fabia).

Burri Michael Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Juste battu: Michaël Burri avait 4,4 secondes de retard à l'arrivée © Eichenberger

Comme Burri conduisait avec une licence française, Michellod et Pinto sont passés respectivement à la deuxième et troisième place du classement suisse. Cela a eu un effet secondaire positif, notamment pour le jeune Valaisan Michellod. Avec les 35 points ainsi gagnés, il a dépassé au classement général Ivan Ballinari, absent au Rallye du Valais, et s'est assuré ainsi la troisième place finale du Championnat suisse des rallyes 2021.

Pour le nouveau champion suisse des rallyes Mike Coppens, deux rêves se sont réalisés avec sa première victoire au Rallye international du Valais et le premier titre du Championnat suisse qu'il a remporté par la même occasion: «J'avais l'habitude de regarder Philippe Roux et Jean-Laurent Girolamo rouler sur nos routes. Et je voulais faire la même chose. Le fait d'avoir gagné le doublé, c'est-à-dire le RIV et le Championnat suisse des rallyes, est indescriptible. Je pense qu'il faudra encore quelques jours pour que je réalise vraiment mon exploit.»

Vuistiner Ismael Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le vainquer du Clio Trophy Suisse: Ismaël Vuistiner © Eichenberger

Le Championnat suisse des rallyes juniors a déjà été tranché. Le Neuchâtelois Jérémie Toedtli était déjà champion avant la dernière manche en Valais. Mais c'est précisément Toedtli qui s'est fait pincer avec sa Renault Clio RSR lors de l'inspection post-rallye au RIV en raison d'une infraction technique et qui a été disqualifié. La question de savoir si cette disqualification aura un impact sur le classement final du championnat reste ouverte à ce stade. Guillaume Girolamo a remporté la victoire dans la catégorie junior. La deuxième place est revenue à Thibaut Maret. Dans le Clio Trophy Suisse, c'est Ismaël Vuistiner qui l'a emporté. Girolamo était deuxième et Maret troisième.

Aurélien Devanthéry et Nicolas Lathion se sont également livré un duel passionnant pour la victoire dans le Trophée Michelin Suisse, Lathion finissant par avoir le dessus. La troisième place dans cette catégorie est revenue au Français Thomas Battaglia, qui était déjà champion avant le Rallye international du Valais.

Lovey Gratien Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Gratien Lovey sur BMW M3 E30 a remporté la classe historique © Eichenberger

Dans la classe historique, Guy Trolliet (Porsche 911 Carrera) a assuré le titre de champion avec une deuxième place au classement du Championnat suisse devant Claude-Alain Cornuz (Ford Escort RS) et Jean-Romain Cretegny (Ford Escort MKII). La victoire de la 4e édition de la classe historique en Valais est revenue à Gratien Lovey (BMW M3 E30). La classe internationale (ERC Historic), qui se déroulait pour la première fois au Valais, a été remportée par le Tchèque Vojtech Stajf sur son Opel Kadett GT/E contre deux Ford Escort anglaises.

Il y a encore eu une bien mauvaise nouvelle en marge de la RIV: Jean-Marc Salomon (59 ans) a dû se faire retirer un caillot de sang à l'hôpital de Sion vendredi matin. Le Jurassien, vice-champion de Suisse des rallyes en 2019, affirme être sur la voie de la guérison. «Je n'ai plus d'appareil autour de moi», a déclaré Salomon à Auto Sport Suisse aujourd'hui (lundi). «Je peux à nouveau me tenir debout et je pense que ça va dans le bon sens.»

L'équipe d'Auto Sport Suisse souhaite à Jean-Marc un prompt rétablissement et de pouvoir bientôt reprendre place dans sa Ford Fiesta R5!

Vous trouverez de plus amples informations sur l'internet à l'adresse suivante: www.riv.ch

Lien permanent

25.10.2021 Rapport du week-end 29/2021
Feller Ricardo Hockenheim 2021 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ricardo Feller a toujours une avance de quatre points avant la finale

Une autre victoire suisse a été célébrée ce week-end lors de l'ADAC GT Masters. Mais pas par le leader du classement général, Ricardo Feller.

Ricardo Feller doit encore se battre pour son premier titre ADAC GT Masters. Lors de l'avant-dernière manche à Hockenheim, le jeune argovien a terminé deuxième et septième avec son coéquipier allemand Christopher Mies. Comme ses concurrents directs (Luca Stolz/Maro Engel) ont été encore plus performants avec des quatrième et troisième places, l'avance du pilote Audi Feller avant la finale au Nürburgring (6/7 novembre) n'est que de quatre petits points. L'excitation ne manquera pas lors des deux derniers manche: Il y a 13 pilotes (!) qui ont encore une chance de remporter le titre. Parmi eux, le pilote Mercedes Raffaele Marciello, qui a terminé 5e et 2e à Hockenheim, ainsi que le pilote Lamborghini Rolf Ineichen, qui a célébré sa première victoire de la saison après avoir terminé 7e de la course du samedi lors du deuxième manche.

Deux autres pilotes suisses sont entrés dans le top 10 à Hockenheim: Patric Niederhauser a confirmé sa courbe de forme ascendante et a égalé son meilleur résultat de la saison jusqu'à présent avec une 6ème place, Jeffrey Schmidt a terminé neuvième dans la deuxième course.

Deletraz Louis Portimao 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Louis Delétraz: de nouveau sur le podium en ELMS

Louis Delétraz n'a plus à trembler. Le titre en poche, le pilote genevois a pu rouler librement lors de la finale de la saison ELMS à Portimão (P). Cependant, ce n'était pas suffisant pour une nouvelle victoire, la quatrième de la saison. La deuxième place derrière la LMP2 gagnante de United Autosports était néanmoins un excellent résultat pour Delétraz après une saison extrêmement réussie en ELMS.

L'équipe suisse Cool Racing (avec Alexandre Coigny), partie en pole-position, a terminé 6ème, mais a perdu malheureusement le titre LMP3 à cause d'une crevaison sur la voiture de Nicolas Maulini.

Le pilote Ferrari Rahel Frey a également connu une fin de saison conciliante. La Soleuroise a terminé troisième en LMGTE, comme elle l'avait fait lors de l'avant-dernière manche à Spa.

Une autre femme rapide, Fabienne Wohlwend, a terminé la saison à la sixième place dans la W Series, comme elle l'avait fait lors de sa première année. Le titre est revenu à l'Anglais Jamie Chadwick, comme en 2019.

Wohlwend Fabienne Austin 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Fabienne Wohlwend, du Liechtenstein, a de nouveau terminé 6e dans la W Series

Lien permanent

23.10.2021 Pour le 50e anniversaire de la mort de Jo Siffert
Deschenaux Siffert Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jacques Deschenaux avec Jo Siffert © Archives Deschenaux

Il y a 50 ans aujourd'hui, le 24 octobre 1971, Jo Siffert a trouvé la mort dans une course de Formule 1 hors championnat du monde à Brands Hatch. Trois témoins contemporains évoquent des souvenirs de l'inoubliable « Seppi ».

Adriano Cimarosti (84), Heini Mader (85) et Jacques Deschenaux (75) n'ont tous les trois pas seulement accompagné Jo Siffert pendant des années, ils ont aussi partagé avec lui de nombreuses aventures. Il y a dix ans déjà, ils m'avaient décrit leurs souvenirs qui sont encore très vifs à l'heure actuelle. Il est donc grand temps de consulter à nouveau le carnet de notes de l'époque.

Cimarosti, Mader et Deschenaux ont rencontré Siffert pour la première fois en 1961 et 1962 respectivement. Ce Fribourgeois turbulant a laissé une impression durable aux trois. «J'ai vu Jo en direct pour la première fois en 1961 à Monaco», raconte le journaliste spécialiste du sport automobile Cimarosti. «Il courait en Formule Junior à l'époque et dormait avec ses gars dans un parking souterrain – entre des boîtes à sardines et des matelas pneumatiques.»

Le gourou des moteurs Mader a lui aussi rencontré Siffert pour la première fois à l’étranger: lors d'une course à Naples. «J'étais sur place à l'époque avec la Scuderia Filipinetti et je m'occupais de la voiture de Heinz Schiller. Seppi est arrivé trop tard pour la course et ne s'est donc pas qualifié...»

Deschenaux, qui avait 17 ans à l'époque, a rencontré Siffert alors qu'il travaillait comme correspondant pour la «Tribune de Genève». «Nous sommes allés ensemble à la course de côte d'Ollon-Villars. Il est monté la piste comme un fou, ce qui m'a donné presque la nausée.»

Cimarosti Sieffert Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Adriano Cimarosti avec Jo Siffert © Archives Cimarosti

Tous trois gardent un excellent souvenir des talents d'improvisation de Siffert. «Il avait pour devise: les obstacles sont là pour être surmontés», dit Cimarosti et d'ajouter: «Seppi avait un don. Il harcelait inlassablement les gens jusqu'à obtenir d’eux ce qu'il voulait. De plus, il ne rechignait devant aucune tâche. Quand il était jeune, il gagnait son argent comme chiffonnier. À 16 ans, il a commencé faire le commerce de voitures. Il les déplaçait certes du point A au point B sans permis de conduire, mais c’est une autre histoire.»

Mader évoque lui aussi les talents d'improvisation de Siffert. À partir de 1962, il travaillait comme mécanicien aux côtés de Seppi. «Pour moi, le passage de la Scuderia Filipinetti à Siffert, c’était comme passer d'une grande banque à un bureau de change. En semaine, Siffert vendait des voitures. Avec l'argent ainsi gagné, nous allions ensuite aux courses le week-end. Nous avions rarement du bon matériel. Nos boîtes de vitesses ont rendu l’âme les unes après les autres.»

Deschenaux a également expérimenté directement le sens des affaires et les compétences de survie de Siffert. «Un jour, il nous a fallu plus de neuf heures pour aller d'Ollon à Mouret, où il habitait. Seppi s'est arrêté partout pour faire des affaires. Et moi, j'étais assis bêtement dans la voiture à me tourner les pouces...»

Malgré ses moyens modestes, Siffert a toujours réussi à remporter de grands succès. En 1964, il a battu par exemple la superstar Jim Clark par une marge infime lors d'un photo finish dramatique au Grand Prix de Sicile. Il a ensuite connu l'un de ses plus grands succès en 1968 dans l'équipe Rob Walker Racing. Siffert a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne dans une Lotus 49B. Trois ans plus tard, il a célébré sa deuxième (et dernière) victoire en GP en Autriche sur une BRM. Parallèlement, Siffert a remporté de nombreuses courses de voitures de sport au service de Porsche, notamment la course de 12 heures à Sebring en 1968 avec Hans Herrmann ou la Targa Florio de 1970 avec Brian Redman.

Mader Siffert Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Heini Mader (à droite) avec Jo Siffert © Archives Mader

Le 24 octobre 1971, Siffert a pris le départ d'une course de Formule 1 sans statut de championnat du monde à Brands Hatch. Au 15e tour, la suspension de sa BRM s'est cassée. La voiture de Siffert a heurté un mur de terre, s'est retournée et a pris feu. Pour Siffert, les secours sont malheureusement arrivés trop tard.

Aujourd'hui encore, Mader n’aime pas qu’on lui rappelle ce dimanche noir. «C'est un sujet hautement émotionnel pour moi.» Cimarosti confirme: «C'était le pire moment de ma carrière de journaliste de sport automobile.» «Cima» ne l'a appris que le lendemain. «Quand Seppi a eu son accident, j'étais en voyage privé. Ignorant tout ce qui s'était passé, je me rendais à la rédaction lundi lorsque j'ai lu les manchettes des journaux au kiosque: «Voici comment est mort Jo Siffert!» «Je suis tombé des nues.» Deschenaux était également consterné. «J'étais à Berne ce dimanche. J'ai rencontré une connaissance à la gare Centrale. Il m'a lancé: tu sais la dernière de Siffert? J'ai dit: il a probablement gagné. Il était en pole position. Alors la connaissance a répondu: Non, Siffert est mort!

Siffert Oesterreich Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Siffert lors de sa deuxième et dernière victoire en F1 à Autriche en 1971 © josiffert21.ch

Lien permanent

22.10.2021 À la mémoire de Seppi Siffert
Jo Siffert 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Dimanche marque le 50e anniversaire de la mort de Siffert

Le prochain week-end sera dédié à Jo Siffert, décédé il y a 50 ans à Brands Hatch.

Dans le cadre des célébrations de Siffert, les fans de l'ancien vainqueur du GP peuvent commémorer leur idole ce week-end. Samedi, une manifestation aura lieu au Théâtre Equilibre de Fribourg, où de nombreux compagnons sont attendus. Dimanche, la fidèle communauté de fans du pilote de course, décédé en 1971, se réunira au cimetière de St-Léonard.

Vous trouverez de plus amples informations dans le dépliant ci-joint. Ou le site web www.josiffert21.ch

Lien permanent

20.10.2021 Eric Berguerand: De retour en 2022?
Oberhallau 09 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand 2019 lors de la course de côte à Oberhallau © Eichenberger

Eric Berguerand a été le champion suisse des courses de côte en 2019. Depuis, le Valaisan n'a pas couru en raison de la pandémie de Corona. Cela pourrait changer en 2022.

La Lola FA99 d'Eric Berguerand est dans le garage depuis deux ans. En raison de la pandémie de Corona, le sextuple champion suisse des courses de côte n'a pas participé à une seule course au cours des 24 derniers mois. En 2022, cela pourrait changer. «S'il y a un championnat normal, je reviendrai», déclare le Valaisan de 42 ans. «A condition que la voiture fonctionne...»

Il n'a pas beaucoup travaillé sur la voiture ces deux dernières années. Berguerand n'a pas non plus résolu une licence cette année. «Il était prévisible à un moment donné qu'il n'y aurait pas non plus de championnat en 2021», déclare le pilote Formule 3000. «Et je ne voulais pas prendre une licence pour une seule course.»

Néanmoins, Berguerand continue à suivre la scène, notamment les FIA Hill Climb Masters au Portugal et la course de côte d'Oberhallau, seule course de côte suisse en 2021, où il est particulièrement satisfait de la victoire de Robin Faustini. «La première victoire est toujours importante», dit Berguerand. «Surtout pour un jeune pilote comme Robin. C'est un grand soulagement quand les choses fonctionnent pour la première fois.»

Le retour de Berguerand dépend donc essentiellement du calendrier 2022. Ce point est encore en cours d'élaboration et sera à l'ordre du jour de la prochaine réunion de la Commission Nationale du Sport (CNS), le 3 novembre 2021. Mais on peut déjà en dire: Jusqu'à présent, les «suspects habituels» et la course de côte de «La Roche – La Berra» se sont inscrits. Et parce qu'en l'état actuel des choses, il n'y aura plus d'excuses en 2022, Auto Sport Suisse compte également reprendre les activités normales l'année prochaine.

Eric Berguerand Portraet Kopie Eichenberger ASS Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Eric Berguerand: «S'il y a un championnat normal, je reviendrai!» © Eichenberger

Lien permanent

19.10.2021 Aperçu Rallye du Valais: les Valaisans seront entre eux
Coppens Mike Kaufmann Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Toujours en tête: Mike Coppens vise son premier titre national © Kaufmann

De jeudi à samedi, le Rallye International du Valais marquera la finale du Championnat suisse des rallyes. Une chose est déjà certaine: le nouveau champion sera Valaisan.

Le nouveau champion suisse des rallyes 2021 sera soit Mike Coppens, soit Sébastien Carron, il conduira une Skoda Fabia et sera Valaisan. C'est déjà une certitude avant la finale, le Rallye International du Valais. Le titre de champion sera décerné du jeudi 21 octobre au samedi 23 octobre, autour de l’aire de la caserne de Sion, dans la vallée du Rhône.

À première vue, Mike Coppens a la meilleure position de départ dans ce duel pour le titre. Ce pilote de 42 ans, qui est originaire de Verbier, est en tête du championnat avec 130 points. Sébastien Carron, en deuxième position, a un retard de onze points sur lui. Mais la situation est trompeuse. Dans le classement final du Championnat suisse des rallyes, seuls les quatre meilleurs résultats sont comptabilisés. Et Coppens a déjà marqué des points quatre fois. Après le Rallye du Valais, son plus mauvais résultat sera donc biffé. La situation est différente pour Carron: son rival pour le titre, qui a un an de plus, a participé à trois rallyes jusqu'à présent et pourra donc marquer tous les points au Rallye du Valais.

En clair, cela signifie que si Coppens gagne, une troisième place suffit à Carron. Si Coppens abandonne, Carron, qui a été champion à trois reprises jusqu'à présent, devra terminer au moins huitième.

Carron Revaz Budel Chablais Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les challengers: Sébastien Carron et son copilote Lucien Revaz © Budel

«Je suis heureux de participer à nouveau au Rallye du Valais», déclare Carron, qui avait pris la dernière fois le départ du Rallye du Valais en 2017. «Mon copilote Lucien Revaz et moi avons débuté au Rallye du Valais il y a exactement 20 ans – sur une Peugeot 106. Cela me rappelle de bons souvenirs.» Mais Carron ne veut pas trop songer au titre. «Il va de soi que j'ambitionne de remporter le titre. Mais pour le moment, je me réjouis surtout de me retrouver sur la grille de départ, de m'amuser avec Lucien et de fournir la meilleure performance possible.»

Pour Coppens, il pourrait s'agir du premier titre. Il déclare à propos de la position de départ: «Elle comporte des avantages et des inconvénients pour les deux. Je pense que nous avons tous deux notre destin entre nos mains. Pour le moment, je suis heureux d'être en tête. Mais il s’agit d’un long rallye qui peut toujours nous réserver de mauvaises surprises. En tout cas, je vais faire preuve d'un maximum de concentration. La communication avec mon copilote Jérôme Degout est bonne, les notes sont de mieux en mieux rédigées et j'ai acquis beaucoup d'expérience cette année.»

Parmi les prétendants au podium de la 61e édition du Rallye du Valais figurent Jonathan Michellod (Skoda Fabia R5) et Michael Burri (VW Polo GTI). Avec Fabrice Gordon comme copilote à ses côtés, il peut compter sur quelqu’un qui sait comment gagner le Rallye du Valais. En 2019, le Français a mené nul autre que le père Olivier Burri vers sa neuvième victoire au Valais lors de la dernière édition du RIV pour l'instant. Ivan Ballinari ne sera pas au départ. Le champion suisse des rallyes de 2018 et 2019 ne participera pas à la compétition valaisanne pour des raisons budgétaires.

Toedtli Jeremie Cornevaux Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Jérémie Toedtli est déjà champion chez les juniors © Cornevaux

Les jeux sont faits chez les juniors. Jérémie Toedtli a remporté le championnat lors du dernier rallye, le Rallye Ticino. On peut toutefois s'attendre à un duel palpitant. David Erard, deuxième, pourra encore dépasser Toedtli au niveau des victoires de la saison. Pour une fois, Sacha Althaus, qui a remporté le Rallye Mont-Blanc Morzine cette année, ne sera pas au départ. Les dégâts subis par sa Renault Clio après le Rallye Ticino étaient trop importants pour qu'il puisse la réparer dans des délais aussi courts.

Le titre dans le Clio Trophy Suisse a également été attribué. Là aussi, Toedtli a déjà pu sabler le champagne au Tessin. L’issue du duel pour la deuxième place entre David Erard, Guillaume Girolamo et Ismaël Vuistiner est en revanche encore incertaine.

Il en va de même pour le Trophée Michelin Suisse où, en l'absence de Matthieu Walter, qui a remporté les deux rallyes d'ouverture, Laurent Bérard et Didier Postizz ne se battront « que » pour la deuxième place. Le Français Thomas Battaglia est désigné comme champion devra affronter notamment un adversaire redoutable dans la lutte pour la victoire au Rallye du Valais: le pilote local Aurélien Devanthéry.

Celui qui va décrocher le titre de champion des voitures historiques sera également désigné au Rallye du Valais. Les trois leaders de la saison en cours seront tous au départ: Guy Trolliet (Porsche 911), Claude-Alain Cornuz (Ford Escort RS) et Nicolas Jolidon (BMW 352i). Pour la première fois dans son histoire, le Rallye du Valais comptera également pour le Championnat européen des véhicules historiques de la FIA. Six équipes s'y sont inscrites. Le favori pour la victoire est l'Espagnol Daniel Alonso Villaron dans une Ford Sierra RS Cosworth.

Un total de 59 participants avec des voitures «modernes» et 20 équipes avec des véhicules historiques se sont inscrits pour la grande finale. La course commencera le jeudi après-midi avec le shakedown dans les casernes de Sion. Les premières épreuves spéciales auront lieu plus tard dans l'après-midi. Le programme exact peut être consulté sur le site web www.riv.ch

Dates du Championnat suisse des rallyes 2021
27-29 mai 2021, Rallye du Chablais
18/19 juin 2021, Rallye des Bornes (F)
2-4 septembre 2021, Rallye du Mont-Blanc Morzine (F)
24/25 septembre 2021, Rally del Ticino
21-23 octobre 2021, Rallye International du Valais

Daniel Alonso Villaron Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Daniel Alonso Villaron sur sa Ford Sierra RS Cosworth © FIA

Lien permanent

18.10.2021 Les Suisses triomphent à Indy en grand style
Niederhauser Patric Indy 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Patric Niederhauser et son équipe gagnante Sainteloc Racing © Audi

Patric Niederhauser a remporté la deuxième édition des 8 heures d'Indianapolis ce week-end. La deuxième place est revenue à un autre Suisse: Raffaele Marciello.

Les choses ne vont pas particulièrement bien pour le pilote d'usine Audi Patric Niederhauser en 2021. Dans l'ADAC GT Masters, qu'il a remporté il y a deux ans, le pilote bernois occupe une décevante 17e place à deux courses de la fin de la saison. Cela rend son succès aux États-Unis d'autant plus agréable. Avec ses coéquipiers Christopher Haase et Markus Winkelhock, Niederhauser a remporté dimanche la deuxième édition des 8 Heures d'Indianapolis, la deuxième course de la saison 2021 de l'Intercontinental GT Challenge (IGTC), sur une Audi R8 LMS GT3 de Sainteloc Racing.

«Je ne sais pas quoi dire», a déclaré Niederhauser. «Nous n'avons tout simplement pas abandonné vers la fin de la course. Quand le safety car est sortie après l'arrêt aux stands, j'ai d'abord pensé que c'était fini, que tout était fait. Mais nous avons continué à nous battre et avons obtenu la victoire.»

La Mercedes AMG GT3 de Raffaele Marciello a terminé à la deuxième place, à douze secondes de Niederhauser. Le Tessinois a ainsi mis en évidence la double victoire suisse.

Nico Müller n'a pas eu cette chance. Le pilote Audi de Berne a été poussé hors de la piste dès la première heure de course par une McLaren de la classe Pro-Am. Un long arrêt au stand a renvoyé Müller & Co. en queue de peloton (P12).

Au classement des pilotes, les vainqueurs d'Indy Niederhauser, Haase et Winkelhock sont maintenant à égalité en tête avec le trio Ferrari Ledogar, Nielsen et Pier Guidi. La saison s'achève le 4 décembre avec les 9 heures de Kyalami, après seulement trois des cinq courses initialement prévues.

Un autre Suisse a également remporté la Silver Cup. Lucas Légeret (également sur Audi) s'est imposé avec ses deux coéquipiers Aurélien Panis et Nicolas Baert. A la fin, le trio n'est qu'à huit secondes du podium général.

Legeret Lucas Indy 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lucas Légeret a remporté le classement argent à Indianapolis © Audi

Lien permanent

15.10.2021 Carron ou Coppens?
Carron Coppens Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Qui prendra le titre? Sébastien Carron (à gauche) ou Mike Coppens?

Les préparatifs de la 61e édition du Rallye International du Valais battent leur plein. Aujourd'hui, vendredi, les organisateurs ont donné des informations sur le parcours et les participants lors d'une conférence de presse.

Le voile est donc levé. Ou comme le diraient plutôt les organisateurs du Rallye International du Valais en s’inspirant de leur mascotte: la panthère est lâchée… Ce matin, l'organisateur du RIV a publié la liste de départ du rallye du 21 au 23 octobre. Et il ne laisse aucune question sans réponse: La 61e édition sera une pure affaire valaisanne. Comme le champion en titre Ivan Ballinari ne sera pas au départ pour des raisons budgétaires, seuls deux pilotes sont encore en course pour le titre: le leader du championnat Mike Coppens ou le déjà triple champion Sébastien Carron.

La situation avant le départ ne pourrait pas être plus excitante. Coppens est en tête avec 130 points. Carron est deuxième avec 119. Mais attention! Coppens a déjà quatre résultats (Carron seulement trois). Cela signifie que l'homme de Verbier se verra retirer le plus mauvais résultat. Carron, en revanche, peut marquer tous les points. Cela signifie que si Carron gagne, il sera champion suisse des rallyes pour la quatrième fois. En cas de victoire de Coppens, la troisième place sera suffisante pour le Vétrozien de 43 ans.

Au total, 59 voitures «modernes» sont au départ. Ils seront rejoints par 20 véhicules historiques, le RIV accueillant pour la première fois une manche du championnat européen historique. «Nous nous étions promis d'avoir plus de participants sur le terrain du championnat européen», déclare Cédric Borboën, le patron du RIV. «Mais les conditions Covid en constante évolution pour les équipes internationales ont contribué au fait que nous ne pouvons accueillir que six participants dans ce catégorie.»

Le rallye commence le jeudi 21 octobre. Les spectateurs sont autorisés grâce aux règles habituelles du Covid. Sur place, l'organisateur offre une possibilité de test (40.- par personne).

Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.riv.ch et bien sûr la semaine prochaine sur notre page d'accueil avec notre aperçu plus détaillé de la 61ème édition du Rallye du Valais.

RIV PK 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les organisateurs du RIV ont donné des informations lors d'une conférence de presse ce matin © Eichenberger

Lien permanent

14.10.2021 Grégoire Saucy: «L'étape logique est la FIA Formule 3»
Saucy Gregoire Mugello 2021 04 Kopie Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy: Fier d'être champion en Formule 3 Regional

Le Jurassien Grégoire Saucy (21 ans) a remporté le titre dans la Formule 3 Regional by Alpine. Auto Sport Suisse a parlé avec le champion nouvellement couronné sur le passé et l'avenir.

Au cours des dix années passées, seuls trois Suisses ont remporté un titre parmi la relève dans le championnat de Formule: Louis Delétraz en 2015 en Formule Renault NEC. Fabio Leimer en 2013 en GP2. Et Patric Niederhauser en 2011 en Formule Abarth en Italie. En ce sens, ce n'est pas tous les jours qu'un Suisse remporte un titre dans une championnat en formule junior. Qu'est-ce que ça signifie pour toi?
Grégoire Saucy:
Très bien, merci. Nous avons travaillé dur pendant l'hiver. Et nous avons pu organiser la saison avec nos partenaires et nos sponsors de telle sorte que nous avons pu mettre en place un ensemble compétitif.

As-tu changé quelque chose dans ton approche par rapport aux années précédentes?
Non. J'ai déjà piloté pour ART dans la Renault Eurocup en 2020. La seule chose que nous avons changée, c'est l'ingénieur de course. Cette collaboration a très bien fonctionné cette année. Il a 100 % de confiance en moi – et moi en lui. Tout s'est très bien harmonisé.

Tu es passé à la course automobile en 2016. Ce n'est que cette saison que tu as commencé à gagner. Comment expliques-tu cela?
C'est vrai. La victoire à Imola cette année était ma première en course automobile. Le fait que ce soit arrivé dans le cadre d'un Grand Prix de Formule 1 était quelque chose de spécial. Et bien sûr, je me suis toujours posé des questions par le passé. Sans aucun doute, cette période sans victoire ne m'a pas échappé.

Alors, j’ai raison en supposant que ça n'a pas toujours été facile pour toi dans le passé?
Oui, il y a eu des périodes difficiles. Surtout au début. Les moyens financiers étaient limités. Et quand c'est le cas, tu n'as pas beaucoup de choix. Comme ça tu prends les mauvaises décisions de temps en temps. Au cours des quatre dernières années, depuis que je travaille avec Richard Mille, beaucoup de choses ont changé. Nous formons une bonne équipe et avec ART comme équipe, j'ai fait un très bon choix.

Tu deviens 22 ans en décembre. Quels sont tes projets pour l'avenir?
L'étape logique pour 2022 est la FIA Formule 3 internationale. Nous sommes en discussion là-bas et je voudrais continuer sur cette voie, au moins tant que je peux concourir à l'avant. Si quelque chose change, nous devrons nous concentrer sur d'autres séries de courses. Je pense aux courses de voitures de sport, c'est-à-dire aux courses d'endurance. Mais pour le moment notre but est la Formule 3 internationale.

Que pouvons-nous attendre de toi lors de la finale à Monza fin octobre? Si tu gagnes encore deux fois, tu auras gagné la moitié de toutes les courses de cette année.
En fait, j'ai déjà gagné neuf courses. Au Castellet, j'ai été disqualifié de la première course parce qu'il y avait un problème technique avec la voiture. De ce point de vue, il me suffirait de gagner une course de plus à Monza pour avoir gagné la moitié de toutes les courses. Mais bien sûr, je vais essayer de faire tout ce que je peux pour terminer la saison avec deux moments forts.

La pression du championnat a disparu pour toi maintenant. Tu peux attaquer comme tu veux.
Oui et non. Bien sûr, nous voulons aussi gagner le championnat des équipes. Et nous n'avons qu'un point d'avance sur nos rivaux directs. Chaque point compte donc.

Saucy Gregoire Mugello 2021 03 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Saucy pouvait célébrer son titre déjà à Mugello

Lien permanent

13.10.2021 One to watch – Chiara Bättig
Chiara Baettig 06 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Chiara Bättig (11 ans) participera chez les juniors l'année prochaine © Archives Bättig

Comme dans les derniers numéros, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 2: One to watch – Chiara Bättig.

Chiara Bättig ne fait pas du karting pour imiter Lewis Hamilton ou Max Verstappen. Certes, elle aimerait bien se retrouver un jour en F1 et ne s'en cache pas. Mais si elle dispute ce sport encore majoritairement masculin, c’est pour suivre l’exemple donné par une autre jeune femme, Ekaterina Lüscher. Sa collègue de karting, qui n'a que trois ans de plus qu’elle et s’est classée 2e chez les juniors l'année dernière, a été l'étincelle pour Chiara Bättig. «Je l'ai rencontrée à Wohlen», explique-t-elle. «Et, à partir de là, j'ai voulu faire du karting moi aussi.»

Chiara, qui n'a pas été initiée à ce sport par sa mère Natascha ou son père Cyrill, s'est assise dans un kart à l’âge de 4 ans. «C'était lors d'un voyage en Thaïlande», se souvient-elle. «Et, même alors, je trouvais les karts beaucoup trop lents pour moi...»

En 2021, Chiara Bättig dispute sa deuxième saison complète en CS. Depuis sa première course, en 2019 à Mirecourt, elle s'est appuyée sur les services de Ken Allemann et de ses mécaniciens, son père Cyrill et son grand-père, Roman. L'année dernière, à 11 ans, l’adolescente de Wettswil am Albis a terminé à la 6e place, ne parvenant pas encore à se mêler aux avant-postes. Cette année, c’est différent. Dès la première course, la Zurichoise a gravi la 3e marche du podium de la manche finale. Et à Pavie, pour la deuxième course de la saison, Chiara s’est classée deux fois 3e lors des manches qualificatives.

Outre la 3e place des 7 Laghi, la course de Franciacorta compte parmi les meilleurs résultats de Chiara en 2021. «Après une mauvaise qualif, j'ai remonté dix places en une seule course», explique celle qui, en 2019, s’est classée 2e du Vega Trofeo.

Chiara Bättig est une puncheuse. Elle ne manque pas d'énergie non plus hors des circuits de karting. Le wakeboard, le snowboard, le ski et le trampoline ne sont que quelques-uns des sports qu’elle pratique pendant ses loisirs. Mais son grand amour reste le karting. Chiara s'est inscrite au programme «Girls on Track» de la FIA, destiné aux filles âgées de 12 à 16 ans. Une autre Suissesse, Kiana Naude, s'est qualifiée pour l’événement des 22/23 octobre. Toutes deux veulent figurer dans le top 12.

Indépendamment du programme FIA, Chiara Bättig fixe déjà le cap pour 2022. Elle pourrait encore courir une année supplémentaire avec les plus jeunes. Mais en raison de sa taille (1,60 m!), elle passera chez les juniors. «Je suis déjà à l’étroit dans mon kart», confie-t-elle.

Chiara Baettig 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lors des essais à Wohlen elle a impressionné dans le cockpit junior © Eichenberger

Lien permanent

11.10.2021 Une autre médaille d'or pour la Suisse
Masters 2021 Team 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
La délégation suisse à Braga: Bratschi, Amweg, Zemp, Meisel et le directeur de l'ASS Patrick Falk (de gauche à droite)

La Suisse a remporté une nouvelle médaille d'or au FIA Hill Climb Masters de Braga/Portugal après 2014 et 2018 grâce à Reto Meisel. Au classement par équipe la Suisse est terminé 6ème.

Thomas Amweg est entré dans le vif du sujet. L'Argovien, l'un des quatre Suisses de l'équipe de course de côte à Braga, a été enthousiasmé par le FIA Hill Climb Masters au Portugal. «C'était une méga expérience. L'atmosphère était sensationnelle et l'esprit d'équipe entre nous, Suisses, était tout simplement exemplaire. Même si cela ne s'est pas très bien passé pour moi sur le plan sportif, je reviendrai certainement la prochaine fois.»

Pour le pilote de Formule 3000 Amweg, c'était sa première participation aux Masters. En conséquence, le vainquer du Gurnigel 2019 a adopté une approche prudente. «Je voulais recharger la voiture de la même manière que je l'avais déchargée. Malheureusement, nous avons eu quelques problèmes de boîte de vitesses, c'est pourquoi j'ai manqué une séance d'essais. Et de toute façon, le rapport de vitesse était trop long.» Amweg a terminé son baptême des maîtres à la 31e place au classement général.

Pour Michel Zemp, c'était déjà la deuxième participation. En 2018, le Langenthaler pilotait encore une Seat TCR, cette fois il a conduit une Honda Norma M20 FC de 2 litres. Car Zemp étant classée dans la même catégorie que les voitures de sport de plus grosse cylindrée, il était clair dès le départ que le Bernois ne serait pas considéré pour une place de choix. Mais Zemp était quand-même convaincant. S'il y avait eu une compétition pour les voitures de sport de 2 litres, il aurait facilement terminé dans le top 3. «Je suis très heureux de ma performance», a déclaré Zemp en tant que 28e au classement général. «Nous avons eu quelques problèmes avec la boîte de vitesse, mais sinon, ça s'est plutôt bien passé.»

Ronnie Bratschi avait de bonnes chances de gagner une médaille. L'homme d'Uri, qui avait déjà participé à quelques manches du Championnat d'Europe cette année, n'a laissé aucun doute lors des séances d'essais du samedi sur sa capacité à conduire aux avant-postes. Malheureusement, le pilote Mitsubishi a été ralenti par des problèmes de boîte de vitesses le jour de la course. «J'ai abordé un long virage à gauche dans la deuxième manche avec un rapport trop élevé car il y avait un problème de rétrogradation. J'ai ensuite dû m'appuyer contre les garde-corps à la sortie du virage. En conséquence, j'ai décidé de ne plus conduire car le problème n'aurait pas pu être réglé sur place.» Néanmoins, le meilleur temps de Bratschi lors de la première manche a été suffisant pour la troisième place du groupe 1.

Le golden boy suisse au Portugal était Reto Meisel. En 2019, l'Argovien était déjà le pilote de voiture de tourisme le plus rapide lors de la manche du championnat européen sur la piste originale de Braga. Et cette fois encore, Meisel était dans une forme éblouissante. Cependant, comme la FIA l'a réaffecté à la classe Open sur place, Meisel n'a pas pu prétendre à la victoire en voiture de tourisme cette fois-ci. Le pilote de la Mercedes n'a guère compris cette réaffectation. «J'aurais préféré prendre la médaille d'argent en catégorie 1 plutôt que la médaille d'or en catégorie 3», a déclaré Meisel, qui n'était que deux millièmes de seconde plus lent que le Polonais Szymon Lukaszczyk dans le duel de longue distance avec les as des voitures de tourisme. Le fait que Meisel ait reçu (accidentellement) une médaille d'argent et non une médaille d'or lors de la cérémonie de remise des prix est une pure coïncidence. Meisel est sûr que la FIA corrigera ce faux pas... L'homme de 51 ans originaire de Leuggern a commenté l'événement lui-même: «C'était un événement de haut niveau. Et la FIA n'a pas ménagé ses efforts ni ses dépenses. L'atmosphère était gigantesque.»

Dans le classement par équipe, la Suisse est arrivée en sixième position – devant les forts Italiens. Après deux secondes places (2014 et 2016), il s'agit également d'une performance très solide. La victoire est revenue à la France.

Dans la lutte pour la victoire finale, Christian Merli du Tyrol du Sud était en tête, comme il y a trois ans à Gubbio. La deuxième place est revenue à Geoffrey Schatz. La troisième place est revenue à Simone Faggioli.

Masters 2021 Meisel 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Reto Meisel sur sa Mercedes SLK 340 Judd

Lien permanent

11.10.2021 Rapport du week-end 28/2021
Saucy Gregoire Mugello 2021 04 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy est champion de la Formule 3 Regional by Alpine

Les fans suisses des courses automobiles ont pu célébrer deux nouveaux titres ce week-end. Outre le succès d'Emil Frey Racing dans le GT World Challenge, le triomphe de Grégoire Saucy mérite une mention spéciale.

Grégoire Saucy a réussi! Le pilote jurassien a remporté le titre lors de l'avant-dernière manche de la Formule 3 Regional by Alpine au Mugello, en Italie, le week-end dernier. Pour Saucy, qui a déjà remporté huit courses cette saison, une cinquième place dans la course de samedi était suffisante pour remporter le titre de manière anticipée. Le dimanche, il est même monté sur le podium pour couronner le tout, à la troisième place. L'avance de Saucy sur Paul Aron, deuxième, est de 93 points avant la finale à Monza – il est difficile de gagner un championnat plus clairement que cela. Auto Sport Suisse félicite le pilote ART de Bassecourt pour son premier titre dans la course automobile.

Emil Frey Racing Barcelona 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les champions d'argent: Frey-Hilti, Feller, Ineichen et Fontana (de gauche à droite)

Il y avait aussi un autre titre pour Emil Frey Racing. L'équipe Lamborghini de Safenwil n'a pas seulement défendu avec succès la troisième place finale de la Coupe d'Endurance lors de la finale du GT World Challenge à Barcelone, la Huracan GT3 Evo avec la #14 et les trois pilotes suisses Ricardo Feller, Alex Fontana et Rolf Ineichen a assuré le titre dans le classement argent. «Nous avons atteint nos objectifs», déclare le chef d'équipe Lorenz Frey-Hilti. «Nous avons défendu la troisième place au classement général du championnat et avons pu remporter la Silver Cup avec nos trois pilotes suisses. Lors des séances d'essais, nous n'étions pas encore satisfaits de nos performances. Mais nous avons pu nous améliorer pas à pas.»

La victoire à Barcelone est revenue à un autre Suisse: Raffaele Marciello. Le pilote tessinois de Mercedes défend ainsi sa deuxième place au classement final. Le titre est revenu à la Belgique à Dries Vanthoor et Charles Weerts. Les autres classifications suisses: Miklas Born et Yannick Mettler (P8 dans la Silver Cup) et Adrian Amstutz (P3 dans la Pro AM Cup).

Marciello Raffaele Barcelona 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Raffaele Marciello a remporté la finale du GT World Challenge à Barcelone

Il n'y a pas eu de podium pour les Suisses lors du week-end DTM au Norisring. Nico Müller a terminé 8e et 15e dans la finale et a terminé la saison à une décevante dixième place. Philip Ellis était en passe de monter sur le podium ou même de prendre la tête dans les deux courses, mais il s'est fait retourner dans la première course et a dû jouer les porteurs d'eau pour Mercedes ou Maxi Götz, le nouveau champion DTM, dans la deuxième course, de sorte qu'au final seules deux dixièmes places étaient possibles. Il n'y a pas eu non plus de podium dans le DTM Trophy. Lucas Mauron a terminé la saison avec une cinquième et une sixième place. Yann Zimmer a terminé la finale en 7ème et 4ème position, ce qui signifie que Mauron a tout de même réussi à remonter à la 4ème place au classement général, tandis que Zimmer est resté en 7ème position.

Il y a également eu deux victoires de classe au Nürburgring pour le NLS. Manuel Amweg a remporté la classe CupX sur une KTM X-Bow. Manuel Metzger a remporté le SPPRO. Frédéric Yerly a dû se contenter de la deuxième place en SP3T avec sa VW Golf TCR.

Et enfin, la course de Formule 4 italienne au Mugello a finalement vu une autre victoire suisse. Joshua Dufek, pilotant avec une licence suisse, a célébré non seulement trois pole positions d'affilée, il a également obtenu sa première victoire dans la deuxième course. Au championnat, Dufekt est en 6ème position et une place dans le top 3 du championnat est encore tout à fait réaliste lors de la dernière course à Monza (30/31 octobre).

Ellis Philip Norisring 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Philip Ellis a dû jouer le porteur d'eau lord de la finale du DTM

Lien permanent

08.10.2021 Que fait donc Joël Camathias?
Camathias Joel 01 Kopie Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Joël Camathias conduit encore aujourd'hui, mais uniquement pour le plaisir

Comme dans les derniers numéros, nous publions ici l'un ou l'autre article du magazine trimestriel de l'ASS. Partie 1: Que fait donc Joël Camathias?

Il y a des pilotes de petite taille et d’autres qui sont grands. Et puis il y a le Tessinois Joël Camathias. Quand vous êtes face à ce gaillard d'un mètre nonante quatre, vous vous demandez comment il fait pour se glisser dans le cockpit d’une voiture de course.

Joël Camathias évolue dans l’univers de la compétition depuis plus de 25 ans. Aujourd'hui encore, il est l'un des pilotes de GT les plus rapides de Suisse. Même s’il confie: «Je ne roule plus que pour le plaisir. Et je ne parviens plus à suivre les jeunes.»

À 40 ans, Camathias est impliqué à fond dans le monde des affaires. Avec sa sœur, il dirige la compagnie financière et d'assurance de son père Romeo, décédé en 2017 à l'âge de 69 ans.

Bien que le sport automobile soit omniprésent dans la famille Camathias, ce n'est pas papa Romeo, jadis détenteur d'une superlicence, qui fit de Joël un pilote de course au milieu des années 1990. Ni le grand-oncle Florian Camathias, l’illustre pilote de side-car mort en 1965 à Brands Hatch, en Angleterre. Non, c’est un ami qui l’emmena un jour faire du karting à Locarno. «C’est à partir de là que j’ai voulu devenir pilote de course», confie Joël. «Mais mon père était contre. Ce n'est que lorsque j'ai accepté de payer mon kart de ma poche qu'il a été d’accord. J'ai conservé la facture acquittée de ce premier achat.»

En 1997, après quatre ans de karting, Joël Camathias a goûté pour la première fois à la course automobile, en Formule Campus italienne. Et en 1999/2000, il courait en Formule Euro Open Nissan, qui donna naissance aux World Series by Renault et où il se frotta notamment à Fernando Alonso. «J’ai pris l’avantage sur lui lors de la course de Barcelone», se souvient le Tessinois avec un sourire.

En 2001, Joël Camathias était promu en championnat international FIA de Formule 3000. Le début de la saison était prometteur, avec une cinquième place au Brésil. Mais ce ne fut pas suffisant pour aller plus loin. En 2003, après un détour par l'Euro 3000, Joël était à son apogée au niveau international. Il représentait la Suisse en IndyCar. Encore une fois, il démarra fort. Mais les ressources de la petite écurie de Dale Coyne, pour laquelle Romain Grosjean roule aujourd’hui, étaient modestes. Joël Camathias passa aux courses de GT et remporta le GT Open avec Richard Lietz (2007) et Marcel Fässler (2009), entre autres. La victoire avec Marcel reste sa plus belle expérience sportive. «Je me souviens avoir appelé mon père depuis Portimão», raconte Joël. «Et nous avons juste pleuré au téléphone...»

Aujourd'hui, Joël est le père de deux enfants: Ella Sky (6 mois) et Romeo León (1 an et demi). Pratiqueront-ils un jour le sport automobile? «S’ils ont envie de devenir pilotes, je leur conseillerai de s'orienter vers un autre sport. Les sports motorisés sont certes une bonne école de vie, mais les déceptions sont nombreuses.»

Camathias Joel 02 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Camathias a participé à l'IndyCar Series en 2003

Lien permanent

06.10.2021 Quatre Suisses au départ du FIA Hill Climb Masters au Portugal
Zemp Meisel Amweg quer Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Trois sur quatre: Michel Zemp, Reto Meisel et Thomas Amweg © ASS

Ce week-end (9/10 octobre), les meilleurs pilotes de course de côte d'Europe se retrouveront au Portugal pour les FIA Hill Climb Masters. Une délégation suisse avec Reto Meisel, Ronnie Bratschi, Michel Zemp et Thomas Amweg sera également présente.

165 pilotes hommes et femmes de 19 nations européennes différentes se sont inscrits à la quatrième édition du FIA Hill Climb Masters à Braga, au Portugal (60 km au nord de Porto) ce week-end. Les pilotes les plus rapides d'Europe seront déterminés dans quatre catégories. Et tout cela sur la célèbre piste de la Rampa del Falperra. Toutefois, les Masters ne se dérouleront pas sur la totalité des 5,2 kilomètres. Au lieu de cela, il s'agira d'une version raccourcie de 2,97 kilomètres. La raison: les voitures des participants britanniques ont de très petits réservoirs. Afin qu'ils n'aient pas à changer pour les Masters, la longueur de la piste a été adaptée à la capacité de leur réservoir...

Du point de vue suisse, la performance de Reto Meisel, Ronnie Bratschi, Michel Zemp et Thomas Amweg est au premier plan. Pour Meisel (#75), il s'agit de la deuxième participation aux Masters après 2018, lorsque l'Argovien avait terminé 32e au volant de sa Mercedes SLK 340 Judd. Meisel concourra également au Portugal avec sa Mercedes dans la catégorie des voitures de tourisme (Cat. 1). La préparation s'est déroulée de manière très prometteuse. Lors de la course de côte de St. Agatha, fin septembre, seul l'Autrichien Karl Schagerl était plus rapide. Et il ne sera pas au départ à Braga. Meisel a également de bons souvenirs de Braga: en 2019, il a remporté la classe des voitures de tourisme lors de la course du championnat d'Europe sur le circuit original.

Ronnie Bratschi (#78) a également une expérience des Masters. Lors de la première édition à Eschdorf (LUX) en 2014, l'homme d'Uri a concouru avec une Mitsubishi Lancer Evo VIII. La 47e place au classement général signifiait la 4e place dans la catégorie E1 avec plus de 3000 cm3. Au Portugal, l'homme de 35 ans est l'un des proches favoris pour la victoire en voiture de tourisme (Cat. 1). Cette année, Bratschi a remporté la catégorie supérieure Pf1, qui est calculée en fonction du facteur de performance, et le classement général des performances avec sa Mitsubishi. Il n'a manqué le titre de champion d'Europe qu'en raison d'un manque d'adversaires dans sa catégorie.

Bratschi Ronnie Wyss Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Ronnie Bratschi vise la victoire chez les voitures de tourisme © Wyss

Comme Meisel, Michel Zemp (#20) faisait partie de la délégation suisse à Gubbio, en Italie, en 2018. Cependant, l'homme de Langnau conduisait encore une Seat Cupra TCR à l'époque. Cette fois-ci, Zemp utilisera sa Honda Norma M20 FC et concourra en catégorie 2, réservée aux prototypes et aux monoplaces. Zemp a pris part à trois courses de côte cette année: Marchampt en Beujolais (F), Oberhallau et Turckheim (F). Lors de cette dernière, il a brillé en se classant 12e au classement général et en remportant la classe des voitures de sport E2 jusqu'à deux litres.

Thomas Amweg (#14) a participé pour la première fois aux Masters. Comme Zemp, le fils du roi de la montagne Fredy Amweg concourt en catégorie 2 et n'a participé que cette année à la course de côte à Oberhallau avec sa Lola B99/50 Cosworth.

Robin Faustini ne sera pas au départ. Le vainqueur d'Oberhallau 2021 s'est retiré au dernier moment.

Malgré la forte concurrence, la Suisse a fait une très bonne figure aux Masters' jusqu'à présent. Les médailles d'or du classement individuel sont allées jusqu'à présent à Eric Berguerand (2014 à Eschdorf) et en 2018 (à Gubbio) à Roger Schnellmann chez les voitures de tourisme. La Suisse a également beaucoup d'enjeu dans la Coupe des Nations. En 2014 et 2016, ils ont terminé à la deuxième place. En 2018, ils ont terminé à la huitième place.

Si vous souhaitez suivre les courses (et les essais) du week-end en direct, vous pouvez le faire en cliquant sur le lien suivant: https://chronomoto.hu/fiahillclimb/masters.php

De plus amples informations sur les masters sont également disponibles sur le site d’internet www.hcmasters2021.com

2021 hill climb home page hr Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse

Lien permanent

05.10.2021 Hommage à Aurore Maeder-Brand
Aurore maeder brand am Chablais 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Aurore Maeder-Brand 1969-2021 © Kaufmann

La scène suisse des rallyes pleure le décès d'Aurore Maeder-Brand. La Vaudoise, devenue championne suisse des rallyes à côté de Cyril Henny en 1997 et 1998, est décédée des suites d'un cancer à l'âge de 52 ans le 1er cotobre.

Fin mai, Aurore Maeder-Brand et Cyril Henny ont fait leur retour sur une Renault Clio S1600 après 20 ans au Rallye du Chablais. Avec une septième place au classement général, le duo a indiqué qu'il est toujours possible de conduire rapidement même après une longue absence et, dans le cas d'Aurore Maeder-Brand, de naviguer parfaitement. A l'époque, Henny a révélé à Auto Sport Suisse qu'ils prévoyaient également de participer ensemble au Rallye International du Valais. Cela n'arrivera plus.

Henny et Maeder-Brand ont été une équipe bien rodée pendant des années. En 1992, leur aventure a commencé sur une Opel Manta GT/E. Ils ont célébré leur premier podium sur le sol suisse (3ème place) en 1995 au Rallye Ronde d'Ajoie sur une Mazda 323 GT-R. L'année suivante, le duo remporte le même rallye dans une Peugeot 306 S16. La période la plus fructueuse a suivi en 1997 et 1998. Avec un total de douze victoires dans le championnat suisse, le duo s'est assuré le titre de champion suisse deux fois de suite.

Cyril Henny et sa copilote ont également participé à des rallyes internationaux. En 1996 et 1998 au Rallye du Monte Carlo (meilleur résultat: 17ème). Et en 2001, au Rallye d’Acropole et au Rallye de Catalogne. Cependant, ils s'y sont retirés avec des défauts techniques.

Aurore Maeder-Brand laisse derrière elle son époux Joël, leur fils Grégoire et ses parents. Auto Sport Suisse présente ses sincères condoléances à la famille, aux proches et aux amis d’Aurore. Les funérailles auront lieu jeudi, 7 octobre, à Gressy (VD).

Lien permanent

04.10.2021 Rapport du week-end 27/2021
Feller Ricardo sachsenring 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le leader du GT Masters, Ricardo Feller (à gauche), a également pu fêter un podium au Sachsenring

Pour les Suisses, qui font sensation à l'échelle internationale, la situation se complique lentement. Ce sera particulièrement excitant dans l'ADAC GT Masters. Deux pilotes suisses y ont des espoirs de titre.

L'espoir qu'un pilote suisse puisse avoir une chance sur le titre dans le nouveau DTM a disparu après ce week-end. Même en termes purement mathématiques. Bien que Philip Ellis (Mercedes AMG) ait également marqué des points lors de l'avant-dernière manche à Hockenheim avec des places 7 et 4, la bataille pour le titre est terminée. Ellis est actuellement en sixième position. Deux points devant l'Autrichien Lucas Auer, qui a remporté la deuxième course à Hockenheim. Nico Müller, quant à lui, pense probablement déjà à l'année prochaine. Le deuxième zéro (après la course au Red Bull Ring) est difficile à accepter pour le pilote bernois de l'Audi, qui s'est élancé de la quatrième ligne: «Mais la transmission est cassé lors de la première course et j'ai eu un pneu crevé lors de la seconde.»

La position de départ de deux pilotes suisses dans l'ADAC GT Masters est complètement différente. Ici, deux courses sont encore au programme avec Hockenheim (23/24 octobre) et Nürburgring (6/7 novembre). Et Ricardo Feller et son coéquipier Christopher Mies (Audi R8) sont toujours en tête après la course au Sachsenring. Grâce à une troisième place dans la première course et une cinquième place dans la seconde, Feller a non seulement conservé la tête du championnat, mais l'a même légèrement étendue. Le premier poursuivant de Feller est le pilote Mercedes Raffaele Marciello. Le pilote tessinois a terminé 4ème de la première course, mais a abandonné dans la deuxième course et a ainsi manqué l'opportunité de rattraper Feller.

Mauron Lucas Trophy 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Lucas Mauron: encore deux fois dans les points

Rolf Ineichen visait le podium aussi. Le pilote de la Lamborghini était encore en 2ème position dans la deuxième course jusqu'au dernier virage, mais il a ensuite rétrogradé en 4ème position. Patric Niederhauser (Audi R8) a obtenu son meilleur résultat de la saison. Le Bernois a mené un duel avec Feller pendant plusieurs tours et a terminé à la 6ème place.

Il a également obtenu des résultats dans le top 10 du DTM Trophy à Hockenheim. Yann Zimmer (BMW) a marqué de précieux points lors de la première course avec une 4ème place. Lucas Mauron (Audi) a terminé deux fois sixième. Au classement général les deux Suisses sont juste derrière l'autre en 6ème (Mauron) et 7ème (Zimmer).

Daniel Allemann a également remporté une nouvelle victoire dans la série 24H lors de la course de 12 heures sur le Hungaroring au volant de la Porsche 911 de Herberth Motorsport. La quatrième victoire de la saison a été remportée par Autorama Motorsport dans la catégorie TCR. La voiture n°112 (avec entre autres Jasmin Preisig et Christoph Lenz) a terminé avec un tour d'avance sur la deuxième Audi. La voiture n°1 de l'Autorama (avec Fabian Danz) a terminé en 3ème position.

Autorama Hungaroring 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
De nouveau au top au Hungaroring: l'Autorama dans une nouvelle livrée

Lien permanent

04.10.2021 Bürki est devenu champion suisse de slalom pour la huitième fois
Buerki Martin Action Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Il l'a encore fait: Martin Bürki est champion suisse de slalom © Eichenberger

Le Championnat suisse de slalom 2021 n'a comporté cette année que trois courses à cause du coronavirus. La finale à Ambri n'a pas manqué pour autant de suspense, même si le titre est revenu une fois de plus au champion de série Martin Bürki.

Le week-end dernier, la saison la plus courte de l'histoire du Championnat suisse de slalom en raison des nombreuses annulations causées par le coronavirus a pris fin. Les courses 2 et 3 se sont déroulées sur l'aérodrome d'Ambri, les décisions relatives aux titres ont été prises le dimanche, deuxième jour de course, par une météo froide et humide. En guise de défi spécial, le parcours de 2,73 kilomètres a été effectué dans le sens inverse des aiguilles d'une montre le samedi et dans le sens des aiguilles d'une montre le dimanche.

Une fois de plus, Martin Bürki a été le grand gagnant. Le pilote bernois de la VW Polo a remporté son huitième titre en slalom, le septième d'affilée, grâce à deux courses irréprochables samedi et dimanche. Une fois encore, le facteur décisif a été le nombre de rivaux de classe qu'il a battus. Le vétéran avait pris ses précautions et augmenté le nombre de participants dans sa catégorie, la E1 jusqu'à 1600 cm3, de 13 participants à Frauenfeld à 23 à Ambri, dont de nombreux compagnons d'écurie de son équipe MB Motorsport. «Je suis bien entendu heureux d'avoir remporté le titre pour la huitième fois», déclare Bürki. «J'aurais naturellement aimé faire une saison plus longue. Mais on ne pouvait rien y changer. Et c'était la même position de départ pour tout le monde.» Bürki est particulièrement fier des sept titres «consécutifs». Et ce garagiste de 53 ans, originaire d'Uetendorf, de déclarer: «Personne n'a jamais réalisé cet exploit avant moi.»

Darani Christian Kopie Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Christian Darani a été le pilote de voiture de tourisme le plus rapide à Ambri © Eichenberger

Christian Darani a lui aussi marqué le maximum de points. Ce pilote local de Mairengo, à seulement dix kilomètres de là, a été à Ambri le pilote le plus rapide en voiture fermée et s'est donc réjoui de deux victoires en voiture de tourisme. Le pilote de la Fiat X1/9 a pris la deuxième place du championnat derrière Bürki et a dû s'avouer vaincu par ce dernier car il n'avait que onze concurrents dans sa catégorie, les E1 jusqu'à 2000 cm3, mais le Tessinois l'a pris sportivement. «Je suis très satisfait de la deuxième place. Martin avait juste plus d'adversaires dans sa classe. Ce sont les règles. Et c'est pourquoi il mérite le titre. Mais je peux être fier de mes deux meilleurs temps à Ambri. C'étaient deux courses performantes.»

La troisième place de la «mini-saison» 2021 est revenue à Philip Egli. Le pilote de Formule 3 glaronnais, qui vit à Zurich depuis des années, se hisse ainsi dans le top 3 pour la cinquième fois après 2014, 2015, 2016 et 2018. Les victoires du jour 37 et 38 en sont la base, la victoire du samedi ayant été obtenue grâce à des circonstances heureuses. En fait, le rival d'Egli, Marcel Maurer, a été le pilote le plus rapide lors de la deuxième manche. Egli a dû le reconnaître loyalement à l'arrivée. Mais le meilleur temps de Maurer a été biffé à cause d'une prétendue erreur de porte. Samedi soir, le pilote de Formule Renault a certes présenté encore une vidéo prouvant qu'il avait bien passé les portes. Mais comme le délai de protestation était écoulé, cela n'a en rien changé le résultat. Egli a donc gagné avec 1,14 seconde d'avance sur Maurer et Tiziano Riva, qui a eu sur sa Reynard Formula 3000 huit secondes de retard sur le gagnant.

Interrogé à ce sujet par Auto Sport Suisse, Maurer renonce d’ailleurs à une révision du résultat d’Ambri de samedi. Ce pilote de Längenbühl constate «c’est certes ennuyeux pour moi, mais je l’ai accepté, même si on voit sur la vidéo que j’ai correctement passé les portes 378 et 38».

Maurer Marcel Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Marcel Maurer a été blâmé pour une erreur de portes © Eichenberger

Le deuxième meilleur pilote de voiture de tourisme derrière Darani était Reto Steiner sur Ford Escort RS le samedi et Christoph Zwahlen sur Porsche 911 GT3 le dimanche. Dans l'Interswiss, les victoires sont revenues à Marco Geering sur Opel Kadett C GT/E. La deuxième place a été remportée par le vainqueur de Frauenfeld et collègue de marque Jürg Ochsner le samedi et Manuel Santonastaso sur BMW WTCC le dimanche.

Dans la Renault Classic Cup, le gagnant du titre a également été désigné dimanche. La célèbre coupe monotype, qui fêtera ses 30 ans l'année prochaine, peut passer en revue une saison presque «normale», l'une des rares exceptions, car pour les Clios, les trois slaloms comprenaient la course de côte d'Oberhallau ainsi que les courses sur circuit d'Hockenheim et du Nürburgring. Le vainqueur de ce championnat, qui comprend huit courses, est Thomas Zürcher. À ce pilote bernois, il a suffi pour cela de remporter deux secondes places derrière Denis Wolf et le meilleur temps à la fois samedi et dimanche.

Dans la Suzuki Swiss Racing Cup, le suspense a également été au rendez-vous jusqu'au bout. Comme en 2019, lorsque le championnat comptait huit courses, Marcel Muzzarelli est arrivé en tête. Après sa victoire dans la course d'ouverture à Frauenfeld, la deuxième place le samedi et la troisième place remportée le dimanche ont permis à ce pilote suisse oriental de défendre avec succès son titre. Comme il y a deux ans, le titre de vice-champion est revenu à Fabian Eggenberger, le pilote Suzuki le plus rapide dans des conditions humides le dimanche. La troisième place finale a été obtenue par Reto Steiner. Une première dans l'histoire du championnat suisse de slalom a été la victoire de Patrick Flammer samedi. Ce pilote de Glaris a triomphé pour la première fois au volant d'un modèle hybride.

Vous trouverez de plus amples informations sur le slalom d'Ambri sur Internet au lien: www.equipebernoise.ch

Zuercher Thomas Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Thomas Zürcher a remporté le titre dans la Renault Classic Cup © Eichenberger

Lien permanent

30.09.2021 PSCS: la décision sur le titre est reportée
PSCS Mugello 2021 01 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Départ de la Porsche GT3 Cup avec Alexander Fach à l'avant gauche

La décision concernant le titre de la Porsche Sports Cup Suisse a été reportée. Alexander Fach était supérieur au Mugello, mais le leader du championnat a reçu une pénalité dans la deuxième course.

Alexander Fach a bien failli décrocher le titre de champion de la GT3 Cup dès l’avant-dernier week-end de course de la Porsche Sports Cup Suisse. Sur l’Autodromo Internazionale del Mugello, près de Florence, le champion en titre a remporté une victoire éclatante dans la course de sprint. Au volant de sa Porsche 911 GT3 Cup de 485 ch, il semblait également assuré de gagner la course d’endurance, mais une pénalité de deux minutes, parce qu’un problème de pneu ayant contraint le pilote à prendre un raccourci non autorisé dans la voie des stands, l’a empêché de fêter un nouveau titre de champion. Dominik Fischli, son principal rival, conserve donc une chance – du moins arithmétique – de l’emporter sur le pilote de Satteln lors de la finale de la saison à Misano.

«Mon week-end au Mugello a été marqué par des hauts et des bas», a déclaré Alexander Fach. «Nous avons beaucoup travaillé sur les réglages et avons trouvé le set up idéal. Lors des deux séances de qualification, j’ai réussi à prendre la pole position, et j’ai remporté haut la main le contre-la-montre en réalisant le meilleur temps au tour. J’ai aussi disputé la course d’endurance avec une avance très confortable, mais une crevaison m’a obligé à retourner encore une fois au stand. En théorie, ça ne m’empêchait pas de défendre ma position de leader, mais comme j’ai utilisé un raccourci, j’ai écopé d’une pénalité de temps, et pour finir, j’ai été rétrogradé à la neuvième place. Je comptais bien m’adjuger le titre dès le circuit du Mugello, mais malheureusement, ça n’a pas marché. Maintenant, je me concentre pleinement sur Misano et je vais tout donner pour gagner le championnat.»

En catégorie GT4 Clubsport, Laurent Misbach a confirmé sa position de leader de la classe 10, celle des 718 Cayman GT4 Clubsport équipées du pack Manthey Racing. Dans la catégorie des voitures de sport à moteur central sans pack MR, Philipp Hagnauer a pimenté encore une fois l’issue de la compétition en remportant la course de sprint et celle d’endurance. La victoire au classement général de la course des 100 miles est allée au duo Jörg Dreisow et Manuel Laucka, au volant d’une 911 GT3 R. Jürg Aeberhard avait auparavant remporté le contre-la-montre en catégorie GT Open avec une 911 GT2 de la génération 993. Quant à la Porsche Drivers Competition Suisse, le vainqueur de la cinquième manche de la saison est une fois de plus Nicolas Garski.

PSCS Mugello 2021 05 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Il a encore une chance en finale: Dominik Fischli

Lien permanent

29.09.2021 Aperçu Ambri: ce sera la mi-temps et la finale de la saison simultanément!
Darani Christian Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le héros local Christian Darani sur sa Fiat X1/9 © Eichenberger

Ce week-end, deux courses faisant l'objet d'un classement indépendant se dérouleront à Ambri dans le cadre du Championnat suisse de slalom. Nouveauté dans l’histoire du Championnat suisse: les courses 2 et 3 du championnat formeront en même temps la finale.

Il s’agit d’une situation très particulière. Auto Sport Suisse, mais sans doute aussi tous les participant(e)s espèrent vivement pouvoir à nouveau organiser une saison « normale » l'année prochaine. Mais ce week-end, le slalom d’Ambri sera assurément une manifestation très spéciale. Avec une double épreuve, le Championnat suisse de slalom se terminera après seulement trois courses. En d'autres termes: samedi 2 octobre sera plus ou moins la mi-temps du Championnat suisse de slalom. Le dimanche 3 octobre, ce dernier appartiendra déjà au passé... D'autant plus qu'à Ambri, beaucoup de choses dépendront de celui qui non seulement parcourra les 3,15 km du parcours le plus rapidement possible et de préférence sans faute, mais aussi qui ne subira aucun problème technique. Un défi spécial sera constitué par le fait que le parcours sera effectué dans le sens inverse des aiguilles d'une montre le samedi et dans le sens des aiguilles d'une montre le dimanche.

En comparaison au slalom de Frauenfeld, il y aura moins de participants. Selon l'organisateur, l'Equipe Bernoise, environ 215 pilotes sont au départ le samedi, et 160 le dimanche.

Dans l'Interswiss (jusqu'à 2000 cm3), les quatre premiers de Frauenfeld seront dans les starting-blocks. S'il n'y a pas de défaillance technique, les spectateurs pourront à nouveau s'attendre à un duel entre le vainqueur de Frauenfeld, Jürg Ochsner (Opel Kadett) et Manuel Santonastaso (BMW). Mais Marco Geering, qui est arrivé troisième à Frauenfeld, aura certainement aussi son mot à dire en ce qui concerne la victoire dans cette catégorie.

Plus de participants qu'à Frauenfeld, à savoir 23 (contre 13), prendront le départ dans la catégorie E1 (jusqu'à 1600 cm3) au Tessin. Le favori pour les deux victoires d'étape est naturellement le multiple champion suisse Martin Bürki dans sa VW Polo. Joël Werthmüller (Peugeot 106) s'est approché le plus près de lui lors de la dernière course à Frauenfeld. Douze pilotes prendront le départ dans la classe de cylindrée 1601-2000 cm3, où la victoire ne peut revenir qu'à un seul pilote: le pilote local Christian Darani (Fiat X1/9) de Mairengo situé à dix kilomètres de là.

Buerki Martin Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Martin Bürki: Peut-il défendre son titre de champion suisse? Eichenberger

Il y aura sans doute un nouveau gagnant dans la catégorie E1 de plus de 3000 cm3. Les deux premiers de Frauenfeld, Simon Wüthrich et Bruno Ianniello, ne prendront en effet pas le départ à Ambri. Mais des pilotes comme Koni Tarnutzer (Porsche GT3 Cup) ou Christoph Zwahlen (Porsche 911 GT3) ne manqueront certainement pas l’occasion de sauter dans la brèche.

Dans la lutte pour la victoire du jour, seuls Philip Egli et Marcel Maurer ont normalement une chance. Les deux pilotes de Formule sont invaincus depuis Bière en 2017. Plus récemment, Egli a connu la meilleure fin à Frauenfeld. Le détenteur du record Ambri, Tiziano Riva, est également en lice avec sa Reynard 92D F3000, une voiture qui n'est cependant pas forcément adaptée aux slaloms.

La Suzuki Swiss Racing Cup compte avec 27 voitures le grand nombre de participants parmi les coupes monotypes. Le suspense est d'ores et déjà garanti. Marcel Muzzarelli a les meilleures cartes après sa victoire lors du coup d'envoi à Frauenfeld. Mais la concurrence le serrera de près. Sandro Fehr, Patrick Flammer, Fabian Eggenberger et Reto Steiner avaient moins d'une seconde de retard sur lui à Muzzarelli lors de la dernière course.

La situation dans la Renault Clio Cup est également palpitante. Non seulement les 5 premiers de Frauenfeld, Thomas Zürcher en tête, y prendront à nouveau le départ, mais Denis Wolf participera cette fois-ci lui aussi chez les Clio III.

À propos de l'horaire: le slalom d'Ambri n'est pas pour les lève-tard. Il commencera le samedi à 8h00 avec les premiers parcours d'inspection. A partir de 16 heures environ, la cérémonie de remise des prix pour les catégories LOC sera au programme. On rendra hommage aux autres coureurs à partir de 18h30. Il y aura également de l'action le dimanche de 8h à 18h.

Vous trouverez de plus amples informations sur le slalom d'Ambri sur Internet en cliquant sur le lien suivant: www.equipebernoise.ch

Calendrier du Championnat suisse des slaloms
17/18 juillet, Frauenfeld
2/3 octobre, Ambri

Zuercher Thomas Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le favori chez les Renault Clios: Thomas Zürcher © Eichenberger

Lien permanent

28.09.2021 Rapport du week-end 26/2021
Emil Frey Valencia 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Champions en catégorie argent: L'équipe Emil Frey Racing avec Fontana et Feller

Alex Fontana est le deuxième pilote de circuit suisse après Louis Delétraz (ELMS) à remporter un titre international en 2021. Les autres sujets qui ont fait sensation de vue suisse le week-end dernier se trouvent, comme d'habitude, dans notre rapport du weekend.

Alex Fontana est le deuxième pilote de circuit suisse après Louis Delétraz (ELMS) à décrocher un titre international en 2021. Le pilote tessinois a remporté le classement argent lors du GT World Challenge Sprint à Valence. Dans le même temps, son équipe Emil Frey Racing a célébré la victoire dans le classement par équipe. Pour Fontana et son coéquipier Ricardo Feller, le week-end au Circuit Ricardo Tormo ne s'est pas déroulé de manière idéale, mais les 17ème et 13ème places ont été suffisantes pour défendre avec succès leur position de leader dans la Silver Cup. Pour Feller, ce n'était «que» suffisant pour la cinquième place au final. La raison: le pilote argovien n'a pas pu rouler aux côtés de Fontana lors de la première course à Magny-Cours, car l'équipe a dû restructurer ses pilotes au pied levé après un accident.

Grégoire Saucy est également en course pour le titre. Bien que le pilote jurassien ressente plus de pression en Formule 3 Regional by Alpine qu'en début de saison, le pilote ART a pu maintenir sa position de leader avec un nouveau podium. Avec deux week-ends de course à venir, son avance est de 78 points. Cela signifie que Saucy peut déjà devenir champion lors de la prochaine course au Mugello. Pour cela il lui faut encore 22 points. Les autres Suisses (Axel Gnos, Léna Bühler et Jasin Ferati) attendent toujours leurs premiers points...

Nico Müller et Patric Niederhauser ont manqué de peu le podium lors de leur première course ensemble sur la Nordschleife. Les deux pilotes d'Audi ont terminé l'avant-dernière manche de la NLS (anciennement VLN) à la 4e place. À mi-parcours, l'équipe avec les deux pilotes de Berne était encore en tête. Les victoires de classe ont été remportées par Simona de Silvestro et Marco Timbal sur une Porsche Cayman GT4 dans la classe «alternative» et par le Team Hofor Racing by Bonk Motorsport avec une BMW M240i Racing Cup dans la classe réservée à ces véhicules.

Il y avait aussi une lueur d'espoir pour Giorgio Maggi. Le pilote de Nidwald, qui a dû passer par le bas de la série NASCAR (aux États-Unis et en Europe) récemment, s'est maintenant assuré la troisième place au volant d'une voiture Norma lors de la course de 24 heures de Zolder après avoir terminé premier en 2019.

Ralph Boschung a également retrouvé le sens de la réussite après une longue période d'inactivité, avec une 6ème place dans la course de sprint de Formule 2 à Sochi. Il en va de même pour Jenzer Motorsport. Grâce à la sixième place du Britannique Jonathan Hoggard, l'équipe de Lyss a pu abandonner la lanterne rouge en Formule 3.

Saucy Gregoire Valencia 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Grégoire Saucy a besoin encore 22 points pour le titre en F3

Lien permanent

27.09.2021 Carron poursuit sa série de victoires
Carron Sebastien Ticino 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Sébastien Carron en route vers sa cinquième victoire au Tessin © Maissen

Sébastien Carron poursuit allègrement sa série de victoires dans le Championnat suisse des rallyes. Lors du 23e Rallye Ronde Internazionale del Ticino, le pilote rapide du Valais s'est avéré une fois de plus invincible.

Rien ne peut décidément arrêter Sébastien Carron et son copilote Lucien Revaz. Le pilote valaisan de 43 ans et son copilote français ont également triomphé lors de la quatrième manche du Championnat suisse des rallyes au Tessin. Avec une avance de plus de 40 secondes, le duo bien rodé a remporté sa troisième victoire de la saison. En d'autres termes: depuis le Rallye du Chablais 2019, Carron a remporté systématiquement tous les rallyes auxquels il a participé.

Carron a posé les bases de sa 22e victoire dans le Championnat suisse lors de la première spéciale de 24,46 kilomètres déjà. Il y a devancé de 16,8 secondes le leader du Championnat suisse actuel Mike Coppens et de 17 secondes le héros local Ivan Ballinari. Le même scénario s'est reproduit lors de la deuxième la spéciale « Nara ». Une fois de plus, Carron a devancé de 17 secondes et plus la concurrence. À la moitié du rallye, le triple champion suisse avait déjà 34 secondes d'avance sur Coppens et 36 sur Ballinari.

Dans la troisième spéciale de 14,47 kilomètres, Carron a également été plus rapide que tous les autres. Cette fois, 2,5 secondes seulement l'ont toutefois séparé de Ballinari, qui a pu dépasser Coppens avec ce sprint intermédiaire et se hisser à la deuxième place du classement général. Cet ordre est resté le même après la dernière étape, bien qu'elle n'ait pas été remportée par Carron, mais avec une marge très mince de 0,4 seconde par Kevin Gilardoni. «C'était un bon week-end pour nous», a déclaré Carron après sa troisième victoire de la saison. «Je suis particulièrement fier de notre performance sur la spéciale de Nara. C'est une étape spéciale que vous devez conduire avec beaucoup de feeling.»

Pour Ballinari, deuxième au classement, il s'agit de son meilleur résultat de la saison après le Rallye des Bornes, où il a également terminé deuxième. «Je suis satisfait de ma performance. Nous en avons tiré le maximum. Le duel avec Mike a été très serré. Mais nous avons réussi à le tenir à distance lors des étapes 3 et 4 de l'après-midi.»

Malgré son plus mauvais résultat de la saison jusqu'à présent, Coppens reste en tête du championnat. Le pilote de Verbier a accumulé 130 points après quatre manches – onze de plus que Carron qui a une manche de moins à son actif, et 27 de plus que le champion en titre Ballinari. On ne sait pas encore ce que cela signifiera pour la grande finale en Valais du 21 au 23 octobre et cela dépendra avant tout de la question de savoir si Carron et Ballinari prendront le départ au RIV. Le fait est qu'on pourra y gagner encore un maximum de 42 points. Et Coppens et Ballinari auraient un résultat à biffer avec cinq départs.

Derrière le trio de tête, on retrouve Kevin Gilardoni (également Skoda Fabia), l'ancien champion Grégoire Hotz (Citroën C3), Jonathan Michellod (Skoda Fabia) et le pilote RGT le plus rapide Sergio Pinto (Alpine A110).

Toedtli Jeremie Ticino 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Le nouveau champion junior s'appelle Jérémie Toedtli © Maissen

Chez les juniors, Jérémie Toedtli s’est imposé comme il l’avait déjà fait au Rallye des Bornes. Le pilote neuchâtelois avait à l’arrivée une avance de 32,5 secondes sur Guillaume Girolamo et plus de 2:50 min sur Yoan Loeffler. Comme les adversaires directs de Toedtli, Sacha Althaus et David Erard, ont déjà dû abandonner le rallye très tôt, le nouveau champion junior de rallye est déjà connu avant le Rallye du Valais. Après le Rally del Ticino, le titre dans le Clio Trophy Swiss ne pourra plus non plus lui échapper à lui est à sa copilote Julie Faure.

La victoire du Trophée Michelin Suisse est revenue au Français Thomas Battaglia (Renault Clio R3 Maxi), qui s'est imposé nettement devant Laurent Bérard (Honda Civic).

Dans la classe historique, Guy Trolliet (Porsche 911 Carrera) a triomphé devant Nicolas Jolidon (BMW 325i E30) et Pietro Galfetti (Opel Monza). Le précédent leader des championnats suisses, Claude Alain Cornuz, s'est retiré dans la troisième spéciale en troisième position.

Vous trouverez de plus amples informations sur Internet à l'adresse www.rallyticino.com

Le Championnat suisse des rallyes se poursuivra dans trois semaines avec la grande finale, le Rallye International du Valais du 21 au 23 octobre.

Dates du Championnat suisse des rallyes 2021
27-29 mai 2021, Rallye du Chablais
18/19 juin 2021, Rallye des Bornes (F)
2-4 septembre 2021, Rallye du Mont-Blanc Morzine (F)
24/25 septembre 2021, Rally del Ticino
21-23 octobre 2021, Rallye International du Valais

Trolliet Guy VHC Ticino 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Guy Trolliet, le vainquer de la catégorie historique VHC © Maissen

Lien permanent

26.09.2021 Wohlen: Le suspense a duré jusqu'à la fin
Super Mini Epifanio Kuzhnini Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Epifanio devant Kuzhnini, le nouveau champion Super Mini © Eichenberger

Samedi, le Championnat suisse de karting autobau 2021 s'est terminé à Wohlen par une finale comme dans un livre d'images: un temps automnal radieux, des courses passionnantes et enfin de nouveau des spectateurs sur place.

Le championnat suisse de karting autobau 2021 a connu une finale digne de ce nom samedi dernier à Wohlen. Par un temps automnal radieux, les nouveaux champions suisses ont été désignés dans quatre des cinq catégories. Les 75 pilotes hommes et femmes ont offert aux spectateurs, qui étaient admis aux courses pour la première fois depuis bien longtemps, des courses passionnantes et pleines de suspense. Qu’il y ait un ou deux incidents sur le vénérable circuit de 825 mètres de Wohlen, en Argovie est sans doute dans l’ordre des choses. Mais tous les pilotes se sont tirés à bon compte de ces incidents.

La position de départ dans la catégorie OK Junior a été particulièrement palpitante. Les deux aspirants au titre, Elia Pappacena et Jérôme Huber, se sont lancés dans la course à égalité de points. Huber a bénéficié de la meilleure position de départ en remportant le deuxième meilleur temps des qualifications. Mais samedi, les choses ne se sont pas passées comme prévu pour le jeune Zurichois. La première manche à peine commencée, Huber a été impliqué dans une collision et est retombé dans le classement. Pappacena en a profité pour se détacher du groupe de tête et s'assurer 17 points précieux avec la deuxième place, tandis que Huber a vaillamment poursuivi le groupe et a récolté onze points à la cinquième place. Rien n'était donc encore décidé. Mais la déveine de Huber a continué. Dans la deuxième manche, il a été immobilisé après moins d'un demi-tour. Le câble de l'accélérateur était coincé. «Je n'avais que les pleins gaz et j'ai dû poser le kart», a expliqué Huber, amèrement déçu et contraint de regarder Pappacena remporter la deuxième manche. Et comme si cela ne suffisait pas, Huber a encore joué de malchance dans la finale. Cette fois-ci à cause d'une membrane défectueuse du carburateur. Pappacena, quant à lui, ne s'est pas laissé perturber par la malchance de son adversaire et a célébré sa cinquième victoire de course cette saison (devant Ekaterina Lüscher). Après la cérémonie, le nouveau champion suisse OK Junior a déclaré: «Bien sûr, je suis heureux d'avoir remporté ce titre. Mais j'aurais préféré le gagner après avoir livré un duel passionnant sur la piste contre Jérôme.» Derrière Pappacena et Huber, qui a connu précisément à Wohlen son pire week-end, Ethan Ischer a terminé troisième. Le Vaudois a presque rattrapé Huber au classement général. Avec 227:226, Huber a néanmoins obtenu le titre de vice-champion, ce qui est certes pour lui une maigre consolation.

OK Junior Koch Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Huber doit regarder comme Pappacena conduisait vers la victoire © Eichenberger

Patrick Näscher a créé involontairement la situation le suspense dans la catégorie OK Senior. Le pilote du Liechtenstein est généralement considéré comme la fiabilité en personne. Mais il en a exagéré lors de la première manche préliminaire. En attaquant le leader Fabio Scherer, Näscher a mal évalué la situation en ruinant non seulement la course de Scherer, qui a tout de même terminé septième, mais aussi sa propre course. Mais la situation a encore empiré pour Näscher. Lyon Mathur, son seul rival restant dans la lutte pour le titre, a remporté la première manche préliminaire. Et dans la deuxième manche aussi, le pilote de Sarmenstorf s'est retrouvé en tête. En tant que troisième, Näscher a tout au moins pu limiter les dégâts en termes de points lors de la deuxième manche préliminaire. La décision concernant le titre est tombée en finale. Après quelques tours, une collision qui a mis Mathur hors course s'y est produite. Après le redémarrage, Scherer a pris les commandes et s'est imposé de manière souveraine devant Näscher, qui s'est ainsi assuré du titre senior pour la deuxième fois après 2018. «J'aurais pu me rendre la tâche un peu plus facile», a déclaré Näscher avec un clin d'œil après la finale. «Fabio était plus lent que moi dans la première manche. Mais j'étais trop impatient. J'aurais dû attendre un peu plus longtemps et j'aurais pu m'épargner ce stress...» Derrière Näscher et Mathur, Lukas Muth est arrivé en 3e position au classement général. Mais le pilote lucernois a eu lui aussi de quoi trembler. Grâce à un sprint final performant, Antonio Lagrotteria n’avait plus que deux points de retard sur lui.

OK Senior Naescher Scherer Saetteli Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Les 3 premiers de la finale chez les OK Seniors: Näscher, Scherer, Sätteli © Eichenberger

Dans la catégorie Super Mini des pilotes les plus jeunes, les jeux étaient déjà faits après la première manche préliminaire. Le leader Tiziano Kuzhnini n'aurait eu besoin que de trois points à Wohlen pour obtenir son premier titre. Mais le jeune pilote Spirit du lac Sempach n'a rien laissé au hasard. Avec sa dixième victoire en 2021, il était déjà le nouveau champion après la première course. Dans la deuxième et la troisième course, le nouveau champion a dû se contenter de la place d'honneur – derrière Elia Epifanio, qui après 65 points à Levier a même récolté cette fois 67 points et a donc été le pilote le plus performant chez les Super Minis dans les deux dernières courses. La troisième place au classement général est revenue à Dan Allemann, qui a réussi à battre Janik Brechbühl. Kuzhnini, qui a joyeusement fêté son premier titre, a déclaré après coup: «J'ai fait peu d'erreurs cette année. Et j'ai terminé chaque course parmi les trois premiers. Aucun autre coureur n'y est parvenu. Je pense donc que je peux être très satisfait de ma performance.»

Tel est également le cas de Savio Moccia. Le pilote de Lyss, dans le canton de Berne, a remporté le titre du X30 Challenge Switzerland pour la troisième fois consécutive. Il s'agit de son cinquième titre de champion suisse au total. À Wohlen, Moccia a une fois de plus gagné avec brio en remportant la pole position et trois victoires de course. Seuls les trois points supplémentaires pour le tour de course le plus rapide en finale manquaient encore. Moccia l'a manqué de 18 millièmes. Sinon, Wohlen aurait été la troisième course après les deux courses d'ouverture de 7 Laghi dans laquelle Moccia aurait marqué le maximum de points en 2021. Avec douze victoires en course, il s'est cependant encore clairement démarqué de la concurrence en 2021. «Cela s'est vraiment très bien passé pour moi», confirme Moccia. «J'ai connu un problème avec le kart le vendredi après les essais. Mais nous avons réussi à le résoudre et le jour de la course, tout a fonctionné comme sur des roulettes.» La deuxième place derrière Moccia a été remportée par Kilian Streit. Nicolas Mühlebach est arrivé troisième. Le pilote de kartbox.ch Luca Luongo, qui a terminé sur le podium dans les trois courses, a lui aussi connu une finale saisonnière performante.

X30 Moccia Streit Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Bataille en X30 entre Moccia et Streit © Eichenberger

La décision concernant le titre dans la catégorie KZ2 est déjà tombée avant Wohlen. Le vétéran Nicolas Rohrbasser avait déjà assuré son troisième titre en karting à Levier. Mais il a également fait fort dans la seule course sur le sol suisse. Grâce à un week-end de course parfait (trois victoires, la pole position et le meilleur tour en course), il a porté à 128 points son avance déjà confortable sur Ivan Rechsteiner, deuxième au classement final! Malgré cette supériorité, Rohrbasser a dû faire de gros efforts à Wohlen. «Les jeunes derrière moi appuient en effet de plus en plus sur le champignon», déclare le nouveau (et l'ancien) champion. Sebastian Kraft a fait une impression particulièrement positive à Wohlen. Le Bernois, qui n'est passé aux karts à boîte de vitesses que cette saison alors qu'il courait encore en Super Mini il y a trois ans, a continué à mettre Rohrbasser sous pression. «Je suis très satisfait des trois deuxièmes places obtenues à la fin de la saison», déclare Kraft. Il me manque juste encore une bonne gestion des pneus.» Kraft a terminé quatrième au classement général, juste derrière Tobias Widmer.

Vous trouverez de plus amples informations sur le Championnat suisse de karting autobau sur le site www.motorsport.ch/de/kartsport ou sur la page Facebook www.facebook.com/SchweizerKartMeisterschaft

Auto Sport Suisse profite de l’occasion pour remercier cordialement tous les participant/e/s ainsi que tous les auxiliaires de cette saison haute en couleur. Nous nous réjouissons d’ores et déjà d’entamer la nouvelle saison 2022. Nous espérons pouvoir retrouver les mêmes conditions idéales que nous avons connues à la fin de la saison 2021, à savoir des courses se déroulant par un temps superbe et dans une ambiance du tonnerre! À bientôt pour la cérémonie officielle de remise des prix 2021! Nous vous fournirons encore des informations détaillées à ce sujet.

Zuschauer Eichenberger Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
À Wohlen, il y avaient enfin des spectateurs © Eichenberger

Lien permanent

24.09.2021 En avant toute pour l'automne
Magazin 03 2021 Motorsport Suisse | Auto Sport Suisse
Bientôt dans votre boîte aux lettres: le nouveau magazine d'Auto Sport Suisse

C'est de nouveau le moment! Le nouveau magazine d’Auto Sport Suisse est en route pour vous. Cette fois, nous nous consacrons à un duel très spécial – le duel de slalom entre Philip Egli et Marcel Maurer.

Saviez-vous qu'il n'y a eu que deux vainqueurs de jour différents au Championnat suisse des slaloms depuis Bière 2017, Philip Egli et Marcel Maurer? Nous leur avons demandé les raisons de cette situation. Et, du même coup, de nous dévoiler les secrets du slalom le numéro d'automne du magazine ASS.

Mais le slalom n'est pas le seul sujet de notre dernier numéro. Nous étions sur place lors de la seule course de côte en suisse en 2021 à Oberhallau et avons jeté un coup d'œil dans les coulisses du chronométrage pour vous. Et puis il y a la course de Klausen. Pour son 100e anniversaire en 2022, il y aura une renaissance virtuelle. Mais nous ne voulons pas en dire trop. Nous espérons avoir répondu à votre goût cette fois encore et vous souhaitons une bonne lecture.

D'ailleurs, le prochain magazine sera publié le 11 décembre 2021!

Lien permanent

Associés

Équipementier